COLL: « Manifesto Collage », Berlinische Galerie, Landesmuseum für Moderne Kunst, Fotografie und Architektur, February 25, 2011

Registration deadline: Feb 21, 2011

Collage und Montage sind paradigmatische Darstellungsformen der Klassischen Moderne. Doch gerade im letzten Jahrzehnt ist eine Renaissance der Collage-Technik als bedeutende Praxis in der  zeitgenössischen Kunst zu beobachten. Die Berlinische Galerie und About Change, Collection laden ein zum Manifesto Collage, um die Collage in ihren unterschiedlichsten Ausprägungen als Signum auch des 21. Jahrhunderts zu diskutieren. Teilnehmen werden Experten aus den Fachbereichen Kunst, Literatur, Musik und Wissenschaft, unter ihnen Prof. Dr. Werner Spies, Prof. Dr. Horst Bredekamp (Humboldt Universität zu Berlin) und Martha Rosler (Künstlerin, Kritikerin, Essayistin, New York).

Bereits in den ersten Jahrzehnten des 20. Jahrhunderts integrierten Kubisten, Futuristen, Dadaisten und Surrealisten, auch Konstruktivisten Wirklichkeitsfragmente in ihre Kunst. Sie bereiteten damit den Grund für zukünftige Künstlergenerationen, Kunst und Wirklichkeit in Deckungsgleichheit zu bringen. Von den Fluxus-Protagonisten bis hin zu den Pop-Artisten war der Realbezug, der gleichsam handfeste Umgang mit der Wirklichkeit, Ausdruck eines fundamental gewandelten Kunstverständnisses.

Collage beinhaltet per definitionem Fragmente, Bruchstücke und arbeitet mit Gegensätzen und Spannungen. Wir leben in einem Zeitalter, das nicht nur schier unendlich verfügbares Material an Bild und Information bereit hält, sondern auch unzählige Möglichkeiten und Techniken, diese zu sortieren, zu manipulieren und unsere Welt (-Vorstellung) daraus zusammenzusetzen. Collagieren ist längst zu einem probaten Mittel der Realitätswahrnehmung und Wirklichkeits(de)konstruktion geworden. Die Bedeutung der Collage hat sich im digitalen Zeitalter nicht nur verändert, sondern potenziert. Mit dem unbegrenzten Zugriff auf Visuelles und Geschriebenes und deren Verarbeitung unterliegen auch Begriffe wie der des „Originals“ und des „Zitats“ einem Bedeutungswandel: „Cut & Paste“ wird zur allgegenwärtigen Methode.

Gerade in der Vielfalt heutiger Denk- und Handlungsmöglichkeiten, die schon die Postmodernisten konstatierten, spiegelt sich das Prinzip Collage wider: sei es im Multikulturalismus, im Sampling und Mixing von Codes (Mode und Musik), im gesellschaftlichen Leben (Patchwork-Familien) oder in der individuellen Repräsentanz (Schönheitschirurgie als Mittel, sich das eigene Wunsch-Aussehen
„zusammen zuschneiden“).

Es ist an der Zeit, den Begriff der Collage zu überdenken. Die Collage als Signum des 21. Jahrhunderts begegnet uns in so unterschiedlichen Ausprägungen, dass eine Definition kaum mehr möglich scheint. Woher kommt aber gleichzeitig das vermehrte Interesse an der (klassischen) Collage in der zeitgenössischen Kunst? Worin liegt die anscheinend nach wie vor ungebrochene Sprengkraft dieses künstlerischen Prinzips?

Program: Manifesto Collage.pdf
Ort: Berlinische Galerie
Termin: 25. Februar 2011, 10-20 Uhr
Eintritt: frei

Ausführliche Informationen zum PROGRAMM und ANMELDUNG unter http://www.berlinischegalerie.de/index.php?id=1148&L=0 oder unter collage@berlinischegalerie.de

Reference / Quellennachweis: CONF: Manifesto Collage. In: H-ArtHist, Feb 17, 2011.

SOUT: Charlotte Waligora, “La vie artistique russe en France au XXe siècle – l’art de l’émigration (peinture-sculpture)” / “Russian artistic life in France in the XXth century”, Université Charles-de-Gaulle – Lille 3, 24 novembre 2008

Thèse soutenue le 24 novembre 2008 à l’Université Charles-de-Gaulle – Lille 3

Direction : François Robichon, Université de Lille 3

Président de Jury : Eric Darragon, Université de Paris I

Membres du Jury : Sarah Wilson, Institut Courtauld, Londres, et Andreï Tolstoï, Institut d’Architecture, Moscou

Résumé en français:

L’enjeu implicite de l’émigration artistique russe en France au xxe siècle était d’assurer la pérennité d’une évolution artistique russe intégrée, avant la révolution de 1917, à l’évolution européenne des hommes et des idées.

Entre 1885 et 1991, cinq générations d’artistes russes – peintres et sculpteurs – ont quitté leur pays d’origine et sont venus s’établir en France pour des raisons liées aux conséquences de la grande histoire sur la création russe et en quatre temps distincts : à la fin du xixe siècle, entre 1905 et 1914, après la révolution de 1917, puis au début des années 1970.

Parmi ces créateurs apparaissent, entre autres, quelques grands noms de l’histoire de l’art moderne et contemporain : Marie Vassiliev, Chaïm Soutine, Pinchus Krémègne, Michel Kikoïne, Serge Charchoune, Mihaïl Larionov et Natalia Gontcharova, Alexandre Iacovleff, Léon Zack, Ivan Pougny, Alexandra Exter, Vassily Kandinsky, Nicolas de Staël, Oscar Rabine, Valentina Kropivnitskaya, Erik Boulatov, Vladimir Yankilevsky.

Recomposer l’histoire des artistes russes émigrés sur le territoire français, comprendre le déroulement de leurs carrières dans notre pays, interroger leurs créations en tenant compte de leurs origines et déceler dans les oeuvres autant de concessions de styles faites à l’Occident que les signes forts d’une résistance culturelle, a été l’objectif de cette thèse.

Elle propose en première annexe l’inventaire de la collection nationale française d’art russe composée tout au long du xxe siècle par des agents de l’Etat dévoués au patrimoine. Cet inventaire présente les acquisitions faites aux artistes russes de France, de leur vivant. Elle a été recomposée à partir des dossiers d’achats de l’Etat conservés Archives Nationales.

Cette collection de plus d’un millier d’oeuvres fut initiée par Léonce Bénédite pour le Musée du Luxembourg à l’occasion de l’exposition universelle de 1900, complétée par André Dézarrois pour le Musée des Ecoles Etrangères Contemporaines du Jeu de Paume (1922-1940). Un échantillon de cette collection était donc présenté au public en permanence jusqu’à l’exécution du plan d’évacuation des œuvres en 1939 et la réquisition du lieu, par les nazis, en 1940. Après 1945, elle fut dispersée dans les réserves des musées nationaux et de provinces.

Continuer la lecture de SOUT: Charlotte Waligora, “La vie artistique russe en France au XXe siècle – l’art de l’émigration (peinture-sculpture)” / “Russian artistic life in France in the XXth century”, Université Charles-de-Gaulle – Lille 3, 24 novembre 2008

Exposition « Marc Chagall et les avant-gardes russes » du 5 mars au 13 juin 2011 au Musée de Grenoble

Présentation de l’exposition par le musée:

« L’univers fascinant d’un des plus grands poètes de la peinture moderne: Marc Chagall, fil conducteur d’une exposition de plus de 150 peintures, sculptures, dessins, photographies, de grands chefs-d’œuvre dont certaines pièces quasiment inconnues.
L’exposition s’inscrit dans le cadre des projets hors-les-murs que réalise le centre Georges-Pompidou, musée national d’Art moderne depuis plusieurs années dans les grands musées en région. Son angle d’approche est très original puisque c’est l’œuvre inclassable de Chagall qui permet d’aborder, suivant différents thèmes, les étapes successives des avant-gardes du début du XXe siècle en Russie : du Néo-Primitivisme au Constructivisme, en passant par les collaborations avec le monde du spectacle, sans publier Kandinsky, figure incontournable de l’art russe de cette période. En tout, plus de 150 peintures, sculptures, dessins et photographies seront rassemblés, qui permettent de retracer une des périodes les plus fécondes de l’histoire de l’art du XXe siècle, avec comme guide et fil conducteur, l’univers fascinant d’un des plus grands poètes de la peinture moderne : Marc Chagall. »

Du 5 mars au 13 juin 2011: tous les jours sauf le mardi de 10h00 à 18h30.

Musée de Grenoble
5 place de Lavalette
38000 Grenoble

Plus d’infos: http://www.museedegrenoble.fr

Séance du séminaire TIGRE le 18 février 2011 à la Bibliothèque Kandinsky à Paris

La prochaine séance du séminaire du TIGRE se tiendra à la Bibliothèque Kandinsky, au sein du Centre Pompidou, le vendredi 18 février de 17h30 à 20h00.

Cette séance exceptionnelle pour l’horaire et les lieux sera l’occasion d’accueillir trois chercheurs qui connaissent bien les revues et qui dialogueront sur un domaine de recherche qu’elles ouvrent :

Laurence DANGUY (Université de Lausanne et Université de Constance), Vanja STRUKELJ et Francesca ZANELLA (Università degli Studi di Parma) interviendront sur :
«Circulations de modèles entre l’aire germanique et l’Italie au début du XXe siècle : ouvrir un champ de recherches»

Pour accéder à la Bibliothèque Kandinky : prévoir un quart d’heure de battement entre l’entrée principale du Centre Pompidou (par la place centrale) et la bibliothèque Kandinsky au 3e étage du Centre.

Evanghélia Stead
Professeur des Universités, Littératures Comparées de l’Europe Occidentale,
UVSQ,
47, bd Vauban,
78047 GUYANCOURT
FRANCE

Compte-rendu de la séance du 10 décembre 2010 et annonce d’une séance coorganisée avec le séminaire « Histoire du goût, des collections et du marché de l’art » à l’université de Lille 3 ce vendredi 11 février 2011

Voici en pièces jointes le compte-rendu de la dernière séance du groupe de contact Relire l’entre-deux-guerres, qui portait sur l‘architecture, avec Madame Antonella Mastrorilli (maître-assistant, ENSA Lyon) pour invitée, ainsi que l’annonce d’une séance organisée conjointement avec le séminaire doctoral sur l’histoire du goût à l’Université de Lille 3 ce vendredi 11 février 2011 de 14h à 16h (salle de séminaire IRHiS A3 101) : « Les revues et le goût (1919-1939) ».

A cette occasion nous accueillerons Monsieur Didier Schulmann, conservateur de la bibliothèque Kandinsky, pour nous parler du rôle des revues d’art dans l’histoire du goût durant l’entre-deux-guerres, et Madame Marie Gispert, maître de conférences à Paris-I, qui nous entretiendra de la réception de l’oeuvre de George Grosz dans les revues françaises de l’entre-deux-guerres.

Au plaisir de vous voir nombreux !

Compte-rendu de la séance du 10 décembre 2010 : CR 2 – 10 décembre 2010

Annonce de la séance du 11 février 2011: HG_Annonce 11 février 2011

Séance du séminaire TIGRE consacrée à l’entre-deux-guerres le 5 février 2011 à l’ENS Paris

Le séminaire du TIGRE a le grand plaisir d’accueillir Mme Daphné de Marneffe (Université de Liège) le samedi 5 février pour une séance qui commencera à 11 HEURES (jusqu’à 13h).

Mme de MARNEFFE, qui a co-dirigé le volume sur les réseaux des revues belges, traitera le sujet suivant :

Entre étude des sociabilités intellectuelles et sociologie de l’édition : le « réseau des revues » littéraires belges, modernistes et d’avant-garde, du début des années 1920

ENS, 45, rue d’Ulm, Salle Simone Weil, A PARTIR DE 11 HEURES.
Au plaisir de vous y accueillir nombreux,
Bien à vous,

Séance du séminaire ArTLAS consacrée à l’entre-deux-guerres le 3 février 2011 à l’ENS Paris

Séminaire et projet sous la responsabilité de Madame Béatrice Joyeux-Prunel

Programme:

Silvia Loreti (univ. de Manchester)

Le détour méridionnal des avant-gardes européennes dans les années 1920

Marie Duchene (univ. de Bordeaux)

Etat des lieux d’une cartographie des étudiants en musique à Paris dans les années 1920

Patricia Haddad-Prudhomme (Paris III / ENS)

Premiers éléments d’une cartographie du film expérimental en Europe dans l’entre-deux-guerres

Plus de renseignements: www.dhta.ens.fr