Archives de catégorie : Colloques

APPEL À COMMUNICATIONS : Bibliographies de critiques d’art francophones

LOGO

Une nouvelle histoire de la critique d’art à la lumière des humanités numériques ? (du milieu du XIXe siècle à l’Entre-deux-guerres)

Colloque organisé par Anne-Sophie Aguilar (Paris 1, HiCSA), Eléonore Challine (ENS Cachan), Christophe Gauthier (Ecole nationale des Chartes), Marie Gispert (Paris 1, HiCSA), Gérald Kembellec (CNAM), Lucie Lachenal (Paris 1, HiCSA), Eléonore Marantz (Paris 1, HiCSA), Catherine Méneux (Paris 1, HiCSA).

Paris, 18 et 19 mai 2017

APPEL À COMMUNICATIONS

 

Compris dans un premier temps comme un simple outil d’une  histoire de la réception des œuvres, les écrits relevant de la critique d’art ont souvent été cités sans tenir compte du contexte de leur énonciation et surtout de l’identité de leurs auteurs. Si les études monographiques de qualité se sont récemment multipliées, on observe que la médiation des connaissances sur la critique d’art continue de passer par des corpus fragmentés et des anthologies. Aujourd’hui, les outils numériques permettent d’aller plus loin, et de proposer des modèles d’organisation et de diffusion du savoir qui envisagent différemment la critique d’art, loin de son statut de simple marginalia de l’œuvre commentée. Partant de ce constat, le programme de recherche Bibliographies de critiques d’art francophones (Labex CAP, HeSam université, Université Paris 1) lancera à la fin de l’année 2016 un site proposant non seulement la bibliographie complète d’auteurs ayant exercé la critique d’art mais donnant également la possibilité de faire des recherches par champ (date, revue, auteur, etc.).

Plus qu’un simple outil documentaire, ce futur site permet de revoir en profondeur la manière d’aborder la critique d’art et les critiques d’art. Non discriminant, puisqu’il ne prévoit pas de typologie ou de classement autre que le support de diffusion du texte (article, ouvrage ou chapitre d’ouvrage), interdisciplinaire, ce site ne vise pas à l’appréciation de la valeur critique du texte – éminemment subjective – au profit d’une vision d’ensemble de la production littéraire des auteurs concernés, quel que soit le champ artistique sur lequel leur regard s’est porté (photographie, cinéma, beaux-arts, architecture, etc.). Il permet ainsi une approche renouvelée à la fois de la production critique de chaque auteur – aucun texte ne prenant le pas sur un autre – et sur la critique d’art en général dont le champ se voit élargi à une grande diversité à la fois d’objets et de supports. Ce sont ces renouvellements, qui sont également des questionnements théoriques, que le colloque se propose d’aborder selon quatre axes.

  1. Faire carrière

Privilégiant les critiques d’art à la critique d’art, le site affirme tout d’abord une approche monographique qui pose un certain nombre de questions. Prendre en compte l’ensemble des écrits d’un auteur ayant exercé la critique en envisageant le temps long permet ainsi de s’interroger sur son positionnement dans un champ, littéraire, artistique, voire commercial pour les arts qui sont aussi des produits de consommation, et sur l’évolution de ce positionnement. Peut-on, à proprement parler, utiliser le terme de « carrière » pour un critique et comment en déterminer les étapes à la fois professionnelles et intellectuelles ? Comment cette « carrière » peut-elle se construire face à la nécessité de rendre compte d’une actualité artistique toujours plus dense ? Peut-on, pour des domaines plus neufs ou plus techniques comme ceux de l’architecture, du cinéma ou de la photographie, véritablement parler de critique d’art professionnel ?

  1. Masse critique

Proposer des bibliographies à finalité exhaustive suppose de prendre en compte l’ensemble des écrits d’un critique dans une approche qui ne soit plus qualitative mais quantitative. La « masse critique » ainsi dégagée suppose une réévaluation des corpus. Dans quelle mesure permet-elle une réflexion sur la place de certains textes, non plus donnés isolés mais réinscrits dans une histoire et dans un corpus, dans une sorte de génétique de la critique qui permettrait de déconstruire certains mythes fondateurs. Comment ces textes ont-il pu faire l’objet de refonte et de réédition et avec quelles conséquences ? Mais cette masse critique peut engager également à une approche statistique ou plus sociologique, posant la question de la constitution d’une expertise et de l’existence d’une « critique moyenne ».

  1. Nouveaux corpus

Au sein de cette « masse critique », certains types de textes ou de supports souvent minorés retrouvent leur place dans la production d’un critique. La confrontation de bibliographies exhaustives permet ainsi de mettre en lumière une nouvelle manière de faire de la critique d’art à cette période et pose la question des supports et formes de publication. Quelles sont les nouvelles formes que prend cette critique d’art, enquêtes ou interviews d’artistes ou de collectionneurs par exemple ? Quel est le rôle joué par les préfaces de plus en plus nombreuses écrites par les critiques d’art dans les catalogues de revues et comment leur étude peut-elle permettre de réfléchir par des cas concrets au fameux système « marchand critique » ? Du côté des supports, on peut s’interroger sur la place prise par les quotidiens dans le champ critique mais aussi sur la manière dont s’articulent, pour l’architecture, le cinéma ou la photographie, écrits dans les revues techniques et écrits dans les revues artistiques.

 

  1. Au-delà de la critique d’art

Interdisciplinaire, la base/le site met également en lumière la polygraphie essentielle des auteurs ayant pratiqué la critique. Souvent touche-à-tout, ils s’intéressent à des domaines très différents, fréquemment dictés par l’actualité, ce que permet de montrer une bibliographie exhaustive. Cependant, une fois ce constat posé, la confrontation entre les textes continue de poser un certain nombre de questions. Existe-t-il encore des champs spécifiques, par exemple pour les arts décoratifs ? Le fait d’écrire sur plusieurs media suppose-t-il une certaine analogie dans la structuration de nouveaux champs ? Comment évolue l’idéal d’unité des arts à la lumière de ces écrits sur l’art et de leurs supports ? Y a-t-il une approche spécifique d’ensembles nouveaux, de pratiques nouvelles, qu’elles soient considérées ou non comme artistiques, par exemple dans le champ politique ?

Les propositions de communication, d’une page maximum, et indiquant les principales sources utilisées, sont à adresser avec un CV avant le 2 novembre 2016 à :

Anne-Sophie Aguilar (anso.ag@free.fr)Eléonore Challine (eleonore.challine@ens-cachan.fr), Christophe Gauthier (christophe.gauthier@enc-sorbonne.fr), Marie Gispert (marie.gispert@wanadoo.fr), Lucie Lachenal (lucielachenal@free.fr), Eléonore Marantz (eleonore.marantz-jaen@univ-paris1.fr) et Catherine Méneux (catherine.meneux@orange.fr).

Les réponses seront communiquées au plus tard le 9 janvier 2017.

Colloque : « Nationalism and Cosmopolitanism in the Avant-Garde and Modernism: the Impact of WW1 », Prague, 27-28 novembre 2014

Prague, Institute of Art History of the Academy of Sciences of the Czech Republic, Husova 4, 110 00 Praha 1

November 27 – 28, 2014

This workshop follows up on discussions that were initiated at an international symposium in Stockholm: The European Artistic Avant–Garde c. 1910-1930: Formations, Networks and Transnational Strategies (11–13 September 2013). It focuses on one particular aspect of the avant-garde and modernism, namely, the clash therein of the national, the transnational and the cosmopolitan. In the countries of Central and Eastern Europe, but to some extent in Scandinavia too, the struggle for national independence, which in most cases began in the 19th century and culminated during and after World War I, had important cultural and artistic consequences. The symposium will track the changes in and compare the nationalist rhetorics in modern and avant garde art just before the outbreak of WWI, as well as during and after the war. After 1917 the map of Europe changed dramatically. A number of new, independent states were established, and these developments found expression in every genre of the visual arts and transformed the image of the continent. The papers presented in this workshop focus primarily, but not exclusively, on modernism and the avant-garde in Central and Eastern Europe, the Baltics and Scandinavia. There are also papers that describe the dissemination and translation of avant-garde language in régions and countries at the fringes of Europe. Some questions we would like to discuss are: How was the understanding of nationalism and the post-WWI avant-garde affected by historiography, especially that of the 1950s and later? To what extent were nationalism and cosmopolitanism part of avant garde and modern-art discourse before WWI and how did the understanding of them change during the war? What relationship did the avant-garde have to traditional and to official art in terms of their views on nationalism? What different kinds of nationalisms resulted from the national revival movements of Czechs, Croats, Slovenes and Poles in the late 19th century within the Austro Hungarian Empire, or of Poles and Lithuanians in Czarist Russia? And, on the other side, in what sense was the postwar avant-garde in the newly founded countries (Czechoslovakia, Poland, the Baltic States etc.) an expression of cosmopolitanism? The workshop will serve as a platform for rethinking the methodological tools we use to understand and explain the complexity and the multiplicity of avant-garde forms in these regions of Europe, a subject that is still under-researched.

PROGRAMME

Thursday 27 November 2014

9.00–9.30 Reception, coffee

9.30–9.45
Introduction: Lidia Głuchowska / Vojtěch Lahoda

Section 1
Moderator: Steven Mansbach

9.45–10.15
Nina Gourianova, Northwestern University, Chicago, Illinois, USA
War as Medium: The Great War in the Russian Avant-Garde

10.15–10.45
Benedikt Hjartarson, University of Iceland, Rijekjavík, Iceland
Abstract Constructivism: Universal Language – National Idioms

10.45–11.00 Coffee break

Section 2
Moderator: Steven Mansbach

11.00–11.30
Erwin Kessler, Institute of Philosophy, Romanian Academy, Bucharest,
Romania
The Use, Abuse and Misuse of Cubism in the Romanian Avant-Garde

11.30–12.00
Bela Tsipuria, Ilia State University, Tbilisi, Georgia
Georgian Modernists Rethinking Nationalism: The Impact of WWI and the Russian Revolutions

12.00–12.30
Irina Genova, New Bulgarian University, Sofia, Bulgaria
Modernism and the National Idea – Reflections of WWI: The Case of Bulgaria in the Context of South-Eastern Europe

12.30–14.00 Lunch break

Section 3
Moderator: Lidia Głuchowska

14.00–14.30
Harri Veivo, University of New Sorbonne, Paris, France / University of Helsinki, Finland
Centred and Decentred Cosmopolitanisms in Finland in the 1920s and Early 1930s

14.30–15.00
Heie Treier, Tallinn University, Estonia
Cubism and the Start of Avant-Garde in Estonia

15.00–15.30
Ginta Gerharde-Upeniece, Latvian National Museum of Art, Riga, Latvia
Art and the New Latvian State (1918–1920): Modernism as a Cosmopolitan Idea and a Substantive National Factor

15.30–15.45 Coffee break

Section 4
Moderator: Charlotte Bydler

15.45–16.15
Annika Gunnarsson, Moderna Museet, Stockholm, Sweden
‘Cosmonational’ – Neither National Nor Cosmopolitan – But a Tinge of Avant-Garde Modernism

16.15–16.45
Torben Jelsbak, Roskilde University, Denmark
Nationalist and Internationalist Discourses Surrounding the Modernist
 Breakthrough in Danish Art and Culture during WWI

Friday 28 November 2014

9.00–9.15 Coffee

Section 5
Moderator: Benedikt Hjartarson

9.15–9.45
Éva Forgács, Art Center College of Design, Pasadena, USA / IWM, Vienna
The Concept of ‘National Art’ and World War I in Hungary: Lajos Fülep and the Dynamics of ‘National’ and ‘International’

9.45–10.15
Lidia Głuchowska, Poland
The Great World and the ‘New Art’ in Poland: Between the Patriotic Ethos, the Nationalisation of Modernism and International Attempts in Aesthetics

10.15–10.45
Michal Wenderski, Adam Mickiewicz University in Poznan, Poland
‘Uncanonical’ Impulses to the ‘Canon’: Polish and Belgian Contribution to International Constructivism

10.45–11.00 Coffee break

Section 6
Moderator: Vojtěch Lahoda

11.00–11.30
Joana Cunha Leal, Art History Institute, New University of Lisbon, Portugal
‘A bridge too far?’: The War Effect in the Portuguese and Spanish Avant-Gardes

11.30–12.00
Emilio Quintana, Instituto Cervantes, Stockholm, Sweden
Languages of the Avant-Garde between Poland and Spain: Tadeusz Peiper and Spanish Modernism after WWI

12.00–14.00 Lunch break

Section 7
Moderator: Éva Forgács

14.00–14.30
Ljiljana Kolešnik, Institute of Art History, Zagreb, Croatia
Migrating Signifiers – Socialist Croatian Post-WWII Art History and Its Relation to the Inter-War Avant-Garde

14.30–15.00
Lenka Bydžovská, Institute of Art History, Academy of Sciences of the Czech Republic, Prague
The Trojan Horse in the Trade Fair Palace: The Slav Epic versus the Czech Avant-Garde

15.00–15.30
Vendula Hnídková, Institute of Art History, Academy of Sciences of the Czech Republic, Prague
Respect and Triumph: The Intentions and Meanings of Czech Architecture before and after WWI

15.30–15.45 Coffee break

Section 8
Moderator: Tomáš Winter

15.45–16.15
Naomi Hume, Seattle University, USA
Cut-and-Paste in Exile and War: Otto Gutfreund’s Parisian Collages

16.15–16.45
Vojtěch Lahoda, Czech Republic
Transnational or National Cubism? Vincenc Kramář on Cubism

16.45–17.15
Closing Remarks: Steven Mansbach

Organizers:
Professor Vojtěch Lahoda, Institute of Art History, Academy of Sciences of the Czech Republic, Prague
Dr. Lidia Głuchowska, Institute of Visual Arts, University of Zielona Góra, Poland / Humanities Faculty, University of Bamberg, Germany

Scientific Committee:
Charlotte Bydler, PhD., School of Culture and Education and the Centre for Baltic and East European Studies, Södertörn University, Stockholm, Sweden
PhDr. Lenka Bydžovská, CSc., Institute of Art History, Academy of Sciences of the Czech Republic, Prague
Dr. Lidia Głuchowska, Institute of Visual Art, University of Zielona Góra, Poland / Humanities Faculty, University of Bamberg, Germany
Professor Vojtěch Lahoda, Institute of Art History, Academy of Sciences of the Czech Republic, Prague
Professor Steven Mansbach, University of Maryland, College Park, USA
PhDr. Tomáš Winter, PhD., Institute of Art History, Academy of Sciences of the Czech Republic, Prague

Contact:
Vojtěch Lahoda: lahoda@udu.cas.cz
Lidia Głuchowska: ligl@wp.pl

Address:
Institute of Art History, Academy of Sciences of the Czech Republic
Husova 4, 110 00 Prague 1
Contact: Blanka Švédová: svedova@udu.cas.cz, +420 221 183 501

There is no conference registration fee.

Source: « CONF: Nationalism and Cosmopolitanism (Prague, 27-28 Nov 14). In:
H-ArtHist, Nov 21, 2014 ».

Colloque: « Der Sturm – Literatur, Musik, Graphik und die Vernetzung in der Zeit des Expressionismus », Düsseldorf, Haus der Universität in der Stadt, du 14 au 16 novembre 2013

Zum 100. Jubiläum der Eröffnung der Berliner Galerie Der Sturm von Herwarth Walden fand vom 13.3. bis 10.6.2012 im Von der Heydt-Museum, Wuppertal, die Ausstellung „Der Sturm – Zentrum der Avantgarde“ statt. Das Ausstellungsprojekt entstand in einer Kooperation des Museums mit dem Institut für Kunstgeschichte an der Heinrich-Heine-Universität Düsseldorf; im Zuge der langjährigen Vorbereitung traten viele neue Zusammenhänge zutage, die im Rahmen des wissenschaftlichen Katalogbandes nicht behandelt werden konnten und für die es noch ein erhebliches Forschungsdesiderat gibt. Diese Themen sollen nun auf der Basis der neuesten Forschungen auf einer Tagung im November 2013 an der Heinrich-Heine-Universität Düsseldorf zur Sprache kommen. Die frischen, oft radikalen Ideen der Jahrhundertwende fanden nicht nur in den bildenden Künsten ihren Niederschlag, sondern erfassten auch die Literatur, die Musik, den Film und die Druckgraphik. Hier spielen sowohl die Zeitschrift Der Sturm als auch die mit ihm verbundenen Künstler verschiedenster Gattungen eine Rolle. Konnte mit den jüngsten Forschungen zum Teil ein neues Licht auf die Beziehungen der Künstler und Künstlergruppen zu Herwarth Walden und ihren Einfluss auf den Sturm geworfen werden, so stehen diese Forschungen für die Dichter und Komponisten um den Sturm sowie für die Zeit nach dem Ersten Weltkrieg noch am Anfang. Die Tagung möchte gezielt diese Beziehungen und Verflechtungen untersuchen und die Bedeutung der Zeitschrift Der Sturm für Literatur, Kunsttheorie, Kunstkritik und Druckgraphik sowie die Rolle der Politik für den Sturm auf der Basis der jüngsten Forschungen diskutieren. Zu fragen wird sein, welche Rolle der Sturm für die Diskussion der  Kunsttheorien, für die Entwicklung der graphischen Künste spielte, oder ob die Zeitschrift Einfluss auf die Form der Kunstkritik seit den 1910er Jahren hatte? Die Wanderausstellungen der Galerie Der Sturm verhalfen von Beginn an zu einer wachsenden Prosperität; welche Künstler- und Kunstmarktnetzwerke lagen ihnen zugrunde? Inwieweit war der Sturm an der Entwicklung von expressionistischer Musik und Film beteiligt? Welchen Platz nahm die Zeitschrift Der Sturm in der Fülle der aufkommenden Kunstzeitschriften ein, beispielsweise im Verhältnis zur Aktion, zu den Weißen Blättern und zur Zeitschrift Pan? Wie unterscheidet sich Der Sturm in Aufbau, Struktur und Wirkung von ihnen? Welche Texte trugen die Dichter, Literaten und Publizisten, Else Lasker-Schüler, Alfred Döblin, Karl Kraus, René Schickele, Richard Dehmel, Paul Scheerbart, August Stramm, Kurt Heynicke, Lothar Schreyer, Kurt Schwitters, Hans Arp u.a., zum Sturm bei? Wie verhält sich ihre Präsenz im Sturm zu anderen publizistischen Organen? Gibt es ein Profil der literarischen Veröffentlichungen? Verändert es sich mit der Zeit, beispielsweise als Ablösung der Ausdruckskunst durch die Wort- und Klangkunst? Welche Rolle spielte der Sturm für die Literatur nach 1918? Hat die politische Orientierung Herwarth Waldens Einfluss auf das Programm der Galerie nach 1918, welche Beziehungen hat er zur Novembergruppe?

Die Tagung findet vom 14. bis 16. November 2013 im Haus der Universität in der Stadt, Schadowplatz 14, 40212 Düsseldorf statt und wird thematisch durch zwei Abendveranstaltungen – eine Diskussion mit Zeitzeugen im Goethe-Museum Düsseldorf, ein Abendvortrag zum expressionistischen Theater – eingerahmt.

Die Teilnahme ist kostenlos. Um eine Anmeldung über das Sekretariat der Kunstgeschichte der Heinrich-Heine-Universität wird dennoch gebeten:sekretariat.kuge@phil.hhu.de, Tel.: +49 (0)211 81-10790.
Die Veranstaltung wird gefördert durch die Ernst von Siemens Kunststiftung.

Organisation und Leitung:

Prof. Dr. Andrea von Hülsen-Esch (Institut für Kunstgeschichte)
huelsen-esch@phil.hhu.de
Prof. Dr. Henriette Herwig (Institut für Germanistik)
herwig@phil.hhu.de

Programm:

Donnerstag, den 14. November 2013

10.00–10.45 Uhr | Markus Ender / Ingrid Fürhapter (Innsbruck):
„Herr Walden ist leider anderer Meinung wie Sie“. Der Sturm und Der Brenner – ästhetisch-ideologische Annäherungen und Distanzierungen zwischen Berlin und Innsbruck

10.45–11.30 Uhr | Sören Steding (Iowa, USA):
„Durchbohrt von allen Geschossen der Welt“. Kriegslyrik in Die Aktion, Der Sturm und Die Weissen Blätter während des Ersten Weltkriegs

Kaffeepause

12.00–12.45 Uhr | Irene Chytraeus-Auerbach (Siena):

Richard Dehmel und Arno Holz als Autoren im Sturm (mit einigen Anmerkungen zu F.T. Marinetti)

12.45–13.30 Uhr | Ann-Kathrin Günzel (Köln):
Kunst + Leben = arte-azione. Von der futuristischen serata zur dadaistischen soirée über die Vermittlung Herwarth Waldens und des Sturm

Mittagspause

15.00 – 15.45 Uhr | Friederike Kitschen (Berlin):
„Einseitig sein“ – Herwarth Walden, die Kunstkritik und der Kunsthandel

15.45–16.30 Uhr | Petra Kunzelmann (Erlangen):
Der Sturm und die Kunstkritik. Von der Provokation zum Streit

Kaffeepause

17.00 – 17.45 Uhr | Martina King (Bern / München):
„Ein Ewiger“ oder die letzte Etappe auf dem Weg zur Wortkunst? Aage von Kohl und das Problem des Erzählens im Sturm

19.30 Uhr | STURM-Gespräch. Podiumsgespräch mit Zeitzeugen: Sina Walden
und Juan Allende-Blin, moderiert von PD Dr. Christof Wingertszahn, Goethe-Museum Düsseldorf

Freitag, den 15. November 2013

9.15 – 10.00 Uhr | Karla Bilang (Berlin):
Bühnenbild und Figurinen für Theater und Film in der Sturm-Zeitschrift der 1920er Jahre

10.00 – 10.45 Uhr | Volker Kalisch (Düsseldorf):
Das besondere Interesse an der Musik aus der Expressionslogik des Sturm

Kaffeepause

11.15 – 12.00 Uhr | Jenny Anger (Iowa, USA):
Alfred Döblins Gespräche über Kalypso. Über die Musik

12.00 – 12.45 Uhr | Ulrike Steierwald (Lüneburg):
Zur Ästhetik des Schaufensters. Abstraktion und Verdinglichung im Kontext der Zeitschrift Der Sturm

Mittagspause

14.15–15.00 Uhr | Maaike van Rijn (Karlsruhe):
„Die Liebe zur Ausarbeitung und die ungeheuer benervte Ausnutzung des Licht- und Schattenelements“ – Der Holzschnitt beim Sturm zwischen Orginalitätskriterium und druckgraphischem Massenmedium

15.00 – 15.45 Uhr | Sibylle Schönborn (Düsseldorf):
Travestien des Korrespondentenberichts in der Zeitschrift Der Sturm: Else Lasker-Schülers Briefe nach Norwegen

Kaffeepause

16.15 – 17.00 Uhr | Isabel Wünsche (Bremen):
Der Sturm und die Abstrakten

17.00 – 17.45 Uhr | Enno Stahl (Düsseldorf):
Wortkunst und Stramm. Die zweite Phase 1919–1925 (Schwitters, Nebel, Behrens)

17.45 – 18.30 Uhr | Kirsten Fitzke (Osnabrück):
Der ewige Kampf gegen die Konkurrenz. Herwarth Walden und der politische Aufbruch der Avantgarde nach dem Ersten Weltkrieg

19.30 Uhr | Peter Marx (Köln):
Entfesselung und Beharrung – Expressionistische Spielräume auf der Bühne

Samstag, den 16. November 2013

09.15 – 10.00 Uhr | Gertrude Cepl-Kaufmann / Jasmin Grande (Düsseldorf):
Rosenkränzchen, Gereonsclub, Buchhandlung Cohen, Sturmgalerie und mehr. Transferorte der Moderne

10.00 – 10.45 Uhr | András Zwickl (Budapest):
Ausstellungen der Galerie Der Sturm in Budapest

Kaffeepause

11.15 – 12.00 Uhr | Lidia Gluchowska (Zielona Gora, Polen / Bamberg):
„Das internationale Netzwerk von Zeitschriften ist im Aufkommen“. Henryk Berlewi – ein polnisch-jüdischer Sturm-Künstler als  Kulturvermittler europaweit

12.00 – 12.45 Uhr | Jessica Sjöholm Skrubbe (Stockholm):
Sturm in Scandinavia

Anschließend: Abschlussdiskussion

Während der gesamten Veranstaltung:
Postersektion der Doktorandinnen:
Franziska Lampe (Florenz): Das fotografische Werk Lyonel Feiningers als Konstrukt und Reflexion der Moderne
Johanna Kaus (Heidelberg): Das System Herwarth Walden

Source : H-ArtHist, Nov 7, 2013.

Colloque: « Historiographie der Moderne. Carl Einstein, Paul Klee, Robert Walser » du 7 au 10 novembre 2013 au Zentrum Paul Klee à Berne

Öffentliche Tagung der Carl-Einstein-Gesellschaft, des Zentrum Paul Klee und des Robert Walser-Zentrum.

Carl Einstein (1885–1940), Paul Klee (1879–1940) und Robert Walser (1878–1956) stellen für die Entwicklung der modernen Künste im 20. Jahrhundert wegweisende Figuren dar. Ihre faszinierenden Werke und deren Wirkungsgeschichte sind besonders fruchtbare Untersuchungsgegenstände einer neuen Historiographie, die nationale, disziplinäre und mediale Grenzen thematisiert und kritisch hinterfragt.
Die Frage nach der Art der historischen Darstellung und Verortung bildet für die Tagung den allgemeinen Rahmen, der durch exemplarische Einzelstudien konkretisiert werden soll.

Die über zwanzig Tagungsbeiträge behandeln in ausgewählten Bildern und Texten von Einstein, Klee und Walser Aspekte wie Internationalität und Transnationalität, Kulturtransferforschung, Intermedialität, wechselseitige Erhellung der Künste und Inspiration der Disziplinen sowie die Annäherung von Sozialgeschichte und ästhetischer Theorie. Die eingeladenen Rednerinnen und Redner kommen aus Belgien, Brasilien, Deutschland, Frankreich, Irland, Spanien, USA und der Schweiz.

Die Tagung ist eine Gemeinschaftsproduktion von Carl-Einstein- Gesellschaft, Zentrum Paul Klee und Robert Walser-Zentrum. Sie ist öffentlich und frei zugänglich und richtet sich an alle Interessierten. Es können auch nur einzelne Vorträge besucht werden.

Donnerstag, 7. November 2013

08.30–09.00 Uhr
Begrüßung der Teilnehmer, Einleitungsworte

09.00–10.45 Uhr
Sektionsleitung Nicola Creighton (Dublin)
Jens Hobus (Berlin): Robert Walsers sprachkritische Thematisierungen und Inszenierungen einer ›schwatzhaften Moderne‹
Antonius Weixler (Wuppertal): »Er möchte nur noch Augen haben, nur noch ein einziges Auge sein.« Visuelle Schreibstrategie im Werk Robert Walsers und Carl Einsteins
Reto Sorg (Bern/Lausanne): »So tanzt nur ein Dichter!« Tanz bei Paul Klee, Carl Einstein und Robert Walser

10.45–11.15 Uhr: Kaffeepause

11.15–13.00 Uhr
Sektionsleitung Hubert Roland (Louvain)
Moritz Baßler (Münster): Die frühe Moderne in der emphatischen. Walser in den Weißen Blättern
Andreas Michel (Terre Haute): Overcoming Disenchantment: ‘Primitive’ Religion in Carl Einstein
Matthias Berning (Aachen): »Film Foto Mickey maus«. Carl Einsteins Skizze zum Handbuch der Kunst, ein mehrbändiges Handbuch der Kunst, ein mehrbändiges Handbuch mit »Projektionsbilder[n] […] fuer die Schulen«?

13.00–14.30 Uhr: Mittagessen 

14.30–16.15 Uhr
Sektionsleitung Klaus H. Kiefer (München)
Manuel Maldonado Alemán (Sevilla): Carl Einstein und Gottfried Benn. Zur Inszenierung von Alterität im literarischen Primitivismus
Osamu Okuda (Bern): Neue ›Mythographie der Kunst. ›Primitivismus‹ bei Carl Einstein und Paul Klee
Jutta Müller-Tamm (Berlin): Einstein als Historiograph

16.15–16.45 Uhr: Kaffeepause

17.00–19.00 Uhr
Mitgliederversammlung der Carl-Einstein-Gesellschaft

Freitag, 8. November 2013

09.00–10.45 Uhr
Sektionsleitung Reto Sorg (Bern/Lausanne)
Lucas Marco Gisi (Bern): Robert Walsers Inversionen der ›historischen Größe‹
Lothar Schmitt (Zürich): Paul Klee and the early historiography of Modernism
Norman Kasper (Halle-Wittenberg): »Anekdoten- und Historienmalerei des reinen Geistes«? Franz Marc in Kurt Breysigs Entwicklungsgeschichte der Kunst

10.45–11.15 Uhr: Kaffeepause

11.15–13.00 Uhr
Sektionsleitung Liliane Meffre (Dijon)
Rainer Lawicki (Bern): Daniel-Henry Kahnweiler – Carl Einstein – Paul Klee: Eine Geschichte des Sehens
Karina Schuller (Münster): »Pflanzhaft willige Formen werden entstehen« – Carl Einstein und der Surrealismus. Versuch einer Poetologie des Automatismus
Julia Kerscher (Tübingen): »Man unterlasse das Interpolieren bequemer Evolutionen«. Ansätze bei Carl Einstein für eine synchrone Literatur- und Kunstgeschichte

13.00–14.30 Uhr: Mittagessen 

14.30–16.15 Uhr
Sektionsleitung Michael Baumgartner (Bern)
Malika Maskarinec (Basel): »Die Kraft des Mythos«: Einstein on Klee
Mareike Schildmann (Princeton): »Wenig verändert«. Walsers paradoxes Verhältnis zur Geschichte
Lena Christolova (Konstanz): Aleamorph und biomorph: Zum Begriff der Metamorphose im Werk von Paul Klee

16.15–16.45 Uhr: Kaffeepause

16.45–17.45 Uhr
Sektionsleitung Manuel Maldonado Alemán (Sevilla)
Maria Stavrinaki (Paris): Une histoire sans noms: jeu d’échelles dans le « Handbuch der Kunst » ?
Luisa Banki (Konstanz): Aufträge. Zum Verhältnis von Historie und Graphie bei Robert Walser und Paul Klee

Samstag, 9. November 2013

09.30–10.30 Uhr
Sektionsleitung Andreas Michel (Terre Haute)
Patrick Hohlweck (Köln): »Ich möchte die ganze Geschichte in mich konzentrieren. « Bebuquin als ›Ich-Kristall‹
Charles W. Haxthausen (Williamstown): Renaissance Reconsidered: Carl Einstein on “L’exposition de l’art italien”, 1935

10.30–11.00 Uhr: Kaffeepause

11.00–12.00 Uhr
Sektionsleitung Charles W. Haxthausen (Williamstown)
Jörg Füllgrabe (Darmstadt): 1933: Die Spiegelung des Politischen im artifiziellen Kontext – Paul Klees ›Revolutionszeichnungen‹ von 1933 als parallele Entwicklung zu Carl Einsteins ›Fabrikation der Fiktionen‹?
Elena O’Neill & Patricia Lambert (Rio de Janeiro): Mira Schendel: towards other approaches on Carl Einstein and Paul Klee

Sonntag, 10. November 2013

11.00–12.15 Uhr
Bern ist überall 
»Hommage für Robert Walser« 
Mit: Ariane von Graffenried, Gerhard Meister und Beat Sterchi sowie Maru Rieben (musikalische Begleitung)

Zum Spoken-Word-Vorläufer lässt sich Robert Walser nicht machen. Und doch ist seine ironischumständliche Präzision der gesprochenen Sprache näher als sich auf den ersten Blick vermuten lässt. Dafür sprechen allein die etlichen gelungenen Versuche, den Prosa-Autor und Dramolett-Verfasser auf die Bühne zu bringen. Das Spannungsfeld zwischen Bieler Mundart und deutscher Sprache hat Walser in einer Radikalität ausgelotet wie kein anderer vor ihm. Und hier setzt das mehrstimmige Spoken-Word-Ensemble Bern ist überall an, den großen Meister des artifiziellen Understatements zum Klingen zu bringen.

Aktuelle Ausstellung im Zentrum Paul Klee: »Paul Klee. Leben und Werk« mit einer Präsentation von Dokumenten zur Beziehung Klee-Einstein-Walser.

Information

Die Tagung ist eine Gemeinschaftsproduktion von Carl-Einstein-Gesellschaft (Nicola Creighton, Andreas Michel, Hubert Roland), Zentrum Paul Klee (Michael Baumgartner) und Robert Walser-Zentrum (Reto Sorg).

Eintritt: Tagungsbesuch kostenlos; die Tagungsbesucher/innen erhalten einen Gutschein zum ermäßigten Museumseintritt zu CHF 13.–; Besuch der Lesung Bern ist überall: CHF 20.–, inkl. Museumseintritt.

Mit freundlicher Unterstützung der Abteilung Kulturelles der Stadt Bern.

Programm (PDF)

Plus d’infos: www.zpk.org

Colloque: « 1914: War and the Avant-Gardes/Guerre et Avant-Gardes », Paris, 5 et 6 décembre 2013

Provenant du vocabulaire militaire, la métaphore de l’« avant-garde » traverse le monde des arts avec une intensité particulière, en Europe  et aux États-Unis, au début de l’année 1914. Partout, les arts contemporains se pensent et s’affirment sur le mode du conflit et de la  rupture, de l’arasement du passé proche et de la conquête autoritaire d’un avenir à connotations utopiques. Cette pensée combattante est  sensible aussi bien dans les beaux-arts que dans d’autres formes d’expression visuelle, de la photographie et du cinéma aux arts  décoratifs et industriels et à toutes les technologies de l’image. A l’occasion de ce colloque interdisciplinaire, on interrogera les relations complexes entre les arts visuels, au sens le plus large, et l’histoire, dans un moment où la crise de la conscience européenne se cristallise en catastrophe radicale. En s’en tenant strictement à une tranche temporelle précise, entre le 1er janvier et le 31 décembre 1914, il s’agira de penser la situation intellectuelle et pratique de la création visuelle pendant les six premiers mois « ordinaires » de l’année, et de comprendre aussi précisément que possible la nature des prises de conscience provoquées par l’événement de la guerre ainsi que par les premiers combats.

PROGRAMME

Communications en français et en anglais

JEUDI 5 DÉCEMBRE 2013
Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Salle des conférences (Bâtiment B)

MATINÉE – 9h-13h

Introduction – Annette Becker (Université Paris Ouest Nanterre La Défense / Institut universitaire de France)

I. FRAGMENTATIONS
Modérateur – Itzhak Goldberg (Université Jean Monnet – Saint-Etienne)

Astrid Honold (Freie Universität – Berlin)
« Marcel Duchamp : Playing the Draw »

Iveta Slavkova (AUP / Université Paris Ouest Nanterre La Défense)
« L’aviateur : chevalier éternel, héros moderne, Homme nouveau des avant-gardes »

Maria Stavrinaki (Université Paris I – Panthéon Sorbonne)
« Barbarie moderne : le cas des vorticistes anglais »

David M. Lubin (Wake Forest University)
« War, Death and Modernity in 1914 : Man Ray and Marsden Hartley »

APRÈS-MIDI – 14h-18h

II. IDENTITÉS
Modérateur – Rémi Labrusse (Université Paris Ouest Nanterre La Défense)

Hélène Ivanoff (CNRS / EHESS)
« Art et ethnologie en 1914 : Leo Frobenius, l’ethnographie déchirée entre vision universaliste et ambitions nationales »

Elitza Dulguerova (Université Paris I – Panthéon Sorbonne)
« L’œuvre de l’art face à la crise de l’art »

Andrew M. Nedd (Savannah College of Art and Design)
« ‘Segodniashnii Lubok’ : Avant-Garde, War and National Identity »

Oriane Marre (Université Paris IV – Sorbonne)
« Londres en 1914 : théâtre d’une bataille artistique, miroir de luttes politiques »

Georgina S. Williams (Winchester School of Art)
« Advertising Conflict : Propagandist Aesthetics in 1914 »

VENDREDI 6 DÉCEMBRE 2013
Centre allemand d’histoire de l’art / Deutsches Forum für
Kunstgeschichte – Paris
Salle Julius Meier-Graefe

MATINÉE – 9h-13h

Introduction – Andreas Beyer (Centre allemand d’histoire de l’art – Paris)

III. INSTITUTIONS
Modérateur – Ségolène Le Men (Université Paris Ouest Nanterre La Défense / IUF)

Claire Maingon (Université de Rouen)
« Le « cubisme » de Salon en 1914 : tradition et art moderne français »

Friederike Kitschen (Humboldt-Universität – Berlin)
« The art market of the Avant-Gardes and the War : 1914 »

Ole W. Fischer (University of Utah, School of Architecture)
« Discontinued by Mobilization – Henry van de Velde, the Theater in Cologne and Werkbund Reform »

Scott Budzynski (Savannah College of Art and Design)
« A New City for The Generation of the Avant-Garde »

APRÈS-MIDI – 14h-18h

IV. MOBILISATIONS
Modérateur – Godehard Janzing (Centre allemand d’histoire de l’art – Paris)

Viola Hildebrandt-Schat (Goethe-Universität – Francfort-sur-le-Main)
« Du journal de la Tunisreise aux formes combattantes – Pressentiment de la guerre et sa réalité dans la peinture de Macke et Marc »

Marine Branland (Université Paris Ouest Nanterre La Défense)
« Août 1914 et après ? La lente mobilisation artistique en France »

Christian Joschke (Université Paris Ouest Nanterre La Défense)
« L’artiste en photographe de guerre. L’année 1914 dans quelques albums privés de la Première Guerre mondiale »

Ève Mascarau (Université Paris Ouest Nanterre La Défense)
« Le théâtre du Vieux-Colombier au front »

CONCLUSIONS

Organisé par :
Annette Becker (Université Paris Ouest Nanterre La Défense / Institut universitaire de France)
Andreas Beyer (Centre allemand d’histoire de l’art – Paris)
Itzhak Goldberg (Université Jean Monnet – Saint-Etienne)
Godehard Janzing (Centre allemand d’histoire de l’art – Paris)
Rémi Labrusse (Université Paris Ouest Nanterre La Défense)

En coopération avec :
L’Institut universitaire de France (IUF)
La Mission du centenaire de la Première Guerre mondiale

Coordination : Marine Branland et Annabel Ruckdeschel
colloque.arts1914@hotmail.fr

Lieux :
Université Paris Ouest Nanterre La Défense
200, Avenue de la République
92001 Nanterre Cedex
Salle des conférences (Bâtiment B)

Centre allemand d’histoire de l‘art /
Deutsches Forum für Kunstgeschichte – Paris
Hôtel Lully, 45, rue des Petits Champs – 75001 Paris
Salle Julius Meier-Graefe

Informations :
http://www.dtforum.org/uploads/media/Programme_Guerre_et_Avant-Gardes.pdf

Source: H-ArtHist, Nov 1, 2013.

Colloque: « Passages à Paris: Artistes étrangers à Paris – fin du XIXe siècle à nos jours » du 6 au 8 novembre 2013 à Paris

«Les artistes de tous les pays qui viennent à Paris pensent rarement aujourd’hui à une école, une académie où ils chercheraient des instructions précises. Ils n’envisagent pas, non plus, dans la plupart des cas, de se rendre auprès d’un des grands maîtres pour en devenir l’élève ou le disciple. Au contraire, ils sont attirés par l’ensemble des mille et une aventures artistiques possibles qui les attendent ici. Cependant, même ceux qui s’y installent seulement parce que la lumière de Paris ne se trouve nulle part ailleurs, reçoivent, en y travaillant, une formation souvent décisive» Herta Wescher, Cimaise, janvier-février 1956.

Le colloque pluridisciplinaire Passages à Paris souhaite interroger les raisons, les conditions et les conséquences éventuelles des séjours d’artistes étrangers à Paris, dans une optique à la fois artistique, esthétique, politique et sociologique. Il analysera notamment les échanges entre artistes, critiques, galeristes, collectionneurs, les mutations éventuelles des origines géographiques ou le terrain socio-politique qui a pu favoriser ou être le catalyseur d’une circulation allant parfois à l’inverse de modèles communément admis. Seront particulièrement mises en valeur les formes de transferts culturels encore méconnues et la constitution de communautés transnationales, notamment avec des artistes venant d’aires culturelles qui, souvent délaissées, trouvent à présent une place dans l’historiographie contemporaine. La prise en compte de ces passages et de leurs retombées concourt finalement à modifier les grands récits historiques, ouvrant le conflit artistique qui opposait Paris à New York sur de nouveaux horizons. Elle renouvelle notre compréhension de la mise en pratique des théories artistiques et des valeurs esthétiques.

PROGRAMME

Mercredi, 6 novembre
Lieu: Institut national d’histoire de l’art, salle Vasari
2 rue Vivienne, 75002 Paris

9h00
Accueil des participants

9h15
Introduction du colloque
Fanny DRUGEON (Labex CAP)
Pauline CHEVALIER (Université de Franche-Comté, Besançon)
Alain BONNET (Université Pierre Mendès France, Grenoble)

Paris  «nouvelles visions»
Présidence: Anne LAFONT (Université Paris-Est Marne-la-Vallée)

9h45
Révéler le visage caché de Paris: stratégies de déconstruction d’un mythe dans la photographie tchécoslovaque
Fedora PARKMANN (Université Paris IV – Sorbonne)

10h30
Brazilian artists’ studios in Paris through photography, 1910-1914
Camilla DAZZI et Arthur VALLE (Centro Federal de Educação Tecnológica de Rio de Janeiro / Universidade Federal Rural de Rio de Janeiro)

11h15
Pause

11h 30
Brassaï à Paris – étranger, intermédiaire et créateur d’un mythe
Ulrike BLUMENTHAL (Université de Leipzig)

12h15
Le bureau de l’agence Magnum Photos à Paris, lieu de passage d’une communauté de photographes cosmopolite
Clara BOUVERESSE (Université Paris I – Panthéon Sorbonne)

13h00-14h30
Pause déjeuner

Paris «institutions»
Présidence: Catherine GRENIER (Musée national d’art moderne – Centre Georges Pompidou)

14h30
Introduction de session

14h45
Alternatives suédoises: l’art suédois à Paris 1953-1981. De la galerie Denise René au Centre Pompidou
Linus GRATTE (Réunion des musées nationaux)

15h30
International Intersection: Marcelo Pogolotti at the Galerie Carrefour
Susanna TEMKIN (Institute of Fine Arts, New York University)

16h15
Pause

16h30
Novembre 1916: une salle italienne s’ouvre au musée du Luxembourg. Les ambiguïtés de la constitution d’une école nationale
Marion LAGRANGE (Université Bordeaux III – Michel de Montaigne)

17h15
Les Italiens de Paris ou comment des défenseurs de l’ «italianité» devinrent des ambassadeurs du «réalisme magique méditerranéen»
Lucia PICCIONI (EHESS/Scuola Normale Superiore de Pisa)

18h00
Avant les Magiciens de la Terre, l’histoire méconnue d’une collection d’art contemporain africain
Maureen MURPHY (Université Paris I – Panthéon Sorbonne)

18h 45
Conclusion de la journée

Jeudi, 7 novembre
Lieu: Institut national d’histoire de l’art, salle Vasari
2 rue Vivienne, 75002 Paris

Emancipations
Présidence: Béatrice JOYEUX-PRUNEL (Ecole normale supérieure – Ulm, Paris)

9h30
Introduction de session

9h45
«Paris, Paris !»: les séjours de formation de Clara Biller, Maria Bashkirtseff et Paula Modersohn-Becker 1860-1910
Gitta HO (Université de Hambourg)

10h30
«Quatre artistes à l’Académie Matisse: Mathilde Vollmoeller, Marg Moll, Martha Bernstein et Annemarie Kruse – Les artistes allemandes dans l’avant-garde parisienne entre 1906 et 1914»
Kathrin UMBACH (Université Paris I – Panthéon Sorbonne)

11h15
From Shanghai’s Brothels to Montparnasse: A Study of Pan Yulin (1899-1977) and Her Paris
Mia Yinxing LIU (Yale University)

12h – 13h30
Pause déjeuner

Identités et modernités 
Présidence: Michèle GREET (George Mason University, Fairfax)

13h30
Introduction de session

13h45
Un indépendantiste philippin en Europe. La carrière parisienne de Juan Luna (1857-1899)
Laurent CAZES (Université Paris I – Panthéon Sorbonne)

14h30
Asian Artists in 1950s’ Paris:The Framing of Modernity in a Transnational Context
Dina BANGDEL (Virginia Commonwealth University-Qatar)

15h15
A Jamaican artist in Paris – Karl Parboosingh’s Explorations of the Avantgarde and a New Caribbean Modernism
Claudia HUCKE (Institut für Kunstgeschichte, Munich)

16h00
Pause

Quand «les Sud-Américains ont pris Paris»

16h15
Introduction de session

16h30
Displacement as an Aesthetic Strategy: Jesus Soto in Paris, 1950-1970
Estrellita BRODSKY (Institute of Fine Arts, New York University / Centre Pompidou Foundation)

17h15
Les sud-américains de Paris: l’autre dans la revue Robho et l’Atelier Populaire
Isabel PLANTE (Instituto de Altos Estudios Sociales, Universidad Nacional de San Martín, Buenos Aires)

18h00
Conclusion de la journée

Vendredi, 8 novembre
Lieu: The Terra Foundation for American Art
29 rue des Pyramides, 75001 Paris

Americanismes parisiens
Présidence: Veerle Thielemans (Terra Foundation for American Art)

9h
Introduction de session

9h15
St. Luke’s Chapel, Transnationalism, and the Visual Culture of American Religion and Art in Fin-de-Siècle Paris
Emily BURNS (Auburn University)

10h00
The specter of l’américanisme parisien: U.S. artists and technologies in Paris in the later 1800s
Hollis CLAYSON (Northwestern University)

10h45
Pause

11h00
La revue d’exil, un lieu d’accueil privilégié des artistes étrangers à Paris: le cas de la revue américaine transition (Paris, 1927-1938)
Céline MANSANTI (Université de Picardie)

11h45
Paris-Chicago versus New York: Leon Golub et Nancy Spero à Paris (1959-1964)
Elisa CAPDEVILA (Institut d’études politiques de Paris)

12h30 – 14h30
Pause déjeuner

Exils politiques
Présidence: Fanny DRUGEON (Labex CAP)

14h30
Introduction de la session.

14h45
«Des taureaux et du sang»: le rôle de l’imaginaire dans la réception française de l’art catalan à l’aube du XXe siècle
Laura KARP LUGO (Université Paris I – Panthéon Sorbonne)

15h30
«L’homme-artiste» des anarcho-syndicaliste espagnols en exil, ou les valeurs incarnées
Amanda HEROLD (Institut d’études politiques de Paris)

16h15
Pause

16h30
Du refuge mental à l’expérience directe, le Paris de Ghérasim Luca
Anne FOUCAULT (Université Paris-Ouest Nanterre)

17h15
Présence Sud-africaine à Paris
Sarah LIGNER (Musée Chagall, Nice)

18h00
Conclusion du colloque

• Organisation scientifique
Fanny DRUGEON (Labex CAP)
Pauline CHEVALIER (Université de Franche-Comté, Besançon)
Alain BONNET (Université Pierre Mendès France, Grenoble)

• Comité scientifique
Natalie ADAMSON, Senior Lecturer, Art History, University of St Andrews
Andreas BEYER, Directeur du Centre allemand de l’histoire de l’art (Paris)
Alain BONNET, Professeur d’Histoire de l’art contemporain, UPMF, Grenoble 2
Pauline CHEVALIER, Maître de conférences en Esthétique et histoire des arts, Université de Franche-Comté, Besançon
Thomas DACOSTA KAUFMANN, Frederick Marquand Professor of Art and Archaeology, Princeton University
Philippe DAGEN, Professeur d’Histoire de l’art contemporain, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, directeur de l’HiCSA et du Labex CAP
Judith DELFINER, Maître de conférences en Histoire de l’art contemporain, UPMF, Grenoble 2
Fanny DRUGEON, Chercheuse associée Labex CAP (HiCSA/Centre Pompidou)
Marie GISPERT, Maître de conférences en Histoire de l’art contemporain, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne
Michèle GREET, Associate Professor of Art History, George Mason University
Catherine GRENIER, Directrice adjointe du MNAM-CCI, chargée du programme Recherche et Mondialisation
Béatrice JOYEUX-PRUNEL, Maître de conférences en histoire de l’art contemporain, Ecole Normale Supérieure
Anne LAFONT, Maître de conférences en histoire de l’art moderne, université Paris Est Marne- la-Vallée
Michael LEJA (Director, Visual Studies Program Professor, History of Art Department University of Pennsylvania
France NERLICH, Maître de conférences en Histoire de l’art, Université François-Rabelais, Tours
Veerle THIELEMANS, Responsable des Programmes Académiques de la Terra Foundation for American Art
Julie VERLAINE, Maître de conférences en Histoire, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Sources : : H-ArtHist, 28 oct. 2013 (accessed 30 oct. 2013), <http://arthist.net/archive/6266>.

Colloque annuel du groupe Artl@s : « Histoire mondiale de l’art et péripheries / Global Art History and the Peripheries », du 12 au 14 juin 2013 à l’ENS (12 et 13 juin), à la Terra Foundation for American Art (14 juin matin) et à l’INHA (14 juin après-midi)

On June 12, 13 and 14, the Artl@s team organizes an international conference titled “Global Art History and the Peripheries”, in partnership with the École normale supérieure, the Terra Foundation for American Art and the Institut national d’histoire de l’art, inviting researchers to gather and develop a removed and well-thought out approach to the question of the peripheries in art history.

Presentation

Organisation: Catherine Dossin, Béatrice Joyeux-Prunel, Michela Passini (the Artl@s Project)

Labex TransferS ; Agence nationale pour la recherche:

Global Art History and the Peripheries

École normale supérieure
Terra Foundation for American Art
Institut national d’histoire de l’art

June 12-13-14 2013

Creating a place for peripheries has been one of the main issues of a global approach to art as it has developed over the past twenty years. In the legacy of postcolonial studies in particular, a global approach encourages revisiting a story whose margins have been too long forgotten or disregarded and devalued. Studies on non-Western regions have thus, since the 1990s, grown remarkably, especially in Central European and South American art. This renewal also leads to renewed disputes over museum collections.

Some of the problems raised by the global project have yet to be resolved. Can a global approach integrate artistic peripheries into the canons of a history still far too oriented towards the universalist and linear model that particularly crystallizes the notion of modernism? If, since the publication of the work Provincialism (1962) by Sir Kenneth Clark, the history of art has been engaged in a reflection on the spatial dimensions of artistic production, and has thus called upon concepts of ’center’ and ’periphery’, these two notions are still being associated with a hierarchical conception of artistic production. This tendency—to designate artistic « peripheries” as places where artistic production is less decisive for art history than in the presumed centers for artistic activity—remains strong to this day.

How do we overcome these prejudices, themselves linked to a historiography strongly determined by the canons of Western modernism focused first on Italy, then Paris, and finally New York? Indeed, if only it were a question of embracing forgotten areas research, the historian would never leave this hierarchical presupposition. Retaining a canon in which the periphery would be measured as the focal point would further exile and subject the peripheries to a cartoonish diffusion model. However, by refusing to follow issues of progress or to compare them to the canon, peripheries are all the more excluded by forcing them to be places of « specificity » unrelated to the history of the so-called centers. Generally speaking, the very idea of a global history, where all would have a place, does not come out of Western conceptual models (James Elkins, Is Art History Global?). Rather, this notion has been brought about by Western institutions—universities or museums—which always seem to win at the game of globalization which even the contemporary art market was able to absorb. Finally, the valorization of non-Western areas elicits the production of new peripheries: it has created a destructive Western model, more overbearing than what one would have thought because it drowns the stories and productions of already outlying areas in an even stronger oversight: specialists of Western or, in particular, Eastern European art cannot find their place in the discipline.

Some, favoring the idea of conflict, have attempted to show to what extent artistic « peripheries » have been and are still active and selective. Others, sometimes radically, call into question the use of the same ’center’ and ’periphery ’ categories. They value particularly complex approaches that can characterized as mixed (Serge Gruszinski), geographical (Thomas DaCosta Kaufmann), circulatory (Michel Espagne), horizontal (Piotr Piotrowski) or connected (Romain Bertrand); these approaches, however, involve a multilingualism, mobility and access to a multiplicity of sources enjoyed by few historians. The problem is all the more punishing for museums whose collections have been established according to the dominant diffusion model. Is it possible to construct a history of art which takes into account gradients of activity, information and circulation? A truly « horizontal » history that, despite the problems created by different sources, languages, cultural traditions, is still able to make room for lesser-known productions of universal heritage?

The Artl@s team (www.artlas.ens.fr) invites researchers to gather and develop a removed and well-thought out approach to the question of the peripheries in art history.

Program

Wednesday, June 12 2013

École normale supérieure
45, rue d’Ulm (Paris 5e), Amphi Rataud

10 – 10:30 am: Tea & Coffee

10:30 – 10:40 am: Michel Espagne (Centre national pour la recherche scientifique, Labex TransferS), Welcome

10:40 – 11 am: Béatrice Joyeux-Prunel (École normale supérieure), Introduction: Thinking the Peripheries in the Context of a Global Art History?

11 – 11:30 am: Michela Passini (Centre national pour la recherche scientifique), Centres and Peripheries in the International Museum System. Exhibiting National Art Histories in Jeu de Paume Museum between the Wars

11:30 – 12 am: Carmen Popescu (Paris 4 Sorbonne University – The Nomad Seminar), At the periphery of architectural history – looking at Eastern Europe

12 – 12:30 pm: Olivier Marcel (Bordeaux 3 University), Mapping Art from the Global South – the Case of Nairobi and the Benefits of a Relational Approach to Peripheries

12:30 – 1:30 pm: Lunch at the restaurant of the ENS

1:30 – 1:45 pm: Catherine Dossin (Purdue University), Introduction: Taking a Closer Look at the Peripheries

1:45 – 2:15 pm: Ewa Brobowska (Terra Foundation for American Art Paris), The Boundaries of Empires in Quest of an Artistic Center: the Case of Polish artists, 1890-1914

2:15 – 2:45 pm: Jérôme Bazin (Paris-Est Créteil Val-de-Marne University), The geography of Communist art after 1945: other centralities, other universalities

2:45 – 3:15 pm: Kristine Khouri (Independent Scholar), Beyond Kuwait: Mapping the Sultan Gallery of the 1970s

3:15 – 3:45 pm: Tea & Coffee

3:45 – 4:15 pm: Annika Öhrner (Södertörn University), Historical microspaces and methods towards horizontal art history. Swedish artists in Paris 1908-1925

4:15 – 5:15 pm: Rasha Salti (Independent Scholar), The International Art Exhibition in Solidarity with Palestine of 1978

5:15 – 5:45 pm: Giovanni Rubino (University of Udine), Arte programmata. Italian Art in Former Yugoslavia in the 1960s and 1970s

5:45 – 6 pm: Concluding remarks

6:00 – 7:00 pm: Reception, École normale supérieure

 

Thursday, June 13 2013

École normale supérieure
45, rue d’Ulm (Paris 5e), Amphi Rataud

10 – 10:30 am: Tea & Coffee

10:30 – 11:30 am: David Cottington (Kingston University), Towards a historical understanding of the ‘historic’ avant-garde: trans-national and inter-disciplinary considerations

11:30 – 12 am: Derek Sayer (Lancaster University), « All the beauties of the world»: modernism, seen from twentieth-century Prague

12 – 12:30 pm: Catherine Dossin (Purdue University) and Béatrice Joyeux-Prunel (École normale supérieure), The German Century: Towards a Geopolitical Art History

12:30 – 1:30 pm: Lunch at the restaurant of the ENS

1:30 – 1:45 pm: Michela Passini (Centre national pour la recherche scientifique), Introduction: Measuring and Visualizing the Centers and the Peripheries

1:45 – 2:15 pm: Sophie Raux (Lille 3 University), Visualizing spaces, flows, agents and networks of the Art Markets in the 18th century: some methodological challenges

2:15 – 2:45 pm: Mathilde Arnoux (Centre allemand d’histoire de l’art), How the analysis of artistic exchanges challenges categories. Some observations based on the research program “To Each His Own Reality”

2:45 – 3:15 pm: Carolyn C. Guile (Colgate University), Borderlands: Mapping Early Modern Architecture in the Polish-Lithuanian Commonwealth

3:15 – 3:45 pm: Catherine Dossin (Purdue University), Béatrice Joyeux-Prunel (École normale supérieure), and Nicole Kong (Purdue University), Artl@s

3:45 – 4:15 pm: Tea & Coffee

4:15 – 5:30 pm: General discussion with all the presenters and the audience, Which Methods to Tackle the Peripheries?

5:30 – 6:30 pm: Reception, École normale supérieure

 

Friday, June 14 2013

Terra Foundation for American Art
29, rue des Pyramides (Paris 1er)

9:30 – 10 am: Tea & Coffee 

10 – 10:45 am: Zahia Rahmani (Institut national d’histoire de l’art), Why an Art and Globalization Research Program at INHA? And why me?

10:45 – 11:45 am: Catherine Grenier (Centre Georges Pompidou), The Role of the Museums in the Decentering of the History of Art. Visit of the new display of the collection of the Centre Georges Pompidou

11:45 – 12:15 pm: Sophie Orlando (Paris 1 Panthéon-Sorbonne University), Sources for a Decentered History of the Arts

12:30 – 2 pm: Lunch at the restaurant of the INHA

Institut national d’histoire de l’art
2, rue Vivienne (Paris 2e), Salle Walter Benjamin

2 – 2:10 pm: Antoinette Le Normand-Romain (Institut national d’histoire de l’art), Welcome

2:10 – 2:20 pm: Michela Passini (Centre national pour la recherche scientifique), Introduction

2:20 – 3:20 pm: Piotr Piotrowski (Adam Mickiewicz University), Towards a Horizontal Art History

3:20 – 4 pm: Tea & Coffee

4 – 5 pm: James Elkins (The School of the Art Institute of Chicago), Ten examples of encounters with alternate art historical practices

5 – 5:15 pm: Pause

5:15 – 6:45 pm : David Cottington (Kingston University), Béatrice Joyeux-Prunel (École normale supérieure), Piotr Piotrowski (Adam Mickiewicz University), Carmen Popescu (Paris 4 Sorbonne University, The Nomad Seminar), Derek Sayer (Lancaster University), Veerle Thielemans (Terra Foundation for American Art), moderated by Catherine Dossin (Purdue University), Which Place for the Peripheries in the Global Art History ?

6:45 – 8 pm: Reception at the Terra Foundation for American Art

More information : www.artlas.ens.fr

Colloque: « Lovis Corinth Colloquium on German Modernism », Emory University, Atlanta, 8-9 March 2013

First Bi-Annual Lovis Corinth Colloquium on German Modernism

Emory University

Department of Art History

March 8th, 9-5 and March 9th, 9-1

The Michael C. Carlos Museum

Keynote Speakers:

Walter Benn Michaels (UIC), “The Art of Inequality: Sander and Evans (with a note on Binschtok and Deschenes)”

Brigid Doherty (Princeton), “Rilke’s Magic Lantern: Suggestion and Metaphor in the 1905 Rodin Lecture”

Colloquium Schedule:

Friday, March 8th

9 Fred Schwartz, “Danger and Disenchantment: Thoughts on Narrative and Neue Sachlichkeit”

10 Peter Jelavich, “Legal Hypocrisy and Artistic Mendacity: The Trials of Corinth, Dix, and Grosz”

11 Lisa Siraganian, “Sounding Form: On Bauhaus Interdisciplinarity”

12 Lunch

1 Jennifer Ashton, “The Author as Consumer: Finance Modernism from Brecht, Benjamin, and Pound to Now”

2 Todd Cronan, “Less is More: The Bauhaus & The (Non-)Politics of Medium”

3-3:20 Break

3:20 Brigid Doherty, “Rilke’s Magic Lantern: Suggestion and Metaphor in the 1905 Rodin Lecture”

4:20 Walter Benn Michaels, “The Art of Inequality: Sander and Evans (with a note on Binschtok and Deschenes)”

Saturday, March 9th

9 Iain Boyd Whyte, “The German Utopia: Expressionism, National Socialism, and the Fable of Community”

10 Charles Haxthausen, “Paul Klee and the Problem of Style”

11 Lynette Roth, “The ‘Crisis of Painting’ in the Late Weimar Period”

12 Michael Clune, “Bernhard’s Way”

Detailed information can be found at http://nonsite.org/colloquium-german-modernism

For more information about the event please contact todd.cronan@emory.edu or catherine.barth@emory.edu.

 Source: H-ArtHist, Feb 6, 2013.

COLLOQUE: Ville, Vertige, Vestiges, Veille, Paris: Centre allemand d’histoire de l’art, Villeneuve d’Ascq: LAM, les 23 et 24 novembre 2012

En contrepoint de l’exposition « La Ville magique » présentée au LaM -Lille Métropole Musée d’art moderne, d’art contemporain et d’art brut jusqu’au 13 janvier 2013, un colloque international intitulé Ville, Vertige, Vestiges, Veille se tiendra le 23 novembre au Centre allemand d’histoire de l’art à Paris et le 24 novembre au LaM, à Villeneuve d’Ascq.

Ce colloque approfondira les pistes de réflexion amorcées dans l’exposition. Huit chercheurs de différentes disciplines croiseront leurs regards sur quatre thématiques transversales : le Vertige, les Vestiges, la Veille et les Voies.

PROGRAMME :

VENDREDI 23 NOVEMBRE 2012

Centre allemand d’histoire de l’art

Hôtel Lully, 45 rue des Petits Champs, 75001 Paris

09 h 30

Accueil par Andreas Beyer, directeur du Centre allemand d’histoire de l’art

Modération : Veerle Thielemans, Terra Foundation for American Art

10 h 30

Jean-François Chevrier, Ecole Nationale Supérieur des Beaux-Arts

À l’intérieur de la vue. L’Urbain en images

11 h 15

John Davis, Smith College

Edge City. Vacancy and Darkness in New York

12 h 15

Sophie Goetzmann, doctorante de Université Paris-Sorbonne (Paris IV)

La Ville de verre – Les artistes modernes et le Berlin d’avant-guerre

13 h 00

Pause

Modération: Magali Le Mens, Centre allemand d’histoire de l’art

14 h 30

Erik Wegerhoff, Centre allemand d’histoire de l’art

La Ville et la vitesse. La Réaction architecturale à l’automobile

15 h 15

Pieter Uyttenhove, Universiteit Gent

L’Échelle et la métaphore urbaine

16 h 00

Jason Hill, Terra Foundation Postdoctoral fellow in American Art,INHA

Ville, entre carte et photographie : Ad Reinhardt, Weegee, et la revue PM

Continuer la lecture de COLLOQUE: Ville, Vertige, Vestiges, Veille, Paris: Centre allemand d’histoire de l’art, Villeneuve d’Ascq: LAM, les 23 et 24 novembre 2012

Colloque international « Marchand, collectionneur, critique, éditeur…: l’’animateur d’art’ et ses multiples rôles. Etude pluridisciplinaire de ces intermédiaires culturels méconnus des XIXe et XX siècles », Bruxelles, Bibliothèque royale Albert 1er, 25 et 26 octobre 2012

Présentation par les organisateurs:

« L’objectif de ce colloque est de révéler l’impact du rôle de l’animateur d’art dans le développement des arts. Nous espérons que ces journées d’études nous permettront de préciser la première description de cet acteur, formulée ainsi : «L’animateur d’art participe activement à la défense des arts et à la stimulation de la création artistique d’une époque. Il mobilise ses nombreux réseaux afin de diffuser des idéologies et des esthétiques Il est une figure clé qui se positionne comme intermédiaire entre les différents mondes de l’art ainsi qu’entre les divers agents du milieu culturel. Son travail consiste à construire des ponts entre les artistes et son propre milieu social afin de faciliter la réception des oeuvres et promouvoir une esthétique particulière. »

Programme:

October, 25th

9.30 : Registration

9.50 : Opening speeches

SESSION 1 : STIMULATING THE CULTURAL ENVIRONMENT : NETWORKS AND ACTIVITIES | Dynamiser le milieu culturel : réseaux et activités | Stimuleren van het cultuurleven : netwerken en activiteiten

10.20 : Davy Depelchin (scientific assistant, Royal Museums of Fine Arts of Belgium) > Mommen & sons: “animateurs-facilitateurs” of the Brussels art scene

10.40 : Sarah Barbedette (Docteure en littérature française, Université de Paris- Sorbonne) > Suzanne Tézenas (1899-1991), le doigté

11.00 : Coffee

11.30 : Gwenaëlle Delencre (Doctorante en histoire de l’art, Paris Ouest Nanterre/Washington University, Saint Louis) > Eugene Benson (1839- 1908), « Troubadour américain »

11.50 : Victor Claass (Doctorant, Université Paris-Sorbonne (Paris IV)/Université de Bâle) > Inactualités de Julius Meier-Graefe (1867-1935)

12.10 : Discussion

12.40 : Lunch

SESSION 2 : INVESTING THE POLITICAL SPHERE : A CULTURE UNDER INFLUENCE | Investir la sphère politique : une culture sous influence | Binnendringen in de politieke sfeer : een cultuur onder invloed

14.00 : Frances Suzman Jowell (independent art historian (Dr), London) > Thoré-Bürger (1807-1869) : homme de lettres ou homme politique ?

14.20 : Jean-Philippe Huys (attaché scientifique, Centre international pour l’Étude du XIXe siècle) > Louis Piérard (1886-1951) : ses débuts comme promoteur d’art

14.40 : Discussion

15.10 : Coffee

Continuer la lecture de Colloque international « Marchand, collectionneur, critique, éditeur…: l’’animateur d’art’ et ses multiples rôles. Etude pluridisciplinaire de ces intermédiaires culturels méconnus des XIXe et XX siècles », Bruxelles, Bibliothèque royale Albert 1er, 25 et 26 octobre 2012

Colloque international « La gauche des années 1930 : Arts, Journalisme, Littérature (Europe-Amériques) » les 30 novembre, 1er et 2 décembre 2012, Annexe de la Mairie du XIVe arrondissement, Paris

12, rue Pierre Castagnou – Métro Mouton-Duvernet

Vendredi 30 novembre 2012

9h-12h30

Hélène Baty-Delalande : « Les militantes chez les romancières Madeleine Pelletier, Edith Thomas et Louise Weiss : quelles représentations de l’engagement au féminin ? »

Claudia Bouliane : « Quand les trottoirs se laissent séduire par la chaussée. Microlecture d’un rassemblement populaire dans La Conspiration de Paul Nizan»

Marco Consolini : « Entre totalitarisme et rêves d’émancipation : les années trente et la fascination pour le théâtre de masse à travers l’analyse de la Conférence de Rome (« Convegno Volta ») en 1934 »

Leonor Delaunay : « « Quand nous devrions marcher ensemble… » Retour sur la scène ouvrière des années 1930 »

14h15-18h30

Jean-Luc Martinet : « L’impossible figuration du père : Eugène Dabit romancier»

François Ouellet : « La gauche des éditions Rieder : l’exemple du romancier Gabriel Chevallier »

Nathalie Gibert-Joly : « L’artiste Jean Bruller face au bouillonnement intellectuel et politique des années 1930 »

Eva Vamos : « L’écrivain et journaliste apatride Ervin Sinko : de Budapest à Paris en passant par Vienne »

Sabrina Dubbeld et Florence Pustienne : « L’exposition Van Gogh : un scandale muséographique à l’Exposition internationale de 1937 »

Samedi 1er décembre 2012

9h15-13h30

Frédéric Thomas : « Le scénariste et journaliste belge Denis Marion : une éthique de l’engagement »

Valérie Vignaux : « Léon Moussinac et le communisme : d’une poétique des arts à une politique de la culture ou le temps des masses »

Patrice Allain : « Jacques Viot, une subjectivité radicale au-delà du « je » de l’écrivain-reporter »

Gilles Losseroy : « Bifur (1929-1931) ou le carrefour des gauches »

Luis Velasco-Pufleau : « L’engagement antifasciste dans la musique du mexicain Silvestre Revueltas et dans la poésie du cubain Nicolas Guillen »

15h00-18h30

Alexis Buffet : « Le romancier Luc Durtain et l’idée d’Amérique »

Mark Fortier : « Un art du montage littéraire : Les Etats-Désunis de Vladimir Pozner »

Emmanuel Bluteau : « Jean Prévost journaliste : Pamphlet (février 1933-mars 1934) »

Pierre-Frédéric Charpentier : « Printemps-juillet 1939 : Nizan et Céline face à la tension conjoncturelle »

Dimanche 2 décembre 2012

9h30-12h15

Natacha Vas Deyres : « Visions prospectives de la Guerre du Pacifique. L’écrivain-journaliste Régis Messac témoin et analyste de son temps »

Andrea d’Urso : « Amour et fascisme dans la critique marxiste de Nicolas Calas»

Gérard Cogez : « Pourquoi était-on là ? Henry Poulaille et la guerre »

13h45-17h15

Gilles Vergnon : « La leçon du Nord ? Le voyage en Scandinavie dans les années 1930 : la découverte d’un au-delà de la lutte des classes »

Anne Mathieu : « Une intellectuelle militante des années 1930 pour le droit des étrangers : Magdeleine Paz »

Sophie Kurkdjian : « L’engagement de l’éditeur de presse Lucien Vogel, de Vu à Messidor »

Michel Lefebvre : « Photographes et militantes sur le front espagnol : Kati Horna, Tina Modotti, Gerda Taro »

Colloque organisé à l’occasion des dix ans de la revue Aden. Paul Nizan et les années 30

Programme complet : www.paul-nizan.fr ET http://mairie14.paris.fr

Colloque organisé par le G.I.E.N. (Groupe Interdisciplinaire d’Etudes Nizaniennes) et la Chaire de Recherche du Canada sur le roman moderne.

Soutenu par l’Ambassade d’Espagne, le Centre d’Études Littéraires Jean Mourot (C.E.L.J.M.) de l’Université de Lorraine, le Centre National du Livre (C.N.L.), la Mairie de Paris et la Mairie du XIVème arrondissement de Paris.

Colloque : « Paris-Athènes 1919-1939 : le double voyage » du 19 au 21 janvier 2012 à Athènes

19-21 janvier 2012, Athènes, Amphithéâtre du Musée Benaki & Auditorium de l’Institut français d’Athènes

La Grèce et la France, qui entretiennent depuis le XIXe siècle une politique fondée sur l’amitié et la collaboration, renforcée encore par l’épreuve de la Première Guerre mondiale, continuent à cultiver et à développer leurs relations culturelles tout au long de l’entre-deux-guerres. Durant ces mêmes années, la circulation des artistes, des écrivains et des intellectuels d’une capitale à l’autre – et tout spécialement des Grecs vers Paris, reconnu internationalement comme le centre artistique le plus actif de l’époque – augmente considérablement, avec les effets les plus féconds.

Le colloque Paris-Athènes 1919-1939 : le double voyage constitue l’aboutissement du programme de recherche du même nom, centré sur les relations artistiques et intellectuelles entre la France et la Grèce de 1919 à 1939, qui a été mené conjointement par l’Ecole française d’Athènes (EfA), le musée Benaki et l’Institut d’Etudes Méditerranéennes (IEM), de 2008 à 2011. Durant ces quatre ans, des journées d’études et des recherches approfondies ont permis d’examiner dans leur ensemble les relations artistiques et plus généralement les échanges culturels entre les deux pays de 1919 à 1939. Le Colloque présentera le bilan de ces travaux.
Les chercheurs grecs et français, historiens de l’art, de la littérature, de l’architecture, de la photographie, du théâtre, des arts décoratifs, de même que des archéologues, des musicologues et des architectes interrogeront les relations entre la France et la Grèce dans les différents domaines de la culture et des arts et entreprendront de révéler l’étendue de ces relations à travers la production artistique et plus largement la vie intellectuelle des deux pays.

Dans ce cadre, on examinera le cas d’artistes, d’écrivains et d’intellectuels grecs ayant étudié ou s’étant installés à Paris, comme Kostas Varnalis, Nicolas Calas, Thanassis Apartis, Dimitris Galanis, Nikos Hatzikyriakos-Ghikas (Ghika), Christian Zervos, Tériade et d’autres, ainsi que celui d’artistes, photographes, écrivains ou architectes français qui ont visité la Grèce ou simplement ont été inspirés par elle, comme Eli Lotar, Ossip Zadkine, Raymond Queneau, Paul Valéry, Ernest Hébrard, Le Corbusier et d’autres.

Les communications s’intéresseront également à la réception des courants d’avant-garde par les artistes grecs à travers les revues et la presse quotidienne, ainsi qu’aux publications spécialisées en Grèce ou Les Cahiers d’Art en France. Le Colloque comprendra enfin des études thématiques sur différents sujets, comme la traduction littéraire en Grèce et en France, les revues d’avant-garde, l’architecture moderne, la relation entre l’antiquité et la modernité, la critique d’art, les expositions internationales, les rencontres scientifiques, les Fêtes Delphiques, etc.

Programme

Les séances auront lieu le 19 et le 20 janvier dans l’Amphithéâtre du Musée Benaki, rue Pireos, et le 21 janvier dans l’Auditorium de l’Institut français d’Athènes.Les communications et les discussions auront lieu en grec et en français, avec traduction simultanée dans les deux langues.

Organisateurs :
Le Musée Benaki, l’Ecole française d’Athènes (EFA) et l’Institut d’Etudes Méditerranéennes (IEM).

Comité Scientifique du Colloque et du Programme de Recherche  :
Lucile Arnoux-Farnoux (Université François-Rabelais, Tours)
Sophie Basch (Université Paris-Sorbonne – Paris IV)
Servanne Jollivet (EFA)
Polina Kosmadaki (Musée Benaki)
François Loyer (CNRS)
Evgénios Matthipoulos (Université de Crète, IEM)
Paul-Louis Rinuy (Université Paris VIII)
Panayotis Tournikiotis (Université Nationale Technique, Athènes)
Maria Tsoutsoura (HDR en Études Grecques)

Colloque: « L’historiographie francaise de l’art de l’affaire Dreyfus à la Quatrieme République: nouvelles perspectives », INHA, salle Vasari, 21 et 22 novembre 2011

L’axe « Histoire de l’histoire de l’art » de l’INHA a entamé en 2007 en collaboration avec Neil McWilliam et Éric Michaud, un programme de recherches sur les enjeux nationaux dans les discours sur l’art durant le premier xxe siècle. Dans ce cadre, deux journées d’études ont été organisées : la première, en novembre 2008, a traité de la question nationale dans l’historiographie européenne, et la seconde, en novembre 2009, a rendu compte de la perception de l’art français à l’étranger. Ce travail sur les enjeux nationaux dans les discours sur l’art se poursuit avec un colloque international consacré à l’historiographie artistique française, afin de confronter ce qui semble être le motif idéologique dominant la littérature artistique de la Troisième République – le nationalisme – aux autres enjeux intellectuels, culturels, idéologiques et politiques travaillant l’histoire de l’art de cette période. Réunir des chercheurs s’interrogeant sur les fondements explicites ou implicites de notre discipline est d’autant plus intéressant que la première moitié du xxe siècle est précisément celle d’une consolidation de l’histoire de l’art. Cette nouvelle science entame alors un processus de professionnalisation, élabore de nouvelles méthodes, se forge un outillage et redéfinit ses domaines de recherche, au moment même où les musées, l’université, mais aussi le marché de l’art s’affirment comme les lieux de production privilégiés de ces discours et de ces savoirs sur l’art.

Lundi 21 novembre

9.30 / Philippe Sénéchal, INHA, directeur du département des Études et de la Recherche
9.45 / Introduction des organisateurs

LIEUX ET MODES DE FABRICATION DU DISCOURS : LES INSTITUTIONS FACE À L’HISTOIRE DE L’ART
Président de séance : Dominique Poulot, Université de Paris 1 – Panthéon-Sorbonne

10.00 / Felicity Bodenstein, Université de Paris 4 – Sorbonne
« La renaissance des traditions. Ernest Babelon, directeur du Cabinet de France (1892-1924)»
10.45 / Pause
11.00 / Annamaria Ducci, chercheuse indépendante
« L’action fédératrice face aux nationalismes. L’action de l’Office International des Instituts d’Art et d’Archéologie (IICI) pour le renouveau de la discipline »
11.45 / Martha Ward, University of Chicago
« L’aménagement comme ressource dans l’interprétation de l’histoire de l’art : René Huyghe »
(communication en anglais)

L’HISTOIRE DE L’ART VUE DE BIAIS
Président de séance : Rossella Froissart, Université de Provence Aix-Marseille 1

14.00 / Fabienne Fravalo, INHA
« L’histoire de l’art comme corollaire de la critique, dans les revues d’art décoratif à la Belle Epoque »
14.45 / Jean Nayrolles, Université Toulouse 2 – Le Mirail
« Le moment Salomon Reinach : un dialogue entre anthropologie et histoire de l’art »
15.30 / Serena Keshavjee, University of Winnipeg
« Elie Faure et l’histoire de l’art organiciste » (cette communication sera délivrée en anglais)
16.15 / Pause

MÊMES OBJETS, MÊMES PRATIQUES ? PARCOURS COMPARÉS D’HISTORIENS DE L’ART
Président de séance : Éric de Chassey, Académie de France à Rome – Villa Médicis

16.30 / Kathryn Brush, University of Western Ontario « Arthur Kingsley Porter et l’expérience américaine des études françaises de l’art avant et après 1918 »
(communication en anglais)
17.15 / Marie Tchernia-Blanchard, INHA « Formalisme français et Seconde école de Vienne : l’étude des peintres primitifs chez Charles Sterling et Otto Pächt »
18.00 / Kerstin Thomas, Johannes Gutenberg-Universität, Mayence « L’esthétique de la forme chez Henri Focillon et Meyer Schapiro »
Mardi 22 novembre

MÉDIATIONS : L’HISTORIOGRAPHIE FRANÇAISE À L’ÉPREUVE DE L’INTERNATIONALISATION DES SAVOIRS
Président de séance : Mathilde Arnoux, Paris, Centre allemand d’histoire de l’art

9.00 / Janet T. Marquardt, Eastern Illinois University « Françoise Henry et les arts irlandais »
9.45 / Michel Espagne, Paris, École normale supérieure « Albert Marignan, médiateur entre la France et l’Allemagne »
10.30 / Pause
10.45 / Jean-Sébastien Cluzel, INHA « Vers une histoire de l’architecture comparée. Méditations occidentales sur l’architecture japonaise »
11.30 / Rémi Labrusse, Université Paris Ouest Nanterre-La Défense « La germanophilie des revues d’avant-garde dans l’entre-deux-guerres »

LOIN DE LA FOULE DÉCHAÎNÉE? LES HISTORIENS DE L’ART ET LA POLITIQUE
Président de séance : Laurence Bertrand-Dorléac, Paris, Institut de Sciences politiques

14.00 / Bertrand Tillier, Université de Bourgogne « Léon Rosenthal : une tentative d’écriture socialiste de l’histoire de l’art »
14.45 / François-René Martin, Paris, École nationale supérieure des Beaux-Arts « Le style comme puissance. Expansion, diffusion et persistance du génie national dans l’historiographie française entre 1930 et 1945 »
15.30 / Pause
15.45 / Estelle Thibault, ENSA Paris-Belleville « L’histoire de l’architecture écrite par les architectes : tradition nationale et méthodes d’analyse formelle »
16.30 / Catherine Fraixe, École nationale supérieure d’art, Bourges « L’Histoire de l’art contemporain de René Huyghe »
17.15 / Conclusion des organisateurs

ORGANISATEURS

Anne Lafont, INHA

Neil McWilliam, Duke University, Durham, Caroline du Nord

Éric Michaud, EHESS

Michela Passini, INHA

COMITÉ SCIENTIFIQUE

Kathryn L. Brush, University of Western Ontario

Rossella Froissart, Université de Provence Aix-Marseille 1

Hubertus Kohle, Université de Munich

Anne Lafont, INHA

Michel Leymarie, Université de Lille 3

Neil McWilliam, Duke University, Durham, Caroline du Nord

Eric Michaud, EHESS

Michela Passini, INHA

Richard Woodfield, University of Birmingham

COLL: « Disseminating Expressionism: The Role of Prints » (New York, MoMA, 6 May 11)


Friday, May 6, 2011, 1:00­5:00 p.m.
The Museum of Modern art, New York, NY
Theater 3 (The Celeste Bartos Theater), mezzanine, The Lewis B. and Dorothy Cullman Education and Research Building

This half-day symposium centers on the potential of the print as a medium for the dissemination of art and ideas. Scholars will address the prints ability to represent formal innovations and aesthetic goals, to communicate issues of war and national pride, and to appear alongside news, commentary, and literature in publications and periodicals. Participants include Shulamith Behr, Timothy Benson, Meike Hoffmann, Peter Jelavich, Rose-Carol, Washton Long, and Christian Weikop. Moderated by Starr Figura.

For more information, or to purchase tickets, visit http://www.moma.org/visit/calendar/events/10757

Program Schedule

1:05­-1:20 p.m.

Welcome and introduction, Starr Figura

1:20-­1:45 p.m.

Meike Hoffmann, Kunsthistorisches Institut, Freie Universität Berlin

« Early Expressionism between the Artist and the Audience »

1:45-­2:10 p.m.
Christian Weikop, Visiting Lecturer, University of Edinburgh

« Making Use of Prints in the Struggle for Modern Art »

2:10-­2:35 p.m.

Timothy O. Benson, Curator, The Robert Gore Rifkind Center for German Expressionist Studies, Los Angeles County Museum of Art,

« Expressionist Periodicals and the Intersection of Literature, Prints, and Politics »

2:35­-2:50 p.m.

Coffee break, Education and Research Building, mezzanine

2:50­3:15 p.m.

Shulamith Behr, Senior Lecturer in German 20th-Century Art, The Courtauld Institute of Art

« Between Authenticity and the Multiple: Käthe Kollwitz, Graphic Dissemination, and Dealership »

3:15­3:40 p.m.

Peter Jelavich, Professor of History, Johns Hopkins University

« Graphic War »

3:40­-4:05 p.m.

Rose-Carol Washton Long, Professor of 19th- and 20th-Century European Art, Department of Art History, The CUNY Graduate Center

« Prints and Politics in the Immediate Postwar Era »

4:05­-4:40 p.m.

Moderated discussion

4:40­-5:00 p.m.

Q&A

5:00-­6:00 p.m.

Reception, Education and Research Building, mezzanine

In conjunction with the exhibition German Expressionism: The Graphic Impulse Tickets ($10; $8 members; $5 students, seniors, staff of other museums) can be purchased online or at the lobby information desk and the film desk.

Source: CONF: « Disseminating Expressionism: The Role of Prints » (New York, 6 May 11). In: H-ArtHist, 28.04.2011.