Archives de catégorie : Annonces de chercheurs

CALL FOR PAPERS : ART PROLÉTARIEN, ART INTROUVABLE ?

 

L’université de Lille (laboratoires CECILLE et IRHIS) et l’Université Libre de Bruxelles se proposent d’organiser une journée d’études consacrée à l’art prolétarien de la période 1919-1939.

A la suite du colloque sur l’Art social en France de la Révolution à la Grande Guerre, organisée en juin 2011 par l’INHA, une première rencontre consacrée à l’art prolétarien avait été organisée en 2012 par le Groupe de contact « Relire l’entre-deux-guerres » au Musée des Années 30 de Boulogne-Billancourt.

Alors que les travaux sur l’art de l’entre-deux-guerres se multiplient avec des approches originales sur l’art naïf (exposition Uhde au LAM en 2017), sur les arts coloniaux (colloque prévu en 2018 par l’INHA), l’art prolétarien reste absent tant dans la littérature artistique sur l’entre-deux-guerres que dans les expositions temporaires et collections permanentes.

Une soixantaine d’artistes français peuvent être catalogués comme prolétariens, exposant régulièrement dans des salons et galeries, mais aussi sur des lieux de travail, à l’image des réalisations ouvrières dans les usines pendant le Front populaire.

C’est au cours des années 1930 que se construit en France un « art prolétarien » qui fait suite au développement d’une littérature prolétarienne dont la définition reste indécise. Si les présupposés idéologiques de la notion de « prolétarien » vont être « soviétisés » à la suite de la conférence de Kharkov en 1930, le monde artistique français issu des milieux populaires va pourtant rester distant aussi bien du « réalisme socialiste » que du « populisme » et inventer de nouvelles pratiques artistiques sur le mode collectif.

En élargissant aux pays voisins de la France, comparables par leur situation politique (Angleterre, Belgique, Pays-Bas et Allemagne avant 1933), cette journée d’études confrontera l’avancée des recherches dans les différents pays représentés et l’état de conservation du patrimoine prolétarien (peinture, gravure, sculpture). Elle s’intéressera dans une approche transdisciplinaire aux questions théoriques et idéologiques constitutives d’un « art prolétarien », qu’il soit littéraire ou plastique.

Propositions de communication à transmettre à Erika Dupont à l’adresse dupont.erika@gmail.com avant le 16 février 2018.

La journée se déroulera au laboratoire IRHiS de l’université de Lille – SHS le 20 juin 2018.

Organisateurs de la journée :

Laboratoire IRHiS, Université de Lille – SHS : François Robichon et Erika Dupont

Centre Philixte, Faculté LTC de l’Université libre de Bruxelles : Paul Aron

Avec la contribution du laboratoire CECILLE, Université de Lille – SHS

 

Recherches concernant l’artiste belge Marthe Donas (Anvers, 1885-Audregnies, 1967), dite aussi Tour Donas ou Tour d’Onasky

Dans le cadre de la préparation d’une monographie scientifique et d’une exposition rétrospective consacrée à l’artiste belge Marthe Donas (Anvers, 1885-Audregnies, 1967), dite aussi Tour Donas ou Tour d’Onasky, je suis à la recherche de tous tableaux, dessins ou documents d’archives concernant cette artiste.

Après un séjour en Irlande où elle travaille pour Sarah Purser et les ateliers de vitraux An Tur Gloine, elle s’installe en 1916 à Paris ou elle fréquente l’atelier d’André Lhote ainsi que l’académie de la Grande Chaumière. En 1917 elle part à Nice, où elle vit et peint avec Alexandre Archipenko et rencontre son cercle: Survage, Ferat, Modigliani, Hélène d’Oettingen… Elle devient très active dans le second groupe de la Section d’Or et expose à Londres, Genève, aux Pays-Bas, à Bruxelles, Rome… Ses oeuvres sont reproduites dans De Stijl, Sélection, Der Sturm et Noi.

En 1920 se tient une exposition personnelle de 35 oeuvres à la galerie Der Sturm à Berlin, où l’Américaine Katherine Dreier achète quatre tableaux pour sa « Société Anonyme », collection qu’elle rassemble avec l’aide de Marcel Duchamp et Man Ray pour introduire l’art moderne en Amérique. Elle est également proche de Theo Van Doesburg et de Piet Mondrian, qui reprend au milieu de 1921, quand elle doit quitter Paris, son atelier de la rue du Départ.

Les archives personnelles de l’artiste contiennent beaucoup de photographies d’oeuvres encore non tracées, qui peuvent se trouver éparpillées dans des collections européennes.

Un grand merci d’avance pour toute l’aide que vous pourriez m’apporter dans mes recherches.

Peter J.H. Pauwels – peterjoris@skynet.be

Peter J.H. Pauwels est licencié en droit et droit notarial, notaire honoraire et diplômé d’un master en histoire de l’art. Spécialiste de l’art belge moderne des années 1920 à 1960, il prépare actuellement une thèse de doctorat à l’université de Gand (Belgique) sur les entrepreneurs culturels et l’art moderne en Belgique (1920-1970), ainsi que des monographies sur Marthe ‘Tour’ Donas et Albert Saverys.

Annonce de chercheur: recherche d’éditeur pour publication de thèse

M. Alexandre Massipe, docteur en Esthétique et Sciences de l’art recherche un éditeur pour la publication de sa thèse soutenue en février 2010 à l’Université Panthéon-Sorbonne de Paris I sous la direction de M. Marc Jimenez et intitulée « S’engager aux côtés de la classe ouvrière pour « changer la vie » : 1919-1939 » avec comme sous-titre « Parcours politique et poétique du surréalisme et de Simone Weil ». Vous pouvez le contacter à l’adresse suivante : alexandre.massipe@aliceadsl.fr