Publication: Andrei Korliakov, « Culture russe en exil, Europe, 1917-1947 », Paris, YMCA Press, 2013.

Présentation par l’éditeur:

« Après plusieurs années de quête de documents visuels inédits, témoins vivants de l’exil russe, l’historien et iconographe Andrei Korliakov livre, dans son nouvel ouvrage Culture russe en exil, Europe 1917-1947, un récit émouvant, destiné à tous ceux qui s’intéressent à la culture et à l’émigration russes en Europe, mais aussi à ceux qui se passionnent pour l’art.

Ce recueil de documents visuels, pour la plupart rarissimes, paru aux éditions YMCA-PRESS le 12 mars 2013, est le cinquième et le plus gros volume de la série l’Émigration russe en photos, 1917-1947 ; 2 100 images de tous genres, évoquant ceux qui contribuèrent à conserver et à développer en exil leur culture d’origine, s’étalent sur les 720 pages de ce nouveau volume.

Des photographies professionnelles ou d’amateurs, des dessins, des cartes postales, mais encore des images publicitaires, des affiches, des coupures de presse et des négatifs sont mis au coeur de Culture russe en exil, Europe 1917-1947, composé autour de huit volets thématiques. Ce sont la photographie et le théâtre, le cinéma et les arts plastiques, la musique, le ballet et les danses populaires russes, la littérature, les maisons d’édition et la presse, les expositions et les journées de la culture russe.

Dans Culture russe en exil, Europe 1917-1947, Andrei Korliakov relate en détail le parcours des artistes slaves – des photographes, des metteurs en scène et des cinéastes, des hommes de lettres et des journalistes, des peintres et des architectes – depuis les premiers jours de leur émigration. De Gallipoli et Constantinople, en passant par les pays Baltes, la Serbie, la Croatie, la Tchécoslovaquie, la Bulgarie, la Hongrie, la Belgique, l’Allemagne, l’Espagne, jusqu’à, bien sûr, la France… Plus de 1 100 noms d’exilés sont cités. Ce faisant, l’auteur dévoile, avec beaucoup de précisions historiques dans les commentaires accompagnant chaque image, le quotidien des artistes, vedettes comme M. Doboujinsky, S. Lifar, I. Mosjoukine, I. Bounine et d’autres, mais aussi des amateurs, dont les noms, pour le lecteur d’aujourd’hui, sont ressuscités grâce à l’ouvrage.

Culture russe en exil, Europe 1917-1947 est un des rares livres à proposer une réflexion sur l’impact de la culture sur la vie en exil. Cet ouvrage constitue une nouvelle référence historique en matière de sauvegarde du patrimoine culturel russe à travers le monde. »

Culture russe en exil, Europe, 1917-1947, Paris, YMCA-PRESS, 2013, 2 100 photos (trichromie), 720 pages, ISBN : 978-2-85065-275-2

Télécharger la présentation complète de l’ouvrage: DP_CULTURE RUSSE EN EXIL

Séminaire: « Histoire mondiale de l’art- Global Art History. Une méthode pour intégrer les périphéries à l’histoire de l’art ? », dans le cadre du sémainaire @rtlas ce jeudi 14 mars de 13h30 à 15h30 à l’ENS Ulm (Paris)

Amphi Rataud

– Sophie Orlando, HICSA, Paris 1 Panthéon-Sorbonne : La pensée du décentrement dans la mondialisation artistique.

– Béatrice Joyeux-Prunel, ENS, Artl@s : Quelle place réelle pour les périphéries dans la Global Art History ? état des lieux du débat

L’accès à l’amphi Rataud se fait par l’entrée des bibliothèques (entrer par le 45 rue d’Ulm, traverser la Cour aux Ernests, tout droit, jusqu’à la cour Rataud et le bâtiment des bibliothèques).

Exposition: « Un artiste voyageur en Micronésie: l’univers flottant de Paul Jacoulet », du 26 février au 19 mai 2013 au Musée du Quai Branly (Paris)

Présentation de l’exposition par le musée:

« Artiste français, Paul Jacoulet (1896-1960) arrive au Japon en 1899, où il séjournera la plus grande partie de sa vie. Il voyage en Corée, en Chine et en Micronésie où il se rend à de nombreuses reprises pour faire des portraits des habitants. À travers ses estampes et dessins, il représente les hommes et les femmes qu’il a rencontrés avec un regard à la fois intime, esthétique et ethnographique.

Plusieurs grandes thématiques permettent de voyager dans son oeuvre abondante et singulière : la vision d’artiste-ethnographe d’un ailleurs devenu quotidien et intime, la représentation des tatouages et des parures mais aussi de certains rituels ou encore la composante érotique qui caractérise certains portraits.

L’exposition réunit plus de 160 dessins, croquis et estampes exceptionnels issus de la donation faite au musée du quai Branly en 2011 par Madame Thérèse Jacoulet-Inagaki, fille adoptive de Paul Jacoulet, ainsi que les trois autres héritiers-donateurs – Messieurs Chisei Ra, Louis Young Whan Rah et Shozo Tomita. Un ensemble de bois utilisés pour la préparation des estampes, des objets du musée du quai Branly et du Museum national d’Histoire naturelle de Paris, ainsi que des programmes audiovisuels complètent cette présentation.

Pour retrouver en ligne l’ensemble des œuvres de la donation Jacoulet, suivez ce lien et effectuez une recherche sur le terme « Jacoulet ». »

481bd2abb4

Plus d’infos: www.quaibranly.fr

Exposition: « Modernisme, l’art abstrait belge et l’Europe (1912-1930) », du 2 mars au 30 juin 2013 au Musée des Beaux-Arts de Gand (Belgique)

Présentation de l’exposition par le musée:

« Voici la première grande rétrospective, depuis plus de vingt ans, consacrée au modernisme belge vers 1920. L’avant-garde belge historique est illustrée à travers les beaux-arts, l’architecture, l’art décoratif, la typographie, la photographie, le cinéma, la musique, la littérature et le théâtre. Des protagonistes belges tels que Marthe Donas, Jozef Peeters, Jules Schmalzigaug, Victor Servranckx et Georges Vantongerloo côtoient des contemporains étrangers comme László Moholy-Nagy, Vassily Kandinsky, Fernand Léger, Kurt Schwitters et Theo Van Doesburg. Plusieurs grands musées étrangers prêtent des œuvres majeures pour cette exposition. »

A noter: une très belle section de (trop rares) photographies.

2009-B-A6S9
Georges Vantongerloo, Etude n° III, 1920, © Musée des Beaux-Arts Gand.

Plus d’infos: www.mskgent.be