Prochaine séance du groupe de contact Relire l’entre-deux-guerres: « Tradition et modernité dans l’architecture européenne de l’entre-deux-guerres », par Antonella Mastrorilli, maître-assistant à l’Ecole nationale supérieure d’architecture de Lyon

Vendredi 10 décembre 2010

14h – 17h

Université Charles-de-Gaulle-Lille 3

Salle A3 112a (locaux de l’IRhiS)

A l’occasion de cette nouvelle séance de notre groupe de contact, nous aurons le plaisir de recevoir Madame Antonella Mastrorilli, maître-assistant à l’Ecole nationale supérieure d’architecture de Lyon, qui introduira la question suivante :

Tradition et modernité dans l’architecture européenne de l’entre-deux-guerres

La persistance des valeurs traditionnelles et le refus contre les excès de la modernité, caractérisent l’architecture de la ville européenne d’entre-deux-guerres. Cependant, l’historiographie de l’architecture contemporaine semble avoir oublié les architectes qui l’ont bâtie. Nous nous proposons donc de revenir sur cette « autre modernité », qui cherche dans la continuité une réponse efficace aux tensions introduites par le modernisme et la révolution artistique du début du XXe siècle.

Répondants : François Robichon (Lille 3, Le régionalisme septentrional), Céline De Potter (Lille 3/ULB, Les échanges architecturaux entre la France et la Belgique durant l’entre-deux-guerres), Selly Bal (Lille 3, L’architecte Emile Dubuisson, 1873-1947).

Nous vous attendons nombreux pour débattre avec nous.

Groupe de contact Relire l’entre-deux-guerres

http://re2g.hypotheses.org

Expo: « Montparnasse années 30, éclosions à l’Académie Ranson » du 16 octobre 2010 au 16 janvier 2011 au Palais du roi de Rome à Rambouillet

Présentation de l’exposition:

« Autour de deux professeurs indépendants, le peintre Bissière et le sculpteur Malfray, ces élèves s’imprègnent là du savoir, du charisme des maîtres et aussi des courants modernes ambiants, surtout du cubisme et du surréalisme. Ce lieu fait alors partie de l’ensemble des académies dites « libres » par opposition à l’enseignement officiel de l’École des Beaux-arts, comme les ateliers créés par André Lhote et Fernand Léger dans les années 20.

L’académie Ranson est aujourd’hui considérée comme l’un des lieux d’origine majeurs de l’art non figuratif de l’après-guerre. Et l’on peut souligner comme une rareté l’émergence jusqu’à la notoriété, dès les années 50, de tant d’artistes issus du même enseignement.

Des œuvres inédites

Si plusieurs institutions comme le Musée national d’art moderne – Centre Georges Pompidou, les musées de Lyon, de Dijon, de Vannes, d’Abbeville, de Meudon se penchent actuellement sur l’étude de ces peintres et sculpteurs, cette exposition permet d’appréhender leur jeunesse, à travers la présentation d’œuvres très peu connues car conservées, pour nombre d’entre elles, dans les fonds d’ateliers des artistes.

Véritable découverte, à travers plus d’une centaine de documents, de peintures et de sculptures pour beaucoup surprenantes au vu des œuvres de la maturité généralement présentées, l’exposition permet ainsi de comprendre le parcours des artistes. La confrontation de leurs œuvres de jeunesse soulignera également l’émulation qui bénéficiait à chacun. Puis une sélection d’œuvres des années 50 invitera à rechercher pour les uns et les autres la continuité ou la rupture avec l’enseignement reçu.

Au-delà d’un lieu de formation, l’académie Ranson a suscité des liens à la fois affectifs et plastiques extrêmement forts et durables entre tous ces artistes, chacun suivant néanmoins sa propre voie.

Leurs descendants, aujourd’hui liés par ces souvenirs communs, ont tenu à accompagner le projet aux côtés de collections publiques comme le MNAM, le FNAC et plusieurs autres musées de France. »

Continuer la lecture de Expo: « Montparnasse années 30, éclosions à l’Académie Ranson » du 16 octobre 2010 au 16 janvier 2011 au Palais du roi de Rome à Rambouillet

Coll: « Entretiens d’artistes, musique, cinéma et arts plastiques », Université Libre de Bruxelles, 2, 3 et 4 décembre 2010

Argumentaire:

Genre de caractère hybride, d’oral destiné à être transcrit, ou de parole écrite, l’entretien n’en est pas moins une source essentielle pour saisir le discours de l’artiste. Il est d’autant plus important qu’il se développe tout au long du XIXe et du XXe siècle, accompagnant une modernité en art qui ne peut plus faire l’économie de la «communication». L’artiste s’exprime et s’explique tant pour son public contemporain que futur. En plus de sa valeur didactique et de sa fonction de médiation, l’entretien pose également la question de l’élargissement du statut de l’artiste. En effet, qu’il soit écrit ou transcrit, réel ou fictif, l’entretien publié se présente bien souvent, malgré son apparente spontanéité, comme une conversation recomposée. Celle-ci suppose des principes opératoires orientant une pratique dialoguée qui, au XXe siècle, se fixe en genre du discours sur l’art et contribue à transformer l’artiste en auteur.

Tantôt redouté ou méprisé, tantôt voie privilégiée de médiation avec le public, le genre de l’entretien pose donc de nombreuses questions historiques, méthodologiques, philologiques et critiques. Le colloque tentera de faire un premier tour de la question. Il s’agit d’interroger le genre à plusieurs niveaux pour approfondir non seulement la nature des liens entre la presse et les arts, mais aussi toutes les formes d’entretiens (réels ou fictifs, « fidèles » ou réécrits, etc.) sous forme de livres, d’enquêtes, etc.

Comité organisateur

Muriel Andrin (ULB); Paul Aron (FNRS-ULB); Laurence Brogniez (ULB); Michel Duchesneau (Université de Montréal); Valérie Dufour (FNRS-ULB); Bibiane Fréché (FNRS-ULB); Véronique Jago-Antoine (Archives et musée de la littérature et FUSL); Denis Laoureux (ULB).

Comité scientifique

Muriel Andrin (ULB); Paul Aron (ULB-FNRS); Laurence Brogniez (ULB); Nicolas Donin (IRCAM); Michel Draguet (ULB); Michel Duchesneau (Université de Montréal); Valérie Dufour (FNRS-ULB); Pierre-Jean Foulon (FUNDP); Véronique Jago-Antoine (Archives et musée de la littérature et FUSL); Denis Laoureux (ULB); Françoise Levaillant (CNRS); Emmanuel Reibel (Université de Paris X – Nanterre); Laurent Guido (Université de Lausanne).

Programme complet: Entretiens d’artistes_programme

URL de référence: www.pictoriana.be

AC/CFP: « Les apories de l’art total : artiste, société, temporalités », Université Paris I – HiCSA et Institut National d’Histoire de l’Art, janvier 2012

Université Paris I – HiCSA et Institut National d’Histoire de l’Art

Sous la direction de Julie Ramos et de Maria Stavrinaki

Le principe du colloque, « Les apories de l’art total : artiste, société, temporalités » organisé en janvier 2012 en collaboration par l’Université Paris I et l’INHA est de revenir sur les études menées sur ce sujet ces vingt dernières années, en associant des chercheurs en France et à l’étranger ayant déjà exploré ce thème, tout en espérant susciter de nouvelles recherches. Dans cette perspective, deux ou trois journées rassemblant les communications de 15 à 20 chercheurs confirmés, accueilleront aussi deux ateliers ouverts aux doctorants.

Date limite pour les propositions : le 31 décembre 2010. Les propositions doivent être adressées à Julie Ramos (julie.ramos@inha.fr) et à Maria Stavrinaki (maria.stavrinaki@univ-paris1.fr).

La dichotomie qui caractérise la recherche en histoire de l’art dans son ensemble entre ceux qui privilégient le « capital » idéologique de l’art et ceux qui explorent son potentiel formel n’a pas laissé indemne l’art total. Bien sûr, les deux approches peuvent se retrouver dans la généalogie esthétique de la question – le romantisme et le symbolisme notamment – ou, parfois, son apanage philosophique. Aucune de deux ne néglige non plus cette pierre angulaire qu’a été le Gesamtkunstwerk wagnérien. Sans vouloir trouver le « juste milieu » entre ces deux approches, ce colloque a plutôt l’ambition de les mettre en tension, pour montrer leurs équivalences ou, au contraire, les insuffisances mutuelles. Poser la question des « temporalités » de l’art total répond, en quelque sorte, à cette ambition.

La conjonction des arts est loin de se limiter, bien sûr, à la modernité et traverse toutes les époques historiques et, probablement, les aires géographiques. Pour autant, la formulation du projet de sa «restauration» coïncide bel et bien avec l’acte de naissance de l’art total et survient, en tant que tel, à l’ère moderne : concevoir et réaliser un Art qui puisse réunir les arts ; un Art qui sache réunir les hommes. Le projet d’un art total serait donc, dès l’origine, fondé sur un manque, un défaut, une aporie. Issue des idéaux des Lumières, forgée dans le creuset du romantisme allemand, l’idée d’art total, revendiquée, refusée, occultée, voire refoulée, vit au cœur de l’inconscient esthétique de la modernité. Si Wagner lui donne son nom en 1849 (Gesamtkunstwerk), l’idée apparaît autour de 1800 et survit à la création de Bayreuth. L’union des arts et les collaboration artistiques ne suffisent toutefois pas à qualifier l’art total. L’idéologie qui le sous-tend, celle d’une unité esthétique de l’art, d’une unité ontologique et politique de l’homme et de la communauté, celle, enfin, d’une histoire dotée de sens, méritent d’être interrogées dans leurs tensions et leurs apories.

Notre colloque voudrait s’articuler autour de quelques moments clés de la modernité, du romantisme et du saint-simonisme à l’art contemporain, en passant par les avant-gardes.

Les quatre thèmes de réflexion ici distingués ne le sont que pour des raisons de commodité. L’art total est par définition pensé comme capable d’en opérer la réconciliation, voire la relève.

Continuer la lecture de AC/CFP: « Les apories de l’art total : artiste, société, temporalités », Université Paris I – HiCSA et Institut National d’Histoire de l’Art, janvier 2012

Expo: « Nus en quête d’idéal : l’érotisme de Marcel Gromaire », du 10 novembre 2010 au 20 février 2011 au Musée des Années 30 à Boulogne-Billancourt

Présentation de l’exposition par le musée

« Première exposition organisée depuis près de 30 ans sur l’un des peintres français les plus célèbres de la première moitié du XXe siècle, dont la thématique du nu parcourt la totalité de l’œuvre peint, dessiné et gravé entre 1920 et 1960.

Si l’art de Gromaire est le plus souvent associé à son engagement social et politique qui fait sa renommée dès l’entre-deux-guerres, une part pratiquement méconnue de son œuvre apparait aujourd’hui comme l’une des plus audacieuses tentatives d’érotisme dans l’art du XXe siècle.

Prêtées généreusement par le musée d’Art moderne de la Ville de Paris, le musée du Dessin et de l’Estampe originale de Gravelines (conservant tout l’œuvre gravé de l’artiste) et de nombreuses collections particulières, une centaines de peintures, dessins et eaux-fortes, témoignent de l’obsession de l’artiste d’aboutir grâce à la sensualité de nus féminins, à des compositions reflétant sa quête d’idéal et d’abstraction de la forme représentée. »

« Quoi de plus émouvant que la ligne de ce corps de femme qui, des jambes, tourne autour des hanches, creuse le dos, gagne l’épaule et se poursuit le long de ce bras allongé ? Quoi de plus sensible que ces seins, à peine éclairés de crayon bistre, et qui, pour être vivants, n’ont même pas besoin de couleur ? »
Jacques Guenne, à propos de La Toilette, « Portrait d’artiste, Marcel Gromaire », L’Art vivant, mai 1926, p. 378-383

« Aucun nu, aussi abstrait soit-il, ne devrait manquer d’éveiller chez le spectateur un soupçon d’émoi érotique, fût-il imperceptible, sans quoi l’art est trahi et devient immoral. »
Kenneth Clarke, Le Nu, vol. 1, 1969, p. 27

« Il y a encore quelques imbéciles pour croire au nu chaste. »
Gromaire, Peinture, 1921-1939, Denoël-Gonthier, 1980, p. 128

« Ses nus s’écartent du modèle pour se rapprocher d’une idée qui reste liée à la chair et à la substance. »
Paul Fierens, « Les tendances expressionnistes et la génération de 90 », L’Amour de l’art, avril 1934, p. 331-336

« La chair, c’est le concret […] Lui seul révèle l’abstrait. »
Gromaire, Peinture, 1921-1939, Denoël-Gonthier, 1980, p. 143

« L’art (même celui des enfants et de l’âge des cavernes) est abstrait, toujours, dans ses moyens ; mais je crois que sa fin doit être une forme de concret. »
Marcel Gromaire, « Lettre à Bazaine, juillet 1942 » in Marcel Gromaire, musée d’Art moderne de la Ville de Paris, 1980, p. 159

« Leur taille, étrangement amincie, s’allonge avant que ne réapparaisse le primitivisme voluptueux et massif des hanches et des jambes : cette structure rappellerait volontiers certaines idoles nègres. »
Jean Cassou, Marcel Gromaire, 1925, repris dans Brefs écrits sur l’art, éd. Mercure de France, 1999, p. 52

« Gromaire reconstruisait les femmes comme des cathédrales. »
Georges Boudaille, Les Lettres françaises, 21 avril 1971, cité dans cat. expo. Gromaire, 1980, p.166

« J’ai un tel amour de la forme dans sa plénitude vivante que je ne suis jamais content de ce que je fais… »
Marcel Gromaire, « Lettre de Gromaire à Girardin, août 1921 », in Marcel Gromaire, musée d’Art moderne de la Ville de Paris, 1980, p. 143

L’art « est une divination de la force vitale […] il y a toujours dans l’art le meilleur, quelque chose de barbare, quelque chose de la poussée des menhirs, de la violence des idoles. »
Marcel Gromaire, Peinture, 1921-1939, Denoël-Gonthier, 1980, p. 155

« Laissons le rêve où il se trouve, dans le réel – Rêvons tout éveillés. »
Marcel Gromaire, Peinture, op. cit. p. 89

Parcours de l’exposition

Marcel Gromaire use, d’un nu à l’autre, des mêmes concepts qui structurent son oeuvre. Ses nus plantureux et géométriques ne varient que sur deux éléments : la couleur de la chevelure et les poses des modèles. Celles-ci ont été retenues pour la scénographie de l’exposition. Les poses étudiées par Gromaire deviennent autant d’exercices de style pour mettre en scène l’érotisme. Chez l’artiste, le nu rencontre autant de variations que le corps humain peut prendre de poses intimes et érotiques. L’exposition débute sur une présentation de l’artiste et ses modèles, puis décline les poses, debout, allongé, mais aussi assis ou encore de dos.
La dernière section expose des nus du M-A30, où des oeuvres de La Patellière, Zinovief, Marchand, Gruber ou Souverbie permettront d’établir un contrepoint sur la thématique du nu dans l’entre-deux-guerres.

Animations

Visite thématique Nus en quête d’idéal : l’érotisme de Marcel Gromaire, mardi 7 décembre à 13h, sans rendez-vous.

Visites guidées sur réservation aux 01 55 18 54 40 / 46 64.

Interprétation musicale par Eric Sanrens, joueur de hang, les dimanches 21 novembre et 5 décembre à 15h et 16h.

Lecture de littérature érotique, samedi 29 janvier à 16h30 sur réservation aux 01 55 18 54 40/46 64.

Plus d’informations: www.annees30.com

Annonce de chercheur: recherche d’éditeur pour publication de thèse

M. Alexandre Massipe, docteur en Esthétique et Sciences de l’art recherche un éditeur pour la publication de sa thèse soutenue en février 2010 à l’Université Panthéon-Sorbonne de Paris I sous la direction de M. Marc Jimenez et intitulée « S’engager aux côtés de la classe ouvrière pour « changer la vie » : 1919-1939 » avec comme sous-titre « Parcours politique et poétique du surréalisme et de Simone Weil ». Vous pouvez le contacter à l’adresse suivante : alexandre.massipe@aliceadsl.fr

JE: Regards croisés sur les revues : France/Grande-Bretagne (19e et 20e siècles)

Vendredi 26 novembre 2010

Cette journée d’étude consacrée aux revues garde la perspective générale des chercheurs du réseau Culture FB des ‘regards croisés’ entre les deux pays, tout en élargissant l’étude du cas vers les influences réciproques (perceptibles et peut-être plutôt imperceptibles…) d’une revue à l’autre. Nous espé- rons considérer, suite aux discussions provoquées par les communications, les regards croisés sur la place des revues dans la vie intellectuelle dans chacun des deux pays au cours de ces deux siècles.

Lieu : Room G32 (Ground Floor, South Block), Senate House, University of London, Malet Street, London WC1E 7HU

Responsables scientifiques: Debra Kelly, Université de Westminster et Charlotte Ribeyrol, Université Paris IV

Contact et inscription : Helena Scott, Université de Westminster H.Scott@westminster.ac.uk

Programme

10.30-11.00 Arrivée/Acceuil

Matin 19e siècle

Président de séance : Debra Kelly

11.00-11.30 Diana Cooper-Richet, CHCSC/Université Versailles Saint-Quentin : ‘Les revues britanniques de la première moitié du 19e siècle, modèle matriciel ?’

11.30-12.00 Charlotte Ribeyrol, Université Paris IV : ‘Un critique littéraire francophile : A.C. Swinburne et la Fortnightly Review

12.00-12.30 Berny Sèbe, Université de Birmingham : ‘Les revues britanniques et françaises et l’idée imperiale : perspectives croisées ?’

12.30-13.00 Questions/Discussion

Déjeuner : liste de cafés et de restaurants dans le quartier à votre disposition

Après-midi 20e siècle

Président de séance : Charlotte Ribeyrol

14.30-15.00 Michel Rapoport, CRHEC/Université Paris Est Créteil : ‘Le Times Literary Supplement à deux moments  (1914-1920 et 1939-1945)

15.00-15.30 David Drake, (Emeritus) Université de Middlesex : ‘Les intellectuels français et Londres : le cas de Raymon Aron et La France libre

15.30-16.00 Martyn Cornick, Université de Birmingham et Michel Leymarie, Université Lille III : La Nouvelle revue française et la Grande Bretagne

16.00-16.30 Questions/Discussions et :

Conclusions : Mike Kelly, Université de Southampton

Entrée libre  sur inscription : H.Scott@westminster.ac.uk)

Journée d’étude organisée dans le cadre du réseau Culture FB avec le soutien du Service Culturel de l’Ambassade de France.

Séminaire: Comprendre le XXe siècle des musées

Conférence d’Agnès Callu sous la direction d’étude de Jean-Michel Leniaud (EPHE)

Les mardis de 18h à 20h
INHA, Galerie Colbert, Salle EPHE
2, rue Vivienne
75002 Paris

accès : 6 rue des Petits-Champs


Choisir d’installer sur la table universitaire le musée du XXe siècle comme objet historique suppose d’apprécier les enjeux politiques, sociaux, culturels et économiques qu’il suscite, à l’échelle de l’État comme des collectivités territoriales, dans une société ouverte à la innovation esthétique et patrimoniale en même temps qu’elle adopte l’acculturation des codes hiérarchiques et les évolutions entrepreneuriales ou technologiques.

Outre le commentaire sur le mode historiographique de la production scientifique plurielle déployée, parfois en tensions, autour de deux pôles souvent opposés –l’histoire culturelle et l’histoire de l’art–un panorama des matériaux disponibles à la recherche s’avère l’indispensable préalable. Puis, prenant appui sur des fondations méthodologiques dès lors posées, plusieurs thèmes sont abordés, questionnant sur la longue durée, le musée et ses représentations, entre élitisme social, promotion de la culture pour tous ou merchandising des biens culturels. Sont alors ouvertes et/ou creusées – souvent en diachronie à l’aide du témoignage d’anciens acteurs – plusieurs pistes de réflexion amenant à discuter la figure du musée dans les imaginaires collectifs, le capital symbolique d’un geste architectural, le trilogue entre l’œuvre, l’artiste et le conservateur. La place des hommes fait également l’objet de réflexions : érudits, bâtisseurs ou décideurs dans la structuration et le fonctionnement de celui qui, entre désir et pédagogie, se définit comme « une institution permanente […] au service de la société et de son développement, ouverte au public, qui acquiert, conserve, étudie, expose et transmet le patrimoine matériel et immatériel de l’humanité et de son environnement à des fins d’études, d’éducation et de délectation […] ».

Séance 1
23 novembre 2010

Objet(s), méthode(s) et historio-bibliographie(s)
Enjeux et perspectives (Agnès Callu)
L’IMEC et les fonds d’artistes (Yves Chèvrefils-Desbiolles)

Séance 2
7 décembre 2010

Lire, interpréter et confronter les sources
Les fonds d’archives des musées nationaux et de l’INHA (Catherine Granger et Martine Poulain)

Séance 3
14 décembre 2010

Lire, interpréter et confronter les sources (suite)
Les archives du musée national d’art moderne (Didier Schulmann)

Séance 4
18 janvier 2011

Imaginer un musée
Gaëtan Picon : plaidoyer pour un nouveau musée d’art moderne (Agnès Callu)
Grand témoin : entretien de Robert Bordaz, ancien président du Centre Pompidou (audition et décryptage)

Séance 5
1er février 2011

Bâtir un musée
Le Centre Pompidou-Metz : enjeux et chef-d’œuvres (Laurent Le Bon, CPM)
Grand témoin : entretien d’Émile-Jean Biasini, ancien secrétaire d’État aux Grands travaux (audition et décryptage)

Séance 6
15 février 2011

Incarner un musée
Jacques Jaujard ou le mythe résistentialiste du Louvre occupé (Côme Fabre, ENS-Ulm)
Discutant : Écrire l’histoire du Louvre (Guillaume Fonkenell, musée du Louvre)

Séance 7
15 mars 2011

Travailler au Musée
François Mathey : les Arts décoratifs aux mains d’un conservateur révolutionnaire ? (Brigitte Gilardet, IEP de Paris)
Grand témoin : entretien de Germain Viatte, conservateur général honoraire du Patrimoine (interview enregistré et filmé)

Séance 8
5 avril 2011

Développer un musée
La Réunion des musées nationaux : un établissement public en faveur d’une identité muséale française (Agnès Callu)
Grand témoin : entretien d’Irène Bizot, ancien administrateur général de la RMN (interview enregistré et filmé)
Discutante : Existe-t-il une appellation contrôlée « Musées nationaux ? » (Chantal Georgel, INHA : sous réserve)

Séance 9
17 mai 2011

L’artiste dans le musée
Au musée et dans les galeries : l’artiste et ses œuvres, 1930-1940 (Claire Maingon)
Discutante : Exposer les artistes vivants (Emmanuelle de l’Écotais, Musée national d’art moderne de la ville de Paris)

Séance 10
31 mai 2011

Projets et conclusions
Présentation du projet éditorial « Dictionnaire historique et culturel du Louvre » (Yannick Lintz, musée du Louvre)

Bilan de la conférence (Agnès Callu)

JE: Exposer dans l’entre-deux-guerres: enjeux politiques, économiques et artistiques

Journées d’études
Vendredi 19 et samedi 20 novembre 2010

Vendredi 19 novembre: Cinémathèque française, 51 rue de Bercy, 75012 Paris (M° Bercy).
Samedi 20 novembre: Maison de la recherche, 28 rue Serpente, 75006 Paris (M° Odéon ou St-Michel).

Organisation:
Le Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines (CHCSC) avec le soutien du Centre interdisciplinaire d’études et de recherches sur l’Allemagne (CIERA).

Responsables scientifiques / wissenschaftliches Konzept:
Alexandre Kostka (Université de Strasbourg, GEPE), Caroline Moine (Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, CHCSC) et Martin Schieder (Université de Leipzig).

Exposer dans l’entre-deux-guerres: enjeux politiques, économiques et artistiques

Les manifestations culturelles internationales (expositions universelles, festivals, foires d’art) rythment depuis le XIXe siècle la perception que les sociétés européennes se font de leur identité culturelle. Le projet Montrer, exposer, représenter en Allemagne et en France (XIXe/XXe siècles) vise, en partant de l’exemple de l’Allemagne et de la France, à étudier ces manifestations dans une perspective historique et artistique, comparative et croisée, et à les étudier à l’échelle de l’Europe. En s’interrogeant sur l’organisation concrète et le contexte précis de ces événements, sur leur portée artistique, sociale, et politique mais aussi sur les réseaux d’acteurs ainsi mobilisés, il s’agit d’étudier quelles relations ont existé entre ces différentes manifestations (rapports conflictuels, concurrentiels, partenariat) et les réseaux de médiateurs qui ont animé ces liens et ces circulations d’idées, d’objets et d’individus.
A la suite des deux premières journées d’études de juin 2009 consacrées au long XIXe siècle et intitulées « Internationalisation des arts et mise en scène de la nation », cette deuxième étape nous conduit dans les années 1920 et 1930. Il est en effet intéressant de suivre dans une période de tensions diplomatiques croissantes l’évolution des relations culturelles internationales sous l’angle des expositions, lieux de dialogues pour les uns, de confrontations pour les autres. Ces dernières vont être en outre influencées dans l’entre-deux-guerres par le développement et la professionnalisation de la publicité et de la propagande, ainsi que par les progrès technologiques. Non seulement la manière d’exposer s’en trouve modifiée, mais aussi ce qu’on expose. C’est ainsi que le cinéma, le Septième Art, gagne en visibilité et dispose désormais de ses propres lieux d’exposition avec les premiers festivals. Plus largement, les questions fort anciennes du lien entre arts et techniques, entre diffusion et vulgarisation se trouvent à nouveau posées, forçant les contemporains à s’interroger sur la fonction même des expositions.
Quelques moments clés de la période serviront plus particulièrement de lieux d’observation, dans un dialogue mettant en relation chercheurs de diverses disciplines (historiens, historiens de l’art, sociologues…).

Continuer la lecture de JE: Exposer dans l’entre-deux-guerres: enjeux politiques, économiques et artistiques

Séance spéciale du TIGRE consacrée au dépouillement des revues d’art ce 6 novembre 2010

Le séminaire du TIGRE a le plaisir d’accueillir le samedi 6 novembre une séance de présentation/ information/ débat sur les recherches actuelles en histoire de l’art concernant les revues.

Un groupe de chercheurs rattaché de l’INHA (Institut National de l’Histoire de l’Art) présentera les recherches et dépouillements lancés à l’Institut autour des revues d’art.

Avec la participation d’Anne LAFONT, de Michela PASSINI, de Rossella FROISSART, de Lucia PICCIONI, de Laura KARP LUGO et de Fabienne FRAVALO.

45, rue d’Ulm, salle Weil, à partir de 10h00.