Séminaire « Épistémologie du dessin : concepts, lectures et interprétations, XIX-XXIe siècle (2011-2012) », Institut d’Histoire du Temps Présent (IHTP), Paris, 2e semestre 2012

Le jeudi de 18h à 20h à l’IHTP 59/61 rue Pouchet 75849 Paris cedex 17

Séminaire organisé:

  • par le CNRS (Institut d’histoire du temps présent, IHTP)
  • l’École nationale des Chartes (EA 3624 Histoire, mémoire et patrimoine)
  • l’Institut national d’histoire de l’art (INHA)

Responsables:

  • Agnès CALLU (Musée des Arts décoratifs, IHTP/CNRS, EPHE)
  • Alice THOMINE-BERRADA (Musée d’Orsay)

Présentation:

Réfléchir aux fondements du dessin – lieu d’inspiration pour l’artiste, « activateur de pensée », projection de fantasmes artistiques, trace balbutiante de compositions « in progress », transcription brute d’imaginaires figurés, « premier jet » graphique d’abstractions conceptuelles, vérification « sur pièces » d’hypothèses rêvées, essai visant à tester la capacité réalisatrice, aboutissement d’utopies intangibles par d’autres techniques, etc. – autant que poser les pratiques et usages sociaux du dessin – intimité secrète d’une œuvre à l’amont de son processus, circulation d’une ébauche servant de modèles aux disciples, projet destiné aux commanditaires, fondement de l’enseignement artistique au XIXe siècle, objet de convoitise des collectionneurs, trace mobile aisément reproductible, etc. –, inscrit le débat d’idées à la frontière de l’histoire de l’art, de la génétique et de l’histoire culturelle. De fait, par l’examen approfondi de corpus diversifiés croisant des grilles d’analyses pluridisciplinaires, le séminaire, sur le registre de l’anthropologie culturelle, questionne les « racines de l’œuvre », isole aussi ses fonctions socio-esthétiques grâce à une typologie critique. De la sorte, fidèle aux interrogations du philosophe Gaëtan Picon arpentant les « Sentiers de la Création » aux tournants des années 1970 lorsqu’il évoque, par exemple, les dessins de Miró, pour la plupart inaboutis : « […] ce témoignage sur ce qui aurait pu être n’a pas moins d’importance. Le pays de la création est plein de ces chemins dont parle Heidegger, qui ne mènent nulle part, si ce n’est aux entrelacs de leur errance. Que la création avant d’être l’acte irréparable de l’œuvre, ait été intention, puissance, nous le voyons ici, de tout près […] », le séminaire cherche à toucher, frôler au moins, « l’ailleurs » de l’œuvre. Ouvrant jusqu’à l’actualité afin d’interpréter les ferments de la création contemporaine, le groupe de recherche ne fait pas l’impasse sur les artistes, architectes ou designers d’aujourd’hui. Certes rompus générationnellement à l’expérience des outils numériques, beaucoup demeurent convaincus, tels les frères Bouroullec que «  […] le dessin à main levée est une instance archaïque, le réceptacle de tensions normales entre la pensée d’un projet et sa réalité […] ».

Programme:

8 mars 2012

Le dessin : questions d’épistémologie

(Agnès Callu et Alice Thomine-Berrada)

5 avril 2012

Les Cabinets de dessins dans les musées français : histoire et historiographie

(Alice Thomine-Berrada)

17 mai 2012

Les collectionneurs de dessins : histoire du goût et trajectoires sociales

(Agnès Callu)

 

Plus d’infos: www.ihtp.cnrs.fr ou acallu@gmail.com.

Publication: CAHIERS BATAILLE n°1, Paris, novembre 2011

Ouverture

Michel SURYA – Nul ne sait au juste…

Claude MINIÈRE – Par delà la poésie

Entretien

Christian PRIGENT – Retour à Bataille suivi de Du désir de littérature

Contexte

Michel SURYA – Felix culpa (Discussion sur le péché)

Frédéric ARIBIT – Autopsie du Cadavre

Kuniyoshi KANEKO – Esprit d’enfance : Georges Bataille

Critique

Koichiro HAMANO – Introduction du Bleu du ciel

Jean-Louis CORNILLE – Bataille entre boudoir et bibliothèque

Chiara DI MARCO – « Moi, j’existe » Connaissance et existence

Jean PIERROT – Bataille et le sensible

Georges SEBBAG – Breton, Bataille et la guerre d’Espagne

Muriel PIC – Le péril de l’incommensurable

Dominic MARION – Figuration et irreprésentable : à propos d’une économie du non-savoir

Felice CIRO PAPPARO – Rien ou la langue des formes

Vincent TEIXEIRA – L’œil à l’oeuvre : Histoire de l’œil et ses peintres

Inédit

George BATAILLE – Définition de l’hétérologie

 

COMITÉ D’HONNEUR :
Julie Bataille, Denis Hollier, Christian Prigent

COMITÉ DE PUBLICATION
Jean-Sébastien Gallaire, Vincent Teixeira

COMITÉ DE LECTURE
Elisabeth Bloomfield, Gilles Ernst, Marina Galetti, Sylvain Santi, Milo Sweedler, Laurent Zimmermann

Les éditions les cahiers publient des cahiers critiques consacrées à un écrivain de langue française. Chaque revue rassemble une diversité inédite d’articles, de témoignages et d’iconographies qui offre, par les différents horizons de leurs auteurs, une lecture singulière et contemporaine de l’oeuvre commentée.

35 € – 16,5×24 cm – 280 pages

ISBN : 978-2-9534806-1-0

Novembre 2011

Publication: « Leoš Janáček, Jean Sibelius et Ralph Vaughan Williams, un cheminement commun vers les sources », par James Lyon, éditions Beauschene, Paris, 2011.

Présentation par l’éditeur:

« Pour la première fois, le Tchèque Leoš Janáček (1854-1928), le Finlandais Jean Sibelius (1865-1957) et l’Anglais Ralph Vaughan Williams (1872-1958) sont mis en perspective dans le même ouvrage. En effet, ces trois compositeurs – chacun avec sa personnalité bien affirmée – ont tissé des liens avec les sources orales du chant entonné par le peuple. L’étude commune et conjointe de leurs itinéraires s’est avérée stimulante tant les répertoires mélodiques de leurs mondes sonores est d’une richesse émouvante. Les trois hommes ont vécu pratiquement à la même époque.

Ils ont été confrontés aux tragédies de leur temps et y ont répondu en s’engageant personnellement dans la recherche de trésors dont ils pressentaient la proche disparition.

Héritiers naturels de William John Thoms (1803-1885), le créateur du mot Folk-Lore (« savoir du peuple »), en 1846, ils ont réussi à l’incarner à partir de l’expérience de leurs collectes fécondatrices de leurs musiques.

Cet ouvrage s’intéresse non seulement aux parcours biographiques de Janáček, Sibelius et Vaughan Williams mais aussi à leur conception philosophique du langage musical. Hommes de culture aux sens arnoldien et diélien du terme, ils ont compris la relation intime entre la psychologie, l’hymnologie et le processus créateur. En approchant les hommes et les femmes des campagnes, en s’appropriant leurs mélodies spontanées, témoignages de l’histoire d’une nation, et en les intégrant dans leurs oeuvres, ils se sont incorporés eux-mêmes dans l’éternel cheminement vers les sources. Un itinéraire biographique croisé introduit le propos avant trois parties distinctes consacrées à chacun des compositeurs.

Chaque partie comprend un chapitre consacré au chant populaire et deux autres dédiés à quelques partitions emblématiques de Janáček, Sibelius, et Vaughan Williams. Un dictionnaire biographique de quatre cent soixante-dix-sept entrées complète et conclut ce livre. Il est constitué de noms tchèques, finlandais et anglais, d’auteurs divers, musiciens, folkloristes, hymnologues, écrivains, poètes, historiens, hommes d’église, philosophes, théologiens, contemporains des trois auteurs traités, dont le rôle a été prépondérant pour ce qui concerne l’établissement et la préservation de la culture respective de la Moravie, de la Finlande et de l’Angleterre. »

EAN/ISBN : 9782701015958

Nb de pages : 720 p

Prix de lancement jusqu’au 28/02/2012 : 59,00 €

ensuite : 79,00 €

Plus d’infos: www.editions-beauschesne.com