Colloque « Le Langage totalitaire d’hier à aujourd’hui, en hommage à Victor Klemperer » du 14 au 19 août 2010 à Cerisy-la-Salle

Centre culturel international de Cerisy-la-Salle (Normandie)

ARGUMENT :

Une réflexion sur totalitarisme et discours politique évoque le philologue Victor Klemperer (1881-1960), dont la résistance face au nazisme passa par une étude minutieuse des énoncés sous ce régime. Scrupuleusement tenu jour après jour, le journal des transformations de la langue allemande alors sous influence, comme des divers symboles et cérémonials de ce régime, vint témoigner de l’attaque contre la langue, l’esprit et la culture par la propagande du IIIe Reich. La démarche de l’écrivain, linguiste, spécialiste de littérature française et italienne, est emblématique d’une entreprise interdisciplinaire.

Les communications, qui procèderont selon une approche fondée sur le dialogue entre diverses disciplines (linguistique, rhétorique, stylistique, analyse du discours, sémiologie, communication, psychanalyse, principalement), auront ainsi en commun de s’interroger sur les liens entre totalitarisme et langage dans le domaine politique, de s’intéresser au discours en tant qu’il peut manipuler, être modifié ou détourné.

Une place sera accordée au regard que nous proposent les arts intégrant le discours (littérature, théâtre, cinéma) lorsqu’ils interrogent, exposent ou dénoncent les signes d’un langage public ou politique totalitaire (1984 de Georges Orwell)

Inscription : http://www.ccic-cerisy.asso.fr/bulletininscription.html

Contacts :

Laurence AUBRY:

EA 4089 Sens, Texte, Histoire – Université Paris-Sorbonne

aubry.l@free.fr

Béatrice TURPIN

Université de Cergy-Pontoise

EA 1392 CRTF-LaSCoD:

beatrice.turpin@free.fr

Informations complémentaires : http://klempereraout2010.free.fr/Cerisy/

Continuer la lecture de Colloque « Le Langage totalitaire d’hier à aujourd’hui, en hommage à Victor Klemperer » du 14 au 19 août 2010 à Cerisy-la-Salle

Publication: « Africanisme et Modernisme. La Peinture et la Photographie d’inspiration coloniale en Afrique centrale – 1920-1940 », par Jean-Pierre De Rycke, Peterlang et AML editions, Bruxelles, 2010

« Au lendemain de la Première Guerre mondiale, face au profond traumatisme engendré par le conflit meurtrier en Occident et au désenchantement croissant produit par l’industrialisation de masse, l’intérêt et la curiosité pour l’Afrique redoublent d’intensité.
Alerté par la crise mondiale de 1929, le monde « développé » entrevoit dans la cadence accélérée de l’exploitation des colonies une chance de relance de son économie malmenée. La série des grandes expositions coloniales et internationales qui se succèdent à partir de 1930 en est sans doute le reflet, qui permet en même temps de mieux appréhender les ressources, les modes de vie et les populations des territoires conquis. Quelques explorations africaines d’envergure réalisées au cours des années 1920 – dont la fameuse Croisière noire « Citroën » de 1924-25 est la manifestation la plus éclatante – s’inscrivent déjà dans ce contexte.
Dans une dimension plus philosophique cette fois, les Européens veulent en quelque sorte « laver » la culpabilité de leurs discordes internes et de leur décadence sociale en se retrempant dans le bain de jouvence et d’innocence que leur renvoie apparemment l’image des terres encore « vierges » – « untained », disaient les Anglo-saxons – du continent noir.
Sur un plan esthétique enfin, ce besoin profond de ressourcement au contact d’une culture radicalement différente mais qualifiée de « primitive » se fait sentir au même moment dans les milieux artistiques lassés des raffinements et des fadeurs de l’Art nouveau. L’avènement de l’Art déco durant l’Entre-deux-guerres devient ainsi un avatar du primitivisme.
C’est essentiellement de ce courant que relèvent la plupart des africanistes peintres et photographes (Auguste Mambour, Alexandre Iacovleff, Fernand Lantoine, Pierre de Vaucleroy, Allard l’Olivier, Marc Allégret, Casimir Zagourski, etc.) qui découvrent à tour de rôle l’Afrique de leurs propres yeux au cours de cette période. Moins connus que ceux des primitivistes radicaux comme Picasso ou certains expressionnistes qui leur sont contemporains, leurs noms et leurs oeuvres méritent d’être redécouverts. »

Contenu : Art déco – Art nouveau – Africanistes – Expositions coloniales et internationales – Modernisme – Peinture et photographie durant l’Entre-deux-guerres – Art colonial.

Peter Lang et AML Editions (Coll. Documents pour l’Histoire des Francophonies/Série Afriques), 2010, 344 pages, 47 clichés coul. et 60 ill. en n/b, ISBN 978-90-5201-687-0 – Prix public : 47,50 euros

Publication: « Littérature, Histoire et politique au XXe siècle: hommage à Jean-Pierre Morel »

Etudes réunies par Daniel Mortier et Vincent Ferré

Paris, Éd. Le Manuscrit, coll. « L’esprit des Lettres », 2010, 365 p.

ISBN : 978-2-304-03352-6 (livre imprimé), 27.90E

ISBN : 978-2-304-03353-3 (livre numérique), 7.90E

Présentation de l’ouvrage par l’éditeur:

« Depuis quarante ans, Jean-Pierre Morel est celui qui s’est le plus directement attaché à faire pleinement perdurer une recherche portant sur les relations entre la littérature et l’histoire, en leur associant la politique – longtemps bannie des études littéraires – dans une démarche comparatiste interrogeant l’esthétique et la modernité.

Les 21 textes publiés ici, de collègues de longue date ou de jeunes chercheurs qu’il a constamment encouragés, entrent en dialogue avec une oeuvre de traducteur et de critique qui a fait connaître au public francophone des auteurs anglo-saxons, allemands et russes comme Brecht, Heiner Müller, Kafka ou John Dos Passos, aux côtés d’écrivains moins connus.

Textes d’E. Bouju, A. Boulanger, Y. Chevrel, S. Cillaire, C. Coquio, P. Dethurens, V. Ferré, R. Kahn, C. Ksiazenicer-Matheron, F. Leichter-Flack, D. Mortier, Ch. Nannicini, A. Pintiaux, I. Poulin, A. Prstojevic, R. Rakocevic, T. Samoyault, J. Sarfati Lanter, A. Tomiche, T. Victoroff et Ph. Zard. »

Continuer la lecture de Publication: « Littérature, Histoire et politique au XXe siècle: hommage à Jean-Pierre Morel »

Publication: « Dictionnaire d’histoire culturelle de la France contemporaine », sous la direction de Christian Delporte, Jean-Yves Mollier, Jean-François Sirinelli, Quadrige Dicos Poche, PUF, 900 p., Paris, 2010

Présentation de l’ouvrage par Michel Rapoport, professeur honoraire d’histoire contemporaine, Université Paris Est-Créteil (première diffusion sur Francofil, le 9 juillet 2010) :

« L’histoire culturelle, comprise au prisme français, a pris son essor voilà une vingtaine d’années, sous la houlette de J.Y. Mollier, P. Ory, J.F. Sirinelli, C. Delporte, tant autour du Centre d’Histoire culturelle des Sociétés contemporaines de l’université de Versailes-Saint-Quentin en Yvelines que du Centre d’Histoire de Sciences PO. L’heure, non des bilans, mais d’un état des lieux est venue et ce dictionnaire critique, couvrant les XIXè-XXIè siècles, instrument unique, en est l’expression la plus accomplie. Sous la triple direction de C. Delporte, J.Y. Mollier et J.F. Sirinelli, entouré d’un comité scientifique et Claire Blandin coordonnant l’ensemble, environ 150 chercheurs, appartenant aussi bien à la génération des Pères fondateurs qu’aux « baby boomers » de l’histoire culturelle, apportent une mise au point historiographique, dressent l’état des connaissances, dégagent les thématiques en émergence. Inventaire, ce dictionnaire est l’instrument d’une histoire en construction qui, d’Acculturation à Zoo, en environ 300 entrées, décline, entre autres, concepts (Acculturation, Contre-culture, Génération…), lieux (Colonies, Musée…), pratiques (Gastronomie,Lecture, Homosexualité…), objets ( Journal, Objets du quotidien…). Ces quelques entrées ne rendent que très mal compte de la foisonnante richesse de ce dictionnaire, mais elles permettent de situer la distance qui sépare la conception française de l’Histoire culturelle de sa cousine anglo-saxonne, les Cultural Studies, objet d’ailleurs d’une entrée (Histoire culturelle et Cultural Studies).

Chaque entrée présente l’historiographie du sujet, l’état actuel de la question et les débats en cours, voire les enjeux, et est accompagnée d’une bibliographie « up to date ». Un jeu de renvoi permet une circulation à travers le dictionnaire (Histoire culturelle et histoire littéraire renvoie ainsi à Bibliothèques, Editions, Histoire culturelle et Cultural Studies; Théâtre renvoie à Acteur, Art Lyrique, Cinéma et fiction, Cirque, Danse, Fête(s), Spectacles, Télévision et genre télévisuel).

Peut-être pourrait-on reprocher à ce dictionnaire d’avoir centré ses entrées essentiellement sur des formes de culture urbaine et d’avoir négligé les formes de culture du monde rural (même, s’il y a des entrées Ferme, Chasse, Paysage…). Certaines entrées auraient aussi pu trouver leur place, par exemple une entrée Club. Mais cela n’est que secondaire par rapport à ce qu’apporte cet ouvrage. De plus, dans la mesure où il ne se contente pas d’aborder des terrains largement labourés et bien balisés, mais qu’il traite aussi des chantiers en cours, il est appelé à connaître des rééditions mises à jour. L’idéal serait, pour qu’il soit l’instrument vivant d’un champ historique en mouvement, qu’il connaisse rapidement une édition électronique, ce qui faciliterait bien sûr ces mises à jour. En attendant, tous nos collègues disposent désormais d’un livre de chevet et il, faut saluer ce travail d’équipe novateur. »

Plus d’infos: www.puf.com

Bibliographie indicative de Romy Golan en français

Suite à la séance du 25 juin 2010 à l’occasion de laquelle nous recevions Madame Romy Golan, professeur d’histoire de l’art contemporain au Graduate Center et Lehman College, The City University of New York, voici une bibliographie indicative de l’auteur publiée en français:

« Années de son, années de plomb: la France du retour à la terre », in COHEN Jean-Louis (s.d.), Années 30: l’architecture et les arts de l’espace entre industrie et nostalgie, Paris : Editions du patrimoine, 2008.

« Mythes Surréalistes et imaginaires telluriques dans la France de l’entre-deux-guerres », in Pleine Marge, n° 7, numéro spécial « Pensée mythique et Surréalisme », Paris, 1996.

« Architecture et arts figuratifs au congrès Volta »,  in L’Italie de Le Corbusier, actes des Rencontres de la Fondation Le Corbusier organisées à Rome du 13 au 15 décembre 2007, Paris : Editions de la Villette, 2010.

« La possibilité d’un ‘fotomural’ socialiste », in STAVRINAKI Maria et CARLI Maddalena, Artistes et partis – Esthétique et politique (1900-1945), Paris : Presses du réel, 2010 (à paraître).

« Le mural rétif », in La Tapisserie hier et aujourd’hui, actes du colloque organisé à l’Ecole du Louvre à Paris les 18 et 19 juin (en cours de publication).

Signalons aussi une recension de l’ouvrage Muralnomad par Francoise Ducros in Cahiers du MNAM, n° 111, Paris, mars 2010.

AC/CFP: « Le Livre et l’artiste », 6e colloque étudiant du Groupe de recherche et d’études sur le livre au Québec, février 2011

Attention: annonce réservée aux étudiants.

Les étudiantes et étudiants du Groupe de recherche et d’études sur le livre au Québec (GRÉLQ) de l’Université de Sherbrooke organisent un colloque dont le thème sera le livre et l’artiste.

Aux côtés des auteurs qui véhiculent des idées par le texte, des artistes contribuent à faire du livre une « œuvre d’art totale », objet créatif et original, signifiant tant dans sa forme, dans sa matérialité que dans son contenu, et transmettant des informations aussi bien textuelles que visuelles. « La forme du livre est bien une forme symbolique au sens où Erwin Panofsky parle de La perspective comme forme symbolique (1932), c’est-à-dire une forme qui exprime par elle‑même, de manière implicite, tout un jeu de valeurs et de représentations du monde[1]. » S’interroger sur cette forme revient à considérer le livre comme un objet porteur, en soi, d’un sens. De plus, le livre s’avère être le support d’un texte avec lequel il entre en jeu ou, parfois, en conflit; il s‘élabore ainsi comme une sorte de « livre-texte[2] » offert à une lecture dans laquelle ses caractéristiques matérielles peuvent être abordées à des fins poétiques. Étudier le livre de cette façon permet de mettre de l’avant le travail de ceux qui contribuent à faire de ce support à l’information un objet singulier véhiculant une signification par sa forme et sa matérialité. Ainsi, le travail de l’artiste, pris dans un sens large, sur l’objet livre, invite à réinventer l’acte de lire.

Continuer la lecture de AC/CFP: « Le Livre et l’artiste », 6e colloque étudiant du Groupe de recherche et d’études sur le livre au Québec, février 2011

Exposition ‘Fernand Quignon (1854 – 1941): Le Chant de la terre’ du 24 avril au 14 novembre 2010 au Musée Daubigny à Auvers-sur-Oise

Le musée Daubigny présente, du 24 avril au 14 novembre 2010, l’exposition « Fernand QUIGNON (1854 – 1941) Le Chant de la terre », s’associant aux autres sites culturels de la ville sous le thème commun « La Peinture promet de devenir + musique », à l’occasion du 30ème anniversaire du Festival international de musique d’Auvers-sur-Oise.

Peintre post-impressionniste, influencé par l’école de Barbizon puis celle de Pont-Aven, Fernand Quignon chante la terre du Vexin qu’il a découverte à partir d’Auvers autour de 1886.

Il achète une maison à Nesles-la-Vallée en 1897. Entre 1886 et le début du 20ème siècle, il célèbre le Vexin français dans des oeuvres consacrées à la nature et au monde rural. Ami de Schuffenecker qui lui a présenté Gauguin, il peint avec une palette à la fois claire et vive, des touches rapides et appuyées « Les Meules », « Les Champs d’avoine », « La Récolte des pommes de terre », « Les Labours », « Les Fermes », Nesles-la-Vallée, Verville, Frouville faisant ainsi un portrait riche en documents de la vallée du Sausseron.

Il a été surnommé : « le peintre des moissons » suivant en cela Millet, Van Gogh, Pissarro, Monet, Gauguin, Cézanne, Guillaumin qui ont tous sacrifié à la mode des « meules » et rendu hommage à la production de la terre.

Poètes, peintres, et musiciens, à l’instar de Gustav Mahler, à la même époque ont célébré la nature dans « Le Chant de la terre ».

Plus d’infos: www.musee-daubigny.com

Exposition ‘Disques et sémaphores : le langage du signal chez Léger et ses contemporains’ du 20 juin au 11 octobre 2010 au Musée national Fernand Léger à Biot

Présentation par la RMN:

« Cette exposition est organisée par la Réunion des musées nationaux et le musée national Fernand Léger, Biot.

A l’occasion de son cinquantième anniversaire et deux ans après sa réouverture, le musée national Fernand Léger présente l’exposition Disques et sémaphores. Le langage du signal chez Léger et ses contemporains.

A partir d’un sujet inédit élaboré par Arnauld Pierre (université Paris-Sorbonne), cette manifestation se propose de rapprocher les signes picturaux élaborés par le peintre autour de 1920 à ceux de la signalisation et de la signalétique moderne. Le développement des outils de communication, liés à l’essor des chemins de fer, des transports maritimes et fluviaux et plus généralement à la transformation du paysage urbain, intéresse passionnément l’artiste, attentif aux mutations de son époque. Signaux, lettres et pictogrammes se retrouvent dans ses œuvres sous forme de motifs plastiques, parfois schématisés jusqu’à l’abstraction. Le tableau fonde alors son efficacité sur les techniques de communication moderne privilégiant concision de la forme et aplat coloré.

L’exposition s’attache à retrouver l’influence et l’assimilation du code des signaux maritimes, ferroviaires et urbains à travers de nombreuses œuvres de Léger peintes autour de 1920, comme la Composition (Le Disque), 1918 (musée Thyssen-Bornemisza, Madrid), Le Grand Remorqueur, 1923 (musée Fernand Léger, Biot) et La Ville, 1919 (The Museum of Modern Art, New York. Florene May Schoenborn Bequest, 1996). Le matériau visuel qui leur sert de point de départ est évoqué à travers les reportages photographiques de Léon Gimpel et des acteurs de la Nouvelle Vision dans l’Entre-deux-guerres : François Kollar, Man Ray, Brassaï… Chez Léger, plus qu’un emblème du monde moderne, le signal devient prépondérant au sein de la composition, structurant la surface picturale tout entière.

L’exposition s’intéresse aussi au cadre urbain comme le lieu privilégié de cette communication visuelle abstraite. Pendant l’Entre-deux-guerres, la grande ville apparaît comme une vaste imbrication d’images schématiques – enseignes, affiches, signalisation, plaques et panneaux.
Les œuvres de Léger sur ce thème reflètent une expérience de la réalité urbaine placée sous le signe de la fragmentation et de la décomposition du mouvement. Pictogrammes figuratifs (contours de silhouettes humaines), schématiques (flèches directionnelles) ou symboliques (fragments de grilles ou de poutrelles métalliques) apparaissent comme autant de composantes d’une langue visuelle, à la fois élémentaire et universelle.

Continuer la lecture de Exposition ‘Disques et sémaphores : le langage du signal chez Léger et ses contemporains’ du 20 juin au 11 octobre 2010 au Musée national Fernand Léger à Biot

Exposition ‘Double Je: Jacques Henri Lartigue, peintre et photographe (1915-1939)’ du 11 avril au 19 septembre 2010 à l’Isle d’Adam

Exposition « Double Je »
Jacques Henri Lartigue, peintre et photographe (1915-1939).
11 avril -19 septembre 2010.

L’exposition de L’Isle-Adam propose un regard croisé sur la production picturale et photographique de l’artiste, immortalisant de façon troublante, car souvent identique, femmes, fleurs et lieux aimés, avec comme fil rouge ses journaux intimes.

Organisée autour des endroits fréquentés par Jacques Henri Lartigue année après année : le Pays Basque, la Côte d’Azur ou un Paris éblouissant de mondanités, l’exposition présentera une centaine de photographies prêtées par la Donation Lartigue et de peintures données par l’artiste et son épouse Florette à la Ville de L’Isle-Adam, ou mises en dépôt par la Fondation de France.

Plus d’infos: DP_Double Je Lartigue ou http://musee.ville-isle-adam.fr