Archives de catégorie : Expositions

Exposition: « Lyon et l’art moderne, de Bonnard à Signac. 1920-1942 » du 14 octobre 2012 au 10 février 2013 au Musée Paul Dini à Villefranche-sur-Saône

En juin 2011, Dominique Fessetaud, Michel Fessetaud et Martine Payard ont fait don au musée Paul-Dini, des archives de Denise Mermillon (1920-2011) et de Marius Mermillon (1890-1958). Le classement de ces archives a conduit le musée à s’interroger sur la place qu’a tenu la ville de Lyon sur la scène de l’art moderne dans les années 1920-1942.

Lyon de l’entre-deux-guerres est marquée par le mandat municipal (1905-1957) d’Édouard Herriot. L’âge d’or des avant-gardes touche non seulement l’architecture mais aussi tous les arts : peinture, sculpture, musique, danse, arts décoratifs, théâtre, chant, cinéma, photographie, littérature, gravure, édition. Le cadre chronologique choisi pour Lyon correspond à l’émergence d’une critique et de groupes artistiques actifs, dont l’activité se ralentit avec la fin de la « zone libre ».

Marius Mermillon et George Besson, personnalités reconnues du monde artistique et qui se connaissent depuis novembre 1921, y jouent un rôle important au même titre que le docteur Émile Malespine et Marcel Michaud quoique ceux-ci soient engagés dans des choix esthétiques plus radicaux. Chacun adopte une définition singulière de la modernité, notion que nous proposons de repérer au travers des différents groupes artistiques lyonnais.

Commissariat : Sylvie Carlier, conservateur en chef du musée Paul-Dini et Lucie Goujard, docteur en histoire de l’art/histoire de la photographie.

CATALOGUE

Édition Villefranche-sur-Saône, Musée Paul-Dini, 180 pages, format 20,5 x 26 cm, 150 illustrations, prix public : 30 €

 

Télécharger le dossier complet de présentation de l’exposition avec des extraits du catalogue et le calendrier des activités proposées: Lyon et l’art moderne

Musée Paul-Dini

2 place Faubert

69400 Villefranche-sur-Saône

Tél. 04 74 68 33 70 Fax 04 74 62 35 13

musee.pauldini@villefranche.net

www.musee-paul-dini.com

Exposition:  » ‘Unsere Zeit hat ein neues Formgefühl’ : Fotografie, Grafik und Plakat der zwanziger Jahreder » au Folkwang Museum à Essen du 28 avril au 5 août 2012

Présentation par le musée:

« Neue technische Möglichkeiten und neue ästhetische Theorien führten in den 1920er Jahren international zu einem ganzen Spektrum neuer Stilrichtungen. Fotografie, Film und illustrierte Zeitschriften faszinierten die Avantgardisten und inspirierten sie zu Experimenten und Erkundungen. Die Künstler der Neuen Sachlichkeit grenzten sich bewusst vom Expressionismus ab, sie wollten die optische Erscheinung der Dinge wiedergeben. In diesem Jahrzehnt erreichte auch der Konstruktivismus seine volle Blüte. Unter dem gemeinsamen Titel Unsere Zeit hat ein neues Formgefühl, widmen sich die Fotografische Sammlung, die Grafische Sammlung und das Deutsche Plakat Museum in drei Ausstellungen dieser innovativen und produktiven Kunstepoche.

Mit rund 150 Bildern und Zeitschriften macht die Fotografische Sammlung das Neue Sehen in der Fotografie anschaulich. Die spezifischen Darstellungsweisen dieser Zeit, wie die der extremen Perspektive, der Montage und der Fotogramme sind in Werken international renommierter Fotografen wie László Moholy-Nagy, Man Ray, Albert Renger-Patzsch, Edward Weston oder Walter Peterhans zu finden. In einem eigenen Bereich wird dem Schaffen der Fotografinnen besondere Aufmerksamkeit gewidmet, die in dieser Dekade neue Tätigkeitsbereiche eroberten. Arbeiten von Aenne Biermann, Florence Henri, Germaine Krull oder Annelise Kretschmer zeugen von der künstlerischen Produktivität dieser Jahre.

Die Grafische Sammlung präsentiert etwa achtzig Exponate, darunter Werke von Max Burchartz, Otto Dix, Ernst Ludwig Kirchner und Alexander Kanoldt. Thematische Schwerpunkte sind neben Porträt- und Landschaftsdarstellungen vor allem konstruktivistische Arbeiten. Einen Höhepunkt der Ausstellung bildet die Folge Sieg über die Sonne mit zehn Farblithografien El Lissitzkys aus dem Jahr 1923, die vor einigen Jahren für das Museum Folkwang zurückerworben werden konnte, nachdem sie 1938 als „entartet“ beschlagnahmt und verkauft worden war.

Das Deutsche Plakat Museum zeigt in drei Bereichen rund siebzig Arbeiten, die die Entwicklungen des Plakats in den 1920er Jahren widerspiegeln. Der Expressionismus brach kurzfristig in zahlreiche Plakatthemen ein, so in das neue Genre des politischen Plakats und als plakativer Begleiter neuer expressiver Ausrichtungen beispielsweise im Film und im Tanz. Daneben blieb eine dekorative Linie erhalten, die sich zwischen Jugendstil und Art déco bewegte, wie Arbeiten von Walter Schnackenberg zeigen. Eine dritte große Entwicklungslinie ist die von Bauhausideen beeinflusste Neue Typographie wie sie in Arbeiten von Jan Tschichold zum Ausdruck kommt. »

Max Burchartz
Emil-Nolde-Ausstellung zum 60. Geburtstag des Meisters, 1927
Plakat
© Deutsches Plakatmuseum im Museum Folkwang

 

« Unsere Zeit hat ein neues Formgefühl“

Fotografie, Grafik und Plakat der zwanziger Jahreder

Folkwang Museum – Essen

Der 28. April bis 5. August 2012

Plus d’infos: www.museum-folkwang.de

Exposition: « Die Brücke. Aux origines de l’expressionisme. 1905-1914 » au Musée de Grenoble du 31 mars au 17 juin 2012

Présentation par le Musée:

« Grâce à un prêt exceptionnel de 130 œuvres de premier plan provenant du musée Die Brücke de Berlin, le musée de Grenoble présentera, pour la première fois en France, une exposition consacrée exclusivement au groupe Die Brücke, initiateur du mouvement expressionniste allemand.

Créé à Dresde en juin 1905 par Ernst Ludwig Kirchner, Fritz Bleyl, Karl Schmidt-Rottluff et Erick Heckel et rejoint ensuite par Max Pechstein, Cuno Amiet et Otto Mueller, ce groupe se définit avant tout par son rejet de l’art académique.

Influencés par les œuvres de Van Gogh et de Munch autant que par les arts primitifs, ces artistes traduisent dans un style aux couleurs éclatantes et au graphisme résolument outré le rythme trépidant de la vie, celui du monde des origines en communion avec la nature comme celui des grandes villes et de leur atmosphère enfiévrée. »

Die Brücke. Aux origines de l’expressionisme. 1905-1914.
Musée de Grenoble
Du 31 mars au 17 juin 2012

Plus d’infos: www.museedegrenoble.fr

Exposition : « Der Sturm – Zentrum der Avantgarde » au Von der Heydt-Museum de Wuppertal du 13 mars au 10 juin 2012

Présentation par le musée:

« Mit der Eröffnung der Galerie „Der Sturm“ schlug Herwarth Walden 1912 ein neues Kapitel in der faszinierenden Geschichte der modernen Kunst auf. Bis 1928 war der „Sturm“ das Zentrum der Avantgarde und eine der wichtigsten Galerien Deutschlands. Hier waren die prominentesten Künstlergruppierungen zu Hause: der „Blaue Reiter“, die Futuristen, die Kubisten und die neuen konstruktivistischen Bestrebungen.

Die Galerie „Der Sturm“ war nicht nur ein Ort mit hochkarätiger zeitgenössischer Kunst, sie war auch ein Ort der Kunstvermittlung und eine Experimentierbühne. Sie veranstaltete Dichterlesungen und Abende mit neuer Musik, und Herwarth Walden gab bereits seit 1910 die Zeitschrift „Der Sturm“ heraus, die das zentrale Diskussionsforum für alle Ideen und Strömungen der modernen Kunst, Musik und Dichtung war.

Die bekanntesten Künstler des frühen 20. Jahrhunderts präsentierten sich im „Sturm“: Kokoschka, Kandinsky, Macke, Marc, Delaunay, Chagall, sowie Schlemmer, Baumeister, Moholy-Nagy, die Dichter Alfred Döblin, Theodor Däubler und August Stramm und die Komponisten Schönberg, Schreyer und Walden selbst. Im „Sturm“ entstand aus der gelebten Kunst ein epochales Gesamtwerk, das auf ganz Europa ausstrahlte. Die Zeitschrift „Der Sturm“ und die Galerie waren nicht nur das geistige Zentrum Berlins, sie waren für rund 20 Jahre die künstlerische Mitte Europas.

Wurzeln hatte „Der Sturm“ aber auch in Wuppertal und im Rheinland, denn Herwarth Walden war in erster Ehe mit der in (Wuppertal-) Elberfeld gebürtigen Else Lasker-Schüler verheiratet, die als Dichterin und Zeichnerin eine expressio nistische Ausnahmeerscheinung war. Im Rheinland war die avantgardistische Kunst bereits präsent, so auch im Barmer Kunstverein unter der Leitung von Richart Reiche. Daneben pflegten Else Lasker-Schüler und Herwarth Walden einen engen Kontakt zum „Blauen Reiter“ und zu dem rebellischen Wiener Kreis um Karl Kraus, Adolf Loos und Oskar Kokoschka.

Die bislang nur bruchstückhaft erschlossene Geschichte des „Sturm“ erforscht jetzt die große Ausstellung des Von der Heydt-Museums und stellt sie im Frühjahr 2012, exakt 100 Jahre nach der Gründung der „Sturm“-Galerie, zum ersten Mal in so großem Umfang vor. Die Ausstellung ist ein Kooperationsprojekt mit dem Institut für Kunstgeschichte der Heinrich-Heine-Universität Düsseldorf. Mehr als 30 Kunstwissenschaftler haben vielfältige Aspekte des „Sturm“ intensiv beleuchtet und erforscht, die in einem umfangreichen Katalog zu einer spannenden Lektüre versammelt sind.

Die Ausstellung präsentiert Kunstwerke aus den großen Museen der Welt, aus der Berlinischen Galerie in Berlin, dem Kunstmuseum Bern, dem Museum of Modern Art in New York, dem Centre Georges Pompidou in Paris, dem Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris, aus der Sammlung Thyssen-Bornemisza in Madrid, aus der National Gallery in Washington usw. Neben den neuen Erkenntnissen zur Kunst am Anfang des 20. Jahrhunderts, verspricht die Ausstellung mit ihren bedeutenden Werken ein Fest für die Augen zu werden! Das Von der Heydt-Museum präsentiert diese Meisterwerke, wahre Ikonen der Moderne, als einziges Museum in Europa und nur vom 13. März bis 10. Juni 2012. »

 

 

Der Sturm – Zentrum der Avantgarde
Von der Heydt-Museum – Wuppertal
Du 13 mars au 10 juin 2012

 

Exposition-dossier « Jean Martin (1911-1996), les années expressives » au Musée des beaux-arts de Lyon du 3 mars au 4 juin 2012

À la suite de l’exposition Le Poids du monde. Marcel Michaud (1898-1958), le musée des Beaux-arts de Lyon rend hommage au peintre lyonnais Jean Martin.

En 2009, le musée reçoit en donation de la femme de l’artiste, le tableau Les Aveugles (1937) ainsi qu’un ensemble de dessins des années 1930-1940. Aujourd’hui, l’exposition, qui présente des oeuvres datées de 1933 à 1942, permet de découvrir le parcours de l’une des personnalités artistiques majeures de l’entre-deux-guerres.

Jean Martin, Les Aveugles, 1937, Musée des Beaux-Arts de Lyon.

[Photo: D.R.]

Plus d’infos: www.mba-lyon.fr

L’animateur d’art Paul-Gustave Van Hecke à l’honneur en Belgique durant le premier semestre 2012

PAUL-GUSTAVE VAN HECKE ET L’AVANT-GARDE

Paul-Gustave Van Hecke (1887-1967) fut à la fois critique d’art, collectionneur, marchand, galeriste, couturier, poète, cinéaste, homme de théâtre et acteur politique. A la pointe de toutes les avant-gardes, ce véritable animateur d’art a défendu l’expressionnisme belge et international, le dadaïsme et le surréalisme. Il organisa entre autre le second groupe de l’exposition L’Art belge au Musée de Grenoble en 1927.

Pour rendre hommage à Van Hecke, trois musées ont décidé d’éclairer cette personnalité hors du commun au travers de projets variés et complémentaires:

Herinnering aan een zondag: P.-G. Van Hecke en de kunstenaars in de jaren 1920

Deurle, Museum Dhondt-Dhaenens, 22.01 – 01.04.2012

www.museumdd.be

Grenoble 1927: un panorama de l’art belge

Drogenbos, FeliXart Museum, 29.01 – 27.05.2012

www.felixart.org

L’animateur d’art Paul-Gustave Van Hecke (1887-1967) et l’avant-garde

Cahiers des Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique, n°12, Bruxelles, mars 2012

www.rmfab.be

Expo: « Mexique, 1932-1934: Henri Cartier-Bresson et Paul Strand » du 11 janvier au 22 avril 2012 à la Fondation Henri Cartier-Bresson à Paris

Présentation de l’exposition par la Fondation HBC:

« Du 11 janvier au 22 avril 2012, la Fondation HCB rendra hommage à deux grands maîtres de la photographie : Henri Cartier-Bresson et Paul Strand. La mise en perspective de leurs travaux sur le Mexique entre 1932 et 1934 sera l’occasion pour le public de découvrir deux visions d’un même pays et surtout deux approches de la photographie.

A l’automne 1932, Paul Strand (1890-1976) quitte les Etats-Unis et une vie personnelle en crise pour le Mexique. C’est sur une invitation de Carlos Chavez, rencontré un peu plus tôt et désormais responsable de la culture au ministère de l’éducation que Strand découvre ce pays dont il disait « Je pensais au Mexique comme quelque chose de mystérieux, sombre et dangereux, inhospitalier. » Strand restera pourtant deux ans au Mexique jusqu’à son retour à New York en décembre 1934.

Le soutien de Carlos Chavez s’avère très important et permet à Strand d’exposer pour la première fois au Mexique à la Sala de Arte du ministère de l’éducation en février 1933. Après ce premier succès, il part au printemps 1933 enquêter sur l’art et l’artisanat mexicain dans l’état du Michoacán. Fasciné par la culture indigène et la piété des habitants, il ramènera de cette mission des portraits de statues religieuses, d’hommes, de femmes et d’enfants dans les rues, de paysages et d’architecture.

Il est ensuite nommé directeur des activités photographiques et cinématographiques du ministère de l’éducation et on lui confie la réalisation d’une série de films sur le Mexique. Il travaille alors au scénario de son premier long-métrage Redes qui se veut un docu-fiction basé sur la lutte d’un groupe d’hommes, des pêcheurs, contre une société corrompue. Les acteurs du film sont principalement les habitants du village d’Alvarado. La réalisation est complexe mais le film est finalement projeté au théâtre Juarez de Alvarado le 4 juin 1936. A peine un an plus tard, c’est sous le titre The Wave que le public américain découvre ce film très largement influencé par le cinéma russe. Malheureusement, le nouveau gouvernement mexicain mis en place en 1934 avec l’élection de Lazaro Cardenas abandonne le projet de série de films et Strand décide donc de rentrer à New York. Il délaisse alors la photographie, s’engage auprès de l’association de cinéastes Nykino, se consacre au cinéma politique et devient président de Frontier Film, nouveau nom de Nykino.

En 1940, grâce au soutien financier de Virginia Stevens, sa nouvelle épouse, il publie « Photographs of Mexico », un portfolio, édité en 250 exemplaires, de 20 photogravures soigneusement assemblées. Un exemplaire sera présenté dans l’exposition.

En 1951, alors que la chasse aux sorcières est lancée aux Etats-Unis par McCarthy, Strand décide de s’installer à Orgeval, en France, où il passera la fin de sa vie.

Henri Cartier-Bresson (1908-2004) débarque à Mexico en juillet 1934. Il fait partie d’une mission ethnographique menée par le Docteur Julio Brandan et soutenue par le musée du Trocadéro pour suivre la construction d’une grande route panaméricaine. La mission s’engage mal car les financements promis par le gouvernement mexicain se font attendre. La majorité des membres de l’expédition rentre alors en France, déçus de voir le projet abandonné. Mais HCB décide de rester car « il éprouve un vrai coup de foudre pour ce pays ». Surnommé « le petit français aux joues de crevette » par Lupe Cervantes, sa « fiancée » mexicaine, Cartier- Bresson parcourt le pays avec son Leica.

Il se débrouille donc pour survivre dans ce pays, se lie d’amitié avec des poètes comme Langston Hugues, Tonio Salazar ou Natcho Aguirre, se passionne pour les muralistes et leurs fresques révolutionnaires, travaille pour la presse comme Todo. Il expose au Palacio de Bellas Artes en mars 1935 avec le photographe mexicain Manuel Alvarez Bravo. « Au moment de partir, il se décrète à vie Français du Mexique. »

Pendant son séjour, Henri Cartier-Bresson entretient de fréquents contacts avec le galeriste new-yorkais Julien Levy et lui propose d’exposer ses photographies récentes. Ce projet se réalisera en avril 1935 sous le titre « Documentary and Antigraphic photographs ». A cette occasion, il retrouvera le mexicain Manuel Alvarez Bravo et rencontrera Walker Evans qu’il estime profondément. Dès son arrivée à New York, Henri Cartier-Bresson se tourne vers le cinéma, « j’ai cessé de photographier en 1935, quand j’étais à New York. La photographie n’a jamais été pour moi qu’un des différents moyens d’expression visuelle. […] je me suis donc mis, chez Paul Strand avec d’autres, à apprendre le cinéma. Je changeais d’outil. » Grâce à l’aide financière de ses parents, il s’achète une caméra 35mm et rejoint le groupe Nykino. Il apprend énormément de ce groupe de cinéastes engagés et à son retour en France, il assistera Jean Renoir sur plusieurs de ses films (La vie est à nous, Une partie de campagne). Ce n’est qu’en 1937 qu’il partira en Espagne réaliser des documentaires sur le front espagnol. (L’Espagne vivra, Victoire de la vie et With the Abraham Lincoln Brigade in Spain)

La mise en perspective de ces deux photographes ne va pas de soi. Les convergences sont nombreuses mais les styles varient profondément. À la fluidité du Français s’oppose l’immobilité de l’Américain. Tous deux voyagent au Mexique à la même époque, tous deux se croisent à New York en 1935, alors qu’ils rejoignent le groupe de cinéastes engagés Nykino, pour tenter une expérience cinématographique dans une phase clé de leurs deux carrières.

L’exposition présente 90 tirages en noir et blanc : les oeuvres de Paul Strand proviennent de collections espagnole, américaine et mexicaine ; celles de Cartier-Bresson, dont certaines inédites, sont issues de la collection de la Fondation HCB. L’exposition sera présentée du 13 mai au 2 septembre 2012 au Point du Jour Centre d’art à Cherbourg. L’exposition est accompagnée d’un catalogue, publié par Steidl, avec une préface d’Agnès Sire et un essai de Clément Chéroux. »

Plus d’infos: www.henricartierbresson.org

Exposition : « Marcel Michaud (1898-1958), le poids du monde » du 22 octobre 2011 au 23 janvier 2012 au Musée des Beaux-Arts de Lyon

Présentation de l’exposition par le musée:

« En parallèle à l’exposition L’Atelier d’Etienne-Martin, un hommage est rendu à Marcel Michaud, premier galeriste d’Étienne-Martin, et figure incontournable du milieu artistique lyonnais des années 1930-1950. L’originalité de cette exposition est de mettre en regard peintures et dessins de la donation faite par sa fille Françoise Dupuy-Michaud en 2008 avec les archives, lettres manuscrites, photographies, revues rares et catalogues d’exposition de plus de trente ans d’activité de son père.

Issu d’un milieu populaire, Marcel Michaud est un véritable autodidacte. Jeune, il se passionne pour le théâtre d’avant-garde, puis la diffusion du cinéma. Il inaugure en 1934 sa première galerie, Stylclair, après avoir obtenu un contrat exclusif d’importation des meubles de Marcel Breuer et d’Alvar Aalto. C’est grâce à lui qu’est édité à Lyon, et pour la première fois en France, le mobilier tubulaire issu des expériences du Bauhaus. Michaud est également à l’origine en 1936 de la création du groupe d’avant-garde Témoignage rassemblant de jeunes sculpteurs comme Étienne-Martin ou François Stahly, et des peintres alors surréalisants tels que Jean Bertholle ou Jean Le Moal.

Dès 1937, la revue Le Poids du monde repose sur les sensibles devient localement le porte-voix de toute une génération d’artistes. Dès lors, Michaud multiplie les relations avec de grands marchands et artistes parisiens, en particulier ceux qui résident dans la région lyonnaise pendant la guerre. Personnage sensible, son contact avec les artistes fut sincère et très souvent amical. Il sut fédérer, autour de sa galerie Folklore des peintres, des poètes et des musiciens par son enthousiasme et la diversité de ses choix.

Outre un ensemble exceptionnel de peintures, dessins, gravures et sculptures, la donation de Françoise Dupuy-Michaud comporte le fonds des archives soigneusement préservées de son père. L’étude de sa correspondance entretenue avec de nombreux artistes mais aussi avec les principaux acteurs du marché de l’art français, est l’occasion de la publication d’un catalogue en collaboration avec l’Institut National d’Histoire de l’Art et l’Université Lyon 2. »

Commissariat

Laurence Berthon, attachée de conservation au Musée des Beaux-Arts de Lyon

Jean-Christophe Stuccilli, attaché de conservation au musée des Beaux-Arts de Lyon

Catalogue de l’exposition

Sous la direction de Laurence Berthon, Sylvie Ramond et Jean-Christophe Stuccilli

En partenariat avec l’INHA. Fage éditions, 320 pages, 29,50 €

 

 

Plus d’informations: www.mba-lyon.fr

 

 

 

Exposition: « La Donation Maurice Jardot – Collection invitée » du 7 juin au 28 août 2011 au LAM à Villeneuve d’Ascq

Présentation de l’exposition par le musée:

« Dans le cadre de l’’Été au LaM’, le Théma et les salles art moderne accueillent la collection du Musée d’art moderne de Belfort, la Donation Maurice Jardot. L’histoire de cette première « collection invitée » est étroitement liée à la collection d’art moderne du LaM. Elles ont pour dénominateur commun la galerie du célèbre marchand et découvreur du cubisme, Daniel-Henry Kahnweiler.

Dès 1908, Roger Dutilleul y fait ses premières acquisitions d’importance, avant de transmettre sa passion à son neveu Jean Masurel. Ce n’est que plus tard, après la Deuxième Guerre mondiale, que Maurice Jardot rencontre Kahnweiler. Chargé d’organiser une exposition d’art français en Allemagne, où il est attaché culturel, il se lie d’amitié avec le galeriste. De 1956 à 1996, il devient collaborateur puis directeur de son établissement, devenu Galerie Louise-Leiris pendant l’Occupation.

En faisant don de leurs collections respectives à Lille-Métropole et à Belfort, Jean Masurel et Maurice Jardot furent à l’origine de deux musées singuliers et proches à la fois. En réunissant les deux collections, le LaM reconstitue l’histoire d’une galerie qui a joué un rôle majeur dans le paysage artistique du XXe siècle. »

Plus d’infos: www.musee-lam.fr

« René Magritte: The Pleasure Principle » à la Tate de Liverpool du 24 juin au 16 octobre 2011

Présentation de l’exposition par le musée:

« René Magritte (1898–1967) is one of the most revered and popular artists of the 20th century. During summer 2011 Tate Liverpool presents René Magritte: The Pleasure Principle, the first major exhibition of the Belgian surrealist in the UK in ten years.

The Pleasure Principle aims to focus on the less explored aspects of Magritte’s life and artistic practice, and on themes including the artist’s use of pattern and artifice, ideas and revelation, and visual fracture and eroticism. The exhibition also investigates the relationship between Magritte’s painterly work and commercial design, and the inspiration he drew from mass market literature and popular culture.

The exhibition traces these themes in Magritte’s major paintings as well as in his early commercial work, in drawings and collages, and in his rarely seen photographs and films.

Featuring major works from across the world and from all stages of the artist’s career, The Pleasure Principle displays over 100 artworks, many not seen before in the UK. »

Plus d’infos: www.tate.org.uk

Après Venise, « The Vorticists: Manifesto for a Modern World » à la Tate Britain de Londres du 14 juin au 4 septembre 2011

Présentation de l’exposition par le musée:

« Vorticism was a radical art movement that shone briefly but brightly in the years before and during World War I. This exhibition celebrates the full electrifying force and vitality of this short-lived but pivotal modernist movement that was based in London but international in make-up and ambition.

The Vorticists forged a distinctive style combining machine-age forms and energetic imagery, embracing modernity and blasting away the staid legacy of the Edwardian past.

Focusing on the only two Vorticist exhibitions mounted during the lifetime, in London and New York, this striking exhibition brings together over 100 key works; including photography and literary ephemera, as well as seminal pieces by Wyndham Lewis, Jacob Epstein and Henri Gaudier-Brzeska.

This exhibition aims to shine a new light on this revolutionary group of artists, presenting the style, radical aesthetics and thoughts of one of the most truly avant-garde art movements in British history. »

Henri Gaudier-Brzeska, Fish, 1914, Londres, Tate Britain. [Photo: D.R.]

Plus d’infos: www.tate.org.uk

EXPO: « German Expressionism: The Graphic Impulse », New York, MoMA, du 27 mars au 11 juillet 2011

Présentation de l’exposition par le musée:

« From E. L. Kirchner to Max Beckmann, artists associated with German Expressionism in the early decades of the twentieth century took up printmaking with a collective dedication and fervor virtually unparalleled in the history of art. The woodcut, with its coarse gouges and jagged lines, is known as the preeminent Expressionist medium, but the Expressionists also revolutionized the mediums of etching and lithography to alternately vibrant and stark effect. This exhibition, featuring approximately 250 works by some thirty artists, is drawn from MoMA’s outstanding holdings of German Expressionist prints, enhanced by selected drawings, paintings, and sculptures from the collection. The graphic impulse is traced from the formation of the Brücke artists group in 1905, through the war years of the 1910s, and extending into the 1920s, when individual artists continued to produce compelling work even as the movement was winding down.

The exhibition takes a broad view of Expressionism, highlighting a diverse array of individuals—from Oskar Kokoschka and Vasily Kandinsky to Erich Heckel and Emil Nolde—who nonetheless shared visual and thematic concerns. Their works reflect a period of intense social and aesthetic transformation, and several themes of continuing resonance emerge. These include a focus on urban experience, an uncompromising approach to the body and sexuality, and an abiding preoccupation with nature, religion, and spirituality. Most pivotal for these years, however, was the experience of World War I. The war and its aftermath are the subject of works by a range of artists, including Otto Dix, whose series of fifty searing etchings, The War, was based on his own service in the trenches; Käthe Kollwitz, in a portfolio of seven woodcuts focusing on the devastation felt by the families left behind; and Max Beckmann, whose lithographic series, Hell (1919), confronts the violence and decadence in Berlin during the immediate postwar period.

In addition to a publication and a major website on German Expressionism, the exhibition will mark the culmination of a major four-year grant from The Annenberg Foundation to digitize, catalogue, and conserve all of the approximately three thousand Expressionist works on paper in the Museum’s collection.


Organized by Starr Figura, The Phyllis Ann and Walter Borten Associate Curator of Prints and Illustrated Books.The exhibition is made possible by the Annenberg Foundation’s GRoW project, in conjunction with its generous support of the Museum’s German Expressionist Digital Archive Project.

Additional support is provided by David Teiger and by The Museum of Modern Art’s Research and Scholarly Publications endowment established through the generosity of The Andrew W. Mellon Foundation, the Edward John Noble Foundation, Mr. and Mrs. Perry R. Bass, and the National Endowment for the Humanities’ Challenge Grant Program. »

Plus d’infos et visuels sur le mini-site de l’exposition: http://www.moma.org/explore/collection/ge/

Exposition « Gallimard, 1911-2011 : un siècle d’édition » à la BNF François Miterrand à Paris du 22 mars 2011 au 3 juillet 2011

Présentation de l’exposition par le musée:

« À l’occasion du centenaire de la création des Éditions Gallimard, la BnF invite à parcourir un siècle d’histoire intellectuelle à travers l’itinéraire d’une des plus prestigieuses – mais aussi des plus secrètes – maisons d’édition françaises.
Gide, Claudel, Aragon, Breton, Malraux, Joyce, Faulkner, Saint-Exupéry, Michaux, Sartre, Queneau, Ionesco, Pinter, Camus, Yourcenar, Duras, Kerouac, Modiano, Le Clézio, Kundera, Tournier… on pourrait écrire sans effort une histoire de la littérature et des idées au XXe siècle à la lecture du seul catalogue des Éditions Gallimard. Derrière la célèbre couverture blanche aux filets rouge et noir siglée NRF se cache la richesse d’un catalogue aux multiples facettes, de la Série noire à la Pléiade, du livre pour enfant aux collections de sciences humaines. Tout lecteur peut y trouver son bien, avant même d’entrer dans le secret des choix, raisons et pratiques qui sont le propre de la « fabrique éditoriale ». L’exposition s’appuie sur les archives largement inédites de l’éditeur et sur les trésors de la BnF et d’autres bibliothèques, à travers un choix exceptionnel de manuscrits, éditions originales, correspondances et photographies.
Grâce à un partenariat avec l’Institut National de l’Audiovisuel, d’importantes ressources sonores et audiovisuelles éclairent la chronique professionnelle et culturelle d’un siècle mouvementé durant lequel, dans le secret des murs comme à la lumière des rayonnages, une certaine conception de la profession d’éditeur s’est affirmée. »

Plus d’infos: www.bnf.fr

Exposition « Marc Chagall et les avant-gardes russes » du 5 mars au 13 juin 2011 au Musée de Grenoble

Présentation de l’exposition par le musée:

« L’univers fascinant d’un des plus grands poètes de la peinture moderne: Marc Chagall, fil conducteur d’une exposition de plus de 150 peintures, sculptures, dessins, photographies, de grands chefs-d’œuvre dont certaines pièces quasiment inconnues.
L’exposition s’inscrit dans le cadre des projets hors-les-murs que réalise le centre Georges-Pompidou, musée national d’Art moderne depuis plusieurs années dans les grands musées en région. Son angle d’approche est très original puisque c’est l’œuvre inclassable de Chagall qui permet d’aborder, suivant différents thèmes, les étapes successives des avant-gardes du début du XXe siècle en Russie : du Néo-Primitivisme au Constructivisme, en passant par les collaborations avec le monde du spectacle, sans publier Kandinsky, figure incontournable de l’art russe de cette période. En tout, plus de 150 peintures, sculptures, dessins et photographies seront rassemblés, qui permettent de retracer une des périodes les plus fécondes de l’histoire de l’art du XXe siècle, avec comme guide et fil conducteur, l’univers fascinant d’un des plus grands poètes de la peinture moderne : Marc Chagall. »

Du 5 mars au 13 juin 2011: tous les jours sauf le mardi de 10h00 à 18h30.

Musée de Grenoble
5 place de Lavalette
38000 Grenoble

Plus d’infos: http://www.museedegrenoble.fr

Expo: « Kandinsky at the Bauhaus, 1922–1933 » de décembre 2010 à février 2011 au Guggenheim Museum à New York

Présentation de l’exposition par le musée:

« In 1922 Vasily Kandinsky (b. 1866, Moscow; d. 1944, Neuilly-sur-Seine, France) accepted a teaching position at the Bauhaus, the state-sponsored Weimar school of art and applied design founded in 1919 by architect Walter Gropius. The school’s curriculum was based on the principle that the crafts were equal to the traditional arts and was organized according to a medieval-style guild system of training under the tutelage of masters. Kandinsky conducted the Wall Painting Workshop and Preliminary Course and taught at all three of the school’s sequential locations in Weimar, Dessau, and Berlin until 1933, when the Bauhaus was closed due to pressure from the National Socialist (Nazi) government.

Geometric shapes came to play a dominant role in Kandinsky’s pictorial vocabulary at the Bauhaus; the artist, who was interested in uncovering a universal aesthetic language, increased his use of overlapping, flat planes and clearly delineated forms. This change was due, in part, to his familiarity with the Suprematist work of Kazimir Malevich and the art of the Constructivists. Kandinsky’s turn toward geometric forms was also likely a testament to the influence of industry and developments in technology.

Drawn from the museum’s permanent collection, this intimate presentation features paintings and works on paper from a prolific period of Kandinsky’s career. The exhibition is curated by Tracey Bashkoff, Curator of Collections and Exhibitions, and Megan Fontanella, Assistant Curator. »

Plus d’infos: www.guggenheim.org