Publication: « La Création. Traité de la Couleur chez Auguste Herbin » par Christian Perazzone, Paris: éditions Hermann, 2012

Présentation de l’ouvrage par l’éditeur:

« Alors que l’humanité est plongée dans une nouvelle forme de barbarie, Auguste Herbin (1882-1960), retiré dans son atelier, élabore une nouvelle théorie de l’abstraction. Il publie en 1949 « L’Art non-figuratif non-objectif » qui ouvre la voie à un art concret géométrique et initie, après la Seconde Guerre mondiale, un nouveau développement qui évoluera, plus tard, vers des propositions allant de l’art cinétique à l’art conceptuel. La non-objectivité d’Herbin exige un acte créatif qui va à la recherche de la perfection, où la réalité de l’Être, à travers le mot, remplace la réalité de l’objet.

‘Comme la musique, la peinture a son propre alphabet qui servira de base à toutes les combinaisons de couleurs et de formes.’

Après une étude génétique de L’Art non-figuratif non-objectif et à partir d’archives jusqu’alors inédites, l’auteur propose une analyse et une redéfinition de l’alphabet plastique d’Herbin qui ouvre des perspectives d’interprétation nouvelles rompant avec la lecture traditionnelle de son œuvre. »

Présentation de l’auteur:

Christian Perazzone est historien d’art, critique d’art et commissaire d’exposition. Docteur en histoire de l’art à l’École supérieure d’Architecture de l’université de Las Palmas de Grande Canarie et à l’université de Paris-I Panthéon-Sorbonne, il a soutenu une thèse de doctorat sur le peintre Auguste Herbin. Il a été commissaire de plusieurs expositions en Espagne et a publié différents articles dans des revues et des catalogues d’expositions.

La Création. Traité de la Couleur chez Auguste Herbin Christian Perazzone

200 pages – 15 x 21 cm – 2012

ISBN : 9782705680756
Plus d’infos: www.editions-hermann.fr

 

 

AC/CFP: « La plume contre le fascisme (1930-1935) », revue Aden – Paul Nizan et les années trente. Deadline: 31 mars 2013.

La revue Aden. Paul Nizan et les années trente continue son exploration des années 1930 et particulièrement des voix méconnues ou inconnues de la période, et ce, dans une perspective internationale.

Elle consacrera la majeure partie de son n° 12 (sortie en octobre 2013) à la plume contre le fascisme de 1930 à 1935.

« Peste brune » ? « Montée des périls » ? Le titre de la célèbre relation de voyage de Daniel Guérin, ou celui d’un des volumes des Hommes de bonne volonté de Jules Romains, recouvrent une réalité bien plus ancienne que leurs dates de publication, à savoir 1933 et 1935.

En 1919, Miklos Horthy entre à Budapest pour contrer la révolution de Bela Kun et y instaure une véritable dictature à l’aube des années 30 ; en 1922, Benito Mussolini marche sur Rome et installe dans les années qui suivent une dictature d’un nouveau type ; en 1923, Miguel Primo de Rivera assoit sa puissance en Espagne jusqu’en 1930 ; à partir de 1926, c’est au tour de la Pologne de subir le joug d’un dictateur, Joséf Pilsudski, jusqu’à sa mort en 1935 ; en 1933, Adolf Hitler arrive au pouvoir en Allemagne…

En France, des mouvements préfascistes – ou jugés comme tels par les gauches –, sont fondés dès les années 20 – tel le Faisceau de Georges Valois en 1925 –, auxquels succèderont différents Ligues et Partis dans les années suivantes.

En octobre 1935, l’Italie envahit l’Éthiopie, inaugurant une ère de conquêtes territoriales qui ne cesseront de se poursuivre à partir de cette date, l’Allemagne nazie prenant ensuite le relais en Europe.

Ces différents événements vont susciter de nombreux articles, essais et romans que nous étudierons pendant la période 1930-1935, moins analysée que celle qui suit.

Précisons que nous n’entendons pas revenir sur la caractérisation des mouvements visés, mais bien nous attarder sur la représentation que s’en sont fait ceux qui tenaient la plume.

Suivant le principe qui nous anime et dont nos six derniers numéros[1] peuvent témoigner, nous souhaitons traiter de toutes les sensibilités de la gauche, et ce, dans une perspective internationale.

Enfin, nous aimerions qu’une partie de ce dossier soit consacrée aux héritages des thématiques et autres procédés discursifs mis en place contre le fascisme entre 1930 et 1935, dans les époques postérieures (à partir de 1945).

Chaque article doit comporter 20.000 signes minimum et 35.000 signes maximum.

Il doit être rendu sans aucune marge et mise en page, en format Word ou RTF exclusivement, en police Times New Roman impérativement et en caractère 12, les notes devant être en bas de page et dans la même police.

Il doit, enfin, être d’une tenue irréprochable tant dans le style que dans la problématique mise en place.

Tout article ne respectant pas ces conditions ne sera pas considéré.

L’article doit parvenir en fichier-joint à Anne Mathieu (matan@infonie.fr), Directrice de la publication, pour la fin mars 2013, délai à respecter scrupuleusement.

Il est conseillé de faire préalablement une proposition de sujet, auprès de la rédaction, par l’intermédiaire de cette même personne (matan@infonie.fr).

 

 

La revue Aden.

http://www.paul-nizan.fr/

 

 


[1] N° 5 (oct. 2006) : « Intellectuels, écrivains et journalistes aux côtés de la République espagnole (1936-1939) » ; n° 6 (oct. 2007) : « Féminisme et communisme » ; n° 7 (oct. 2008) : « Pacifisme et Antimilitarisme » ; n° 8 (oct. 2009) : « Anticolonialistes des années trente et leurs héritages » ; n° 9 (oct. 2010) : « Intellectuels, écrivains et journalistes aux côtés de la République espagnole (1936-1939) [2e vol.] » ; n° 10 (oct. 2011) : « Artistes, engagez-vous ! ». À paraître en oct. 2012 : « Un air de prolétaire… »