Archives de catégorie : Publications

Présentation publique du “Répertoire des expositions françaises entre 1900 et 1950” et du “Répertoire de cent revues francophones d’histoire et de critique d’art dans la première moitié du XXe siècle” ce mardi 19 juin 2012 à l’INHA (Paris)

18h

Salle Giorgio Vasari

2, rue Vivienne

75002 Paris

Depuis 2008, l’équipe de recherches “Histoire de l’histoire de l’art” de l’INHA a entamé, sous la direction d’Anne Lafont, une réflexion sur l’historiographie, les modalités et les présupposés idéologiques de l’histoire de l’art au cours du premier XXe siècle. Entre 1900 et 1950 la discipline se structure en effet autour de deux formes de discours produits et assumés de manière collective : les expositions muséales et les périodiques spécialisés.

Ce projet a ainsi donné naissance à deux outils de recherches, sous la forme de bases de données conçues comme des pendants, qui seront mises en ligne sur le site web de l’INHA au sein d’Agorha (Accès Global et Organisé aux Ressources en Histoire de l’Art) le 19 juin 2012 : le Répertoire des expositions en France entre 1900 et 1950 et le Répertoire de cent revues francophones d’histoire et de critique d’art de la première moitié du XXe siècle.

Au-delà d’une approche quantitative, ces deux outils entendent contribuer à cerner les enjeux épistémologiques et sociaux, institutionnels et intellectuels d’une histoire de l’art qui se professionnalise ; plus largement, ils s’inscrivent dans la perspective d’une histoire des arts englobante, questionnant au même titre les œuvres et les pratiques.

Plus d’infos: www.inha.fr

Publication: Cahier Michel Leiris n°3, s.d. S. Côté et J.-S.Gallaire, Paris, mai 2012

entretien
Michel LEIRIS – Leiris, Miró et le 45 rue Blomet

critique
William JEFFETT – Masson et Leiris De la peinture considérée comme une tauromachie
Lucile GOBET – Leiris main à plume
Marc VERLYNDE – Une théologie du chromatique
Joseph MWANTUALI – Poésie et mystique du langage
Philippe SABOT – La possession et ses aspects littéraires

contexte
Jean-Max TOUBEAU – Une conversation bien tempérée
Louis HINCKER – Tombes des ancêtres
Marianne BERISSI – Leiris et Benjamin
Matt RUSHton – L’étrange cas du cochon de lait
Serge DEWEL – Culte des zar en Abyssinie

traduction
Eden VIANA MARTIN – A idade viril Un livre-acte
Sébastien CÔTé, Eden VIANA MARTIN – Traduire L’Afrique fantôme, suivi de « Le langage de Leiris est un défi » entretien avec Florencia Ferrari

théâtre
Geneviève ROSSET-MERCIER – Michel Leiris à Gondar, précédé de « Une partition musicale à construire » entretien avec Geneviève Rosset-Mercier

Les éditions les cahiers publient des cahiers consacrés à Antonin Artaud, Georges Bataille, Laure (Colette Peignot) et Michel Leiris. Chaque numéro rassemble une diversité inédite d’articles, d’entretiens, de témoignages, de créations littéraires et d’iconographies qui offre, par les horizons pluriels de ses participants, une lecture singulière, contemporaine, de l’écrivain et de son oeuvre étudiée.

mai 2012 ★ 35 € ★ 16,5×24 cm ★ 272 p. ★ ISBN 978-2-9534806-2-7

Plus d’infos sur: www.editionslescahiers.fr

 

Publication: “Paul Nougé, une poésie au coeur de la révolution”, par Geneviève Michel, Peter Lang et AML editions, Bruxelles, 2011

“Cet ouvrage est une plongée précise dans la rigueur du projet poétique d’un des écrivains les plus radicaux et les plus cohérents du XXe siècle, le surréaliste belge Paul Nougé (1895-1967). Il présente une analyse minutieuse de l’ancrage politique de ses choix et de sa trajectoire dans l’histoire du premier demi-siècle et le dégagement d’éléments que l’on peut considérer comme un passage de témoin aux situationnistes.
Cherchant à mettre en lumière la façon dont Nougé conçoit son engagement révolutionnaire à travers l’écriture, l’auteure éclaire plus précisément la singularité du groupe surréaliste de Bruxelles, notamment par rapport aux proches de Breton.
Un recours attentif aux hypotextes permet de démonter la logique d’intervention du poète bruxellois, et donne lieu à d’importantes découvertes sur sa pratique de l’écriture et de la réécriture, qui, à certains égards, préfigure le détournement des situationnistes. Au fil de cette analyse, menée de façon strictement chronologique, se dessinent presque naturellement plusieurs grandes phases dans une oeuvre qui, en dépit de son éclatement, était jusqu’ici considérée comme monolithique en raison de sa cohérence profonde.
Un travail de fond au coeur d’une démarche foncièrement rétive aux récupérations dont le surréalisme fait l’objet. Un travail essentiel qui constitue un préalable à l’étude de textes proprement dite.”

Contenu : Rapports des surréalistes bruxellois avec le Parti communiste – Rapports entre Les Lèvres nues et l’Internationale lettriste – Comparaison entre surréalisme français et bruxellois – Surréalisme et méthode – Vie quotidienne et lieux communs – Travail de l’écriture – Poésie et révolution – Problématique et pratique de la réécriture et du détournement – Mise en perspective chronologique, historique et méthodologique des écrits de Paul Nougé.

Peter Lang et AML Editions (Coll. Documents pour l’Histoire des Francophonies/Série Europe”), 2011, 421 pages, ill. en n/b, format 13 x 21 cm, ISBN 978-90-5201-618-4 – Prix public : 44,50 euros

Prix triennal Langue et Littérature Joseph Hanse de l’Association Charles Plisnier 2011

L’animateur d’art Paul-Gustave Van Hecke à l’honneur en Belgique durant le premier semestre 2012

PAUL-GUSTAVE VAN HECKE ET L’AVANT-GARDE

Paul-Gustave Van Hecke (1887-1967) fut à la fois critique d’art, collectionneur, marchand, galeriste, couturier, poète, cinéaste, homme de théâtre et acteur politique. A la pointe de toutes les avant-gardes, ce véritable animateur d’art a défendu l’expressionnisme belge et international, le dadaïsme et le surréalisme. Il organisa entre autre le second groupe de l’exposition L’Art belge au Musée de Grenoble en 1927.

Pour rendre hommage à Van Hecke, trois musées ont décidé d’éclairer cette personnalité hors du commun au travers de projets variés et complémentaires:

Herinnering aan een zondag: P.-G. Van Hecke en de kunstenaars in de jaren 1920

Deurle, Museum Dhondt-Dhaenens, 22.01 – 01.04.2012

www.museumdd.be

Grenoble 1927: un panorama de l’art belge

Drogenbos, FeliXart Museum, 29.01 – 27.05.2012

www.felixart.org

L’animateur d’art Paul-Gustave Van Hecke (1887-1967) et l’avant-garde

Cahiers des Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique, n°12, Bruxelles, mars 2012

www.rmfab.be

Publication: CAHIERS BATAILLE n°1, Paris, novembre 2011

Ouverture

Michel SURYA – Nul ne sait au juste…

Claude MINIÈRE – Par delà la poésie

Entretien

Christian PRIGENT – Retour à Bataille suivi de Du désir de littérature

Contexte

Michel SURYA – Felix culpa (Discussion sur le péché)

Frédéric ARIBIT – Autopsie du Cadavre

Kuniyoshi KANEKO – Esprit d’enfance : Georges Bataille

Critique

Koichiro HAMANO – Introduction du Bleu du ciel

Jean-Louis CORNILLE – Bataille entre boudoir et bibliothèque

Chiara DI MARCO – « Moi, j’existe » Connaissance et existence

Jean PIERROT – Bataille et le sensible

Georges SEBBAG – Breton, Bataille et la guerre d’Espagne

Muriel PIC – Le péril de l’incommensurable

Dominic MARION – Figuration et irreprésentable : à propos d’une économie du non-savoir

Felice CIRO PAPPARO – Rien ou la langue des formes

Vincent TEIXEIRA – L’œil à l’oeuvre : Histoire de l’œil et ses peintres

Inédit

George BATAILLE – Définition de l’hétérologie

 

COMITÉ D’HONNEUR :
Julie Bataille, Denis Hollier, Christian Prigent

COMITÉ DE PUBLICATION
Jean-Sébastien Gallaire, Vincent Teixeira

COMITÉ DE LECTURE
Elisabeth Bloomfield, Gilles Ernst, Marina Galetti, Sylvain Santi, Milo Sweedler, Laurent Zimmermann

Les éditions les cahiers publient des cahiers critiques consacrées à un écrivain de langue française. Chaque revue rassemble une diversité inédite d’articles, de témoignages et d’iconographies qui offre, par les différents horizons de leurs auteurs, une lecture singulière et contemporaine de l’oeuvre commentée.

35 € – 16,5×24 cm – 280 pages

ISBN : 978-2-9534806-1-0

Novembre 2011

Publication: “Leoš Janáček, Jean Sibelius et Ralph Vaughan Williams, un cheminement commun vers les sources”, par James Lyon, éditions Beauschene, Paris, 2011.

Présentation par l’éditeur:

“Pour la première fois, le Tchèque Leoš Janáček (1854-1928), le Finlandais Jean Sibelius (1865-1957) et l’Anglais Ralph Vaughan Williams (1872-1958) sont mis en perspective dans le même ouvrage. En effet, ces trois compositeurs – chacun avec sa personnalité bien affirmée – ont tissé des liens avec les sources orales du chant entonné par le peuple. L’étude commune et conjointe de leurs itinéraires s’est avérée stimulante tant les répertoires mélodiques de leurs mondes sonores est d’une richesse émouvante. Les trois hommes ont vécu pratiquement à la même époque.

Ils ont été confrontés aux tragédies de leur temps et y ont répondu en s’engageant personnellement dans la recherche de trésors dont ils pressentaient la proche disparition.

Héritiers naturels de William John Thoms (1803-1885), le créateur du mot Folk-Lore (« savoir du peuple »), en 1846, ils ont réussi à l’incarner à partir de l’expérience de leurs collectes fécondatrices de leurs musiques.

Cet ouvrage s’intéresse non seulement aux parcours biographiques de Janáček, Sibelius et Vaughan Williams mais aussi à leur conception philosophique du langage musical. Hommes de culture aux sens arnoldien et diélien du terme, ils ont compris la relation intime entre la psychologie, l’hymnologie et le processus créateur. En approchant les hommes et les femmes des campagnes, en s’appropriant leurs mélodies spontanées, témoignages de l’histoire d’une nation, et en les intégrant dans leurs oeuvres, ils se sont incorporés eux-mêmes dans l’éternel cheminement vers les sources. Un itinéraire biographique croisé introduit le propos avant trois parties distinctes consacrées à chacun des compositeurs.

Chaque partie comprend un chapitre consacré au chant populaire et deux autres dédiés à quelques partitions emblématiques de Janáček, Sibelius, et Vaughan Williams. Un dictionnaire biographique de quatre cent soixante-dix-sept entrées complète et conclut ce livre. Il est constitué de noms tchèques, finlandais et anglais, d’auteurs divers, musiciens, folkloristes, hymnologues, écrivains, poètes, historiens, hommes d’église, philosophes, théologiens, contemporains des trois auteurs traités, dont le rôle a été prépondérant pour ce qui concerne l’établissement et la préservation de la culture respective de la Moravie, de la Finlande et de l’Angleterre.”

EAN/ISBN : 9782701015958

Nb de pages : 720 p

Prix de lancement jusqu’au 28/02/2012 : 59,00 €

ensuite : 79,00 €

Plus d’infos: www.editions-beauschesne.com

 

 

Publication: “Parigi era viva, La capitale dell’arte nel ventesimo secolo”, par Gualtieri di San Lazzaro, s.d. Luca Pietro Nicoletti, éditions Mauro Pagliai, Florence, 2011

Présentation par l’éditeur:

“È la lunga autobiografia, raccontata “in terza persona” sotto lo pseudonimo di Silvio, di un celebre editore e critico d’arte, nonché gallerista, uno spaccato della sua vita parigina vista da un’angolazione particolare, in cui le ragioni estetiche si mescolano con l’aneddoto e con la descrizione anche umana degli artisti nel loro contesto (lo studio di Kandinsky, le visite a Picasso, le conversazioni con Matisse e con Alberto Magnelli, le incomprensioni con de Chirico). Gualtieri di San Lazzaro (al secolo Giuseppe Papa, 1904-1974) fondò e diresse la rivista «XXe Siècle», pubblicata a Parigi a partire dal 1938, dedicando ogni numero a un diverso tema di arte contemporanea e illustrandolo con grafiche originali di maestri come Arp, Henri Laurens, Miró, Klee, Moore, Marino Marini, Magnelli e Picasso. Edito da Garzanti nel 1948 (Premio Bagutta Opera Prima 1949) e da Mondadori nel 1966, il libro diventa oggi una preziosa testimonianza di un clima culturale e dei suoi protagonisti, raccontati da un testimone diretto e partecipe. Viene qui riproposta l’edizione modificata e accresciuta dallo stesso autore nel 1966.”

© Mauro Pagliai 2011, cm 15×21, pp. 296, br., € 22,00, in preparazione
ISBN: 978-88-564-0166-0

Plus d’infos: www.mauropagliai.it

Publication : “Raymond Abellio, 1907-1986”, tome 1: “Un gauchiste mystique, 1907-1944”, par Nicolas Roberti, éditions L’Harmattan, 2011.

Présentation par l’éditeur:

“Le large éventail des thèmes abordés par Raymond Abellio, a contribué à sa réputation de complexité. Son engagement dans la collaboration durant la Seconde Guerre mondiale aura été une marque d’infamie jusqu’à sa mort. Reste que le cheminement qui l’y a conduit s’avère emblématique d’une dérive qui a touché nombre de militants de gauche dans l’entre-deux-guerres.”

Le tome 2, publié par le même éditeur s’intitule “La structure et le miroir, 1944-1986”.

Plus d’infos: www.editions-harmattan.fr

Publication: “La Femme à la cigarette – Une rencontre avec Otto Dix”, par Marie Gispert, Les Ateliers imaginaires, éditions Scala, Paris, juin 2011

Présentation par l’éditeur:

“Dirigée par Nadeije Laneyrie-Dagen, la collection Ateliers imaginaires propose une autre façon d’écrire l’histoire de l’art. Ces ouvrages se veulent des portraits, des rencontres, ils donnent la parole à des artistes, avec la rigueur historique que l’on peut attendre des auteurs qui sont des spécialistes, et pour des textes qui font aussi la part belle au plaisir de lire. Un cahier documentaire accompagne le récit.

Alors que son célèbre tableau, le Portrait de la journaliste Sylvia von Harden, vient d’être acquis par le Musée national d’art moderne de Paris, Otto Dix invite son excentrique modèle à lui rendre visite à Hemmenhofen, sur les bords du lac de Constance. À son arrivée, le peintre est absent, retenu par des problèmes de douane à Dresde, en RDA. C’est donc les personnes de son entourage qui vont recevoir Sylvia von Harden avant l’arrivée  de Dix lui-même.”

 

ISBN : 978 235988 045 8
Sodis : 9514069
Broché – 14 x 20,5 cm – 176 pages
19 illustration(s)
18,00 € – Juin 2011
Plus d’infos: www.editions-scala.fr

Publication: Olivier Belin, “René Char et le surréalisme”, Paris : Editions Classiques Garnier, 2011.

Présentation de l’éditeur :

“Ce livre se propose de retracer le rapport de René Char au surréalisme: rapport d’abord placé sous le signe du partage de 1929 à 1934, années durant lesquelles s’élabore le chef-d’oeuvre surréaliste qu’est Le Marteau sans maître; rapport ponctué ensuite de débats polémiques que les aphorismes de Moulin premier (1936) ou de «Partage formel» (1942-1943) se chargent de mener; rapport qui prend enfin, après la guerre et jusqu’à la mort du poète, la forme d’une critique nuancée du surréalisme.”

EAN 9782812401886.

626 p.

Prix 83EUR

Source de l’information: Ivanne Rialland

Publication: “Face à face, les acteurs des périodiques illustrés (1890-1940)”, sous la direction de Philippe Kaenel, Editions Infolio, 2011

Présentation de l’éditeur:

“Les relations entre écrivains, journalistes, dessinateurs, illustrateurs ou photographe, sont tantôt complices, tantôt conflictuelles. Elles sont mises en scène de manière exemplaire dans les périodiques illustrés et autres « magazines » qui ont connu un essor sans précédent en Europe entre 1880 et 1940. Les auteurs de ce volume sont des spécialistes passionnés qui viennent soit de la littérature comparée (Evanghélia Stead) ou de la littérature (Hélène Védrine), soit de l’histoire de l’art (Luce Abélès, Laurence Danguy, Philippe Kaenel), de l’histoire (Laurent Bihl, Joëlle Beurier) ou encore de la sociologie (Gianni Haver). Ensemble, ils jettent un éclairage neuf et nuancé sur les dessinateurs de Montmartre, les journaux satiriques allemands, le monde des revues symbolistes et « décadentes », le rôle des photographes durant la Grande Guerre et leurs postures face à l’événement, jusqu’à la Seconde guerre mondiale.

Philippe Kaenel est professeur d’histoire de l’art contemporain à l’Université de Lausanne. Il a contribué à de nombreux ouvrages sur l’affiche, la critique d’art, la caricature, l’imagerie politique, les relations entre médias. Ses dernières contributions : Savador Dali à la croisée des savoirs (Desjonquères, 2006), Bédé, ciné, pub et art : d’un média à l’autre (Infolio, 2006), Les images en guerre : de la Suisse à l’Europe (Antipodes, 2007). Il codirige un projet du Fonds national suisse de la recherche scientifique sur Les usages de Jésus au 20e siècle et divers projets de publications et d’expositions.”

Source de l’information: Evanghelia Stead, Professeur des Universités, Littératures Comparées de l’Europe Occidentale, UVSQ.

Plus d’informations: www.infolio.ch

Publication: “Louis Bouquet, le peintre, le poète et le héros” par Philippe Dufieux aux éditions Liénart, janvier 2011

Présentation par l’éditeur:

“Il est peu d’artistes contemporains qui peuvent s’enorgueillir d’avoir couvert à fresque près de 700 m2 sur les chantiers les plus prestigieux de l’entre-deux-guerres en s’associant la complicité d’architectes de renom. À lui seul, le décor consacré à l’Afrique noire du salon Paul Reynaud du musée des Colonies suffirait à la gloire de Louis Bouquet (1885-1952).
Mais si les grands décors de l’artiste forment la partie la plus visible de son œuvre et firent sa célébrité, le reste de sa production picturale reste en réalité entièrement à découvrir. Il est vrai que Bouquet ne connut jamais de succès de galerie, bien que de nombreuses manifestations individuelles ou collectives aient jalonné sa carrière.
Philippe Dufieux nous invite à suivre l’artiste depuis ses premières œuvres symbolistes et nabies, élaborées sous l’égide de Marcel Lenoir et de Maurice Denis, en passant par la maturation d’un art original et synthétique, jusqu’à son épanouissement sur les vastes surfaces murales offertes par l’architecture au début des années 1930. Peintre, dessinateur, portraitiste, graveur, illustrateur… Symboliste, nabi, cubiste, expressionniste, classique enfin… Son œuvre rassemble en lui toutes ces écoles en les dépassant souverainement.”

Docteur de l’École pratique des hautes études, diplômé en histoire, en histoire de l’art et en sciences politiques, Philippe Dufieux est chargé de mission auprès du Conseil d’architecture, d’urbanisme et de l’environnement du Rhône. Auteur de nombreux travaux sur l’art à Lyon aux XIXe et XXe siècles, il enseigne actuellement à l’École nationale d’architecture de Lyon.


20 x 24 cm, 200 pages, 160 illustrations, broché
38 € – ISBN : 978-2-35906-042-3

Plus d’informations: http://editionslienart.blogspot.com

Publication: Esteban Buch, Denys Riout, Philippe Roussin (dir.), “Réévaluer l’art moderne et les avant-gardes, Paris, Éditions de l’École de hautes études en sciences sociales”, coll. Enquête vol. 9, 2011, 244 p.

Présentation par l’éditeur:

“Spécialistes des arts plastiques, de la photographie, de la musique, de la littérature ou de l’esthétique, proposent une réflexion sur les modes d’attribution de sens et de valeur à l’art moderne et aux avant-gardes historiques.

L’irruption du postmodernisme a favorisé la critique des avant-gardes artistiques du XXe siècle, des idéologies qui les avaient portées et même des œuvres qu’elles avaient produites. Ces mises en cause ont occulté autant que révélé un ensemble de questions théoriques et historiographiques. Que signifie la fin des avant-gardes ? De quelle histoire celles-ci relèvent-elles ? Comment évaluer la force durable des œuvres, indépendamment des discours qui ont accompagné leur création ? Que nous disent-elles de notre modernité ?
Ce livre prolonge l’ultime préoccupation du philosophe Rainer Rochlitz (1946-2002) dans le domaine de l’esthétique : repenser les relations entre l’art, la société et le politique. Réunis initialement au sein d’un séminaire à l’EHESS, les auteurs de ce volume, spécialistes des arts plastiques, de la photographie, de la musique, de la littérature ou de l’esthétique, proposent une réflexion sur les modes d’attribution de sens et de valeur à l’art moderne et aux avant-gardes historiques.”

SOMMAIRE

Avant-propos
Esteban Buch, Denys Riout, Philippe Roussin
– Introduction. Un débat inachevable
Rainer Rochlitz – Art moderne et société moderne
Georges Roque – Abstraction et modernisme
Valérie Pozner – Les avant-gardes russes. Changement de regard ?
Esteban Buch – Réévaluer l’histoire de l’avant-garde musicale
Michel Frizot – Le régime photographique, vecteur de la modernité et des avant-gardes
Nadia Podzemskaïa – La « nouvelle science de l’art » face aux avant-gardes dans la Russie soviétique des années 1920
Yann Rocher – Faut-il brûler le Louvre ? Pensées de la destruction dans une enquête de L’Esprit Nouveau
Philippe Roussin – Surréalisme et Esprit nouveau. Antinomies des avant-gardes et réévaluations de la critique artiste après 1945
Annick Louis – L’aventure et l’ordre. Du rôle des avant-gardes dans la culture argentine
Denys Riout – Néo-dada. Des artistes acteurs d’une réévaluation
Jean-Pierre Cometti – Que signifie la « fin des avant-gardes » ?

Plus d’infos: www.editions.ehess.fr

Parution des actes du colloque “De la guerre dans l’art, de l’art dans la guerre: approches plastiques et musicales au XXe siècle” dans la revue Textuel (n° 63) de l’université Paris 7 Diderot

Sommaire:

CARINE TREVISAN

Avant-propos

MARINE BRANLAND ET DAVID MASTIN

Introduction

Mobilisations I – Grande Guerre

MARINE BRANLAND

La gravure en France et en Angleterre pendant la Grande Guerre : un art mineur ?

CLAIRE MAINGON

Le monde des arts et la charité durant la Grande Guerre : vertu, moralité et prosélytisme de la bienfaisance artistique

DAVID MASTIN

Le front domestique musicien : patriotisme et musique dans deux Conservatoires méridionaux, 1914-début des années vingt

Mobilisations II – Autres conflits

LAURA KARP LUGO

Gustave Cochet au combat. Idéologie et engagement d’un artiste pendant la guerre civile espagnole (1936-1939)

LUIS VELASCO PUFLEAU

Musique et antifascisme : Silvestre Revueltas dans le contexte de la guerre civile espagnole

FRÉDÉRIC GAUSSIN

Vies parallèles, destins mêlés : Alfred Cortot (1877-1962), Lazare-Lévy (1882-1964), deux virtuoses sous l’État Français

GERMAIN-ARSÈNE KADI

La littérature et la musique comme arme de propagande : l’exemple de la guerre civile ivoirienne

Continuer la lecture de Parution des actes du colloque “De la guerre dans l’art, de l’art dans la guerre: approches plastiques et musicales au XXe siècle” dans la revue Textuel (n° 63) de l’université Paris 7 Diderot

Publication: Toby Garfitt, Jean Grenier, un écrivain et un maître, contribution à l’histoire intellectuelle du vingtième siècle, aux Éditions La Part Commune

Présentation par l’éditeur:

“Jean Grenier, dont on connaît le rôle d’inspirateur et de mentor qu’il a joué auprès d’Albert Camus, était philosophe de métier. Mais cet esprit subtil et curieux, ennemi de toute pensée totalitaire (Essai sur l’esprit d’orthodoxie) s’intéressait également aux traditions orientales (L’Esprit du Tao) et aux Beaux-Arts (L’Esprit de la peinture contemporaine, L’Art et ses problèmes – il finit d’ailleurs sa carrière comme professeur d’Esthétique à la Sorbonne); il publia deux romans; et ses méditations lyriques sur des sujets comme l’instant et le vide, sont des classiques du genre (Les Iles, Inspirations méditerranéennes). Dans les années 30 Grenier faisait partie de l’équipe de la NRF de Jean Paulhan. Cette biographie exploite des archives inédites pour faire revivre non seulement un homme remarquable et une œuvre très riche, mais toute une époque.

Je considère Jean Grenier comme un maître de l’écriture méditante (ou méditative), dans la postérité de Descartes, mais aussi de Guérin. Jean STAROBINSKI, lettre inedite

Votre œuvre est comme une rose de Jéricho dont les pétales et le pistil sont en substance de Provence. Tour de guet aussi toute solaire devant la mer où tournent les clefs du bonheur. René CHAR, lettre a Jean Grenier

Toby Garfitt enseigne la littérature française et francophone à l’université d’Oxford. Après une thèse consacrée à Jean Grenier, ses publications concernent notamment François Mauriac, Albert Camus, Julien Green, Patrice de La Tour du Pin, Sylvie Germain, et Andrei Makine.”

Plus d’infos: www.lapartcommune.com