L’animateur d’art Paul-Gustave Van Hecke à l’honneur en Belgique durant le premier semestre 2012

PAUL-GUSTAVE VAN HECKE ET L’AVANT-GARDE

Paul-Gustave Van Hecke (1887-1967) fut à la fois critique d’art, collectionneur, marchand, galeriste, couturier, poète, cinéaste, homme de théâtre et acteur politique. A la pointe de toutes les avant-gardes, ce véritable animateur d’art a défendu l’expressionnisme belge et international, le dadaïsme et le surréalisme. Il organisa entre autre le second groupe de l’exposition L’Art belge au Musée de Grenoble en 1927.

Pour rendre hommage à Van Hecke, trois musées ont décidé d’éclairer cette personnalité hors du commun au travers de projets variés et complémentaires:

Herinnering aan een zondag: P.-G. Van Hecke en de kunstenaars in de jaren 1920

Deurle, Museum Dhondt-Dhaenens, 22.01 – 01.04.2012

www.museumdd.be

Grenoble 1927: un panorama de l’art belge

Drogenbos, FeliXart Museum, 29.01 – 27.05.2012

www.felixart.org

L’animateur d’art Paul-Gustave Van Hecke (1887-1967) et l’avant-garde

Cahiers des Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique, n°12, Bruxelles, mars 2012

www.rmfab.be

« Der Wahre Jacob (1884-1933) : le succès d’un organe de parti à l’écart des circuits traditionnels » conférence dans le cadre du séminaire TIGRE ce samedi 21 janvier à 11h à l’ENS à Paris

Le TIGRE de ce samedi est consacré à la revue allemande Der wahre Jakob et nous permettra d’aborder la question des réseaux à travers les questions politiques aussi. Nous avons le grand plaisir et l’honneur d’accueillir Jean-Claude Gardes (Université de Brest), responsable du réseau de l’EIRIS, spécialiste des revues satiriques et pilier de la revue Rudicolosa (entre autres). L’exposé s’intitule :

« Der Wahre Jacob (1884-1933) : le succès d’un organe de parti à l’écart des circuits traditionnels »

École Normale Supérieure, 45, rue d’Ulm, 75005 Paris

Salle Simone Weil, 11h-13h00

Contact : 
evanghelia.stead@uvsq.fr

Colloque : « Paris-Athènes 1919-1939 : le double voyage » du 19 au 21 janvier 2012 à Athènes

19-21 janvier 2012, Athènes, Amphithéâtre du Musée Benaki & Auditorium de l’Institut français d’Athènes

La Grèce et la France, qui entretiennent depuis le XIXe siècle une politique fondée sur l’amitié et la collaboration, renforcée encore par l’épreuve de la Première Guerre mondiale, continuent à cultiver et à développer leurs relations culturelles tout au long de l’entre-deux-guerres. Durant ces mêmes années, la circulation des artistes, des écrivains et des intellectuels d’une capitale à l’autre – et tout spécialement des Grecs vers Paris, reconnu internationalement comme le centre artistique le plus actif de l’époque – augmente considérablement, avec les effets les plus féconds.

Le colloque Paris-Athènes 1919-1939 : le double voyage constitue l’aboutissement du programme de recherche du même nom, centré sur les relations artistiques et intellectuelles entre la France et la Grèce de 1919 à 1939, qui a été mené conjointement par l’Ecole française d’Athènes (EfA), le musée Benaki et l’Institut d’Etudes Méditerranéennes (IEM), de 2008 à 2011. Durant ces quatre ans, des journées d’études et des recherches approfondies ont permis d’examiner dans leur ensemble les relations artistiques et plus généralement les échanges culturels entre les deux pays de 1919 à 1939. Le Colloque présentera le bilan de ces travaux.
Les chercheurs grecs et français, historiens de l’art, de la littérature, de l’architecture, de la photographie, du théâtre, des arts décoratifs, de même que des archéologues, des musicologues et des architectes interrogeront les relations entre la France et la Grèce dans les différents domaines de la culture et des arts et entreprendront de révéler l’étendue de ces relations à travers la production artistique et plus largement la vie intellectuelle des deux pays.

Dans ce cadre, on examinera le cas d’artistes, d’écrivains et d’intellectuels grecs ayant étudié ou s’étant installés à Paris, comme Kostas Varnalis, Nicolas Calas, Thanassis Apartis, Dimitris Galanis, Nikos Hatzikyriakos-Ghikas (Ghika), Christian Zervos, Tériade et d’autres, ainsi que celui d’artistes, photographes, écrivains ou architectes français qui ont visité la Grèce ou simplement ont été inspirés par elle, comme Eli Lotar, Ossip Zadkine, Raymond Queneau, Paul Valéry, Ernest Hébrard, Le Corbusier et d’autres.

Les communications s’intéresseront également à la réception des courants d’avant-garde par les artistes grecs à travers les revues et la presse quotidienne, ainsi qu’aux publications spécialisées en Grèce ou Les Cahiers d’Art en France. Le Colloque comprendra enfin des études thématiques sur différents sujets, comme la traduction littéraire en Grèce et en France, les revues d’avant-garde, l’architecture moderne, la relation entre l’antiquité et la modernité, la critique d’art, les expositions internationales, les rencontres scientifiques, les Fêtes Delphiques, etc.

Programme

Les séances auront lieu le 19 et le 20 janvier dans l’Amphithéâtre du Musée Benaki, rue Pireos, et le 21 janvier dans l’Auditorium de l’Institut français d’Athènes.Les communications et les discussions auront lieu en grec et en français, avec traduction simultanée dans les deux langues.

Organisateurs :
Le Musée Benaki, l’Ecole française d’Athènes (EFA) et l’Institut d’Etudes Méditerranéennes (IEM).

Comité Scientifique du Colloque et du Programme de Recherche  :
Lucile Arnoux-Farnoux (Université François-Rabelais, Tours)
Sophie Basch (Université Paris-Sorbonne – Paris IV)
Servanne Jollivet (EFA)
Polina Kosmadaki (Musée Benaki)
François Loyer (CNRS)
Evgénios Matthipoulos (Université de Crète, IEM)
Paul-Louis Rinuy (Université Paris VIII)
Panayotis Tournikiotis (Université Nationale Technique, Athènes)
Maria Tsoutsoura (HDR en Études Grecques)

Expo: « Mexique, 1932-1934: Henri Cartier-Bresson et Paul Strand » du 11 janvier au 22 avril 2012 à la Fondation Henri Cartier-Bresson à Paris

Présentation de l’exposition par la Fondation HBC:

« Du 11 janvier au 22 avril 2012, la Fondation HCB rendra hommage à deux grands maîtres de la photographie : Henri Cartier-Bresson et Paul Strand. La mise en perspective de leurs travaux sur le Mexique entre 1932 et 1934 sera l’occasion pour le public de découvrir deux visions d’un même pays et surtout deux approches de la photographie.

A l’automne 1932, Paul Strand (1890-1976) quitte les Etats-Unis et une vie personnelle en crise pour le Mexique. C’est sur une invitation de Carlos Chavez, rencontré un peu plus tôt et désormais responsable de la culture au ministère de l’éducation que Strand découvre ce pays dont il disait « Je pensais au Mexique comme quelque chose de mystérieux, sombre et dangereux, inhospitalier. » Strand restera pourtant deux ans au Mexique jusqu’à son retour à New York en décembre 1934.

Le soutien de Carlos Chavez s’avère très important et permet à Strand d’exposer pour la première fois au Mexique à la Sala de Arte du ministère de l’éducation en février 1933. Après ce premier succès, il part au printemps 1933 enquêter sur l’art et l’artisanat mexicain dans l’état du Michoacán. Fasciné par la culture indigène et la piété des habitants, il ramènera de cette mission des portraits de statues religieuses, d’hommes, de femmes et d’enfants dans les rues, de paysages et d’architecture.

Il est ensuite nommé directeur des activités photographiques et cinématographiques du ministère de l’éducation et on lui confie la réalisation d’une série de films sur le Mexique. Il travaille alors au scénario de son premier long-métrage Redes qui se veut un docu-fiction basé sur la lutte d’un groupe d’hommes, des pêcheurs, contre une société corrompue. Les acteurs du film sont principalement les habitants du village d’Alvarado. La réalisation est complexe mais le film est finalement projeté au théâtre Juarez de Alvarado le 4 juin 1936. A peine un an plus tard, c’est sous le titre The Wave que le public américain découvre ce film très largement influencé par le cinéma russe. Malheureusement, le nouveau gouvernement mexicain mis en place en 1934 avec l’élection de Lazaro Cardenas abandonne le projet de série de films et Strand décide donc de rentrer à New York. Il délaisse alors la photographie, s’engage auprès de l’association de cinéastes Nykino, se consacre au cinéma politique et devient président de Frontier Film, nouveau nom de Nykino.

En 1940, grâce au soutien financier de Virginia Stevens, sa nouvelle épouse, il publie « Photographs of Mexico », un portfolio, édité en 250 exemplaires, de 20 photogravures soigneusement assemblées. Un exemplaire sera présenté dans l’exposition.

En 1951, alors que la chasse aux sorcières est lancée aux Etats-Unis par McCarthy, Strand décide de s’installer à Orgeval, en France, où il passera la fin de sa vie.

Henri Cartier-Bresson (1908-2004) débarque à Mexico en juillet 1934. Il fait partie d’une mission ethnographique menée par le Docteur Julio Brandan et soutenue par le musée du Trocadéro pour suivre la construction d’une grande route panaméricaine. La mission s’engage mal car les financements promis par le gouvernement mexicain se font attendre. La majorité des membres de l’expédition rentre alors en France, déçus de voir le projet abandonné. Mais HCB décide de rester car « il éprouve un vrai coup de foudre pour ce pays ». Surnommé « le petit français aux joues de crevette » par Lupe Cervantes, sa « fiancée » mexicaine, Cartier- Bresson parcourt le pays avec son Leica.

Il se débrouille donc pour survivre dans ce pays, se lie d’amitié avec des poètes comme Langston Hugues, Tonio Salazar ou Natcho Aguirre, se passionne pour les muralistes et leurs fresques révolutionnaires, travaille pour la presse comme Todo. Il expose au Palacio de Bellas Artes en mars 1935 avec le photographe mexicain Manuel Alvarez Bravo. « Au moment de partir, il se décrète à vie Français du Mexique. »

Pendant son séjour, Henri Cartier-Bresson entretient de fréquents contacts avec le galeriste new-yorkais Julien Levy et lui propose d’exposer ses photographies récentes. Ce projet se réalisera en avril 1935 sous le titre « Documentary and Antigraphic photographs ». A cette occasion, il retrouvera le mexicain Manuel Alvarez Bravo et rencontrera Walker Evans qu’il estime profondément. Dès son arrivée à New York, Henri Cartier-Bresson se tourne vers le cinéma, « j’ai cessé de photographier en 1935, quand j’étais à New York. La photographie n’a jamais été pour moi qu’un des différents moyens d’expression visuelle. […] je me suis donc mis, chez Paul Strand avec d’autres, à apprendre le cinéma. Je changeais d’outil. » Grâce à l’aide financière de ses parents, il s’achète une caméra 35mm et rejoint le groupe Nykino. Il apprend énormément de ce groupe de cinéastes engagés et à son retour en France, il assistera Jean Renoir sur plusieurs de ses films (La vie est à nous, Une partie de campagne). Ce n’est qu’en 1937 qu’il partira en Espagne réaliser des documentaires sur le front espagnol. (L’Espagne vivra, Victoire de la vie et With the Abraham Lincoln Brigade in Spain)

La mise en perspective de ces deux photographes ne va pas de soi. Les convergences sont nombreuses mais les styles varient profondément. À la fluidité du Français s’oppose l’immobilité de l’Américain. Tous deux voyagent au Mexique à la même époque, tous deux se croisent à New York en 1935, alors qu’ils rejoignent le groupe de cinéastes engagés Nykino, pour tenter une expérience cinématographique dans une phase clé de leurs deux carrières.

L’exposition présente 90 tirages en noir et blanc : les oeuvres de Paul Strand proviennent de collections espagnole, américaine et mexicaine ; celles de Cartier-Bresson, dont certaines inédites, sont issues de la collection de la Fondation HCB. L’exposition sera présentée du 13 mai au 2 septembre 2012 au Point du Jour Centre d’art à Cherbourg. L’exposition est accompagnée d’un catalogue, publié par Steidl, avec une préface d’Agnès Sire et un essai de Clément Chéroux. »

Plus d’infos: www.henricartierbresson.org