Exposition: « Zerstörte Vielfalt. Berlin 1933 – 1938 », jusqu’au 10 novembre 2013 aux Deutschen Historischen Museums de Berlin

Présentation par le musée:

« During the time of the Weimar Republic Berlin was the political nerve centre and a pulsating metropolis with more than four million inhabitants. The appointment of Adolf Hitler as Chancellor of the Reich on 30 January 1933 marked the beginning of the ultimate destruction of the democracy. Essential basic rights and the legal order were invalidated, trade unions disbanded, political parties and social organisations banned or forced to shut down. The “seizure of power” by the National Socialists was accomplished with unparalleled swiftness and was marked by a wave of terror against political opponents, the Jewish population and other groups in German society.

The exhibition “Diversity Destroyed. Berlin 1933 – 1938” is the contribution of the German Historical Museum to the eponymous Theme Year of the city of Berlin. It recalls in particular the takeover of power in 1933 and the November pogrom in 1938. The exhibition brings together more than forty projects of museums and memorials, private associations and initiatives that deal with the history of Berlin under National Socialism in exhibitions, temporary art projects, theatre performances, readings, film projects or audio guides. Together they document the disastrous consequences of the Nazi dictatorship for life in the capital city. »

Curator: Dr. Simone Erpel

Fackelzug durch das Brandenburger Tor anlässlich des 3. Jahrestags der Ernennung Adolf Hitlers zum Reichskanzler, Berlin, 30. Januar 1936, © Stiftung Deutsches Historisches Museum
Fackelzug durch das Brandenburger Tor anlässlich des 3. Jahrestags der Ernennung Adolf Hitlers zum Reichskanzler, Berlin, 30. Januar 1936, © Stiftung Deutsches Historisches Museum

Plus d’infos: www.dhm.de

Parution: « Cahiers Laure », n°1, Paris, éditions Les Cahiers, janvier 2013

« Insurgée de bonne heure contre une éducation bourgeoise et catholique, Laure avait, après un séjour prolongé en Russie, trouvé dans un dévouement entier au communisme d’opposition une issue au besoin de donner une signification à sa vie. Les faits l’ayant amenée à rejeter, comme dénuée de valeur, l’activité politique, il lui fallut se relever, selon son expression, “de ce grand tremblement de terre qu’est la perte d’une foi”. Sans cesser de connaître des moments de détresse – comme de bonheur ou de caprice – elle parvint à retrouver “un état de conscience plus total que jamais”, ambition la plus haute que pût réaliser quelqu’un pour qui l’intégrité de l’être a sans doute occupé, dans l’échelle des valeurs, le rang privilégié.

À travers toutes vicissitudes, la passion que Laure apportait à la recherche de sa vérité ne se démentit pas. Le proverbe de William Blake : “Passez votre charrue et votre soc sur les os des morts” est la dernière phrase qu’elle écrivit, peu de jours avant sa fin, pour indiquer le livre qu’elle voulait relire. Alors que perdue en elle-même elle se disait “au fond des mondes”, les mots de “corrida fleurie” sont ceux qu’elle employa pour désigner son agonie.

De certains de ces écrits, comme de l’ensemble des papiers, ses amis les plus proches connaissaient l’existence, mais à aucun d’entre eux elle n’avait estimé devoir les communiquer. Bien qu’une telle réserve puisse sembler suffisamment motivée par le caractère même de la plupart de ces textes et par la rigueur implacable dont Laure usait autant vis-à-vis d’elle-même que vis-à-vis des autres, encore convient-il d’y voir la marque du sens exceptionnellement grave – à proprement parler sacré – qu’elle attachait au fait même de la “communication”.

Est-il besoin d’ajouter qu’on ne saurait réduire à quelque image définie que ce soit l’une des existences les plus véhémentes, les plus traversées de conflits qui aient été vécues ? Avide de tendresse et avide de désastres, oscillant entre l’audace extrême et la plus affreuse angoisse, aussi inconcevable à la mesure des êtres réels qu’un être de légende, elle se déchirait aux ronces dont elle s’entourait jusqu’à n’être qu’une plaie, sans jamais se laisser enfermer par rien ni personne. »

Georges Bataille et Michel Leiris, Notes pour Le Sacré

 

SOMMAIRE

Anne ROCHE — Présentation
ouverture
Jean DURANÇON — Comment écrire ?
entretien
Jérôme PEIGNOT — Comme on met un pied devant l’autre on écrit, suivi de Laure est morte en beauté
critique
Patrick TILLARD — L’authenticité de l’expérience
Joaquim LEMASSON — L’expiration poétique
Rebecca FERREBOEUF — Les mots de Laure
Margot BRINK — Le motif du regard
Aldo MARRONI — Laure et l’esthétique
Jacqueline CHENIEUX-GENDRON — Leonora Carrington et Laure
Svetlana MINTCHEVA — Kathy Acker et Laure
contexte
Alain MARC — Journal d’une lecture
Julia HOUNTOU — Action Laure ou La sororité artistique
dossier : réception(s) de Laure
Jean FREMON — La passion de Laure
Anne VILLELAUR — Portrait d’une inconnue
Maurice NADEAU — Des mots qui brûlent
Hubert JUIN — Ecrits de Laure
Jacqueline CHENIEUX-GENDRON — Laure suivi de Laure après « Laure »
Alain POIRSON — Peut-il exister encore de « vraies jeunes filles » ?
France NESPO – L’éclatante et pudique force des Écrits de Laure
création littéraire
Frederika FENOLLABBATE — Le désir nu
théâtre
Anne MONFORT — Laure
musique
Jean-Marc FOUSSAT, Michèle MATTHIS — Laure – Extraits du silence

Cahier accompagné du CD-audio Laure – Extraits du silence. Huit textes de Laure lus par Michèle Matthis et mis en musique par Jean-Marc Foussat.

Bon de commande: Avis de parutionCLAURE1

Plus d’infos: http://editionslescahiers.fr

AC/CFP: Colloque « L’artiste en revues. Fonctions, contributions et interactions de l’artiste en mode périodique », du 28 au 30 octobre 2013 à l’Université libre de Bruxelles. Échéance : 1er mars 2013

Dans le cadre des travaux du groupe FNRS « Écrits d’artistes », ce colloque interrogera les différentes modalités de collaborations d’artistes et leurs réalisations concrètes dans une publication périodique. Sous le terme d’« artiste », on prendra en compte peintres, sculpteurs, musiciens, compositeurs, cinéastes, chorégraphes, danseurs… dont la majeure part de la production ne relève pas du champ littéraire. Le présent appel invite à considérer ces interventions sur la longue durée, de 1830 à nos jours, dans les publications périodiques, entendues au sens large : revues artistiques et littéraires, mais aussi journaux et revues généralistes, « petite presse » et magazines (pour la seconde partie du XXe siècle). Comité d’organisation: Laurence Brogniez, Clara Sadoun-Édouard et Clément Dessy.

 

Télécharger l’appel complet au format pdf: AC/CFP-Artiste en revues

 

 

Exposition : « René de Graeve, peintre franco-belge méconnu », Musée Fould, Courbevoie, du 13 novembre 2012 au 3 février 2013

« Le musée Roybet Fould met en lumière un peintre tombé dans l’oubli, fortement inspiré par la peinture flamande et les situations du quotidien.

Artiste franco-belge né à Mouscron (Belgique) en 1901, René De Graeve a été scolarisé en France et fut l’élève de l’école des beaux-arts de Lille, ville où il a toujours résidé et exposé.

En dépit de cette forte imprégnation de culture française, l’artiste est demeuré viscéralement attaché à ses racines flamandes. Cet atavisme, qui a fortement marqué sa peinture, a souvent été incompris en France, où il a exposé régulièrement, de 1933 à 1956.

Son style, parfois influencé par la colonie flamande de Laethem-Saint- Martin, dite aussi école de La Lys, recourt à un symbolisme auquel les critiques de l’époque sont tous demeurés réfractaires.

Pour René De Graeve, le quotidien le plus prosaïque et l’environnement le plus vulgaire peuvent receler des trésors de poésie dissimulés au creux des choses et sous la réalité des apparences.

C’est ainsi que sa peinture nous donne à voir une image qui est aussi le support d’une véritable réflexion ou méditation. Des oeuvres comme L’Enfant au cerf-volant (1934), Le Communiant (1939), L’Occupation (1942), Le Mur (1948)… correspondent bien à cette double analyse proposée par le peintre, qui nous invite surtout à comprendre. Il est évident que cette peinture intellectualisée s’apprécie mieux lorsqu’on en possède les clefs de décryptage.

Cette exposition rétrospective, totalement exceptionnelle par sa qualité et son ampleur (dessins et peintures) nous convie à la redécouverte d’un artiste attachant, totalement tombé dans l’oubli, alors même qu’à son époque, il était très réputé et apprécié pour ses portraits. »

Peinture de René de Graeve

Du 13 novembre 2012 au 3 février 2013 au Musée Roybet Fould

Parc de Bécon, 178, boulevard Saint-Denis. 92400 Courbevoie

(banlieue ouest, Métro : Ligne n°3 Pont-de-Levallois ou bien La Défense )

Tél. : 01 43 33 30 73

Ouvert tous les jours de 10 h 30 à 18 h sauf les mardis et jours fériés

(Noël et 1er janvier)

Plus d’infos: www.ville-courbevoie.fr

Parution: Michela Passini, « La fabrique de l’art national. Le nationalisme et les origines de l’histoire de l’art en France et en Allemagne (1870-1933) », Paris, MSH, collection Passages-Passagen, 2013

A un moment où, depuis environ une décennie, l’histoire de l’art s’attèle, en France, à une révision critique de sa propre histoire, il importe d’étudier de manière globale l’élaboration d’un discours national sur l’art ancien, pour comprendre comment il a affecté les structures mêmes d’une discipline en formation.

Corrélativement, il faut s’interroger sur le rôle joué par l’histoire de l’art dans le processus de nationalisation de la culture, aux XIXe et XXe siècles – rôle qui, faute de recherches fondamentales, n’a guère retenu l’attention des historiens des nationalismes.

En reconstituant une large série de débats franco-allemands sur l’appartenance nationale de l’art gothique et de la Renaissance, ce travail se veut à la fois une contribution à l’histoire de la construction des identités esthétiques nationales et à une histoire croisée des sciences humaines.

Volume 43
Support Livre broché
Nb de pages 366 p. Index . Bibliographie .
ISBN-10 2-7351-1439-2
ISBN-13 978-2-7351-1439-9
GTIN13 (EAN13) 9782735114399

Plus d’infos: www.editions-msh.fr

 

AC/CFP: « Artists as Political Refugees », Minneapolis, 26-30 June 2013. Deadline: Feb 1, 2013

This year’s World History Association’s Conference has a theme on “Diasporas and Refugees in World History”. Because I have long had an interest in establishing more dialog between historians (especially ‘world historians’) and art historians, I propose to organize a panel on artists as political refugees.

My own field is Twentieth Century China and I am particularly interested in the first stage of China’s post Mao “opening up” in the 1980s. There have been other artistic refugees in the 20th Century, for instance Russia soon after the revolution (Chagall, Larionov, Kandinsky, etc.) and in the last years of The Soviet Union (Neizvestny, Bulatov, Komar and Melamid) or from Germany in the thirties, (Max Ernst, George Grosz, John Heartfield).But the panel need not, and should not, be confined to visual artists of these particular refugee flows. Dance, music, drama, literature may provide even more interesting cases of altered creativity in a new environment, of preservation or fusion of cultural identity among emigre groups, or of cultural influence in their new locations.

Topics need not be confined to the ones listed above. Please send your proposal to Ralph Croizier, University of Victoria, ralphc@uvic.ca by February 1, 2013.

Source: H-ArtHist, Jan 14, 2013.

AC/CFP: « The Great War: Centenary Perspectives », Special Topics Issue 2014. Deadline: April 15, 2013

The editors of The Space Between: Literature and Culture, 1914-1945 would like to announce a call for papers for the next special topics issue, The Great War: Centenary Perspectives (volume 10.1), which will be guest edited by Mark D. Larabee. Especially appreciated are interdisciplinary articles on new developments in understanding literature, art, and culture of the First World War (produced by combatants or noncombatants, representing any nations and languages) and interdisciplinary articles on understudied issues or non-canonical figures influenced by the War and active between 1914 and 1945. Deadline for submissions to this special topics issue is April 15, 2013.

Please send submissions or correspondence regarding submissions to the special issue editor, Mark Larabee, at larabee@usna.edu. Articles should be 6,000 to 9,000 words (including notes and works cited). Please submit an electronic copy in MS Word. Articles should conform to MLA style. Include an electronic cover letter that describes the contents of your article. For inquiries about general topics issues, please contact the editor, Kristin Bluemel, at kbluemel@monmouth.edu.

The Space Between is a refereed journal that is published annually. Its editors are especially interested in innovative and interdisciplinary approaches to texts of all kinds. Publication is annual and is co-sponsored by the Space Between Society and Monmouth University.

The Space Between will publish reviews on books that represent various disciplines’ approaches to the culture of the space between the wars. Correspondence for the review editor should be addressed to Book Review Editor J. J. Butts, at jj.butts@simpson.edu or the Department of English, Simpson College, Indianola, IA 50125.

Source: www.monmouth.edu