Expo: “Montparnasse années 30, éclosions à l’Académie Ranson” du 16 octobre 2010 au 16 janvier 2011 au Palais du roi de Rome à Rambouillet

Présentation de l’exposition:

“Autour de deux professeurs indépendants, le peintre Bissière et le sculpteur Malfray, ces élèves s’imprègnent là du savoir, du charisme des maîtres et aussi des courants modernes ambiants, surtout du cubisme et du surréalisme. Ce lieu fait alors partie de l’ensemble des académies dites « libres » par opposition à l’enseignement officiel de l’École des Beaux-arts, comme les ateliers créés par André Lhote et Fernand Léger dans les années 20.

L’académie Ranson est aujourd’hui considérée comme l’un des lieux d’origine majeurs de l’art non figuratif de l’après-guerre. Et l’on peut souligner comme une rareté l’émergence jusqu’à la notoriété, dès les années 50, de tant d’artistes issus du même enseignement.

Des œuvres inédites

Si plusieurs institutions comme le Musée national d’art moderne – Centre Georges Pompidou, les musées de Lyon, de Dijon, de Vannes, d’Abbeville, de Meudon se penchent actuellement sur l’étude de ces peintres et sculpteurs, cette exposition permet d’appréhender leur jeunesse, à travers la présentation d’œuvres très peu connues car conservées, pour nombre d’entre elles, dans les fonds d’ateliers des artistes.

Véritable découverte, à travers plus d’une centaine de documents, de peintures et de sculptures pour beaucoup surprenantes au vu des œuvres de la maturité généralement présentées, l’exposition permet ainsi de comprendre le parcours des artistes. La confrontation de leurs œuvres de jeunesse soulignera également l’émulation qui bénéficiait à chacun. Puis une sélection d’œuvres des années 50 invitera à rechercher pour les uns et les autres la continuité ou la rupture avec l’enseignement reçu.

Au-delà d’un lieu de formation, l’académie Ranson a suscité des liens à la fois affectifs et plastiques extrêmement forts et durables entre tous ces artistes, chacun suivant néanmoins sa propre voie.

Leurs descendants, aujourd’hui liés par ces souvenirs communs, ont tenu à accompagner le projet aux côtés de collections publiques comme le MNAM, le FNAC et plusieurs autres musées de France.”

Du mercredi au dimanche, de 14h à 18h. Entrée libre.

A l’occasion de l’exposition, diffusion de films monographiques:

La Ligne et le Doute, Portrait du sculpteur F. Stahly par Philippe Lefranchi, 1996, 52 min. Production de la Lanterne, participation CNC

Arcanes et demeures, Portrait du sculpteur Etienne-Martin par Daniel Le Comte, 1989, 51 min. Accord, FR3, participation du cnap, Diffusion : Images de la Culture

Roger Bissière ou le regard du cœur, Pavlowitch Paul et Annie, 1990, 18 min. Ecran Sud, Toulouse (Prix de la démarche artistique, Festival International du Film d’Art de l’Unesco, 1992).

Le Moal, Claude Guibert, 2000, 13 min, Encyclopédie audiovisuelle de l’art contemporain.

Les Offrandes d’Alfred Manessier, Gérard Raynal, 1992, 52 min. Soleluna Films, France 3, participation CNC, Procirep.

Les samedis et dimanches, de 15h à 17h.

Conférences:

Sur les thèmes de l’enseignement artistique à Paris dans les années 30 et l’exposition internationale des arts et techniques en 1937.

Entrée libre – Renseignements auprès du palais du roi de Rome.

Tous les samedis, à 15h

Plus d’infos: http://www.rambouillet.fr/Exposition-Ranson.html


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.