E. Mansfield, L’Ecole du regard dans Les Yeux d’Elsa d’Aragon et dans Les Yeux fertiles d’Eluard

Paris : Thélès, 2009. 177 p.

Présentation de l’éditeur :

Éric Mansfield est docteur es lettres. Il nous fait partager les résultats de ses recherches, en faisant une étude thématique et comparative, dans le cadre de l’entre-deux guerres, à propos de L’École du regard dans Les Yeux d’Elsa d’Aragon et dans Les Yeux fertiles d’Éluard.
Il montre l’importance de ces deux oeuvres, dans le contexte d’effondrement et de débâcle, de division que connaît la France. Les Yeux d’Elsa constitue au sens symbolique, une tentative de rassemblement et de re-construction identitaire, politique, à travers un regard poétique qui puise dans les ressources du passé et de l’avenir, à travers le mythe et les valeurs de courage, de partage et d’abnégation. Le poète comme l’artiste doit procéder à l’éducation de son regard. Si le regard est au centre de la problématique aragonienne et éluardienne, la femme devient foyer de lumière, le regard devenant l’opération tellurique et le lieu de captation de la lumière.

Plus d’infos sur: www.theles.fr


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.