Colloque: « 1914: War and the Avant-Gardes/Guerre et Avant-Gardes », Paris, 5 et 6 décembre 2013

Provenant du vocabulaire militaire, la métaphore de l’« avant-garde » traverse le monde des arts avec une intensité particulière, en Europe  et aux États-Unis, au début de l’année 1914. Partout, les arts contemporains se pensent et s’affirment sur le mode du conflit et de la  rupture, de l’arasement du passé proche et de la conquête autoritaire d’un avenir à connotations utopiques. Cette pensée combattante est  sensible aussi bien dans les beaux-arts que dans d’autres formes d’expression visuelle, de la photographie et du cinéma aux arts  décoratifs et industriels et à toutes les technologies de l’image. A l’occasion de ce colloque interdisciplinaire, on interrogera les relations complexes entre les arts visuels, au sens le plus large, et l’histoire, dans un moment où la crise de la conscience européenne se cristallise en catastrophe radicale. En s’en tenant strictement à une tranche temporelle précise, entre le 1er janvier et le 31 décembre 1914, il s’agira de penser la situation intellectuelle et pratique de la création visuelle pendant les six premiers mois « ordinaires » de l’année, et de comprendre aussi précisément que possible la nature des prises de conscience provoquées par l’événement de la guerre ainsi que par les premiers combats.

PROGRAMME

Communications en français et en anglais

JEUDI 5 DÉCEMBRE 2013
Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Salle des conférences (Bâtiment B)

MATINÉE – 9h-13h

Introduction – Annette Becker (Université Paris Ouest Nanterre La Défense / Institut universitaire de France)

I. FRAGMENTATIONS
Modérateur – Itzhak Goldberg (Université Jean Monnet – Saint-Etienne)

Astrid Honold (Freie Universität – Berlin)
« Marcel Duchamp : Playing the Draw »

Iveta Slavkova (AUP / Université Paris Ouest Nanterre La Défense)
« L’aviateur : chevalier éternel, héros moderne, Homme nouveau des avant-gardes »

Maria Stavrinaki (Université Paris I – Panthéon Sorbonne)
« Barbarie moderne : le cas des vorticistes anglais »

David M. Lubin (Wake Forest University)
« War, Death and Modernity in 1914 : Man Ray and Marsden Hartley »

APRÈS-MIDI – 14h-18h

II. IDENTITÉS
Modérateur – Rémi Labrusse (Université Paris Ouest Nanterre La Défense)

Hélène Ivanoff (CNRS / EHESS)
« Art et ethnologie en 1914 : Leo Frobenius, l’ethnographie déchirée entre vision universaliste et ambitions nationales »

Elitza Dulguerova (Université Paris I – Panthéon Sorbonne)
« L’œuvre de l’art face à la crise de l’art »

Andrew M. Nedd (Savannah College of Art and Design)
« ‘Segodniashnii Lubok’ : Avant-Garde, War and National Identity »

Oriane Marre (Université Paris IV – Sorbonne)
« Londres en 1914 : théâtre d’une bataille artistique, miroir de luttes politiques »

Georgina S. Williams (Winchester School of Art)
« Advertising Conflict : Propagandist Aesthetics in 1914 »

VENDREDI 6 DÉCEMBRE 2013
Centre allemand d’histoire de l’art / Deutsches Forum für
Kunstgeschichte – Paris
Salle Julius Meier-Graefe

MATINÉE – 9h-13h

Introduction – Andreas Beyer (Centre allemand d’histoire de l’art – Paris)

III. INSTITUTIONS
Modérateur – Ségolène Le Men (Université Paris Ouest Nanterre La Défense / IUF)

Claire Maingon (Université de Rouen)
« Le « cubisme » de Salon en 1914 : tradition et art moderne français »

Friederike Kitschen (Humboldt-Universität – Berlin)
« The art market of the Avant-Gardes and the War : 1914 »

Ole W. Fischer (University of Utah, School of Architecture)
« Discontinued by Mobilization – Henry van de Velde, the Theater in Cologne and Werkbund Reform »

Scott Budzynski (Savannah College of Art and Design)
« A New City for The Generation of the Avant-Garde »

APRÈS-MIDI – 14h-18h

IV. MOBILISATIONS
Modérateur – Godehard Janzing (Centre allemand d’histoire de l’art – Paris)

Viola Hildebrandt-Schat (Goethe-Universität – Francfort-sur-le-Main)
« Du journal de la Tunisreise aux formes combattantes – Pressentiment de la guerre et sa réalité dans la peinture de Macke et Marc »

Marine Branland (Université Paris Ouest Nanterre La Défense)
« Août 1914 et après ? La lente mobilisation artistique en France »

Christian Joschke (Université Paris Ouest Nanterre La Défense)
« L’artiste en photographe de guerre. L’année 1914 dans quelques albums privés de la Première Guerre mondiale »

Ève Mascarau (Université Paris Ouest Nanterre La Défense)
« Le théâtre du Vieux-Colombier au front »

CONCLUSIONS

Organisé par :
Annette Becker (Université Paris Ouest Nanterre La Défense / Institut universitaire de France)
Andreas Beyer (Centre allemand d’histoire de l’art – Paris)
Itzhak Goldberg (Université Jean Monnet – Saint-Etienne)
Godehard Janzing (Centre allemand d’histoire de l’art – Paris)
Rémi Labrusse (Université Paris Ouest Nanterre La Défense)

En coopération avec :
L’Institut universitaire de France (IUF)
La Mission du centenaire de la Première Guerre mondiale

Coordination : Marine Branland et Annabel Ruckdeschel
colloque.arts1914@hotmail.fr

Lieux :
Université Paris Ouest Nanterre La Défense
200, Avenue de la République
92001 Nanterre Cedex
Salle des conférences (Bâtiment B)

Centre allemand d’histoire de l‘art /
Deutsches Forum für Kunstgeschichte – Paris
Hôtel Lully, 45, rue des Petits Champs – 75001 Paris
Salle Julius Meier-Graefe

Informations :
http://www.dtforum.org/uploads/media/Programme_Guerre_et_Avant-Gardes.pdf

Source: H-ArtHist, Nov 1, 2013.

Colloque: « Passages à Paris: Artistes étrangers à Paris – fin du XIXe siècle à nos jours » du 6 au 8 novembre 2013 à Paris

«Les artistes de tous les pays qui viennent à Paris pensent rarement aujourd’hui à une école, une académie où ils chercheraient des instructions précises. Ils n’envisagent pas, non plus, dans la plupart des cas, de se rendre auprès d’un des grands maîtres pour en devenir l’élève ou le disciple. Au contraire, ils sont attirés par l’ensemble des mille et une aventures artistiques possibles qui les attendent ici. Cependant, même ceux qui s’y installent seulement parce que la lumière de Paris ne se trouve nulle part ailleurs, reçoivent, en y travaillant, une formation souvent décisive» Herta Wescher, Cimaise, janvier-février 1956.

Le colloque pluridisciplinaire Passages à Paris souhaite interroger les raisons, les conditions et les conséquences éventuelles des séjours d’artistes étrangers à Paris, dans une optique à la fois artistique, esthétique, politique et sociologique. Il analysera notamment les échanges entre artistes, critiques, galeristes, collectionneurs, les mutations éventuelles des origines géographiques ou le terrain socio-politique qui a pu favoriser ou être le catalyseur d’une circulation allant parfois à l’inverse de modèles communément admis. Seront particulièrement mises en valeur les formes de transferts culturels encore méconnues et la constitution de communautés transnationales, notamment avec des artistes venant d’aires culturelles qui, souvent délaissées, trouvent à présent une place dans l’historiographie contemporaine. La prise en compte de ces passages et de leurs retombées concourt finalement à modifier les grands récits historiques, ouvrant le conflit artistique qui opposait Paris à New York sur de nouveaux horizons. Elle renouvelle notre compréhension de la mise en pratique des théories artistiques et des valeurs esthétiques.

PROGRAMME

Mercredi, 6 novembre
Lieu: Institut national d’histoire de l’art, salle Vasari
2 rue Vivienne, 75002 Paris

9h00
Accueil des participants

9h15
Introduction du colloque
Fanny DRUGEON (Labex CAP)
Pauline CHEVALIER (Université de Franche-Comté, Besançon)
Alain BONNET (Université Pierre Mendès France, Grenoble)

Paris  «nouvelles visions»
Présidence: Anne LAFONT (Université Paris-Est Marne-la-Vallée)

9h45
Révéler le visage caché de Paris: stratégies de déconstruction d’un mythe dans la photographie tchécoslovaque
Fedora PARKMANN (Université Paris IV – Sorbonne)

10h30
Brazilian artists’ studios in Paris through photography, 1910-1914
Camilla DAZZI et Arthur VALLE (Centro Federal de Educação Tecnológica de Rio de Janeiro / Universidade Federal Rural de Rio de Janeiro)

11h15
Pause

11h 30
Brassaï à Paris – étranger, intermédiaire et créateur d’un mythe
Ulrike BLUMENTHAL (Université de Leipzig)

12h15
Le bureau de l’agence Magnum Photos à Paris, lieu de passage d’une communauté de photographes cosmopolite
Clara BOUVERESSE (Université Paris I – Panthéon Sorbonne)

13h00-14h30
Pause déjeuner

Paris «institutions»
Présidence: Catherine GRENIER (Musée national d’art moderne – Centre Georges Pompidou)

14h30
Introduction de session

14h45
Alternatives suédoises: l’art suédois à Paris 1953-1981. De la galerie Denise René au Centre Pompidou
Linus GRATTE (Réunion des musées nationaux)

15h30
International Intersection: Marcelo Pogolotti at the Galerie Carrefour
Susanna TEMKIN (Institute of Fine Arts, New York University)

16h15
Pause

16h30
Novembre 1916: une salle italienne s’ouvre au musée du Luxembourg. Les ambiguïtés de la constitution d’une école nationale
Marion LAGRANGE (Université Bordeaux III – Michel de Montaigne)

17h15
Les Italiens de Paris ou comment des défenseurs de l’ «italianité» devinrent des ambassadeurs du «réalisme magique méditerranéen»
Lucia PICCIONI (EHESS/Scuola Normale Superiore de Pisa)

18h00
Avant les Magiciens de la Terre, l’histoire méconnue d’une collection d’art contemporain africain
Maureen MURPHY (Université Paris I – Panthéon Sorbonne)

18h 45
Conclusion de la journée

Jeudi, 7 novembre
Lieu: Institut national d’histoire de l’art, salle Vasari
2 rue Vivienne, 75002 Paris

Emancipations
Présidence: Béatrice JOYEUX-PRUNEL (Ecole normale supérieure – Ulm, Paris)

9h30
Introduction de session

9h45
«Paris, Paris !»: les séjours de formation de Clara Biller, Maria Bashkirtseff et Paula Modersohn-Becker 1860-1910
Gitta HO (Université de Hambourg)

10h30
«Quatre artistes à l’Académie Matisse: Mathilde Vollmoeller, Marg Moll, Martha Bernstein et Annemarie Kruse – Les artistes allemandes dans l’avant-garde parisienne entre 1906 et 1914»
Kathrin UMBACH (Université Paris I – Panthéon Sorbonne)

11h15
From Shanghai’s Brothels to Montparnasse: A Study of Pan Yulin (1899-1977) and Her Paris
Mia Yinxing LIU (Yale University)

12h – 13h30
Pause déjeuner

Identités et modernités 
Présidence: Michèle GREET (George Mason University, Fairfax)

13h30
Introduction de session

13h45
Un indépendantiste philippin en Europe. La carrière parisienne de Juan Luna (1857-1899)
Laurent CAZES (Université Paris I – Panthéon Sorbonne)

14h30
Asian Artists in 1950s’ Paris:The Framing of Modernity in a Transnational Context
Dina BANGDEL (Virginia Commonwealth University-Qatar)

15h15
A Jamaican artist in Paris – Karl Parboosingh’s Explorations of the Avantgarde and a New Caribbean Modernism
Claudia HUCKE (Institut für Kunstgeschichte, Munich)

16h00
Pause

Quand «les Sud-Américains ont pris Paris»

16h15
Introduction de session

16h30
Displacement as an Aesthetic Strategy: Jesus Soto in Paris, 1950-1970
Estrellita BRODSKY (Institute of Fine Arts, New York University / Centre Pompidou Foundation)

17h15
Les sud-américains de Paris: l’autre dans la revue Robho et l’Atelier Populaire
Isabel PLANTE (Instituto de Altos Estudios Sociales, Universidad Nacional de San Martín, Buenos Aires)

18h00
Conclusion de la journée

Vendredi, 8 novembre
Lieu: The Terra Foundation for American Art
29 rue des Pyramides, 75001 Paris

Americanismes parisiens
Présidence: Veerle Thielemans (Terra Foundation for American Art)

9h
Introduction de session

9h15
St. Luke’s Chapel, Transnationalism, and the Visual Culture of American Religion and Art in Fin-de-Siècle Paris
Emily BURNS (Auburn University)

10h00
The specter of l’américanisme parisien: U.S. artists and technologies in Paris in the later 1800s
Hollis CLAYSON (Northwestern University)

10h45
Pause

11h00
La revue d’exil, un lieu d’accueil privilégié des artistes étrangers à Paris: le cas de la revue américaine transition (Paris, 1927-1938)
Céline MANSANTI (Université de Picardie)

11h45
Paris-Chicago versus New York: Leon Golub et Nancy Spero à Paris (1959-1964)
Elisa CAPDEVILA (Institut d’études politiques de Paris)

12h30 – 14h30
Pause déjeuner

Exils politiques
Présidence: Fanny DRUGEON (Labex CAP)

14h30
Introduction de la session.

14h45
«Des taureaux et du sang»: le rôle de l’imaginaire dans la réception française de l’art catalan à l’aube du XXe siècle
Laura KARP LUGO (Université Paris I – Panthéon Sorbonne)

15h30
«L’homme-artiste» des anarcho-syndicaliste espagnols en exil, ou les valeurs incarnées
Amanda HEROLD (Institut d’études politiques de Paris)

16h15
Pause

16h30
Du refuge mental à l’expérience directe, le Paris de Ghérasim Luca
Anne FOUCAULT (Université Paris-Ouest Nanterre)

17h15
Présence Sud-africaine à Paris
Sarah LIGNER (Musée Chagall, Nice)

18h00
Conclusion du colloque

• Organisation scientifique
Fanny DRUGEON (Labex CAP)
Pauline CHEVALIER (Université de Franche-Comté, Besançon)
Alain BONNET (Université Pierre Mendès France, Grenoble)

• Comité scientifique
Natalie ADAMSON, Senior Lecturer, Art History, University of St Andrews
Andreas BEYER, Directeur du Centre allemand de l’histoire de l’art (Paris)
Alain BONNET, Professeur d’Histoire de l’art contemporain, UPMF, Grenoble 2
Pauline CHEVALIER, Maître de conférences en Esthétique et histoire des arts, Université de Franche-Comté, Besançon
Thomas DACOSTA KAUFMANN, Frederick Marquand Professor of Art and Archaeology, Princeton University
Philippe DAGEN, Professeur d’Histoire de l’art contemporain, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, directeur de l’HiCSA et du Labex CAP
Judith DELFINER, Maître de conférences en Histoire de l’art contemporain, UPMF, Grenoble 2
Fanny DRUGEON, Chercheuse associée Labex CAP (HiCSA/Centre Pompidou)
Marie GISPERT, Maître de conférences en Histoire de l’art contemporain, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne
Michèle GREET, Associate Professor of Art History, George Mason University
Catherine GRENIER, Directrice adjointe du MNAM-CCI, chargée du programme Recherche et Mondialisation
Béatrice JOYEUX-PRUNEL, Maître de conférences en histoire de l’art contemporain, Ecole Normale Supérieure
Anne LAFONT, Maître de conférences en histoire de l’art moderne, université Paris Est Marne- la-Vallée
Michael LEJA (Director, Visual Studies Program Professor, History of Art Department University of Pennsylvania
France NERLICH, Maître de conférences en Histoire de l’art, Université François-Rabelais, Tours
Veerle THIELEMANS, Responsable des Programmes Académiques de la Terra Foundation for American Art
Julie VERLAINE, Maître de conférences en Histoire, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Sources : : H-ArtHist, 28 oct. 2013 (accessed 30 oct. 2013), <http://arthist.net/archive/6266>.

Exposition: « Kazimir Malevich and the Russian Avant-garde » du 19 octobre 2013 au 2 février 2014 au Stedelijk Museum à Amsterdam

Présentation par le musée:

« The Stedelijk Museum Amsterdam presents Kazimir Malevich and the Russian Avant-Garde, with selections from the Khardzhiev and Costakis collections, the largest survey in twenty years devoted to the work of the Russian avant-garde pioneer Kazimir Malevich (1879–1935).

The Stedelijk Museum Amsterdam holds the largest collection of Malevich’s work outside of Russia, which was the subject of a large-scale exhibition at the museum in 1989. Kazimir Malevich and the Russian Avant-Garde is a tribute to the artist and his contemporaries, as well as the culmination of 2013 as the year celebrating Dutch–Russian relations in the Netherlands.

The exhibition is co-produced with Tate Modern, London, and the Art and Exhibition Hall of the Federal Republic of Germany (Bundeskunsthalle), Bonn, where it will travel in 2014. Each venue explores Malevich’s rich career from distinctive vantage points, focusing on different aspects of the artist’s remarkable career, including the context in which he formed his unique language, the radicality of his artistic trajectory, and his later return to landscapes and figures. Seen in their totality, these exhibitions thus provide the unprecedented opportunity to reassess one of the defining figures of twentieth-century modernism.

Organized by Stedelijk Museum curators Geurt Imanse and Bart Rutten, the Stedelijk’s presentation of more than 500 works places Malevich within the context of his contemporaries.

Not only an artist, he was an influential teacher and a passionate advocate of the “new” art. The show is a tribute to the Russian avant- garde of the early 20th century, with Malevich as its focal point. Although best known for his purely abstract work, he was inspired by diverse art movements of his day, including Impressionism, Symbolism, Fauvism, and Cubism; his own visual language was also influenced by Russian icon painting and folk art. Through oil paintings, gouaches, drawings, and sculptures, the exhibition traces the rich variety of his oeuvre. All the phases in Malevich’s career will be on view, from his Impressionist period to his iconic Suprematist phase—his Black Square was its most radical consequence—to the lesser-known figurative works that followed. »

 

 

Kazimir Malevich: Mystiek suprematisme (rood kruis op zwarte cirkel), 1920. Collection Stedelijk Museum Amsterdam
Kazimir Malevich: Mystiek suprematisme (rood kruis op zwarte cirkel), 1920. Collection Stedelijk Museum Amsterdam

Plus d’infos: www.stedelijk.nl

Séance de séminaire Artlas sur « L’Atlas folklorique de la France : un projet inabouti du MNATP » ce jeudi 24 octobre 2013 à l’ENS-ULM à Paris

Ce jeudi 24 octobre, la séance du séminaire Artlas sera ouverte aux questions de muséographie et de construction des identités nationales par l’histoire des arts.

Intervenante: Pascal Riviale, conservateur aux Archives nationales

L’Atlas folklorique de la France : un projet inabouti du MNATP

Parmi les très nombreuses cartes collectées dans les archives de l’ancien musée national des arts et traditions populaires (MNATP) et versées aux Archives nationales, se trouve un intrigant petit ensemble de cartes en partie manuscrites intitulées « Atlas folklorique de la France ». Ces documents (que l’on peut dater de 1937) témoignent d’une page d’histoire de la cartographie qui, dans les années 1935-1945 mobilisa des acteurs issus de champs d’étude aussi divers que les études folkloriques, l’histoire locale, l’ethnologie ou la sociologie historique. Ce projet d’atlas folklorique, conduit depuis le MNATP de Georges-Henri Rivière, ne devait en fait jamais voir le jour. Nous restent néanmoins non seulement ces quelques ébauches de cartes mais également un très grand nombre de documents d’archives qui nous renseignent de manière très complète tant sur le travail mené sur le terrain que sur les diverses tentatives entreprises pour synthétiser, symboliser et cartographier les résultats de ces enquêtes.

La séance a lieu le jeudi 24 octobre de 13H30 à 15H30, en salle de l’Institut d’Histoire moderne et contemporaine, au 45 rue d’Ulm, escalier D, 3e étage, salle au fond à gauche.

 

Exposition: « 1925, quand l’art déco séduit le monde », du 16 octobre 2013 au 17 février 2014 à la Cité de l’architecture et du patrimoine à Paris

Présentation par le musée:

« Formes géométriques, pures et dynamiques : le style Art Déco (1919-1940) se caractérise par son attractivité et sa vivacité.

Né de l’impulsion des créateurs français tels que les architectes Henri Sauvage, Robert Mallet-Stevens, Pierre Patout, les décorateurs André Véra, Louis Süe, André Mare et Jacques-Émile Ruhlmann, le couturier Paul Poiret ou encore le sculpteur François Pompon, il est le fruit d’une vision d’ensemble émanant de champs artistiques variés.

L’exposition « Art Déco » est la première depuis 1975 à rendre hommage à cette esthétique qui a su unir des créateurs du monde entier. Cette rétrospective de référence aborde avec détails l’Exposition internationale de 1925 et la diffusion mondiale de ce style à la popularité pérenne. Dans un premier temps, elle revient de manière didactique sur la distinction entre Art Nouveau et Art Déco. »

1925-quand-l-art-deco-seduit-le-monde

Plus d’infos: www.citechaillot.fr

Séminaire: séance du séminaire Artlas ce jeudi 10 octobre 2013 de 13h30 à 15h30 à l’ENS-Ulm (Paris)

Atelier de présentation des recherches en cours:  les intervenants sont invités à y présenter leurs travaux en cours (10 minutes de présentation, 3 diapositives). Problématiques, sources, méthodes, interrogations, apories… Toutes les questions sont ouvertes, et destinées à une discussion collective susceptible d’enrichir les recherches de chacun.

Parmi les présentations, en particulier :

– Annie Fee, doctorante à l’Université de Washington, présentera ses travaux sur la « Cartographie expérientale des cinémas parisiens : sur les pistes des « movie-fans » (1918-1928) ».

– Félicie de Maupeou, tout récemment docteur en Histoire de l’art, présentera son étude des carnets d’adresses de Monet et du réseau artistique qu’ils permettent d’appréhender.

– Daniel Quiles présentera très brièvement, avant une présentation plus détaillée début novembre, le projet « circulations artistiques et réseaux transnationaux en Amérique latine au 20e siècle ».

Béatrice Joyeux-Prunel parlera aussi des enjeux de la cartographie en histoire de l’art, et présenterai le projet Artlas, et des outils mis à disposition des chercheurs ; et plus particulièrement de:

* l’état actuel de notre chantier numérique (base de données collaborative de catalogues d’expositions 19e-20e siècles : BASART, et son interface cartographique)

* les enjeux scientifiques et académiques du projet (en particulier dans le développement de l’histoire transnationale des arts, de l’histoire sociale des arts, et de l’approche numérique en histoire de l’art)

* les rendez-vous de l’année universitaire 2013-2014.

Publication: « La plume contre le fascisme (1930-1935) », n° 12 de la revue « Aden. Paul Nizan et les années trente », Paris, octobre 2013

Articles sur…

L’écriture pour la jeunesse contre le nazisme

L’écrivain-journaliste José Rodrigues Miguéis

Le magazine Vu

Les Massacres de Paris, de Jean Cassou

Paul Nizan et le conflit italo-éthiopien

Des photos pour l’héritage de l’antifascisme des années 1930

Par Mathilde Lévêque, Georges Da Costa, Sophie Kurkdjian, Alexis Buffet, Anne Mathieu, Xavier Nerrière.

Textes et Témoignages retrouvés

s.d. Pierre-Frédéric Charpentier

Extraits de deux numéros des Feuille rouge de l’A.E.A.R., Paul Nizan, André Beucler, Anna Seghers, Victor Basch, Louis Dolivet, Paul Vaillant-Couturier, Pierre Gérôme

Du côté de Paul Nizan

Maurice Arpin : « Discours social, texte et paratexte : les aléas de la fortune d’Aden Arabie »

Comptes rendus de lecture

s.d. Fabrice Szabo (avec la collaboration avec Pierrick Lafleur)

Textes de Patrice Allain, Yves Ansel, Hélène Baty-Delalande, Philippe Baudorre, Michel Bertrand, Pierre-Frédéric Charpentier, Sophie Coeuré, Jacques Deguy, Félix Janvier, Pierrick Lafleur, Arnaud Laster, Michel Lefebvre, Mathilde Lévêque, Dominic Marion, Jean-Luc Martinet, Anne Mathieu, François Ouellet, Nicolas Planchais, Bernard Pudal, Renaud Quillet, Àngels Santa, Pere Solà, Fabrice Szabo, Gilles Vergnon

Illustrations

Jean-René Kerézéon

Bon de commande: Bulletin de commande Aden 12

Programme du neuvième séminaire TIGRE: « Réseaux des revues artistiques et littéraires en Europe (1860-1930) », Paris, ENS, 2013-2014

Neuvième séminaire TIGRE, 2013-2014

Réseaux des revues artistiques et littéraires en Europe (1860-1930)

 

                            séminaire interuniversitaire à l’ENS-Ulm, animé par Évanghélia STEAD (CHCSC, UVSQ)

le samedi matin, 11h-13h, salle Weil (sauf contre-indication)

45, rue d’Ulm, 75005 Paris

 

12 octobre 2013 : Ouverture du séminaire : les revues en questions

Evanghélia Stead (CHCSC, UVSQ), Elisa Grilli (doctorante CRIMEL, URCA) et Philipp Leu (doctorant Patrima, BnF & CHCSC, UVSQ) : Présentation et méthodologie du séminaire, thèses en cours

 

9 novembre 2013 : Revues suisses en Europe (N.B. Salle des Actes)

Laurence Danguy (Chercheure senior FNS, Université de Lausanne) : Le Nebelspalter zurichois (1875-1921) : histoire, modèles, maquette et thématiques

 

23 novembre 2013 : Paris-Montmartre, pays en capitale

Laurent Bihl (Paris, docteur en Histoire) : Presse de cabaret ou presse au cabaret : modèle ou hasard de publications périodiques affiliées à des lieux de sociabilité dans le Paris fin-de-siècle

 

7 décembre 2013 : Revues d’art

Rossella Froissart (UMR 7303 Telemme – Aix-Marseille Université) et Yves Chèvrefils Desbiolles (IMEC et La Revue des revues) : Un champ et ses porosités : réflexions et débat autour de deux publications récentes

 

14 décembre 2013 : La mouche du coche en Pologne

Mateusz Chmurski (Université de Lorraine, CIRCE/CRECOB), Mucha [La Mouche], revue satirique varsovienne (1868-1939)

 

8 février 2014 : Revues tchèques et réseaux anarchistes

Xavier Galmiche (Université Paris-Sorbonne, CIRCE/CRECOB) La revue Šibeničky [Petites potences] 1903-1907, produit d’un réseau de revues anarchistes ?

 

22 février 2014 : Revues anciennes et internet

Mikael Lugan (animateur des Petites revues, membre de l’équipe PRELIA) : Le blog «Les Petites revues» : construction, choix, objectifs (http://petitesrevues.blogspot.fr/)

 

1er mars 2014 : Revues photographiques russes

Ada Ackerman (CNRS, ARIAS): Les revues photographiques illustrées soviétiques dans les années trente

 

8 mars 2014 : Charivaris suite / Revues espagnoles

Marie-Linda Ortega (Paris III) : Échos du Charivari en Europe : Quelques revues satiriques madrilènes – caricatures et dépendances dans les années 1860 [Cham, Daumier et Ortego]

 

22 mars 2014 : Revues anglaises

Michel Rapoport (Paris-Est-Paris12 Val de Marne / Ecole Pratique des Hautes Etudes, 5e section) : Retour sur une revue célèbre : The Yellow Book

 

5 avril 2014 : Revues hongroises

Clara Royer (Université Paris-Sorbonne, CIRCE/CRECOB) : Légèreté française et piquanterie hongroise : les Journaux Piquants/Figaro hongrois (1883-1910)

 

3 mai 2014 :  Revues et traduction

Blaise Wilfert (École normale supérieure, Paris Sciences et Lettres) : Une «ethnographie littéraire empirique» : Pratiques savantes et pratiques d’écriture autour de l’importation des littératures étrangères dans les revues parisiennes, 1885-1914

Job: Part-time research assistants on the International Networks of Latin American Modernism, ENS, Paris

Artlas (http://www.artlas.ens.fr/) is currently looking for part-time research assistants for a new mapping project related to the international circulation of people, exhibitions, and information in Latin American modernism.

Research will be primarily focused on web-based archives of resources related to particular artists, movements, and institutions. Research assistants will be free to focus on areas that benefit their own research, and will have access to the full digital mapping resources of BasArt, Artlas’s historical georeferenced database, to which we will be contributing our findings.

Candidates should be Masters or Doctoral students with an emphasis on 20th-century Latin American art; reading knowledge of Spanish and/or Portuguese is preferred.

The project is open, although not limited to, the following research topics:

Prewar Modernism in Latin America, 1921 – 1944

• Mexico: modernismo, Los Estridentistas, the muralists and their international outreach, Surrealism

• Brazil: antropofagia and Brazilian modernism (connections with the School of Paris and others), Corbusier and initial modernist architecture including mural programs

• Peru: indigenísmo as an inter-American phenomenon; Mariátegui and others

• Argentina-Brazil, Caribbean, and elsewhere: dissemination of Post-Impressionism, Cubism and other early modernisms in painting

• Uruguay: Joaquín Torres-García and the introduction of abstraction in Latin American art

Postwar Period, 1945-1976

• Argentina: Arturo and abstraction groups, including Lucio Fontana

• Brazil: Links of ruptura group to former Bauhaus artists as well as Tomás Maldonado

• Venezuela: Carlos Raúl Villanueva’s relationship to abstraction and kinetic art via “integration,” understood internationally

• Chile, Mexico, Argentina, elsewhere: circulation of neo-Dada tendencies such as monochrome and assemblage, considering role of European travel and exhibition: Matthias Goeritz, Alberto Greco, José Balnes, many others

• Brazil: neo-concreta’s travel (educational, exile, or both) and institutional connections in Europe and later the United States

• Argentina: promotion of 1960s avant-garde movements abroad via industrialist funding and institutions

• Conceptual art across the region, c. 1962 and later, as a result of international publication networks, magazines, travel, and mail exchange

Contacts : Béatrice Joyeux-Prunel and Daniel Quiles (beatrice.joyeux-prunel /@/ens.fr)

 

AC/CFP: « Faire la révolution ? », revue « Aden. Paul Nizan et les années trente », n° 13, octobre 2014. Deadline: 31 mars 2014.

La revue Aden. Paul Nizan et les années trente lance comme chaque année à la même période son appel à contribution pour son numéro à paraître dans un an et demi. Elle continue ainsi son exploration des années 1930 et particulièrement des voix méconnues ou inconnues de la période, et ce, dans une perspective internationale.

Elle consacrera la majeure partie de son n° 13 (sortie en octobre 2014) à la problématique suivante : « Faire la révolution ? ».

Les perspectives révolutionnaires ne manquent pas, en ce début du vingtième siècle, et vont être largement débattues dans cette période foisonnante des années 1930.

Faire la révolution ? Quelle révolution ? La révolution prolétarienne, communiste telle qu’elle est brandie par les différents courants issus du bolchevisme (stalinien, trotskyste, gramscien…) ? La révolution anarchiste ou marxiste libertaire ? La révolution socialiste telle qu’elle est entendue par la IIème Internationale ?

Les articles s’intéresseront à l’une ou à l’autre de ces révolutions ou à plusieurs d’entre elles, en les traitant exclusivement au travers du parcours, des écrits d’une ou de figure(s) intellectuelle(s) et/ou militante(s) ou au travers de la ligne éditoriale d’un ou de périodiques.

Ils pourront aussi se pencher sur les révolutions à droite de l’échiquier politique (personnaliste, spiritualiste, fasciste, nationale…) dans le cadre d’un traitement comparé aux révolutions portées par les gauches.

Précisons en outre de ne pas perdre de vue l’interrogation contenue dans notre problématique, qui non seulement interroge le terme même de révolution mais également ses conditions, sa conjoncture, ses possibilités.

Enfin, indiquons que nous aimerions qu’une partie de ce dossier soit consacrée aux héritages de cette problématique dans les années postérieures, et particulièrement entre 1945 et 1968. En prenant bien en considération que la démonstration d’une filiation avec les années 1930 doit obligatoirement constituer le postulat de l’article.

Suivant le principe qui nous anime et dont tous nos numéros à partir du cinquième peuvent témoigner, nous souhaitons traiter de toutes les sensibilités de la gauche, et ce, dans une perspective internationale.

Notons qu’on privilégiera pour ce numéro les approches historique, littéraire et sociologique.

Chaque article doit comporter 20.000 signes minimum et 35.000 signes maximum. Il doit être rendu sans aucune marge et mise en page, en format Word ou RTF exclusivement, en police Times New Roman impérativement et en caractère 12, les notes devant être en bas de page et dans la même police. Il doit, enfin, être d’une tenue irréprochable tant dans le style que dans la problématique mise en place. Tout article ne respectant pas ces conditions ne sera pas considéré.

L’article doit parvenir en fichier-joint à Anne Mathieu (matan@infonie.fr), Directrice de la publication, pour la fin mars 2014, délai à respecter scrupuleusement.

Il est conseillé de faire préalablement une proposition de sujet, auprès de la rédaction, par l’intermédiaire de cette même personne (matan@infonie.fr).

La revue Aden est co-éditée par Encrage éditions et distribuée par Les Belles Lettres. Prochain numéro (n° 12) à paraître en octobre 2013 : « La plume contre le fascisme (1930-1935). Rédaction de la revue Aden à partir de ce n° 12 : Directrice de publication, Anne Mathieu ; Adjoint à la Rédaction : Gilles Vergnon ; Conseillers de la Rédaction : Maurice Arpin, Guy Palayret ; Responsable de la rubrique « Textes et Témoignages retrouvés » : Pierre-Frédéric Charpentier ; Responsable de la rubrique « Comptes rendus » : Fabrice Szabo (avec la collaboration de Pierrick Lafleur) ; Photos : Xavier Nerrière ; Illustrations : Jean-René Kerézéon. Comité de Lecture (Rédaction de la revue +) : Patrice Allain, Yves Ansel, Jacques Deguy, Gilles Kersaudy, Pascal Ory, François Ouellet, Romain Piana, Bernard Pudal, Anne Renoult, Marleen Rensen, Àngels Santa.

Plus d’infos: http://www.paul-nizan.fr/

Exposition: « L’Alphabet d’étoiles d’E.L.T. Mesens. Dada et surréalisme à Bruxelles, Paris et Londres », du 6 juillet au 17 novembre 2013 au Mu.ZEE à Ostende (Belgique)

Présentation par le musée:

« Édouard Léon Théodore Mesens (1903-1971) est l’un des principaux acteurs internationaux de la scène artistique de la première moitié du 20e siècle. À la fois musicien, poète, éditeur, photographe, commissaire d’exposition, marchand et collectionneur d’art, il est un artiste talentueux et flamboyant. À travers des collages, des écrits et des publications d’exception, l’exposition retrace l’histoire fascinante du dadaïsme et du surréalisme

E.L.T. Mesens fait partie des principaux fondateurs du mouvement surréaliste, auquel il adhère dès le début. Par ailleurs, il joue un rôle actif dans le monde artistique européen et, à partir des années vingt, il compte parmi ses amis le poète roumain Tristan Tzara, l’artiste néerlandais Théo van Doesburg et le compositeur français Erik Satie.

C’est grâce à lui que René Magritte acquiert une notoriété internationale et que l’Angleterre découvre le surréalisme ! Il se lie d’amitié avec de nombreux artistes, tels que Roland Penrose, Lee Miller, Max Ernst, Kurt Schwitters, André Breton et Man Ray. Entre 1938 et 1950, il dirige la London Gallery où des artistes comme René Magritte, Paul Delvaux, Giorgio de Chirico et Pablo Picasso exposent leurs œuvres. Sa vie est entièrement placée sous le signe de la fantaisie et de la poésie. Dans les années cinquante, il revient au collage et organise de grandes expositions au casino de Knokke.

Découvrez Dada et le surréalisme à Bruxelles, Paris et Londres. L’exposition L’alphabet d’étoiles d’E.L.T. Mesens présente d’innombrables œuvres d’art, écrits et photographies de René Magritte, Man Ray, Lee Miller, Paul Klee, Max Ernst, Pablo Picasso, Salvador Dali, Paul Delvaux, Yves Tanguy, Amadeo Modigliani, Desmond Morris, Kurt Schwitters, et bien d’autres encore ! »

Catalogue

L’alphabet d’étoiles d’E.L.T. Mesens. Dada et surréalisme à Bruxelles, Paris et Londres.

65 €

EN / FR version est disponible à partir de 6/7 – couverture rigide.

La version FR est disponible à partir de Septembre – couverture soft.

Auteurs: Phillip Van den Bossche, Christiane Geurts-Krauss, Virginie Devillez, Xavier Canonne, Michel Remy, Nele Bernheim, Simon Delobel, Erich Weiss, Peter J.H. Pauwels.

 

Plus d’infos: www.muzee.be

AC/CFP: « Les Peintres et la Première Guerre mondiale : commandes, productions, collections, vers une histoire comparative », Université Paris Ouest-Nanterre – Musée de l’Armée, 4-6 décembre 2014. Deadline: 15 janvier 2014

Colloque international organisé par le CREA-EA 370, la BDIC et le Musée de l’Armée

Scroll down for English version

En Grande-Bretagne, en France, et en Allemagne, pendant la Première Guerre mondiale et les années de l’immédiat après-guerre, des milliers d’œuvres d’art ont vu le jour, par lesquelles les artistes ont cherché à représenter le conflit. Les unes s’attachent à la figuration des combats sur les différents fronts, à la vie dans les tranchées, aux destructions humaines et matérielles, à la dévastation du paysage, les autres se concentrent sur l’arrière, le « front domestique » et les réorganisations de la société ; certaines, enfin, optent pour une approche plus elliptique, voire allégorique du conflit et de ses conséquences.Tableaux, dessins, gravures réalisés par des artistes de toutes tendances, renommés ou moins connus, engagés volontaires, mobilisés, missionnés aux armées, ou non-combattants : les conditions de production de ces œuvres varient; celles de leur diffusion et de leur réception, au cours du conflit, des années d’après-guerre, et du siècle qui suit, également.

En Grande-Bretagne, les représentations de la Grande Guerre par les peintres constituent un champ bien étudié qui, outre des chapitres de monographies consacrées à des artistes individuels ayant vécu le conflit, a donné lieu à des travaux  où sont examinées les conditions de leur émergence, notamment dans le cadre de programmes officiels de commandes (Harries & Harries, Malvern, Viney). De nombreux peintres ont en effet été recrutés comme « war artists » dans des programmes gouvernementaux qui se sont poursuivis dans l’après-guerre, et ont débouché sur la constitution de collections publiques d’envergure. Ainsi, l’Imperial War Museum, créé en 1917, et qui ouvre ses portes au public en 1920, deviendra-t-il un organe majeur de diffusion de ces œuvres ; œuvres auxquelles certains artistes, comme Paul Nash, ou Christopher Nevinson, doivent en partie leur célébrité.

Les missions d’artistes aux armées ont existé aussi en France et en Allemagne, fonctionnant selon des modalités différentes, et spécifiques à chaque pays. La Bibliothèque-Musée de la Guerre (actuelle BDIC) et le Musée de l’Armée sont dépositaires d’un nombre important de toiles, estampes et dessins acquis par l’Etat français ou reçus en don à l’armistice, réalisés par des artistes missionnés (comme Denis, Vallotton, Bonnard ou Vuillard) ou mobilisés (Léger, Dunoyer de Segonzac, Friesz, entre autres). Nombre d’œuvres demeurent encore dans des collections privées.

En Allemagne, la peinture est mise à contribution pour vanter les mérites de la culture allemande, avec l’organisation, entre autres manifestations culturelles, d’expositions dans les pays neutres. Les représentations du front par des peintres de guerre officiels ont fait l’objet d’une redécouverte au musée d’Oldenbourg en 2008 (catal. Bernd Küster). Plus étudiées sont les dénonciations de l’horreur des tranchées par les expressionnistes (Beckmann et Dix notamment) ou la critique des valeurs de l’État portée par le projet artistique Dada mené depuis Zurich. Abordée principalement dans le cadre de monographies d’artistes, la peinture allemande de la Première Guerre a fait également l’objet de plusieurs ouvrages généraux (Gerster et Helbling, Gölss, Jürgens-Kirchhoff). Nombre d’œuvres se trouvent dans les différents musées de la guerre ou de l’armée, notamment au Musée bavarois de l’Armée à Ingolstadt, d’autres, dans les musées d’art et dans des collections privées.

La participation ou non des grands noms de la peinture moderne, et, tout particulièrement, des artistes liés aux mouvements d’avant-garde, à la représentation du conflit, à titre privé ou dans le cadre de commandes, puis l’accès aux œuvres qu’ils ont produites sur ce thème ont joué un rôle majeur dans l’interprétation contemporaine des rapports des peintres à la guerre. Dès lors, le constat fait par Philippe Dagen d’un « silence », en France, de ces artistes, au sujet de la Grande Guerre s’explique-t-il surtout par l’inadéquation des ressources picturales au sujet, la nature irreprésentable de cette guerre, la fragmentation des avant-gardes, ou faut-il s’interroger davantage sur les commandes, les conditions de la réception et de la constitution des collections publiques dans les différents pays, et sur le statut accordé aux avant-gardes dans chacun d’entre eux?

Ce colloque international, consacré aux représentations de la Première Guerre mondiale par les peintres qui l’ont vécue, s’intéressera aux œuvres réalisées et aux conditions de leur production, de leur diffusion et de leur réception. Centré sur la France, la Grande-Bretagne et l’Allemagne, il sera ouvert à la possibilité de comparaisons plus larges, avec d’autres pays engagés dans le conflit (l’Italie, la Russie, la Belgique, l’Autriche, les Etats-Unis, le Canada ou l’Australie, par exemple). Le contexte institutionnel de la production et de la diffusion des œuvres en constituera une voie d’approche privilégiée, mais non la seule, en lien avec d’autres thématiques.

Les propositions de communication pourront être faites, notamment, mais de manière non exclusive, sur les thèmes suivants :

• Usages et finalités des représentations de la guerre par les artistes – usages privés / usages publics ; réalisations spontanées / œuvres de commandes ; documentation, commentaire, censure et propagande; pacifisme ; attentes collectives ; témoignage et construction du souvenir
• Transcrire l’expérience de l’extrême
• Regard porté par l’artiste sur son travail ; journaux et écrits d’artistes
• Contraintes matérielles, contraintes politiques, et temporalité de la création
• Approche comparative des divers programmes de commandes et missions d’artistes aux armées, rôle de l’Etat
• Rapports à la tradition, aux mouvements et aux affiliations ; la possibilité d’une peinture d’histoire moderne ?
• Vecteurs de diffusion – les galeries, la diffusion par le livre et la presse, les collections publiques…; les politiques de constitution des collections

Les propositions de communications, en français ou en anglais et d’une longueur d’environ 300 mots, sont à faire parvenir avant le 15 janvier 2014, accompagnées d’une brève notice bio-bibliographique, à :

Anne-Pascale Bruneau-Rumsey, mailto:anne-pascale.bruneau@u-paris10.fr et Séverine Letalleur-Sommer mailto:severineletalleur@gmail.com. La décision du comité scientifique sera communiquée le 28 février 2014.

Les communications et les discussions auront lieu en français et en anglais.

Il est prévu de publier un volume collectif regroupant une sélection des communications après examen par le comité scientifique.

Comité d’organisation :
Anne-Pascale Bruneau-Rumsey MCF Etudes anglophones, Nanterre, CREA–EA370
Séverine Letalleur-Sommer, MCF Etudes anglophones, Nanterre, CREA–EA370
Dominique Bouchery, Resp. secteur germanique, BDIC
Benjamin Gilles, Resp. périodiques & documents électroniques, BDIC
François Lagrange, Chef de la division de la recherche historique et de
l’action pédagogique du Musée de l’Armée

Comité scientifique :
Annette Becker, Pr. Histoire, Paris Ouest-Nanterre, HAR–EA4414
Anne-Pascale Bruneau-Rumsey, MCF Etudes anglophones, Paris Ouest-Nanterre, CREA–EA370
Cornelius Crowley, Pr. Etudes anglophones, Paris Ouest-Nanterre, Directeur du CREA–EA370
David Guillet, Directeur adjoint du Musée de l’Armée
Juliane Haubold-Stolle, Deutsches Historisches Museum, Berlin
Ségolène Le Men, Pr. Histoire de l’Art, Paris Ouest-Nanterre, HAR–EA4414
Marielle Silhouette, Pr. Etudes théâtrales, Paris Ouest-Nanterre, HAR, CEREG–EA4223
Valérie Tesnière, Directrice de la BDIC, Directrice d’études à l’EHESS

PAINTERS AND THE GREAT WAR: COMMISSIONS, PRODUCTION AND COLLECTIONS – TOWARDS A COMPARATIVE HISTORY

An international conference organized by the CREA research centre (Université Paris Ouest-Nanterre), the BDIC (Bibliothèque de documentation internationale contemporaine) and the Musée de l’Armée, Paris

In Great Britain, France and Germany, during the First World War and the years immediately following it, thousands of artworks were created
as artists attempted to represent the conflict.  Some works concentrated on the representation of combat on different fronts, on life in the trenches, on human and material destruction and the devastation of the landscape, while others looked to the home front and changes in the organization of society, and still others opted for a more elliptical or even allegorical approach to the conflict and its consequences. Paintings, drawings and engravings were executed by artists of all tendencies, some well-known, some less so, some volunteers, some conscripts, some on official assignment with the army, and some non-combatants.  As the conditions in which the works were produced varied, so did the conditions of their diffusion and reception, during the conflict, in the years that followed and over the course of the century that has elapsed since then.

In Great Britain, significant scholarly attention has been paid to painters’ representations of the Great War.  This has given rise not only to chapters within monographs devoted to artists who experienced the conflict, but also to studies which have examined the conditions under which these representations were created, notably in the context of official commissions (Harries & Harries, Malvern, Viney). Numerous painters were recruited as war artists under government schemes that continued into the post-war period and led to the constitution of significant public collections.  The Imperial War Museum, which was established in 1917 and opened to the public in 1920, became a major organ of diffusion of these works – works to which some artists, such as Paul Nash and Christopher Nevinson, partly owe their fame.

War artist programmes also existed in France and Germany, organized in different ways, specific to the national context.  In France, the Bibliothèque de documentation internationale contemporaine or BDIC (formerly the Bibliothèque-Musée de la Guerre) and the Musée de l’Armée have significant holdings of paintings, prints and drawings that were acquired by the French state or donated at the Armistice; some were executed by artists on official assignment, such as Denis, Vallotton, Bonnard and Vuillard, and others by conscripts, including Léger, Dunoyer de Segonzac and Friesz.  Many works remain in private collections.

In Germany, painting was utilized to glorify national culture, and exhibitions were among the cultural activities organized to that end in neutral countries.  Official war artists’ paintings of the Front were the subject of new attention in an exhibition held at the State Museum in Oldenburg in 2008 (catalogue ed. Bernd Küster); more extensively studied are Expressionist painters’ denunciations of the horrors of the trenches, notably the work of Beckmann and Dix, and the critique of State values carried out by Zurich-based Dada artists.  German art of the First World War has been principally studied within monographs, but has also been the object of several overviews (Gerster and Helbling, Gölss, Jürgens-Kirchhoff).  Numerous works are held by military museums, notably the Bavarian Army Museum in Ingolstadt; others are in art museums and private collections.

Contemporary interpretations of painters’ relation to the War have drawn, to a significant extent, on the participation (or non-participation) of major painters – in particular those linked to avant-garde movements – in the representation of the conflict, whether in a private capacity or in order to carry out commissions; also significant has been the question of access to the works produced.  Philippe Dagen has argued that in France these artists remained “silent” on the subject of the First World War.  Can this silence be explained by painting’s not disposing of methods adequate to the subject, by the unrepresentable nature of the Great War, and by the fragmentation of avant-garde movements, or should analysis attend rather to such questions as public commissions, the conditions of reception and ways in which public collections were created in the different countries, and to the differing status of the avant-garde in each?

This international conference takes as its subject the representations of the First World War by painters who experienced it.  It will consider the works produced, and the conditions of their production, diffusion and reception.  The principal focus will be on France, Great Britain and Germany, but the conference will also be open to broader comparisons with other countries engaged in the conflict, including Italy, Russia, Belgium, Austria, the United States, Canada and Australia.  Particular attention will be given to the institutional context of works’ production and diffusion, in connection with other themes and approaches.

Proposals for papers will be welcome on topics including, but not limited to, the following:

• The uses and ends of artists’ representations of the War; private and public uses ; spontaneous productions versus works produced to commission; documenting, comment, censorship, propaganda; pacifism; public expectations; testimony and the construction of memory
• Representing extreme experiences
• The artist’s relationship to his/her work: journals and artists’ writings
• Material and political constraints ; the time and timing of creation
• Comparative approaches to the different programmes of commissions and war artists schemes; the role of the State
• The relation to tradition, to art movements, to affiliations; the question of the possibility of modern history painting
• Means of diffusion: galleries, books, the Press, public collections ; collecting policies.

Abstracts in English or French (around 300 words) should be sent with a short biographical note to Anne-Pascale Bruneau-Rumsey
mailto:anne-pascale.bruneau@u-paris10.fr and Séverine Letalleur-Sommer
mailto:severineletalleur@gmail.com before January 15, 2014.
Notification of acceptance by the scientific committee will be sent by February 28, 2014.

Papers and discussion will be held in French and English.

A volume of selected papers from the conference is planned for publication following examination by the scientific committee.

Organizing committee:
Anne-Pascale Bruneau-Rumsey, Senior Lecturer in English, Paris
Ouest-Nanterre, CREA–EA370
Séverine Letalleur-Sommer, Senior Lecturer in English, Paris
Ouest-Nanterre, CREA–EA370
Dominique Bouchery, Curator of German Collections, BDIC
Benjamin Gilles, Head of Periodicals and Digital Collections, BDIC
François Lagrange, Head of historical research and educational
programmes, Musée de l’Armée

Scientific committee:
Annette Becker, Professor of History, Paris Ouest-Nanterre, HAR–EA4414
Anne-Pascale Bruneau-Rumsey, Senior Lecturer in English, Paris
Ouest-Nanterre, CREA–EA370
Cornelius Crowley, Professor of English, Paris Ouest-Nanterre, Director
of CREA–EA370
David Guillet, Deputy Director of the Musée de l’Armée
Juliane Haubold-Stolle, Deutsches Historisches Museum, Berlin
Ségolène Le Men, Professor of Art History, Paris Ouest-Nanterre,
HAR–EA4414
Marielle Silhouette, Professor of Theatre Studies, Paris
Ouest-Nanterre, HAR, CEREG–EA4223
Valérie Tesnière, Director of the BDIC, Professor, EHESS

Source: H-ArtHist, Jun 27, 2013.

Publication: « L’école des producteurs. Aux origines de l’enseignement technique en France (1800-1940) » par Stéphane Lembré, Presses universitaires de Rennes, 2013.

À partir du cas du nord de la France, Stéphane Lembré montre que les caractères principaux de l’enseignement technique agricole, commercial et industriel sont le résultat de multiples stratégies. En dépit du consensus qui s’établit sur l’importance de l’enseignement technique, les clivages ont été durables quant au rôle de l’État ou aux modalités de la formation et de sa certification. L’enquête menée à partir de documents nombreux montre que cet enseignement doit beaucoup à l’engagement d’enseignants, d’entrepreneurs et de fonctionnaires.

Avec une préface de Jean-François Chanet.

2013

Stéphane Lembré

filet

Domaines : Histoire contemporaine, Éducation

Collection : Carnot

filet

Format : 15,5 x 24 cm
Nombre de pages : 340 p.

Illustrations : N & B

ISBN : 978-2-7535-2733-1

Disponibilité : en librairie
Prix : 20,00 €

 Plus d’infos: www.pur-editions.fr