Exposition : « Marcel Michaud (1898-1958), le poids du monde » du 22 octobre 2011 au 23 janvier 2012 au Musée des Beaux-Arts de Lyon

Présentation de l’exposition par le musée:

« En parallèle à l’exposition L’Atelier d’Etienne-Martin, un hommage est rendu à Marcel Michaud, premier galeriste d’Étienne-Martin, et figure incontournable du milieu artistique lyonnais des années 1930-1950. L’originalité de cette exposition est de mettre en regard peintures et dessins de la donation faite par sa fille Françoise Dupuy-Michaud en 2008 avec les archives, lettres manuscrites, photographies, revues rares et catalogues d’exposition de plus de trente ans d’activité de son père.

Issu d’un milieu populaire, Marcel Michaud est un véritable autodidacte. Jeune, il se passionne pour le théâtre d’avant-garde, puis la diffusion du cinéma. Il inaugure en 1934 sa première galerie, Stylclair, après avoir obtenu un contrat exclusif d’importation des meubles de Marcel Breuer et d’Alvar Aalto. C’est grâce à lui qu’est édité à Lyon, et pour la première fois en France, le mobilier tubulaire issu des expériences du Bauhaus. Michaud est également à l’origine en 1936 de la création du groupe d’avant-garde Témoignage rassemblant de jeunes sculpteurs comme Étienne-Martin ou François Stahly, et des peintres alors surréalisants tels que Jean Bertholle ou Jean Le Moal.

Dès 1937, la revue Le Poids du monde repose sur les sensibles devient localement le porte-voix de toute une génération d’artistes. Dès lors, Michaud multiplie les relations avec de grands marchands et artistes parisiens, en particulier ceux qui résident dans la région lyonnaise pendant la guerre. Personnage sensible, son contact avec les artistes fut sincère et très souvent amical. Il sut fédérer, autour de sa galerie Folklore des peintres, des poètes et des musiciens par son enthousiasme et la diversité de ses choix.

Outre un ensemble exceptionnel de peintures, dessins, gravures et sculptures, la donation de Françoise Dupuy-Michaud comporte le fonds des archives soigneusement préservées de son père. L’étude de sa correspondance entretenue avec de nombreux artistes mais aussi avec les principaux acteurs du marché de l’art français, est l’occasion de la publication d’un catalogue en collaboration avec l’Institut National d’Histoire de l’Art et l’Université Lyon 2. »

Commissariat

Laurence Berthon, attachée de conservation au Musée des Beaux-Arts de Lyon

Jean-Christophe Stuccilli, attaché de conservation au musée des Beaux-Arts de Lyon

Catalogue de l’exposition

Sous la direction de Laurence Berthon, Sylvie Ramond et Jean-Christophe Stuccilli

En partenariat avec l’INHA. Fage éditions, 320 pages, 29,50 €

 

 

Plus d’informations: www.mba-lyon.fr

 

 

 

AC/CFP: « Voir, ne pas voir: les expositions en question », colloque organisé par Marie Gispert et Maureen Murphy à l’INHA, 5 juin 2012. Date limite de proposition: 15 février 2012.

Cette journée d’étude propose de questionner l’impact des stratégies de choix, conscientes, mais aussi inconscientes, à l’œuvre dans la réalisation d’une exposition. Quelles conséquences dans la connaissance et la réception de l’œuvre d’un art, d’un artiste ou d’un groupe d’artiste ces stratégies ont-elle eues ? Absence, perception tronquée, rapprochements entre des œuvres en réalité très différentes, ces choix ont pu être à l’origine d’importants malentendus mais aussi d’approches nouvelles et originales. Ce sont ces modalités de choix, et leurs conséquences, que nous nous proposons d’étudier.

L’exposition peut tout d’abord n’avoir jamais eu lieu, et le choix est alors de ne pas montrer. Comment, dès lors, travailler sur une absence, et quel est alors le rôle de l’historien d’art face aux documents d’archives ? L’exposition participant d’une stratégie de légitimation d’un art à un moment donné, quel impact le fait de retenir telle œuvre au détriment d’une autre a-t-il sur la perception de l’art en question ? Quels sont les acteurs qui ont alors fait ces choix, et pourquoi ? Ce choix est-il personnel ou institutionnel ? Relève-t-il de raisons artistiques, économiques, politiques ? Quelle image d’un art ou d’un artiste veut-on alors donner, et l’exposition a-t-elle eu l’impact escompté ?

On mettra également l’accent sur les questions méthodologiques à l’œuvre dans la constitution de la mémoire des expositions, à l’heure où l’usage des courriers électroniques tend à modifier en profondeur la nature même des archives réunies à l’attention des futurs historiens. En ce sens, les réflexions d’acteurs culturels sur leur propre pratique contemporaine sont les bienvenues.

Pour cette première journée d’étude, on choisira une large perspective afin de pouvoir confronter, méthodologiquement et dans leurs résultats, des cas divers. On s’intéressera donc aussi bien à l’art français qu’à l’art étranger, y compris extra-occidental, des années 1920 à nos jours.

Les propositions devront comprendre un titre de l’intervention, un résumé d’environ 300 mots ainsi qu’un curriculum vitae, et sont à adresser avant le 15.02.2011 à Maureen Murphy et Marie Gispert : maureen.murphy.1@gmail.com ; marie.gispert@wanadoo.fr

Publication: « Parigi era viva, La capitale dell’arte nel ventesimo secolo », par Gualtieri di San Lazzaro, s.d. Luca Pietro Nicoletti, éditions Mauro Pagliai, Florence, 2011

Présentation par l’éditeur:

« È la lunga autobiografia, raccontata “in terza persona” sotto lo pseudonimo di Silvio, di un celebre editore e critico d’arte, nonché gallerista, uno spaccato della sua vita parigina vista da un’angolazione particolare, in cui le ragioni estetiche si mescolano con l’aneddoto e con la descrizione anche umana degli artisti nel loro contesto (lo studio di Kandinsky, le visite a Picasso, le conversazioni con Matisse e con Alberto Magnelli, le incomprensioni con de Chirico). Gualtieri di San Lazzaro (al secolo Giuseppe Papa, 1904-1974) fondò e diresse la rivista «XXe Siècle», pubblicata a Parigi a partire dal 1938, dedicando ogni numero a un diverso tema di arte contemporanea e illustrandolo con grafiche originali di maestri come Arp, Henri Laurens, Miró, Klee, Moore, Marino Marini, Magnelli e Picasso. Edito da Garzanti nel 1948 (Premio Bagutta Opera Prima 1949) e da Mondadori nel 1966, il libro diventa oggi una preziosa testimonianza di un clima culturale e dei suoi protagonisti, raccontati da un testimone diretto e partecipe. Viene qui riproposta l’edizione modificata e accresciuta dallo stesso autore nel 1966. »

© Mauro Pagliai 2011, cm 15×21, pp. 296, br., € 22,00, in preparazione
ISBN: 978-88-564-0166-0

Plus d’infos: www.mauropagliai.it

Soutenance : Luis Velasco Pufleau, « Musique, antifascisme et autoritarisme : l’oeuvre de Silvestre Revueltas dans le contexte de la Guerre civile espagnole », Université Paris-Sorbonne, 28 novembre 2011

Thèse de doctorat en Musique et musicologie à soutenir à l’Université de Paris-Sorbonne le 28 novembre 2011 à la Maison de la Recherche de Paris-Sorbonne (9h, salle D223).

Sous la direction de Jean-Yves Bosseur (CNRS/Paris-Sorbonne) et Julio Estrada (IIE-UNAM).

Jury :

M. Pierre-Albert Castanet (Université de Rouen, rapporteur)

M. Jean-Marc Chouvel (Paris-Sorbonne)

M. Pierre Michel (Université de Strasbourg, rapporteur)

M. Reinhard Flender (Université de Hambourg)

Mme Olga Picun (UNAM)

Résumé en français :

Le violoniste et compositeur mexicain Silvestre Revueltas (1899-1940) est un des principaux acteurs du développement musical du Mexique postrévolutionnaire durant les années 1930. Proche des avant-gardes artistiques mexicaines, la réception de sa musique est marquée par une double appartenance moderniste et nationaliste, au point que certaines de ses œuvres incarnent le modèle de la musique nationale et se trouvent au cœur de la politique symbolique du régime autoritaire postrévolutionnaire. Revueltas s’engage fin 1935 dans l’antifascisme communiste au sein de la Liga de Escritores y Artistas Revolucionarios (LEAR), luttant contre l’avancée du fascisme dans le monde – notamment après le début de la Guerre civile espagnole – et soutenant les avancées sociales obtenues par le Front Populaire Mexicain (FPM). Les conséquences de l’engagement antifasciste de Revueltas sont considérables, particulièrement dans la thématique de ses œuvres, dans sa vie professionnelle et dans l’utilisation symbolique de sa musique à des fins de légitimation par le régime postrévolutionnaire mexicain. Cette recherche analyse, d’une part, l’impact du militantisme antifasciste de Revueltas dans son œuvre et, d’autre part, la fonction de celle-ci dans la politique symbolique du régime autoritaire mexicain autour de la Guerre civile espagnole. Les résultats montrent que l’engagement antifasciste de Revueltas modifie la thématique de la plupart de ses œuvres après 1936 ainsi que sa conception du rôle du compositeur dans les luttes sociales. De ce fait, il devient indispensable de relativiser la réception exclusivement nationaliste de sa musique en la reconsidérant d’un point de vue politique et militant.

Continuer la lecture de Soutenance : Luis Velasco Pufleau, « Musique, antifascisme et autoritarisme : l’oeuvre de Silvestre Revueltas dans le contexte de la Guerre civile espagnole », Université Paris-Sorbonne, 28 novembre 2011

Colloque: « L’historiographie francaise de l’art de l’affaire Dreyfus à la Quatrieme République: nouvelles perspectives », INHA, salle Vasari, 21 et 22 novembre 2011

L’axe « Histoire de l’histoire de l’art » de l’INHA a entamé en 2007 en collaboration avec Neil McWilliam et Éric Michaud, un programme de recherches sur les enjeux nationaux dans les discours sur l’art durant le premier xxe siècle. Dans ce cadre, deux journées d’études ont été organisées : la première, en novembre 2008, a traité de la question nationale dans l’historiographie européenne, et la seconde, en novembre 2009, a rendu compte de la perception de l’art français à l’étranger. Ce travail sur les enjeux nationaux dans les discours sur l’art se poursuit avec un colloque international consacré à l’historiographie artistique française, afin de confronter ce qui semble être le motif idéologique dominant la littérature artistique de la Troisième République – le nationalisme – aux autres enjeux intellectuels, culturels, idéologiques et politiques travaillant l’histoire de l’art de cette période. Réunir des chercheurs s’interrogeant sur les fondements explicites ou implicites de notre discipline est d’autant plus intéressant que la première moitié du xxe siècle est précisément celle d’une consolidation de l’histoire de l’art. Cette nouvelle science entame alors un processus de professionnalisation, élabore de nouvelles méthodes, se forge un outillage et redéfinit ses domaines de recherche, au moment même où les musées, l’université, mais aussi le marché de l’art s’affirment comme les lieux de production privilégiés de ces discours et de ces savoirs sur l’art.

Lundi 21 novembre

9.30 / Philippe Sénéchal, INHA, directeur du département des Études et de la Recherche
9.45 / Introduction des organisateurs

LIEUX ET MODES DE FABRICATION DU DISCOURS : LES INSTITUTIONS FACE À L’HISTOIRE DE L’ART
Président de séance : Dominique Poulot, Université de Paris 1 – Panthéon-Sorbonne

10.00 / Felicity Bodenstein, Université de Paris 4 – Sorbonne
« La renaissance des traditions. Ernest Babelon, directeur du Cabinet de France (1892-1924)»
10.45 / Pause
11.00 / Annamaria Ducci, chercheuse indépendante
« L’action fédératrice face aux nationalismes. L’action de l’Office International des Instituts d’Art et d’Archéologie (IICI) pour le renouveau de la discipline »
11.45 / Martha Ward, University of Chicago
« L’aménagement comme ressource dans l’interprétation de l’histoire de l’art : René Huyghe »
(communication en anglais)

L’HISTOIRE DE L’ART VUE DE BIAIS
Président de séance : Rossella Froissart, Université de Provence Aix-Marseille 1

14.00 / Fabienne Fravalo, INHA
« L’histoire de l’art comme corollaire de la critique, dans les revues d’art décoratif à la Belle Epoque »
14.45 / Jean Nayrolles, Université Toulouse 2 – Le Mirail
« Le moment Salomon Reinach : un dialogue entre anthropologie et histoire de l’art »
15.30 / Serena Keshavjee, University of Winnipeg
« Elie Faure et l’histoire de l’art organiciste » (cette communication sera délivrée en anglais)
16.15 / Pause

MÊMES OBJETS, MÊMES PRATIQUES ? PARCOURS COMPARÉS D’HISTORIENS DE L’ART
Président de séance : Éric de Chassey, Académie de France à Rome – Villa Médicis

16.30 / Kathryn Brush, University of Western Ontario « Arthur Kingsley Porter et l’expérience américaine des études françaises de l’art avant et après 1918 »
(communication en anglais)
17.15 / Marie Tchernia-Blanchard, INHA « Formalisme français et Seconde école de Vienne : l’étude des peintres primitifs chez Charles Sterling et Otto Pächt »
18.00 / Kerstin Thomas, Johannes Gutenberg-Universität, Mayence « L’esthétique de la forme chez Henri Focillon et Meyer Schapiro »
Mardi 22 novembre

MÉDIATIONS : L’HISTORIOGRAPHIE FRANÇAISE À L’ÉPREUVE DE L’INTERNATIONALISATION DES SAVOIRS
Président de séance : Mathilde Arnoux, Paris, Centre allemand d’histoire de l’art

9.00 / Janet T. Marquardt, Eastern Illinois University « Françoise Henry et les arts irlandais »
9.45 / Michel Espagne, Paris, École normale supérieure « Albert Marignan, médiateur entre la France et l’Allemagne »
10.30 / Pause
10.45 / Jean-Sébastien Cluzel, INHA « Vers une histoire de l’architecture comparée. Méditations occidentales sur l’architecture japonaise »
11.30 / Rémi Labrusse, Université Paris Ouest Nanterre-La Défense « La germanophilie des revues d’avant-garde dans l’entre-deux-guerres »

LOIN DE LA FOULE DÉCHAÎNÉE? LES HISTORIENS DE L’ART ET LA POLITIQUE
Président de séance : Laurence Bertrand-Dorléac, Paris, Institut de Sciences politiques

14.00 / Bertrand Tillier, Université de Bourgogne « Léon Rosenthal : une tentative d’écriture socialiste de l’histoire de l’art »
14.45 / François-René Martin, Paris, École nationale supérieure des Beaux-Arts « Le style comme puissance. Expansion, diffusion et persistance du génie national dans l’historiographie française entre 1930 et 1945 »
15.30 / Pause
15.45 / Estelle Thibault, ENSA Paris-Belleville « L’histoire de l’architecture écrite par les architectes : tradition nationale et méthodes d’analyse formelle »
16.30 / Catherine Fraixe, École nationale supérieure d’art, Bourges « L’Histoire de l’art contemporain de René Huyghe »
17.15 / Conclusion des organisateurs

ORGANISATEURS

Anne Lafont, INHA

Neil McWilliam, Duke University, Durham, Caroline du Nord

Éric Michaud, EHESS

Michela Passini, INHA

COMITÉ SCIENTIFIQUE

Kathryn L. Brush, University of Western Ontario

Rossella Froissart, Université de Provence Aix-Marseille 1

Hubertus Kohle, Université de Munich

Anne Lafont, INHA

Michel Leymarie, Université de Lille 3

Neil McWilliam, Duke University, Durham, Caroline du Nord

Eric Michaud, EHESS

Michela Passini, INHA

Richard Woodfield, University of Birmingham

Réunion-atelier autour du projet « La Ville magique » programmé au LaM de Villeneuve d’Ascq le vendredi 25 novembre 2011 de 14h à 17h à l’Université Charles-de-Gaulle – Lille 3

A l’occasion de la prochaine séance de notre groupe de contact, qui aura lieu le 25 novembre 2011 de 14h à 17h à l’Université Charles-de-Gaulle – Lille 3 (salle A3.107 – locaux de l’IRHiS) nous aurons le plaisir de recevoir Madame Sophie Lévy, directrice-conservatrice du LAM à Villeneuve d’Ascq, et Madame Jeanne-Bathilde Lacourt, conservatrice en charge de l’art moderne dans le même musée, pour une :

Réunion-atelier autour du projet « La Ville magique » programmé au LaM de Villeneuve d’Ascq du 29 septembre 2012 au 13 janvier 2013

En effet, le LaM, Lille métropole Musée d’art moderne, d’art contemporain et d’art brut, organise du 29 septembre 2012 au 13 janvier 2013 une exposition intitulée La Ville Magique. Cette exposition s’inscrit dans la programmation thématique et transversale de Lille 3000, dont la prochaine édition sera consacrée au thème du fantastique, et propose une plongée dans différents mythes urbains de l’entre-deux-guerres, au moment où la métropole semble concentrer tous les phantasmes et toutes les craintes du monde occidental. Elle réunira environ 200 peintures, dessins, collages, photographies et films. Après une brève présentation du projet et des premières pistes soulevées par les commissaires de l’exposition, la réunion prendra la forme d’un atelier permettant aux chercheurs spécialisés sur l’entre-deux-guerres d’échanger avec eux, en amont de la réalisation du projet.

Nous espérons vous revoir nombreux le 25 novembre,
Bien à tous,

François Robichon et Céline De Potter

http://re2g.hypotheses.org

Télécharger l’annonce au format pdf: RE2G_Annonce 25 novembre 2011

Troisième compte-rendu des activités du groupe Relire l’entre-deux-guerres – automne 2011

Ce compte-rendu comprend: le texte de Monsieur Joël Roucloux (professeur d’histoire de l’art, UCL) : De Mannheim à Beaubourg ou la confusion des « réalismes », conférence-discussion du 21 mai 2010 à l’Université de Lille 3; les publications des membres du groupe : « Louis Bouquet (1885-1952). Le peintre, le poète et le héros », par Philippe Dufieux (ENSA Lyon), Paris : éditions Liénart, 2010, et « La Femme à la cigarette – Une rencontre avec Otto Dix », par Marie Gispert (MCF, Paris I), Paris : éditions Scala, 2011, patrimoine: la collection André Breton en ligne, et les annonces de nos prochains rendez-vous: la rencontre du 25 novembre 2011 autour du projet « Ville Magique » du LAM présentée ci-dessus et l’appel à communications pour la prochaine journée d’étude France-Belgique qui se tiendra à l’Université de Lille 3 le 6 avril 2012 et portera sur « L’Art social en France et en Belgique durant l’entre-deux-guerres » (date limite de soumission des propositions: le 30 décembre 2011).

Télécharger le compte-rendu au format pdf: Re2g – CR 3 – automne 2011