Colloque: “L’historiographie francaise de l’art de l’affaire Dreyfus à la Quatrieme République: nouvelles perspectives”, INHA, salle Vasari, 21 et 22 novembre 2011

L’axe « Histoire de l’histoire de l’art » de l’INHA a entamé en 2007 en collaboration avec Neil McWilliam et Éric Michaud, un programme de recherches sur les enjeux nationaux dans les discours sur l’art durant le premier xxe siècle. Dans ce cadre, deux journées d’études ont été organisées : la première, en novembre 2008, a traité de la question nationale dans l’historiographie européenne, et la seconde, en novembre 2009, a rendu compte de la perception de l’art français à l’étranger. Ce travail sur les enjeux nationaux dans les discours sur l’art se poursuit avec un colloque international consacré à l’historiographie artistique française, afin de confronter ce qui semble être le motif idéologique dominant la littérature artistique de la Troisième République – le nationalisme – aux autres enjeux intellectuels, culturels, idéologiques et politiques travaillant l’histoire de l’art de cette période. Réunir des chercheurs s’interrogeant sur les fondements explicites ou implicites de notre discipline est d’autant plus intéressant que la première moitié du xxe siècle est précisément celle d’une consolidation de l’histoire de l’art. Cette nouvelle science entame alors un processus de professionnalisation, élabore de nouvelles méthodes, se forge un outillage et redéfinit ses domaines de recherche, au moment même où les musées, l’université, mais aussi le marché de l’art s’affirment comme les lieux de production privilégiés de ces discours et de ces savoirs sur l’art.

Lundi 21 novembre

9.30 / Philippe Sénéchal, INHA, directeur du département des Études et de la Recherche
9.45 / Introduction des organisateurs

LIEUX ET MODES DE FABRICATION DU DISCOURS : LES INSTITUTIONS FACE À L’HISTOIRE DE L’ART
Président de séance : Dominique Poulot, Université de Paris 1 – Panthéon-Sorbonne

10.00 / Felicity Bodenstein, Université de Paris 4 – Sorbonne
« La renaissance des traditions. Ernest Babelon, directeur du Cabinet de France (1892-1924)»
10.45 / Pause
11.00 / Annamaria Ducci, chercheuse indépendante
« L’action fédératrice face aux nationalismes. L’action de l’Office International des Instituts d’Art et d’Archéologie (IICI) pour le renouveau de la discipline »
11.45 / Martha Ward, University of Chicago
« L’aménagement comme ressource dans l’interprétation de l’histoire de l’art : René Huyghe »
(communication en anglais)

L’HISTOIRE DE L’ART VUE DE BIAIS
Président de séance : Rossella Froissart, Université de Provence Aix-Marseille 1

14.00 / Fabienne Fravalo, INHA
« L’histoire de l’art comme corollaire de la critique, dans les revues d’art décoratif à la Belle Epoque »
14.45 / Jean Nayrolles, Université Toulouse 2 – Le Mirail
« Le moment Salomon Reinach : un dialogue entre anthropologie et histoire de l’art »
15.30 / Serena Keshavjee, University of Winnipeg
« Elie Faure et l’histoire de l’art organiciste » (cette communication sera délivrée en anglais)
16.15 / Pause

MÊMES OBJETS, MÊMES PRATIQUES ? PARCOURS COMPARÉS D’HISTORIENS DE L’ART
Président de séance : Éric de Chassey, Académie de France à Rome – Villa Médicis

16.30 / Kathryn Brush, University of Western Ontario « Arthur Kingsley Porter et l’expérience américaine des études françaises de l’art avant et après 1918 »
(communication en anglais)
17.15 / Marie Tchernia-Blanchard, INHA « Formalisme français et Seconde école de Vienne : l’étude des peintres primitifs chez Charles Sterling et Otto Pächt »
18.00 / Kerstin Thomas, Johannes Gutenberg-Universität, Mayence « L’esthétique de la forme chez Henri Focillon et Meyer Schapiro »
Mardi 22 novembre

MÉDIATIONS : L’HISTORIOGRAPHIE FRANÇAISE À L’ÉPREUVE DE L’INTERNATIONALISATION DES SAVOIRS
Président de séance : Mathilde Arnoux, Paris, Centre allemand d’histoire de l’art

9.00 / Janet T. Marquardt, Eastern Illinois University « Françoise Henry et les arts irlandais »
9.45 / Michel Espagne, Paris, École normale supérieure « Albert Marignan, médiateur entre la France et l’Allemagne »
10.30 / Pause
10.45 / Jean-Sébastien Cluzel, INHA « Vers une histoire de l’architecture comparée. Méditations occidentales sur l’architecture japonaise »
11.30 / Rémi Labrusse, Université Paris Ouest Nanterre-La Défense « La germanophilie des revues d’avant-garde dans l’entre-deux-guerres »

LOIN DE LA FOULE DÉCHAÎNÉE? LES HISTORIENS DE L’ART ET LA POLITIQUE
Président de séance : Laurence Bertrand-Dorléac, Paris, Institut de Sciences politiques

14.00 / Bertrand Tillier, Université de Bourgogne « Léon Rosenthal : une tentative d’écriture socialiste de l’histoire de l’art »
14.45 / François-René Martin, Paris, École nationale supérieure des Beaux-Arts « Le style comme puissance. Expansion, diffusion et persistance du génie national dans l’historiographie française entre 1930 et 1945 »
15.30 / Pause
15.45 / Estelle Thibault, ENSA Paris-Belleville « L’histoire de l’architecture écrite par les architectes : tradition nationale et méthodes d’analyse formelle »
16.30 / Catherine Fraixe, École nationale supérieure d’art, Bourges « L’Histoire de l’art contemporain de René Huyghe »
17.15 / Conclusion des organisateurs

ORGANISATEURS

Anne Lafont, INHA

Neil McWilliam, Duke University, Durham, Caroline du Nord

Éric Michaud, EHESS

Michela Passini, INHA

COMITÉ SCIENTIFIQUE

Kathryn L. Brush, University of Western Ontario

Rossella Froissart, Université de Provence Aix-Marseille 1

Hubertus Kohle, Université de Munich

Anne Lafont, INHA

Michel Leymarie, Université de Lille 3

Neil McWilliam, Duke University, Durham, Caroline du Nord

Eric Michaud, EHESS

Michela Passini, INHA

Richard Woodfield, University of Birmingham