Cycle de conférences “Retours à l’ordre ?” proposé par Catherine Fraixe à l’ENSA de Bourges du 25 novembre 2009 au 2 juin 2010

Retours à l’ordre ?

La modernité a longtemps été associée à l’idée de progrès. Dès la fin du XIXe siècle, cependant, de nombreux écrivains, philosophes, artistes en appelèrent une autre type de modernité, antimatérialiste, antimoderne, qu’on peut décrire comme une modernité réactionnaire. Ce cycle de conférences se propose d’examiner le contexte d’apparition de formes d’art moderne conçues en opposition à la modernité des Lumières et qu’il faut distinguer d’un antimodernisme opposé par principe à tout langage contemporain. Il sera ainsi question de l’ Art nouveau dans le contexte de flambée du nationalisme de l’Affaire Dreyfus ; de l’idée de catastrophe comme condition du retour à l’ordre chez Ernst Jünger ; de l’architecture comme remède à la révolution dans les théories de Le Corbusier ; du mythe de la violence purificatrice chez les futuristes italiens ; de l’ordre révolutionnaire rêvé par les vorticistes ; du basculement des avant-gardes dans le camp du fascisme, etc. Il s’agira enfin de nous interroger sur les métamorphoses des « anti-Lumières », et de demander à des acteurs de la scène artistique contemporains d’analyser l’idée de retour à l’ordre aujourd’hui.

Calendrier:

25 nov : Rossella Froissart – Ordre et tradition dans l’Art nouveau

02 déc : Éric Michaud – “Le moment dangereux” ou le retour à l’ordre selon Ernst Jünger.

09 déc : Maria Stavrinaki – Architecture, Guerre, Révolution (1870-1918) : Le Corbusier commente l’architecture allemande.

06 jan : Serge Milan – Le Futurisme comme mythe sorélien.

20 jan : David Monteau – Le retour du classicisme par l’abstraction dans la peinture vorticiste.

03 fév : Lucia Piccioni – La propagande artistique de Mussolini.

03 mars : Carmen Popescu – De l’ambiguïté de la tradition : nationalismes et modernité dans le discours artistique des Balkans de l’entre-deux-guerres

10 mars : Sophie Triquet – Des artistes pour la Falange ? Orientations artistiques d’un fascisme espagnol autour de 1933.

2 juin : Sylvie Blocher- La violence, c’est le lisse.

Une exposition en lien avec le cycle de conférences  à la galerie la Box du 21/01/10 au 20/02/10:

Les artistes italiens au service de la propagande fasciste. Les dons d’œuvres italiennes aux musées français (1932-1936)

Vernissage le jeudi 21 janvier à 18h

Avec Benedetta, Borletti, Borra, Brayer, Calvani, Campigli, Carra, De Pisis, La Monaca, Maraini, Oppo, Pampolini, Severini, Sironi, Tosi, Tozzi

Plus d’informations: www.ensa-bourges.fr


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.