AC/CFP: Lectures postcoloniales de la Grande Guerre (table ronde), Rutgers University (New Brunswick)

42nd Annual Convention, Northeast Modern Language Association (NeMLA)

SESSION ID : 11201 / Areas: French and Francophone; Canadian

April 7-10, 2011

New Brunswick, NJ – Hyatt New Brunswick

Host Institution:  Rutgers University

Deadline:  September 30, 2010


Présentation par les organisateurs:

« Il est une évidence : l’armée coloniale de la France a participé plus qu’activement à la Première guerre mondiale (le « mythe » des « tirailleurs sénégalais », abondamment illustré, est là pour en témoigner). Toutefois, il est surprenant de constater que les troupes « indigènes » sont réduites à la portion congrue dans la littérature francophone de/sur la Grande Guerre : Pierre Schoentjes, dans son Fictions de la Grande Guerre (Paris, Garnier, 2009) ne peut que le constater, en dépit d’un chapitre « postcolonial » consacré aux « forces noires ». Or les historiens de la dernière décennie se sont attachés à rendre justice à ces « armées de la plus Grande France » : le « postcolonial » rattrape en effet aussi les domaines qui semblent exclus de sa juridiction primitive, comme la Première guerre mondiale. Mais de fait, cette guerre « mondiale » le fut aussi car elle a engagé des empires « coloniaux » : nous voudrions donc dans cette table ronde interroger la présence, dans la fiction francophone de ces dix dernières années, de cette plus « Grande France ». Chaque film de la Grande Guerre intègre désormais sa scène « avec tirailleurs » (ainsi des Fragments d’Antonin), et on pourrait se demander que penser de cette « couleur locale » que l’on peut imaginer seulement politiquement correcte. Mais la tension entre centre et périphérie est aussi perceptible dans d’autres textes : « l’Empire », « strikes  back » aussi, chez Aziz Chouaki (Les coloniaux, 2006). Enfin, on pourrait se questionner sur cette extension de l’Empire, dans la mesure où l’engagement des francophones du Québec est aussi mis en question dans Les frères ennemis de Jean Mohsen Fahmy. C’est donc cette postcolonialité à rebours que nous voudrions interroger ici, autour de la Grande Guerre, sentie comme prétexte de l’affirmation, ou de la tension identitaires.

Le postcolonial a « envahi » la littérature francophone de ces dernières décennies. Or, un évènement tel que la Première guerre mondiale peut-il être « postcolonialisé » ? Quelles sont donc les modalités du traitement de la Première guerre mondiale en littérature, dans notre ère (post)-postcoloniale? Ainsi, le centre en est-il resté à la bravoure, la sauvagerie, la couleur locale? La périphérie fait-elle de la première guerre du siècle postcolonial un lieu d’affirmation identitaire?

Please submit 300-word abstracts in English or French to Corinne François-Denève, corinne.francois@uvsq.fr

Deadline:  September 30, 2010

Corinne François-Denève, UVSQ, corinne.francois@uvsq.fr, CHCSC, EA 2448, Université de Versailles-Saint-Quentin, 5/7 boulevard d’Alembert, 78047 VERSAILLES CEDEX, FRANCE.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.