Expo: “Nus en quête d’idéal : l’érotisme de Marcel Gromaire”, du 10 novembre 2010 au 20 février 2011 au Musée des Années 30 à Boulogne-Billancourt

Présentation de l’exposition par le musée

“Première exposition organisée depuis près de 30 ans sur l’un des peintres français les plus célèbres de la première moitié du XXe siècle, dont la thématique du nu parcourt la totalité de l’œuvre peint, dessiné et gravé entre 1920 et 1960.

Si l’art de Gromaire est le plus souvent associé à son engagement social et politique qui fait sa renommée dès l’entre-deux-guerres, une part pratiquement méconnue de son œuvre apparait aujourd’hui comme l’une des plus audacieuses tentatives d’érotisme dans l’art du XXe siècle.

Prêtées généreusement par le musée d’Art moderne de la Ville de Paris, le musée du Dessin et de l’Estampe originale de Gravelines (conservant tout l’œuvre gravé de l’artiste) et de nombreuses collections particulières, une centaines de peintures, dessins et eaux-fortes, témoignent de l’obsession de l’artiste d’aboutir grâce à la sensualité de nus féminins, à des compositions reflétant sa quête d’idéal et d’abstraction de la forme représentée.”

« Quoi de plus émouvant que la ligne de ce corps de femme qui, des jambes, tourne autour des hanches, creuse le dos, gagne l’épaule et se poursuit le long de ce bras allongé ? Quoi de plus sensible que ces seins, à peine éclairés de crayon bistre, et qui, pour être vivants, n’ont même pas besoin de couleur ? »
Jacques Guenne, à propos de La Toilette, « Portrait d’artiste, Marcel Gromaire », L’Art vivant, mai 1926, p. 378-383

« Aucun nu, aussi abstrait soit-il, ne devrait manquer d’éveiller chez le spectateur un soupçon d’émoi érotique, fût-il imperceptible, sans quoi l’art est trahi et devient immoral. »
Kenneth Clarke, Le Nu, vol. 1, 1969, p. 27

« Il y a encore quelques imbéciles pour croire au nu chaste. »
Gromaire, Peinture, 1921-1939, Denoël-Gonthier, 1980, p. 128

« Ses nus s’écartent du modèle pour se rapprocher d’une idée qui reste liée à la chair et à la substance. »
Paul Fierens, « Les tendances expressionnistes et la génération de 90 », L’Amour de l’art, avril 1934, p. 331-336

« La chair, c’est le concret […] Lui seul révèle l’abstrait. »
Gromaire, Peinture, 1921-1939, Denoël-Gonthier, 1980, p. 143

« L’art (même celui des enfants et de l’âge des cavernes) est abstrait, toujours, dans ses moyens ; mais je crois que sa fin doit être une forme de concret. »
Marcel Gromaire, « Lettre à Bazaine, juillet 1942 » in Marcel Gromaire, musée d’Art moderne de la Ville de Paris, 1980, p. 159

« Leur taille, étrangement amincie, s’allonge avant que ne réapparaisse le primitivisme voluptueux et massif des hanches et des jambes : cette structure rappellerait volontiers certaines idoles nègres. »
Jean Cassou, Marcel Gromaire, 1925, repris dans Brefs écrits sur l’art, éd. Mercure de France, 1999, p. 52

« Gromaire reconstruisait les femmes comme des cathédrales. »
Georges Boudaille, Les Lettres françaises, 21 avril 1971, cité dans cat. expo. Gromaire, 1980, p.166

« J’ai un tel amour de la forme dans sa plénitude vivante que je ne suis jamais content de ce que je fais… »
Marcel Gromaire, « Lettre de Gromaire à Girardin, août 1921 », in Marcel Gromaire, musée d’Art moderne de la Ville de Paris, 1980, p. 143

L’art « est une divination de la force vitale […] il y a toujours dans l’art le meilleur, quelque chose de barbare, quelque chose de la poussée des menhirs, de la violence des idoles. »
Marcel Gromaire, Peinture, 1921-1939, Denoël-Gonthier, 1980, p. 155

« Laissons le rêve où il se trouve, dans le réel – Rêvons tout éveillés. »
Marcel Gromaire, Peinture, op. cit. p. 89

Parcours de l’exposition

Marcel Gromaire use, d’un nu à l’autre, des mêmes concepts qui structurent son oeuvre. Ses nus plantureux et géométriques ne varient que sur deux éléments : la couleur de la chevelure et les poses des modèles. Celles-ci ont été retenues pour la scénographie de l’exposition. Les poses étudiées par Gromaire deviennent autant d’exercices de style pour mettre en scène l’érotisme. Chez l’artiste, le nu rencontre autant de variations que le corps humain peut prendre de poses intimes et érotiques. L’exposition débute sur une présentation de l’artiste et ses modèles, puis décline les poses, debout, allongé, mais aussi assis ou encore de dos.
La dernière section expose des nus du M-A30, où des oeuvres de La Patellière, Zinovief, Marchand, Gruber ou Souverbie permettront d’établir un contrepoint sur la thématique du nu dans l’entre-deux-guerres.

Animations

Visite thématique Nus en quête d’idéal : l’érotisme de Marcel Gromaire, mardi 7 décembre à 13h, sans rendez-vous.

Visites guidées sur réservation aux 01 55 18 54 40 / 46 64.

Interprétation musicale par Eric Sanrens, joueur de hang, les dimanches 21 novembre et 5 décembre à 15h et 16h.

Lecture de littérature érotique, samedi 29 janvier à 16h30 sur réservation aux 01 55 18 54 40/46 64.

Plus d’informations: www.annees30.com


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.