« De nieuwe wereld. De wonderjaren van de Belgische avant-garde (1918-1939) », conférence d’An Paenhuysen ce mercredi 26 octobre au CEGES à Bruxelles (Belgique)

Fidèle à sa tradition, le Centre d’Etude et de Documentation “Guerre et Sociétés contemporaines” organise chaque mois un séminaire consacré à une question d’histoire contemporaine. La série de cet automne débute le mercredi 26 octobre à 14 h 30 avec l’historienne An Paenhuysen. Celle-ci viendra présenter son ouvrage De nieuwe wereld. De wonderjaren van de Belgische avant-garde (1918-1939), paru l’an dernier aux éditions Meulenhoff/Manteau.

De nieuwe wereld évoque un groupe d’artistes d’avant-garde souvent négligé dans l’historiographie internationale. Sur base de leur correspondance, manifestes, revues et productions artistiques, An Paenhuysen établit une typologie de la critique culturelle des avant-gardistes belges tels Jules Schmalzigaug, Paul van Ostaijen, Jozef Peeters, Fernard Berckelaers et E.L.T. Mesens. Elle a réussi à traduire la diversité et la dynamique de ce milieu avec ses ambiguïtés et ses contradictions, ses animosités et ses différents respectifs. L’angle d’approche choisi, avec une attention soutenue pour l’ancrage local – le terme d’exil inscrit les rapports de l’avant-garde belge vis-à-vis des métropoles que sont Paris et Berlin – fait de cet ouvrage un apport indispensable pour le lecteur et le chercheur intéressé par une approche artistico-historique qui souhaite aller au-delà du mythe Magritte.

An Paenhuysen est historienne et commissaire d’exposition. En 2010, elle s’est chargée, avec Wolfgang Müller, de l’exposition sur l’artiste et danseuse berlinoise Valeska Gert. Son exposition « Land Art » est encore visible à Hambourg jusqu’en janvier 2012. Elle travaille actuellement à un ouvrage sur la photographie de Berlin dans les années 1920.

Le séminaire se déroule dans la salle de conférence du CEGES, 29, Square de l’Aviation à 1070 Bruxelles. Il débute à 14 h 30. Accès libre.

Plus d’infos au 02/556.92.11 ou par mail à l’adresse cegesoma@cegesoma.be.

 

AC/CFP: 2e Festival de l’histoire de l’art, Fontainebleau, 25-27 mai 2012. Deadline: 2 novembre 2011.

Festival de l’histoire de l’art

2e édition

Fontainebleau, 25-27 mai 2012

Thématique : Voyages

Pays invité: Allemagne

Le Ministère de la Culture et de la Communication, l’Institut national d’histoire de l’art et le Château de Fontainebleau s’associent, avec le concours du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche, pour proposer la deuxième édition du Festival de l’histoire de l’art. Conçues comme un carrefour des publics et des savoirs, ces trois journées offrent conférences, débats, concerts, expositions, projections, lectures et rencontres dans le château et dans plusieurs sites de la ville de Fontainebleau.

Le Festival explore chaque année un thème, en 2012 « voyages », et propose trois rendez-vous annuels : le Forum de l’histoire de l’art, rendez-vous de toute l’actualité du monde des arts ; le Salon du livre et des revues d’art et Art & Caméra, panorama et perspectives sur le film et l’art.

Le Festival est aussi l’occasion de propositions pédagogiques pour l’enseignement de l’histoire des arts à l’école, à travers une Université de printemps et des ateliers pédagogiques proposés et soutenus par le Ministère de l’Éducation nationale.

L’ensemble des manifestations est placé sous le regard privilégié d’un pays invité : en 2012, l’Allemagne. Les interventions intégrant des recherches allemandes ou concernant en tout ou partie le domaine allemand seront les bienvenues.

L’appel à communication s’adresse à des chercheurs français et étrangers, de préférence francophones, confirmés ou débutants. Les propositions de jeunes chercheurs, conservateurs ou encore restaurateurs, seront examinées avec une attention particulière.

1/ Voyages

Les interventions visent à faire le point sur les recherches récentes autour de trois thématiques privilégiées, qui seront explorées de l’Antiquité à l’époque contemporaine, en essayant de couvrir toutes les aires géographiques :

A- Voyages, histoire de l’art, patrimoine

–  La notion de voyage pourrait faire l’objet d’une réflexion interdisciplinaire. Par exemple, l’appel à l’anthropologie peut permettre de comparer les conceptions européennes et extra-européennes de voyage. Le concept de « transfert culturel », proposé par Michel Espagne, peut également être éclairant sur les modes et les conséquences de la circulation des productions artistiques. Thème important de la littérature, le voyage pourra donner lieu à des communications mettant en valeur le rapport entre pratiques d’écriture et pratiques artistiques.

– Le voyage est aussi une condition importante du travail des acteurs de l’histoire de l’art eux-mêmes. Les communications pourront s’intéresser au voyage dans les pratiques des historiens de l’art et des collectionneurs.

– Le sujet intéresse également l’histoire du goût. Le regard du public est influencé par différentes formes de voyages. Commerce, expéditions, expositions coloniales modifient le regard sur l’autre et l’ailleurs. Plus récemment, le développement des voyages conditionne l’appréhension de l’art ancien et contemporain : à travers la publication d’itinéraires des expositions universelles, puis de grands rendez-vous, les foires et les biennales, ou encore les grandes expositions desservies par les plus grands voyagistes.

– Des objets et des architectures permettent le voyage ou sont générés par lui. On peut penser à l’architecture des gares, des aéroports, au design des moyens de transports, aux arts décoratifs liés à l’équipement du voyage, des véhicules, etc. Des communications pourront examiner les traces des voyages depuis les objets de pèlerinage jusqu’aux cartes postales et aux souvenirs, ainsi que leur utilisation ou détournement dans l’art contemporain. Guerres et voyages forcés ont également produit des patrimoines particuliers, comme celui lié à la traite et à l’esclavage qui a fait l’objet d’un projet du Ministère de la Culture en 2011.

B- Les voyages des artistes, des œuvres, des formes, des matériaux

– Les artistes, depuis l’Antiquité, sont amenés à se déplacer. Si la guerre et l’exil sont l’occasion de voyages forcés pour les artistes comme pour leurs contemporains, certains types de voyages intéressent tout particulièrement les créateurs : par exemple les voyages d’apprentissage,  voyage de compagnonnage (Zunftreise), d’éducation comme le Grand Tour, mais aussi dans des aires moins strictement européennes, les voyages initiatiques. On peut penser également au rôle des résidences d’artistes dans la création contemporaine

– Les interventions pourront s’interroger sur la manière dont le voyage de certaines œuvres, qu’il soit le fruit d’une expédition militaire, d’un voyage de découverte ou de l’exil d’un artiste ou d’un groupe d’artistes, peut modifier le paysage artistique du lieu dans lequel elles s’arrêtent. Idées et formes peuvent se diffuser par le relais d’artistes ou d’œuvres passeurs : les communications pourront explorer la circulation des modèles, la diffusion de styles internationaux, la notion de transferts artistiques.

– Accompagnant ou non le déplacement d’artistes, la diffusion de techniques et de matériaux pourra donner lieu à des communications : ainsi des voyages des marbres antiques, des techniques de construction, d’orfèvrerie etc.

C- Les voyages comme sujet ou objet d’art

– L’iconographie des voyages réels ou imaginaires, voyages spirituels ou spatiaux est abondante, depuis le voyage dans l’au-delà du Livre des morts jusqu’aux voyages extraterrestres des bandes dessinées contemporaines. Les communications pourront évoquer dans leur diversité les œuvres ayant le voyage pour sujet, afin d’éclairer comment les arts visuels rendent compte des déplacements et de leur rythme, des paysages parcourus, des modifications d’âme et de corps qu’impliquent les différents types de voyages…

– Les transformations des moyens de déplacement, la massification du voyage d’agrément, l’accélération du rythme viatique ne sont pas sans conséquence sur l’histoire du regard. La vitesse et la facilité du voyage fascine au début du XXe siècle et peut aujourd’hui être remise en question. Le voyage ou le non-voyage peut alors lui-même devenir une œuvre, qu’on songe par exemple au voyage en Transsibérien, rideaux fermés, de Gerz.

2/ Forum de l’histoire de l’art

Le Forum se structure autour de thèmes d’actualité qui évolueront chaque année, en essayant d’intéresser tous les métiers de l’histoire de l’art :

A- Actualités des musées

Cette année, les Actualités mettront l’accent sur les projets d’exposition ainsi que sur les projets de création, d’extension ou de restauration des musées.

B- Actualités des Monuments Historiques et de l’Inventaire

De même, ce sont les projets de restauration, d’exposition et de valorisation du patrimoine monumental ouvert au public qui seront mis en valeur. Les interventions présentées par les agents des services régionaux de l’Inventaire, des services des Monuments Historiques, des STAP, par les ACMH ou les CAOA seront les bienvenues.

C- Actualités de la recherche en histoire de l’art

En 2012, les Actualités de la recherche chercheront à rendre compte des recherches françaises et étrangères ayant fait l’objet d’une publication récente, individuelle ou collective, dans les deux dernières années écoulées (2010 et 2011). Elles donneront la parole aux chercheurs, des étudiants des écoles doctorales ou des écoles d’art ou d’architecture jusqu’aux chercheurs confirmés.

D- Les revues d’histoire de l’art : état des lieux

Cette année, une section particulière du Forum est consacrée aux revues, afin de mettre à l’honneur cette forme éditoriale exigeante, en plein renouvellement grâce aux nouvelles formes d’éditorialisation. Des débats pourraient permettre d’évoquer les politiques éditoriales, les publics, le choix des auteurs. Des communications pourraient présenter des nouvelles revues, des numéros récents etc.

E- Marché de l’art : histoire et actualités de la vente aux enchères

Après « Galerie et recherche », le Forum met en avant un autre sujet d’actualité des relations entre marché et histoire de l’art : la vente aux enchères. Des communications pourront explorer l’histoire de cette forme de commerce de l’art, afin de mieux comprendre ses enjeux aujourd’hui. Les interventions présentées par des acteurs du marché de l’art actuel seront les bienvenues.

Modalités de participation

Plusieurs formats d’intervention sont proposés au choix des intervenants :

– Conférence ou débat : 1 à 3 personnes maximum, modérateur compris, 45 mn.

–  Table ronde : 5 personnes maximum, modérateur compris, 1h45mn

– Œuvre au crible : 3 personnes maximum, modérateur compris, 1h15mn. L’œuvre au crible se propose de confronter autour d’une même œuvre projetée, choisie en rapport avec le thème de l’année, le regard de trois spécialistes de disciplines ou de périodes différentes.

Les intervenants sont invités à donner à leur présentation un caractère oral et accessible, afin de faciliter les échanges entre les intervenants et avec le public, qui sera composé non seulement de chercheurs et de responsables d’institutions, d’enseignants et d’étudiants, d’acteurs du monde des arts, mais aussi d’un grand nombre d’amateurs et de curieux moins familiers du discours scientifique et de ses codes.

Modalités de soumission et sélection des propositions

L’examen des propositions sera confié au comité scientifique du Festival. Les critères de sélection reposeront naturellement sur la qualité scientifique, mais aussi sur la variété des sujets abordés, de manière à offrir un panorama le plus vaste possible, où le plus grand nombre d’arts trouvent place.

Les projets de communication, d’une page maximum, bibliographie comprise, seront adressés exclusivement par courriel à : festivaldelhistoiredelart@inha.fr pour le 2 novembre 2011 au plus tard. Ils doivent être rédigés en français. Les décisions du comité scientifique seront délivrées à partir du 15 janvier 2012.

Contact:

Florence Buttay

INHA-DER

2, rue Vivienne

75002 Paris

01 47 03 89 84

http://festivaldelhistoiredelart.com/

Offrir le surréalisme au monde… la collection André Breton en ligne

Présentation par les administrateurs du site:

« Offrir le surréalisme au monde… Telle est l’ambition de ce site entièrement gratuit constitué à partir de la collection qu’André Breton a rassemblée tout au long de sa vie. Cette collection, dispersée en 2003, n’a donc pas totalement disparu puisque vous pourrez la découvrir dans son intégralité, chose tout simplement impossible du temps de la rue Fontaine.

Administré sous la responsabilité de l’Association Atelier André Breton, présidée par Aube Breton-Elléouët, la fille du poète, le site se présente aujourd’hui sous la forme d’une base de données évolutive qui grâce à la technologie wiki permet à tout un chacun de l’enrichir à tout moment et partout dans le monde. Ce que nous faisons sans relâche depuis le premier jour. Les experts consultés pour la vente de 2003 ont rédigé les notices descriptives de la plupart des fiches de cette vente, Constance Krebs en rédige les chapeaux, les notices sans textes, et met à jour les notices rédigées en 2003.

À vous de compléter les informations par vos propres connaissances du surréalisme, de l’art populaire, des arts graphiques ou premiers, etc. Si, par exemple, vous avez en votre possession des lettres en réponse aux correspondances qui sont présentées ici, vous pouvez en proposer une copie et un commentaire par l’intermédiaire du wiki. Notre Conseil Scientifique en sera immédiatement saisi et votre contribution pourra rapidement être mise en ligne et être accessible à tous les passionnés.

Vous pouvez également partager l’information dans vos réseaux sociaux, en vous rappelant que la plupart des objets représentés sur ce site dépendent du droit d’auteur, droit applicable pour les artistes ayant travaillé en France. Bonne visite ! »

Plus d’infos: www.andrebreton.fr

AC/CFP: « National museums and the negotiation of difficult pasts »,Université Libre de Bruxelles, January 26 – 27, 2012. Deadline: Nov 14, 2011.

Organised by Eunamus (www.eunamus.eu) and Pr. Dominique Poulot, Université de Paris I-Panthéon-Sorbonne.

This conference aims to take a transnational and comparative perspective on the conflicts that national museums have dealt with as holders of contested objects and as places where disputed or difficult pasts are displayed.

Objects of contested possession

How have European discourses of ownership developed in national museums over the last century in relation to the possession of artefacts that are subject to restitution claims? Cases of contested objects in Europe can be related to contexts of colonial appropriations of material culture and post-colonial claims, to processes of secularisation of church property, to situations of war and plunder, to archaeological finds in territories where national frontiers have changed or are disputed. From a methodological point of view case studies will be privileged that go beyond legal aspects to examine the historical significance of using objects from the past as expressions of national identity.

Difficult pasts

What role do national museums play in handling historical issues that are socially and politically sensitive and liable to give rise to contestation? Particular attention will be given to individual or comparative cases related to the construction of national territories and to conflicting representations of “natural” and ethnic communities, which have become the subject of specific revisions in light of political and intellectual developments. Furthermore, national museums are increasingly being called upon to provide forums for dealing with highly sensitive issues of traumatic past events – particularly those related to situations of political criminality. In light of the increasing importance of memory studies, this conference will examine how museums attempt to represent the “unspeakable” elements of the past.

Please send proposals of no more than 500 words, for 20 minute presentations to eunamus3@gmail.com or Felicity.Bodenstein@univ-Paris1.fr by the 14th of November 2011.

Source : H-ArtHist, Sep 26, 2011. <http://arthist.net/archive/1914>.