André Blondel (1909-1949) Rétrospective

Musée paul Valéry à Sète

Du 10 juillet au 8 novembre 2009

« Tous les sujets sont abordés. Ils suivent la vie du peintre au grè de ses déplacements et de ses rencontres. Aux paysages polonais et aux portraits de ses amis succèdent les évocations de sa vie à Paris, son atelier, la Seine. Après la guerre viennent les marines de Sète et de Collioure, les paysages du Languedoc, les portraits de sa femme et de ses enfants. Les autoportraits jalonnent toute sa brève vie.

Il utilisa plusieurs techniques : la peinture à l’oeuf, la peinture à l’huile. Il fit également des monotypes. Ainsi que des dessins à la mine de plomb, au fusain ou à l’encre de Chine. Il utilisa aussi différents supports comme le carton, le contre-plaqué et la toile.

L’importante rétrospective qui rend hommage à André Blondel à l’occasion du centième anniversaire de sa naissance, révèle la diversité de la production de ce peintre accidentellement disparu à l’âge de 40 ans.

Son style mêle expressionnisme et fauvisme, puis explore le cubisme. Il utilise des noirs, des violets, des bleus sombres éclairés par un rouge vif, un jaune ou un blanc. Inspiré par le soleil du midi, il aura ensuite recours à des couleurs plus claires et plus gaies.

Constituée grâce aux prêts de la famille de l’artiste mais aussi de nombreux prêteurs, l’exposition présente une soixantaine d’huiles sur toile et autant de dessins, témoins de l’importance qu’accordait Blondel à l’expression graphique. A travers différents thèmes se succèdent autoportraits, portraits, nus, paysages, marines, natures mortes, compositions.

Les autoportraits présents dans la première salle dédiée à la biographie de l’artiste sont très puissants, ils témoignent d’une certaine violence dans la manière qu’a le peintre de se représenter. Peu complaisant envers lui-même, Blondel montre le visage d’un homme que la vie a malmené et qui porte en lui une blessure indélébile. Son expression est souvent double à la fois violente et humaine et même lorsqu’il peint un enfant, quelque chose dans le visage ou dans le corps évoque la violence voire la mort.

Cependant une tendresse émane des portraits de femmes, en particulier ceux, très nombreux, où il peint Lisou, son épouse. Ses paysages ou natures  mortes, sont également plus cléments, moins empreints d’émotion directe. Mais c’est incontestablement dans l’autoportrait que le peintre exprime sans aucune concession un mélange extrêmement émouvant de force, de violence et de fragilité.

Quelques œuvres de l’époque polonaise seront aussi présentées afin de donner une vision plus large de l’évolution de son œuvre. La variété dans le temps et le sujet des œuvres exposées, permettra donc de faire mieux connaître ce grand artiste trop tôt disparu. Blondel n’a jamais cessé de renouveler ses moyens d’expression afin d’arriver à une interprétation harmonieuse et vivante de la réalité. Complètement imprégné de son art et comme s’il pressentait son destin, André Blondel peint avec frénésie, il nous laisse une œuvre d’une force remarquable. » Françoise Lopez Directrice du Musée Paul Valéry

Source: www.blogg.org (Philippe Lamiral)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.