SOUT: Charlotte Waligora, “La vie artistique russe en France au XXe siècle – l’art de l’émigration (peinture-sculpture)” / “Russian artistic life in France in the XXth century”, Université Charles-de-Gaulle – Lille 3, 24 novembre 2008

Thèse soutenue le 24 novembre 2008 à l’Université Charles-de-Gaulle – Lille 3

Direction : François Robichon, Université de Lille 3

Président de Jury : Eric Darragon, Université de Paris I

Membres du Jury : Sarah Wilson, Institut Courtauld, Londres, et Andreï Tolstoï, Institut d’Architecture, Moscou

Résumé en français:

L’enjeu implicite de l’émigration artistique russe en France au xxe siècle était d’assurer la pérennité d’une évolution artistique russe intégrée, avant la révolution de 1917, à l’évolution européenne des hommes et des idées.

Entre 1885 et 1991, cinq générations d’artistes russes – peintres et sculpteurs – ont quitté leur pays d’origine et sont venus s’établir en France pour des raisons liées aux conséquences de la grande histoire sur la création russe et en quatre temps distincts : à la fin du xixe siècle, entre 1905 et 1914, après la révolution de 1917, puis au début des années 1970.

Parmi ces créateurs apparaissent, entre autres, quelques grands noms de l’histoire de l’art moderne et contemporain : Marie Vassiliev, Chaïm Soutine, Pinchus Krémègne, Michel Kikoïne, Serge Charchoune, Mihaïl Larionov et Natalia Gontcharova, Alexandre Iacovleff, Léon Zack, Ivan Pougny, Alexandra Exter, Vassily Kandinsky, Nicolas de Staël, Oscar Rabine, Valentina Kropivnitskaya, Erik Boulatov, Vladimir Yankilevsky.

Recomposer l’histoire des artistes russes émigrés sur le territoire français, comprendre le déroulement de leurs carrières dans notre pays, interroger leurs créations en tenant compte de leurs origines et déceler dans les oeuvres autant de concessions de styles faites à l’Occident que les signes forts d’une résistance culturelle, a été l’objectif de cette thèse.

Elle propose en première annexe l’inventaire de la collection nationale française d’art russe composée tout au long du xxe siècle par des agents de l’Etat dévoués au patrimoine. Cet inventaire présente les acquisitions faites aux artistes russes de France, de leur vivant. Elle a été recomposée à partir des dossiers d’achats de l’Etat conservés Archives Nationales.

Cette collection de plus d’un millier d’oeuvres fut initiée par Léonce Bénédite pour le Musée du Luxembourg à l’occasion de l’exposition universelle de 1900, complétée par André Dézarrois pour le Musée des Ecoles Etrangères Contemporaines du Jeu de Paume (1922-1940). Un échantillon de cette collection était donc présenté au public en permanence jusqu’à l’exécution du plan d’évacuation des œuvres en 1939 et la réquisition du lieu, par les nazis, en 1940. Après 1945, elle fut dispersée dans les réserves des musées nationaux et de provinces.

Pendant les soixante-dix années de régime soviétique en Russie, les relations diplomatiques franco-soviétiques ont “interdit” la présentation temporaire, dans les institutions d’état, des oeuvres de ces artistes, majoritairement considérés – statutairement – comme des “apatrides”. Les artistes russes exposés au musée du Jeu de Paume étaient les émigrés, les cartels des oeuvres avançaient la mention “ex-russe” et leurs parcours trahissaient une réalité sociale soviétique qui resta longtemps, en France, l’objet d’une controverse.

Pris dans la tourmente de l’Histoire, ce sont les réseaux privés des galeries parisiennes qui ont participé à accroître leur visibilité. La critique française a, de son côté, trop souvent, négligé les oeuvres et la création mêmes, notamment dans l’entre-deux-guerres, au profit du cadre “historico-lyrique” de l’émigré. Ils furent bien souvent et malgré eux victimes d’amalgames et assimilés à des terminologies caricaturales, celle de “pro-soviétique”, ou de “russes blancs”.

Deux historiens de l’art avaient pourtant tenté de comprendre les enjeux purement artistiques de l’émigration russe en France au siècle dernier : Louis Réau (en 1922) et Arsène Alexandre (en 1932). Il était alors trop tôt pour répondre du point de vue de l’histoire de l’art, aux questions qu’inspirait cette présence singulière, active sur le territoire français.

Ces artistes ont permis, au-delà du cadre de la thèse, d’envisager sous un angle différent l’histoire de l’art français moderne et contemporain, en tenant compte de tous les “aspects” artistiques imaginés et prolongés en marge des ruptures qui ont davantage été retenues et massivement relayées.

La thèse apporte également à la Russie d’aujourd’hui un éclairage sur ce qui a été entrepris par ses élites d’hier, hors frontière, en faveur de ses arts et de sa culture. Elle comble ainsi un domaine de connaissance qui avait été livré à de rares amateurs passionnés et contribue à réintégrer ces artistes à l’histoire de l’art et à une Histoire qui fut aussi la nôtre.

English Summary:

The challenge implicit in the emigration of Russian artists to France in the 20th century was to assure the perpetuity of a Russian artistic evolution that, before the revolution of 1917, was integrated into a European evolution of man and his ideas.

Between 1885 and 1991, five generations of Russian artists (painters and sculptors) left their country of origin and established themselves in France for reasons associated with the consequences of great events that shaped Russia and during four distinct periods: at the end of the 19th century, between 1905 and 1914, after the revolution of 1917, and the period up to the early 1970s.

Amongst these creators there appeared many great names of modern and contemporary art history: Marie Vassiliev, Chaïm Soutine, Pinchus Krémègne, Michel Kikoïne, Serge Charchoune, Mihaïl Larionov and Natalia Gontcharova, Alexandre Iacovleff, Léon Zack, Ivan Pougny, Alexandra Exter, Vassily Kandinsky, Nicolas de Staël, Oscar Rabine, Valentina Kropivnitskaya, Erik Boulatov, Vladimir Yankilevsky.

To recompose the story of those Russian artists who emigrated to French soil, to understand the evolution of their careers in our country, to interrogate their creations and take account of their origins and to detect in their work as many concessions to Western styles as strong examples of cultural resistance, are the objectives of this thesis.

She presents, in the first annexe, an inventory of the French national collection of Russian art composed throughout the 20th century by agents of the state devoted to its heritage. This inventory presents acquisitions from Russian artists in France during their lifetime. She has gathered this information from the State’s purchase dossiers held in the National Archives.

This collection of more than a thousand works was initiated by Léonce Bénédite for the Musée du Luxembourg on the occasion of the Universal Exhibition of 1900, completed by André Dézarrois for the Musée des Ecoles Etrangères Contemporaines du Jeu de Paume (1922-1940) [Museum of foreign schools of contemporary art at Jeu de Paume]. A sample of this collection was then presented to the public permanently until the execution of the plan to evacuate the works in 1939 and the requisition of the space by the Nazis in 1940. After 1945, it was dispersed in the reserves of the national and provincial museums.

During the seventy years of the Soviet regime in Russia, Franco-Soviet diplomatic relations ‘forbade’ the temporary exhibition, in state institutions, works by these artists, generally considered (according to the law) as ‘stateless’. Russian artists exhibited at the museum Jeu de Paume were emigrants, the cards next to their works put forward the term ‘ex-Russian’ and their travels betrayed the reality of Soviet society which remained a subject of controversy for a long time in France.

Caught in the turmoil of this history are the networks of private Parisian galleries who participated in order to increase their visibility. French art criticism, meanwhile, also neglected too often the works themselves and their creation, notably during the interwar period, taking advantage of a ‘lyrical narrative’ of the émigré. Despite this they were often victims of amalgamation and assimilation into the terminology of caricature, that of ‘pro-Soviet’ or ‘white Russians’.

Yet, there were two art historians tried to focus purely on the artistic issues of Russian emigration in France during the last century: Louis Réau (in 1922) and Arsène Alexandre (in 1932). It was of course too early, in terms of art history, to respond to the questions inspired by this strange presence active on French soil.

These artists have allowed, beyond the scope of the thesis, a different perspective on the history of modern and contemporary French art, by taking into account all the artistic aspects imaginable over a long period arising out of the ruptures which were further used and frequently relayed.

The thesis also brings to today’s Russia clarity regarding those who were taken up by the elites of the past, beyond borders, bringing their art and culture into favour. Thus filling an area of knowledge which was consigned to rare passionate enthusiasts and contributes to the reintegration of these artists into the history of art and to a History that is also our own.

5 volumes (1500 p.) : 2 vol. de texte (793 p. 495 ill. coul.), 3 vol. annexes.

Résumé en russe et plus d’infos: http://artistes-russes-en-france-charlotte-waligora.blogvie.com/


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *