APPEL À CONTRIBUTION / CALL FOR PAPERS : Avant et après ? Continuité ou rupture ? L’art belge au temps de la Grande Guerre

fg

Bruxelles, Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique

24 et 25 novembre 2016

Date limite : 16 janvier 2016

Les Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique organisent un colloque scientifique international consacré à la place de l’art moderne belge dans le contexte européen. Dans le souci d’une confrontation des générations, nous viserons autant l’avant-garde que les positions plus traditionnelles ou singulières.

Dans l’historiographie artistique européenne, la Première Guerre Mondiale est traditionnellement décrite comme un moment de rupture ayant stimulé l’essor de l’avant-garde. Le colloque se propose de confronter cette assertion devenue classique à la situation culturelle spécifique de l’art belge à l’aube du vingtième siècle. Une simple dichotomie AVANT/ APRÈS permettra de structurer systématiquement le domaine d’étude et d’aborder la question du PENDANT. L’année 1916 paraît une année charnière à plusieurs égards et servira comme point de repère. L’essentiel de l’étude est consacré aux artistes relativement jeunes qui ont démarré leur carrière artistique vers 1910 et qui ont développé une œuvre personnelle vers 1920.

L’expérience de la Première Guerre Mondiale, notamment de l’exil (ou plus largement d’une migration artistique) et de l’isolement redistribuait d’une certaine façon les cartes dans le milieu artistique, mais s’inscrivait aussi dans une évolution à long terme qu’il convient de garder à l’esprit. Cependant l’isolement n’était qu’un côté de l’exil et de l’occupation qui de l’autre est une période particulièrement riche en transferts culturels. On pourra notamment évoquer le sujet d’une interculturalité forcée. Des axes d’étude intéressants sont notamment la circulation des œuvres d’art et la diffusion des idées artistiques novatrices. L’étude du rôle historique des salons, des jurys, des galeries, des associations, des revues d’une part et la signification de l’administration et des mesures de guerre spécifiques d’autre part devraient permettre de brosser un tableau nuancé du contexte dans lequel les activités artistiques se sont déroulées. La position des artistes en exil (Pays-Bas, Grande-Bretagne, Suisse, Italie, …) et le rôle du gouvernement (occupant) méritent une attention toute particulière.

Du point de vue artistique, nous nous intéresserons à la recherche d’un monde et d’un homme nouveau et à la confrontation de l’art belge aux mouvements novateurs comme le cubisme, futurisme, dadaïsme, expressionnisme, constructivisme… Les questions que nous souhaitons notamment poser sont: quelles étaient les conditions de la création artistique en temps de guerre, d’exil et d’occupation ? quel était l’impact de l’environnement (à l’étranger, sous l’occupation) sur la création artistique ? quel était l’impact des évènements historiques sur cette création ? comment ces influences sont-elles visibles dans les œuvres d’art ? peut-on détecter une évolution dans la facture des artistes et laquelle ? de quelle manière les idiomes picturaux changent-ils ? et de quelle manière les évènements et échanges influencent-ils le discours théorique ? quels effets avaient les différentes migrations pendant la guerre sur la scène artistique belge de l’après-guerre ?

D’éventuelles questions intéressantes susceptibles d’être évoquées au colloque s’articuleront donc autour de quatre axes principaux – les trajectoires individuelles, les réseaux, les institutions, les politiques/ stratégies artistiques et culturelles – et sont d’un côté, sur le plan historique, par exemple :

– la circulation des œuvres d’art en Belgique et à l’étranger,
– les artistes belges en exil,
– les ‘carrières brisées’,
– les artistes et historiens d’art allemands ‘occupants’,
– les expositions et artistes en Belgique,
– le rôle des musées en Belgique,
– le marché de l’art en temps de guerre,
– la politique artistique de l’occupant,
– la politique artistique du gouvernement belge en exil,
– la contribution des activistes,
– l’engagement sociétal des artistes,
– les interactions de la communauté artistique belge avec la vie culturelle et artistique britannique, néerlandaise ou allemande ;
d’autre part, sur le plan artistique, p.ex.
– la diffusion des idées artistiques novatrices et des nouveaux courants,
– l’identité culturelle des artistes,
– le conflit des générations,
– l’impact matériel de l’exil et de l’occupation sur la création artistique,
– le rôle des groupes et fédérations d’artistes belges,
– le rôle des revues et journaux d’avant-garde,
– les discours théoriques,
– les mouvements artistiques
– …

Les propositions de communications d’une longueur maximale de 500 mots, sont à faire parvenir au plus tard pour le 20 janvier 2016, accompagnées d’une brève notice biobibliographique, à symposium14-18@[at]fine-arts-museum.be. Les communications et les résumés sont acceptés en français, néerlandais ou anglais.

————————————————————————————————————
Organisé par les Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique, Bruxelles dans le cadre du Centenaire de la Grande Guerre et avec le soutien de VisitBrussels et le Gouvernement de la Région Bruxelles-Capitale.

Organisation : Inga Rossi-Schrimpf (MRBAB/ KMSKB)
Comité scientifique : Véronique Cardon (MRBAB/ KMSKB); Christina Kott (Université Panthéon-Assas Paris 2/Institut d’histoire du temps présent IHTP); Hubert Roland (Université Catholique de Louvain/ FNRS) ; Inga Rossi-Schrimpf (MRBAB/ KMSKB); Lara Schrijver (Universiteit Antwerpen); Axel Tixhon (Facultés Universitaires de Namur); Rudi Van Doorslaer (CEGESOMA/ Universiteit Gent); Michèle Van Kalck (MRBAB/ KMSKB) ; Francisca Vandepitte (MRBAB/ KMSKB); Caterina Verdickt (Universiteit Antwerpen).