« Le monde cruel d’Erich Chlomovitch », documentaire-fiction d’Amaury Chardeau et Jean-Philippe Navarre, sur France Culture le 28 juin 2010 à 17h

Présentation sur le site de France-Culture:

« C’est l’un des mystères les mieux gardés de l’histoire de l’art contemporain et que relance la vente prévue ce 29 juin chez Sotheby’s à Paris.

En 1946, un employé de la Société générale constate que l’un des coffres de l’agence de la Bourse à Paris semble abandonné. L’ensemble est placé sous séquestre le temps que son propriétaire – un individu enregistré en 1939 sous l’identité d’ « Erich Chlomovitch » – ne réapparaisse.

La prescription trentenaire écoulée, on procède à l’effraction réglementaire dudit coffre : à l’intérieur, une impressionnante collection de toiles et dessins de maîtres : plus de 150 œuvres signées Renoir, Degas, Matisse, Derain ou Picasso ! La banque décide de mettre en vente les œuvres afin de se régler les 31 000 francs d’arriérés de location.

Le 16 mars 1981, les plus grands collectionneurs du monde s’apprêtent à converger vers Paris et l’hôtel Drouot pour l’une des plus retentissantes dispersions d’art du vingtième siècle : la « vente Erich Chlomovitch – provenance Ambroise Vollard ». Les experts ont en effet déterminé qu’une partie des œuvres – certaines d’une qualité exceptionnelle à l’image des Chênes lièges de Derain ou du Guitariste espagnol de Matisse – sont passées entre les mains d’Ambroise Vollard, le pape parisien de l’impressionnisme du début du XXe siècle.

Mais qui était donc ce Chlomovitch,  jeune Serbe fou d’art, débarqué en 1939 à Paris sans argent ni recommandation, pour avoir réussi en quelques mois à approcher le plus grand marchand d’art de son temps ainsi que la plupart des peintres majeurs de cette époque ? Comment avait-il obtenu ces œuvres ? Mort en 1942, gazé par les nazis sur un parking de Belgrade, Erich Chlomovitch a emporté avec lui  nombre des clés de ce mystère.

A la veille de la vente de 1981, la justice française a été saisie et fait annuler l’événement. Le 29 juin 2010, à l’issue de trente ans d’enquêtes et de procédures judiciaires, cette collection sera finalement dispersée dans les salons parisiens de Sotheby’s. Mais le mystère Erich Chlomovitch, lui, reste entier. Et ce secret est d’autant plus brûlant qu’une autre partie de son trésor repose toujours dans les sous-sols du musée national de Belgrade…

Avec : David Laufer, écrivain et journaliste ; Jean-Paul Morel, historien ; Hélène Sébastien, héritière d’Ambroise Vollard ; Jacques Lenormand, commissaire priseur ; et David Albahari, écrivain, cousin lointain d’Erich Chlomovitch.

Avec les témoignages de Daniel Wildenstein, Dina Vierny, Otton Gliha, Predrag Milosavljevic, Sreten Maric, lus par Didier Douet, et avec Milosh Krivokapic dans le rôle d’Erich Chlomovitch.

Remerciements à Thomas Bompard (Sothebys), Anne Roquebert, Maryline Assante, Natacha Vesnitch, à Wanda de Guébriant et les archives Matisse, Sava Marc Andjelkovic, et à tous ceux qui m’ont apporté leur aide.

Production : Amaury Chardeau. Réalisation : Jean-Philippe Navarre »

Plus d’infos: www.franceculture.com


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.