Archives de catégorie : Soutenances de thèses

Soutenance : Luis Velasco Pufleau, « Musique, antifascisme et autoritarisme : l’oeuvre de Silvestre Revueltas dans le contexte de la Guerre civile espagnole », Université Paris-Sorbonne, 28 novembre 2011

Thèse de doctorat en Musique et musicologie à soutenir à l’Université de Paris-Sorbonne le 28 novembre 2011 à la Maison de la Recherche de Paris-Sorbonne (9h, salle D223).

Sous la direction de Jean-Yves Bosseur (CNRS/Paris-Sorbonne) et Julio Estrada (IIE-UNAM).

Jury :

M. Pierre-Albert Castanet (Université de Rouen, rapporteur)

M. Jean-Marc Chouvel (Paris-Sorbonne)

M. Pierre Michel (Université de Strasbourg, rapporteur)

M. Reinhard Flender (Université de Hambourg)

Mme Olga Picun (UNAM)

Résumé en français :

Le violoniste et compositeur mexicain Silvestre Revueltas (1899-1940) est un des principaux acteurs du développement musical du Mexique postrévolutionnaire durant les années 1930. Proche des avant-gardes artistiques mexicaines, la réception de sa musique est marquée par une double appartenance moderniste et nationaliste, au point que certaines de ses œuvres incarnent le modèle de la musique nationale et se trouvent au cœur de la politique symbolique du régime autoritaire postrévolutionnaire. Revueltas s’engage fin 1935 dans l’antifascisme communiste au sein de la Liga de Escritores y Artistas Revolucionarios (LEAR), luttant contre l’avancée du fascisme dans le monde – notamment après le début de la Guerre civile espagnole – et soutenant les avancées sociales obtenues par le Front Populaire Mexicain (FPM). Les conséquences de l’engagement antifasciste de Revueltas sont considérables, particulièrement dans la thématique de ses œuvres, dans sa vie professionnelle et dans l’utilisation symbolique de sa musique à des fins de légitimation par le régime postrévolutionnaire mexicain. Cette recherche analyse, d’une part, l’impact du militantisme antifasciste de Revueltas dans son œuvre et, d’autre part, la fonction de celle-ci dans la politique symbolique du régime autoritaire mexicain autour de la Guerre civile espagnole. Les résultats montrent que l’engagement antifasciste de Revueltas modifie la thématique de la plupart de ses œuvres après 1936 ainsi que sa conception du rôle du compositeur dans les luttes sociales. De ce fait, il devient indispensable de relativiser la réception exclusivement nationaliste de sa musique en la reconsidérant d’un point de vue politique et militant.

Continuer la lecture de Soutenance : Luis Velasco Pufleau, « Musique, antifascisme et autoritarisme : l’oeuvre de Silvestre Revueltas dans le contexte de la Guerre civile espagnole », Université Paris-Sorbonne, 28 novembre 2011

RAPPEL: Création d’une nouvelle rubrique: « Soutenances de thèses », ouverte à toutes les universités

Jeunes docteurs ?

N’hésitez pas à nous envoyer un document contenant le titre de votre thèse, le nom de votre directeur de recherche, le jury et la date de la soutenance, un résumé de 1 à 2 pages  en français et en anglais et votre adresse mail. Les informations seront aussitôt mises sur le site.

Au plaisir de vous lire,

Céline De Potter

de-potter.celine@orange.fr

SOUT: Sylvie Dumaine, « Luc-Albert Moreau (1882-1948), un peintre dans la Grande Guerre », Université Charles-de-Gaulle – Lille 3, 22 mars 2011

Thèse de doctorat en histoire de l’art soutenue à l’Université Charles-de-Gaulle – Lille 3 le 22 mars 2011

Sous la direction de M. François Robichon (Université de Lille 3)

Jury :

Christian BENOIT, Expert, Armée de Terre-Services Historiques Paris

Marianne GRIVEL, Professeur, Université de Paris 4 – Sorbonne (rapporteur)

François ROBICHON, Professeur, Université de Lille 3

Bertrand TILLIER, Professeur, Université de Bourgogne (président et rapporteur)

Résumé en français:

L’œuvre de Luc-Albert Moreau consacrée à la Grande Guerre se compose de peintures, de dessins et d’illustrations. Né à Paris en 1882, mort en 1948, l’artiste ne revendique pas une appartenance à un mouvement artistique du XXe siècle, mais, il demeure un artiste moderne.

Son œuvre est singulier, en ce sens qu’il peut apparaître comme la synthèse des différentes problématiques posées par la première guerre moderne : guerre invisible, guerre indicible ? La question est étudiée, jusqu’alors sur le fondement de l’opposition entre les artistes avant-gardistes et les artistes « classiques ». Luc-Albert Moreau transcende ce clivage et révèle d’autres oppositions aussi fondamentales comme la postérité ou la simultanéité de l’œuvre artistique au regard de l’événement historique, la rivalité entre l’esprit Ancien Combattant et les autres. Il est un artiste et un soldat de Verdun qui a peint la guerre, après son retour du front. Il dément ainsi la thèse jusqu’alors établie selon laquelle les artistes n’auraient pas représenté la Première Guerre mondiale. Il est également un excellent lithographe en illustrant un ouvrage majeur, Le Chant Funèbre pour les morts de Verdun d’Henry de Montherlant.

Résumé en anglais:

The work of Luc-Albert Moreau dedicated to the Great War consists of paintings, drawings and pictures. Born in Paris in 1882, died in 1948, the artist does not claim any affiliation to an artistic movement of the XXth century, but he remains a modern artist.

His work is singular, to the extent that it can appear as a synthesis between the different issues raised by the graphic representation of the first modern war: invisible war, or inexpressible war? Hitherto, the question was analyzed on the basis of the opposition between the avant-garde artists and the classical ones. Luc-Albert Moreau goes beyond this divide and reveals other oppositions just as essential, such as the posterity and the simultaneity of the artistic work in the light of the historical event, the rivalry between the spirit of the Veteran and the others. He is an artist and a soldier of Verdun who painted the war, following his return from the front. He thus contradicts the thesis so far established that artists did not represent the First World War. He is also an excellent lithographer, for having illustrated a major book, the “Chant Funèbre pour les morts de Verdun”, by Henry de Montherlant.

Contacter l’auteur: sylviedumaine@yahoo.fr

SOUT: Charlotte Waligora, “La vie artistique russe en France au XXe siècle – l’art de l’émigration (peinture-sculpture)” / “Russian artistic life in France in the XXth century”, Université Charles-de-Gaulle – Lille 3, 24 novembre 2008

Thèse soutenue le 24 novembre 2008 à l’Université Charles-de-Gaulle – Lille 3

Direction : François Robichon, Université de Lille 3

Président de Jury : Eric Darragon, Université de Paris I

Membres du Jury : Sarah Wilson, Institut Courtauld, Londres, et Andreï Tolstoï, Institut d’Architecture, Moscou

Résumé en français:

L’enjeu implicite de l’émigration artistique russe en France au xxe siècle était d’assurer la pérennité d’une évolution artistique russe intégrée, avant la révolution de 1917, à l’évolution européenne des hommes et des idées.

Entre 1885 et 1991, cinq générations d’artistes russes – peintres et sculpteurs – ont quitté leur pays d’origine et sont venus s’établir en France pour des raisons liées aux conséquences de la grande histoire sur la création russe et en quatre temps distincts : à la fin du xixe siècle, entre 1905 et 1914, après la révolution de 1917, puis au début des années 1970.

Parmi ces créateurs apparaissent, entre autres, quelques grands noms de l’histoire de l’art moderne et contemporain : Marie Vassiliev, Chaïm Soutine, Pinchus Krémègne, Michel Kikoïne, Serge Charchoune, Mihaïl Larionov et Natalia Gontcharova, Alexandre Iacovleff, Léon Zack, Ivan Pougny, Alexandra Exter, Vassily Kandinsky, Nicolas de Staël, Oscar Rabine, Valentina Kropivnitskaya, Erik Boulatov, Vladimir Yankilevsky.

Recomposer l’histoire des artistes russes émigrés sur le territoire français, comprendre le déroulement de leurs carrières dans notre pays, interroger leurs créations en tenant compte de leurs origines et déceler dans les oeuvres autant de concessions de styles faites à l’Occident que les signes forts d’une résistance culturelle, a été l’objectif de cette thèse.

Elle propose en première annexe l’inventaire de la collection nationale française d’art russe composée tout au long du xxe siècle par des agents de l’Etat dévoués au patrimoine. Cet inventaire présente les acquisitions faites aux artistes russes de France, de leur vivant. Elle a été recomposée à partir des dossiers d’achats de l’Etat conservés Archives Nationales.

Cette collection de plus d’un millier d’oeuvres fut initiée par Léonce Bénédite pour le Musée du Luxembourg à l’occasion de l’exposition universelle de 1900, complétée par André Dézarrois pour le Musée des Ecoles Etrangères Contemporaines du Jeu de Paume (1922-1940). Un échantillon de cette collection était donc présenté au public en permanence jusqu’à l’exécution du plan d’évacuation des œuvres en 1939 et la réquisition du lieu, par les nazis, en 1940. Après 1945, elle fut dispersée dans les réserves des musées nationaux et de provinces.

Continuer la lecture de SOUT: Charlotte Waligora, “La vie artistique russe en France au XXe siècle – l’art de l’émigration (peinture-sculpture)” / “Russian artistic life in France in the XXth century”, Université Charles-de-Gaulle – Lille 3, 24 novembre 2008