Rencontre autour des “Manifestations de l’art prolétarien durant l’entre-deux-guerres” ce lundi 18 juin 2012 de 11h à 18h au Musée des Années 30 à Boulogne-Billancourt

Alors que la littérature prolétarienne a fait l’objet en France de nombreux débats durant l’entre-deux-guerres et de travaux universitaires récents, l’art prolétarien est resté, pour le moment, peu ou pas étudié. Cette rencontre permettra de mettre en lumière l’activité d’artistes dont l’œuvre sociale est peu présente ou carrément absente de l’historiographie de cette période : les belges Counhaye, Lacasse, Cantré ou Masereel, les français Pignon, Cresson, de Bouville, Lingner, les expositions d’artistes soviétiques en France, les décors de théâtre prolétarien, le pavillon de la Solidarité en 1937, etc. Sur fond de luttes sociales et de révolution socialiste, la question de la possibilité d’un art prolétarien hors d’une société communiste est clairement posée, avec pour corollaire celle de l’identité sociale de l’artiste. Un art prolétarien peut-il être l’œuvre d’un non prolétaire ?

A cette occasion, nous entendrons de courtes interventions de Paul Aron (directeur de recherches au FRS-FNRS – ULB: Un mot d’introduction sur la littérature prolétarienne) et Léonor Delaunay (directrice de la Société d’Histoire du Théâtre, auteur de La Scène bleue, Les expériences théâtrales prolétariennes et révolutionnaires en France, de la Grande Guerre au Front populaire (PUR, 2011) : L’art prolétarien en scène, des années 1919 au Front Populaire), ainsi que de Samuel Dégardin (Lille 3: Frans Masereel et la Section arts plastiques de la Maison de la culture), Céline De Potter (Lille 3/ULB: Peut-on parler d’un art belge prolétarien ?), François Robichon (professeur d’histoire de l’art contemporain, Lille 3: L’art prolétarien en France), Hélène Serre (Lille 3: Le pavillon de la Solidarité à l’exposition de 1937), Tatiana Trankvillitskaia (Lille 3: Les expositions d’art soviétique en France durant l’entre-deux-guerres). Mais l’essentiel sera, comme toujours, de débattre avec les chercheurs présents afin de pouvoir continuer à travailler, ensuite, sur ces questions. Nous profiterons enfin de cette occasion pour faire une visite du Musée des Années 30 que nous remercions encore pour son accueil.

Pour des raisons d’organisation, nous vous remercions d’avance de nous faire part de votre présence d’ici le vendredi 15 juin au plus tard auprès de Céline De Potter : de-potter.celine@orange.fr.

Au plaisir de vous (re)voir nombreux,

Bien cordialement,

François Robichon et Céline De Potter

Pour se rendre au Musée des Années 30: www.boulognebillancourt.com