Nicolas Untersteller : un Prix de Rome à Gravelle – Espace art et liberté à Charenton-le-Pont

Du 17 septembre au 10 octobre 2009

Visite exceptionnelle de l’exposition dans le cadre des Journées du Patrimoine, samedi 19 et dimanche 20 septembre de 14h à 18h.

Résultat d’une synergie entre l’Espace Art et Liberté, l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux Arts, la Direction Culturelle, les Archives intercommunales et Mylène Sarant, Conférencière d’Histoire de l’Art, « l’exposition Nicolas Untersterller, un Prix de Rome à Gravelle est un symbole, un symbole structurant sur notre territoire. Ce projet est dès lors devenu le premier emblème de l’action culturelle à l’échelle de la Communauté de Communes Charenton-Saint Maurice », comme le précise Valérie Fruaut, Vice-Présidente de la Communauté de communes en charge de la culture.

Peintre né en Moselle avec le XXe siècle, Nicolas Untersteller (1900-1967) fait son apprentissage artistique à l’école des arts décoratifs de Strasbourg, avant de partir pour l’école des Beaux-arts de Paris.

Lauréat en 1928 du Prix de Rome, il passe cinq ans en Italie à la Villa Médicis, avant d’ouvrir un atelier à Metz où il devient le maître de jeunes peintres.

La représentation de l’homme au travail est une constante dans l’oeuvre d’Untersteller. Sa peinture des mondes du travail sonne autant comme une admiration face à la force humaine et à ses capacités, que comme une compréhension de la dureté de cet univers et de la souffrance de l’homme. Souffrance qu’il faut peut-être rapprocher de ses peintures.

Les années Trente sont pour lui l’occasion de commandes privées (portraits, paysages) comme de participation à de nombreux chantiers de peinture décorative. Commandes prestigieuses à Paris qu’il assure avec son épouse, Hélène Delaroche.

Entre autres, le vaste chantier de l’église Saint-Pierre de Chaillot, et surtout son intervention en 1946 pour le décor de l’église des Saint-Anges-Gardiens à Saint-Maurice.

« L’ampleur de la conception de la nef, qui en multiplie la dimension spirituelle, la grâce candide et maternelle des fonts baptismaux font de cette église un haut lieu, généreux, sous la domination du grave registre d’ocre rouge, de terre brune, d’ocre jaune et de bleu » soulignait Roger Chastel, en 1969, à l’occasion de son installation comme membre de l’Académie des Beaux-Arts.

Pour Bruno Foucart, Professeur honoraire à l’université de Paris IV-la Sorbonne, « la redécouverte, disons plus carrément la quasi-découverte de l’église des Saints-Anges Gardiens à Saint-Maurice et de son décor pourrait bien replacer Nicolas Untersteller parmi les artistes majeurs des années 1930-1960. Le Prix de Rome de 1928, le fils dévoué à sa native Lorraine et à la geste Wendel, le chef d’atelier à l’école des Beaux-Arts puis son directeur à vie, l’académicien avaient installé Untersteller dans une réputation qui ne correspond en rien à son action et à la réalité de sa création, faites d’énergie et d’inventivités ».

Plus d’infos sur www.charentonlepont.fr


2 réflexions au sujet de « Nicolas Untersteller : un Prix de Rome à Gravelle – Espace art et liberté à Charenton-le-Pont »

  1. A noter, une conférence sur le thème de l’exposition dans le lieu d’exposition le 3 octobre à 16 heure, entrée libre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.