Au Sud d’Eden, des Américains dans le sud de la France (1910-1945)

de Jocelyne Rotily aux éditions ACFA

1910-1940 : Quel grand écrivain ou artiste américain n’a pas un jour poussé son voyage transatlantique du côté de la Provence et de la Côte d’Azur ? Toute la bande de la «génération perdue» s’y est donnée rendez-vous: Dos Passos, Hemingway et Fitzgerald qui ont fait d’Antibes leur terre de plaisirs ; chaque été, ils se retrouvaient dans la «villa America» du peintre et dandy Gerald Murphy, enfant chéri de Picasso et de Fernand Léger, et dont Fitzgerald fit le héros de Tendre est la nuit. Le Sud polarisa les grands marginaux et rebelles de l’Amérique du XXe siècle. Voir l’écrivain afro-américain Claude McKay qui, promu par les Cahiers du Sud de Jean Ballard, a écrit à Marseille l’un de ses romans phares : Banjo ; ou John Reed qui découvrit en Marseille une ville «romantique», «splendide» et «virile». La région entière est fréquentée par des artistes pour qui la nature est restée une fabuleuse machine créatrice: On y voit William Glackens, le Renoir américain ; le synchromiste Stanton Macdonald-Wright ; Marsden Hartley hanté par la Sainte-Victoire de Cézanne ; mais aussi Man Ray qui descend sur Marseille pour sa Canebière populaire et bruyante aux couleurs orientales, et son pont Transbordeur, symbole de modernité. Pour ces créateurs, le Sud rime avec Eden. Ils y trouvent une sensation de liberté que leur refuse l’Amérique puritaine, du soleil à profusion, des contrastes de couleurs assourdissants, une nature quasi intacte, et un mode de vie méditerranéen «à l’antique». Lorsque, brutalement, le paysage s’assombrit. 14-18 : le Sud fait figure de refuge : Au Cannet, Morgan Russell, l’ami de Blaise Cendrars, délaisse pour un temps ses recherches synchromistes pour interroger les maîtres de la Renaissance italienne ; à Nice, Alexander Archipenko sculpte de jeunes femmes au bain dans un langage moderniste sans précédent. Année 1940 : le Sud, devenu zone libre, se transforme en une terre de transit où espoir et désespoir se côtoient. Entrent alors en scène, des personnages à l’étoffe de héros qui mettront leur vie en péril pour sauver des artistes et intellectuels pourchassés par les nazis. Ces héros sont : Varian Fry et son extraordinaire équipe du CAS ; ou bien encore Hiram Bingham. Leur champ d’action sera Marseille. Et tout se finit ou recommence avec Jim Harrison qui semble rouvrir la route du Sud. Depuis la tragédie du 11 septembre, il a encore plus de raisons d’y venir : «Quelle meilleure idée», écrit-il, «que de faire un voyage en France et de lutter contre le terrorisme avec de l’ail et du vin rouge ?» Doit-on dès lors s’attendre à une nouvelle migration artistique ?

Une documentation largement inédite issue des archives américaines (Archives of American Art), US Holocaust Memorial Museum à Washington D.C, National Archives, MOMA) et françaises (Bibliothèque de l’Alcazar et Archives départementales à Marseille…)

L’AUTEUR : Jocelyne Rotily (née à Marseille) est historienne de l’art américain. Elle a enseigné à l’Université de Provence, à Harvard University, à New York University et Columbia University (Paris). Elle est l’auteur de «Artistes Américains à Paris, 1914-1940», paru chez l’Harmattan, et de nombreux articles publiés dans «l’Infini», «Critique», «La Gazette des Beaux-Arts», «Le Bulletin célinien», et «les Mélanges de l’École de Rome». Elle a reçu le soutien de plusieurs grands instituts étrangers dont : la Smithsonian Institution (Archives of American Art) , la Fondation Roberto Longhi, L’École française de Rome, ou la Fondation Singer-Polignac. Ses principaux domaines de recherche sont : les relations culturelles franco-américaines et les arts américains (et afro-américains) du XXe siècle.

ISBN : 2-9524259-0-6
Prix : 25 €
244 pages
24 illustrations
Format 16 x 24

LES ÉDITIONS ACFA :
23, avenue Guy de Maupassant
13008 Marseille
Tél : 33 (0)4 91 71 70 08
Fax:33 (0)4 91 77 98 08
Email : acfa1@aliceadsl.fr
livre aussi disponible sur amazon et autres librairies online.


2 réflexions au sujet de « Au Sud d’Eden, des Américains dans le sud de la France (1910-1945) »

  1. Je suis intéressée par tout ce qui touche aux Américains dans le Sud, de Marseille à la frontière italienne…les groupes artistiques, les relations avec les artistes français,(Ecrits, peinture, architecture…), les traces de leurs séjours, leurs villas à visiter aussi bien à Nice que sur toute la côte. Merci de me répondre. Mon N0 04 94 62 68 34.

  2. Madame Vannuci, bonjour,

    Je vous conseille dans ce cas là de vous mettre en relation avec l’auteur. Voici l’adresse e-mail de l’éditeur de l’ouvrage qui m’avait transmis l’information:

    « Association culturelle France-Amérique » : acfa1@aliceadsl.fr

    Bien cordialement,

    Céline De Potter
    Université de Lille 3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.