Journée d’étude à Rome les 9 et 10 juin 2016 – Images of the Body: First World War and its Aftermath

Images of the Body: First World War and its Aftermath

Deutsches Historisches Institut in Rom, Via Aurelia Antica, 391, I-00165 Roma, June 9 – 10, 2016

This workshop aims at examining the centrality of the body in the narration, representation, experience and understanding of the First World War.

It will take into account individual bodies in war, as they were compelled in the trenches, wounded, dispersed, exhausted, mutilated, or killed. As well, it will consider how those bodies came to symbolize the national community as a whole. Therefore, the workshop approaches the topic by paying attention to both the war and the home front, to both wartime and post-war societies.

The main idea is to involve historians, art historians and visual culture historians to reflect upon specific key-questions concerning the representation of bodies during and a er the First World War.

PROGRAMME

Thursday, 9 June

10:30 Martin Baumeister (Director, DHI Rome)
Welcome

10:40 Martina Salvante (Rome)
Introduction

I – The Male Body Revisited
Chair: Annette Becker (Paris)

11:00 Sarah Kinzel (Berlin)
Expulsion from Paradise. Representations of the human body in early 20th
century painting

11:30 Monica Cioli (Rome)
From Man at War to Machine Man. The Evolution of the Body in the 1920s

12:15 coffee break

12:30 Flavia Marcello (Melbourne)
Art, Architecture and the Body of the Soldier in Marcello Piacentini’s
Casa Madre dei Mutilati in Rome

13:15 lunch break

II – Memorializing the Body
Chair: Martina Salvante (Rome)

14:30 Martin Baumeister (Rome)
Filling the big void: mourning fallen soldiers and the thirst of
representation

15:00 Paolo Nicoloso (Trieste)
Memory Strategies: Ossuaries on the Eastern Italian Border

18:00 Keynote Lecture
Michael Diers (Berlin)
Fragments. Politics and Aesthetics of the Body in Pieces

19.00 Reception

Friday, 10 June

III – Wounded and Dead Bodies
Chair: Martin Baumeister (Rome)

APPEL À COMMUNICATION : SURRÉALISME ET ARTS PREMIERS

SURRÉALISME ET ARTS PREMIERS

 

logo_centre_allemand

Workshop au Centre allemand d’histoire de l’art, Paris, 10 octobre 2016. Avec le soutien de l’Agence Nationale de la Recherche au titre du programme d’investissements d’avenir du laboratoire d’excellence  Labex Arts-H2H (ANR-10-LABX-80-01). Conception: Julia Drost, Fabrice Flahutez et Martin Schieder

Quand, en mai 1936, la galerie Charles Ratton présente l’ »Exposition surréaliste d’objets », cette exposition cherche à démontrer la capacité du surréalisme de transfigurer le réel, sans pour autant le métamorphoser. Les objets exposés – objets mathématiques, objets trouvés et interprétés, objets d’Amérique ou d’Océanie – sont tous des objets qui n’ont reçu aucune modification, aucune transformation et sont, quand même, élevés au rang du merveilleux surréaliste. Comme le dira André Breton dans le « Dictionnaire abrégé du Surréalisme » en 1938 : ce sont les poètes qui en font un « objet usuel promu à la dignité d’objet d’art par le simple choix de l’artiste ». De nombreuses études et la récente exposition « Le surréalisme et l’objet » du Musée national d’art moderne, Centre Pompidou en 2013, ont depuis souligné le paradoxe inhérent entre le domaine du rêve et de l’imaginaire d’un côté et la réalité matérielle de l’autre.

Dans le cadre d’un workshop, nous nous proposons de nous intéresser tout particulièrement à l’objet « sauvage ». Celui-ci, qu’il vienne d’Océanie, d’Afrique ou d’Amérique du Nord, prend une place importante non seulement dans le surréalisme, mais aussi dans les collections des poètes et des artistes. Au-delà de leur magie, ces objets possèdent une valeur d’échange concrète. Roland Tual, le premier gérant de la galerie Surréaliste qui ouvre ses portes en 1926, est en contact avec les marchands berlinois des arts premiers Hildebrand Gurlitt et Karl et Josef Nierendorf pour le commerce des objets océaniens et africains.
Paul Eluard est toujours à la recherche d’objets qu’il peut revendre à des marchands parisiens tel Charles Ratton. La correspondance avec Gala témoigne du fait que le collectionneur vise la revente des objets dès son premier achat. André Breton, considère également ces objets, en dehors de toute qualité esthétique, comme éléments d’une activité de courtage, dont il vit.
Notre workshop propose d’étudier ces aspects moins connus de la fascination pour les arts premiers. Les surréalistes contribuent à transformer les régimes de valeur de ces objets entre leurs qualités imaginaires surréalistes et leur réception occidentale. L’analyse des collections des poètes et artistes surréalistes, nous aidera à mieux comprendre comment la vie et l’art sont, de cette façon, étroitement liés. Par exemple, quelle est la place d’un marchand comme Julius Carlebach dans l’économie autant complexe que subtile de la vente d’œuvres de surréalistes et d’objets extra-occidentaux ? Comment la discipline de l’ethnologie évolue-t-elle au regard du surréalisme? La disposition muséale des collections ethnologiques représente-t-elle des sources d’inspiration pour les collections des surréalistes ? Quels types de rapport entretien le surréalisme avec les arts d’ailleurs ?
La journée d’études s’adresse notamment aux jeunes chercheurs. Elle s’inscrit dans le cadre d’un programme de recherché intitulé « Le surréalisme au regard des galeries, des collectionneurs et des médiateurs, 1924-1959 » et fait suite aux journées d’études intitulées « Le monde au temps des surréalistes » (7 et 8 novembre 2014) et « Le Surréalisme dans l’Europe de l’entre-deux-guerres » (11 et 12 mars 2016) qui se sont déroulées au Centre allemand d’histoire de l’art à Paris.

Un appel à candidature est lancé jusqu’au 15 juin 2016. Les intéressés devront envoyer une courte présentation de leur projet (maximum une page) en langue anglaise, allemande ou française, ainsi qu’un bref cv.

Julia Drost, Centre allemand d’histoire de l’art, Paris
(jdrost@dfk-paris.org)
Fabrice Flahutez, Université Paris Ouest Nanterre La Défense
(fflahutez@u-paris10.fr)
Martin Schieder, Universität Leipzig (schieder@uni-leipzig.de)