Publication: « Louis Bouquet, le peintre, le poète et le héros » par Philippe Dufieux aux éditions Liénart, janvier 2011

Présentation par l’éditeur:

« Il est peu d’artistes contemporains qui peuvent s’enorgueillir d’avoir couvert à fresque près de 700 m2 sur les chantiers les plus prestigieux de l’entre-deux-guerres en s’associant la complicité d’architectes de renom. À lui seul, le décor consacré à l’Afrique noire du salon Paul Reynaud du musée des Colonies suffirait à la gloire de Louis Bouquet (1885-1952).
Mais si les grands décors de l’artiste forment la partie la plus visible de son œuvre et firent sa célébrité, le reste de sa production picturale reste en réalité entièrement à découvrir. Il est vrai que Bouquet ne connut jamais de succès de galerie, bien que de nombreuses manifestations individuelles ou collectives aient jalonné sa carrière.
Philippe Dufieux nous invite à suivre l’artiste depuis ses premières œuvres symbolistes et nabies, élaborées sous l’égide de Marcel Lenoir et de Maurice Denis, en passant par la maturation d’un art original et synthétique, jusqu’à son épanouissement sur les vastes surfaces murales offertes par l’architecture au début des années 1930. Peintre, dessinateur, portraitiste, graveur, illustrateur… Symboliste, nabi, cubiste, expressionniste, classique enfin… Son œuvre rassemble en lui toutes ces écoles en les dépassant souverainement. »

Docteur de l’École pratique des hautes études, diplômé en histoire, en histoire de l’art et en sciences politiques, Philippe Dufieux est chargé de mission auprès du Conseil d’architecture, d’urbanisme et de l’environnement du Rhône. Auteur de nombreux travaux sur l’art à Lyon aux XIXe et XXe siècles, il enseigne actuellement à l’École nationale d’architecture de Lyon.


20 x 24 cm, 200 pages, 160 illustrations, broché
38 € – ISBN : 978-2-35906-042-3

Plus d’informations: http://editionslienart.blogspot.com

JE: « Zwischen Moskau und Berlin – Osteuropäische Künstlerinnen und Künstler im STURM 1910 bis 1932 », ce vendredi 28 janvier 2011, Museums Künstlerkolonie auf der Mathildenhöhe, Darmstadt

Eine Veranstaltung von DER STURM – Förderverein Kunst und Kultur e.v. und dem Institut Mathildenhöhe Darmstadt in Zusammenarbeit mit der Universität Bamberg im Rahmen der Ausstellung „Gesamtkunstwerk Expressionismus“.

Von 1910 bis 1932 gab Herwarth Walden in Berlin die Zeitschrift „Der Sturm“ heraus, die schnell zu einer der wichtigsten Kulturzeitschriften Europas avancierte. Zusammen mit der bald darauf angegliederten gleichnamigen Galerie, dem Verlag, der Kunsthochschule, dem Theater und der Buchhandlung wurde „Der Sturm“ nicht nur zu einem wichtigen Sprachrohr der Moderne, sondern stellt auch ein einzigartiges Beispiel für die organisatorische Umsetzung der expressionistischen Idee vom Gesamtkunstwerk dar. Die heute bekanntesten Künstler des Expressionismus, Futurismus, Kubismus und weiterer Kunstrichtungen waren für den „Sturm“ als Mitarbeiter tätig oder wurden durch ihn der Öffentlichkeit bekannt gemacht. Darunter befanden sich – von der Forschung oft vernachlässigt – auch zahlreiche osteuropäische Künstler, wie Marc Chagall, Alexander Archipenko, Wassily Kandinsky, Alexej Jawlensky, Natalia Gontcharova, Ivan Puni, Bohumil Kubišta, László Moholy-Nagy, Bela Kádár, László Péri, Stanislaw Kubicki, Henryk Berlewi oder Geo Milev. Ihrer Rezeption durch Herwarth Walden und der Bedeutung des « Sturms » für die osteuropäischen Avantgarden widmet sich der Workshop.

Continuer la lecture de JE: « Zwischen Moskau und Berlin – Osteuropäische Künstlerinnen und Künstler im STURM 1910 bis 1932 », ce vendredi 28 janvier 2011, Museums Künstlerkolonie auf der Mathildenhöhe, Darmstadt

Séminaire « Revues d’histoire et de critique d’art » (Paris, INAH, de janvier à juin 2011)

Institut national d’histoire de l’art
Salle Vasari
janvier-juin 2011, dernier mercredi du mois, 14h-16h

Ce séminaire entend interroger la revue à la fois comme support et comme objet des travaux historiographiques en histoire de l’art. Ouvrage chronique, collectif et hybride, la revue oblige à repenser  systématiquement les rapports du texte et de l’image. Organe de diffusion de discours institutionnels, ou polémiques, elle se fait aussi le relais de positionnements idéologiques et esthétiques de  mouvements d’avant-garde. Souvent au coeur d’un réseau de sociabilité, parfois outil de légitimation d’une catégorie professionnelle, elle interroge les pratiques de l’histoire de l’art et celles de disciplines parallèles (littérature, arts plastiques, histoire culturelle…). Le séminaire complète et enrichit le projet documentaire de notre groupe de recherches : le Répertoire de cent revues francophones d’histoire et de critique d’art de la première partie du XXe siècle, base de données accessible en ligne à partir de 2012. A ce jour, la liste des cent revues sélectionnées dans le fonds de la bibliothèque de l’INHA est arrêtée ; une vingtaine de revues a déjà fait l’objet de fiches techniques et de dépouillements ; et la campagne de numérisation est amorcée. Par ce séminaire, nous souhaitons à la fois faire connaître cette ressource et bénéficier des travaux des chercheurs qui se sont intéressés à la revue en tant que défi méthodologique.

Mercredi 26 janvier 2011
Le Jugendstil et la modernité à Munich autour de 1900
Laurence Danguy (EHESS) et Anne-Cécile Foulon (Max Ernst Museum)
Séance conduite par Fabienne Fravalo (INHA)

Mercredi 23 février 2011
A la recherche d’une modernité classique et française. Les arts au temps des « retours à l’ordre »
Sophie Basch (Sorbonne-Paris IV) et Catherine Fraixe (ENSBA, Bourges)
Séance conduite par Rossella Froissart (université de Provence, Aix-Marseile I-Cemerra)

Mercredi 30 mars 2011
Louis Hautecoeur et les revues : la reconstitution d’un classicisme français
Antonio Brucculeri (école nationale supérieure d’architecture et de paysage de Bordeaux)
Séance conduite par Michela Passini (INHA)

Présentation du séminaire du TIGRE (Te xte et Ima ge, Groupe de Recherche de l’école , ENS-Ulm )
Evanghélia Stead (université de Versailes-Saint-Quentin) et Hélène Védrine (Sorbonne-Paris IV)

Mercredi 27 avril 2011
Un art pour tous ?
Anne-Sophie Aguilar (Sorbonne-Paris I) et Catherine Méneux (Sorbonne-Paris I)
Séance conduite par Lucia Piccioni (INHA)

Mercredi 25 mai 2011
Les revues satiriques à l’aube du XXe siècle

Laurent Bihl et Henri Viltard (chercheurs indépendants)
Séance conduite par Laura Karp Lugo (INHA)

Mercredi 15 juin 2011
Bilans et projets du groupe de recherche
Séance conduite par Anne Lafont (INHA)

Source: ANN: Revues d’histoire et de critique d’art (Paris, Jan-Jun 11). In: H-ArtHist, Jan 12, 2011. <http://arthist.net/archive/755>.

AC/CFP: Open call for papers for the first Art History Supplement (AHS, online publication) issue

Art/Proof publishes on-line material, dealing with all time periods  and/or methodologies, medias (incl. cinema, photography, music), techniques, debates within the field of art history .

Contributions from any other science or discipline (humanitarian or not) corresponding to visual culture or representations of it are also welcome.

Please refer to Art Proof website (http://sites.google.com/site/artprf) for more information.

For any questions artprf@gmail.com.

Source: CFP: Art History Supplement, n.1 (online journal). In: H-ArtHist, Jan 12, 2011. <http://arthist.net/archive/746>.

Publication: Esteban Buch, Denys Riout, Philippe Roussin (dir.), « Réévaluer l’art moderne et les avant-gardes, Paris, Éditions de l’École de hautes études en sciences sociales », coll. Enquête vol. 9, 2011, 244 p.

Présentation par l’éditeur:

« Spécialistes des arts plastiques, de la photographie, de la musique, de la littérature ou de l’esthétique, proposent une réflexion sur les modes d’attribution de sens et de valeur à l’art moderne et aux avant-gardes historiques.

L’irruption du postmodernisme a favorisé la critique des avant-gardes artistiques du XXe siècle, des idéologies qui les avaient portées et même des œuvres qu’elles avaient produites. Ces mises en cause ont occulté autant que révélé un ensemble de questions théoriques et historiographiques. Que signifie la fin des avant-gardes ? De quelle histoire celles-ci relèvent-elles ? Comment évaluer la force durable des œuvres, indépendamment des discours qui ont accompagné leur création ? Que nous disent-elles de notre modernité ?
Ce livre prolonge l’ultime préoccupation du philosophe Rainer Rochlitz (1946-2002) dans le domaine de l’esthétique : repenser les relations entre l’art, la société et le politique. Réunis initialement au sein d’un séminaire à l’EHESS, les auteurs de ce volume, spécialistes des arts plastiques, de la photographie, de la musique, de la littérature ou de l’esthétique, proposent une réflexion sur les modes d’attribution de sens et de valeur à l’art moderne et aux avant-gardes historiques. »

SOMMAIRE

Avant-propos
Esteban Buch, Denys Riout, Philippe Roussin
– Introduction. Un débat inachevable
Rainer Rochlitz – Art moderne et société moderne
Georges Roque – Abstraction et modernisme
Valérie Pozner – Les avant-gardes russes. Changement de regard ?
Esteban Buch – Réévaluer l’histoire de l’avant-garde musicale
Michel Frizot – Le régime photographique, vecteur de la modernité et des avant-gardes
Nadia Podzemskaïa – La « nouvelle science de l’art » face aux avant-gardes dans la Russie soviétique des années 1920
Yann Rocher – Faut-il brûler le Louvre ? Pensées de la destruction dans une enquête de L’Esprit Nouveau
Philippe Roussin – Surréalisme et Esprit nouveau. Antinomies des avant-gardes et réévaluations de la critique artiste après 1945
Annick Louis – L’aventure et l’ordre. Du rôle des avant-gardes dans la culture argentine
Denys Riout – Néo-dada. Des artistes acteurs d’une réévaluation
Jean-Pierre Cometti – Que signifie la « fin des avant-gardes » ?

Plus d’infos: www.editions.ehess.fr

AC/CFP: New Perspectives on Surrealism: CONSTELLATIONS, A PhD Student Symposium, May 13th 2011, Tate Modern, Londres

‘The word “constellations” used by Miró is replete with a concept of passage and of transmission at any price which is equally valid in terms of nature and of mythology.’ André Breton, Constellations, 1958

In conjunction with the forthcoming Joan Miró exhibition at Tate Modern, this one day PhD student symposium, hosted by the Centre for the Study of Surrealism and its Legacies, aims to showcase fresh interpretations of surrealist thought and practice from across a diverse range of academic disciplines.

In the spirit of the original Bureau for Surrealist Research, which conceived of surrealism as a mode of research, we encourage papers that bring philosophy, politics, psychoanalysis, religion, literature or art into new, and possibly speculative, constellations with the visual and textual practices of surrealism.

We invite proposals for 20 minute papers from PhD students working in any discipline whose research engages with surrealism and/or its contemporary legacies. Pease send brief biographies and proposals of no more than 500 words by 25th February 2011 to:

Kimberley Marwood kmarwo@essex.ac.uk

Dr Silvia Loreti silvia.loreti@manchester.ac.uk

Selected papers may be considered for publication in Papers of Surrealism

For more information see www.surrealismcentre.ac.uk

PDF File : Surrealism Centre Postgraduate symposium CALL FOR PAPERS 2011