Soutenance : Luis Velasco Pufleau, « Musique, antifascisme et autoritarisme : l’oeuvre de Silvestre Revueltas dans le contexte de la Guerre civile espagnole », Université Paris-Sorbonne, 28 novembre 2011

Thèse de doctorat en Musique et musicologie à soutenir à l’Université de Paris-Sorbonne le 28 novembre 2011 à la Maison de la Recherche de Paris-Sorbonne (9h, salle D223).

Sous la direction de Jean-Yves Bosseur (CNRS/Paris-Sorbonne) et Julio Estrada (IIE-UNAM).

Jury :

M. Pierre-Albert Castanet (Université de Rouen, rapporteur)

M. Jean-Marc Chouvel (Paris-Sorbonne)

M. Pierre Michel (Université de Strasbourg, rapporteur)

M. Reinhard Flender (Université de Hambourg)

Mme Olga Picun (UNAM)

Résumé en français :

Le violoniste et compositeur mexicain Silvestre Revueltas (1899-1940) est un des principaux acteurs du développement musical du Mexique postrévolutionnaire durant les années 1930. Proche des avant-gardes artistiques mexicaines, la réception de sa musique est marquée par une double appartenance moderniste et nationaliste, au point que certaines de ses œuvres incarnent le modèle de la musique nationale et se trouvent au cœur de la politique symbolique du régime autoritaire postrévolutionnaire. Revueltas s’engage fin 1935 dans l’antifascisme communiste au sein de la Liga de Escritores y Artistas Revolucionarios (LEAR), luttant contre l’avancée du fascisme dans le monde – notamment après le début de la Guerre civile espagnole – et soutenant les avancées sociales obtenues par le Front Populaire Mexicain (FPM). Les conséquences de l’engagement antifasciste de Revueltas sont considérables, particulièrement dans la thématique de ses œuvres, dans sa vie professionnelle et dans l’utilisation symbolique de sa musique à des fins de légitimation par le régime postrévolutionnaire mexicain. Cette recherche analyse, d’une part, l’impact du militantisme antifasciste de Revueltas dans son œuvre et, d’autre part, la fonction de celle-ci dans la politique symbolique du régime autoritaire mexicain autour de la Guerre civile espagnole. Les résultats montrent que l’engagement antifasciste de Revueltas modifie la thématique de la plupart de ses œuvres après 1936 ainsi que sa conception du rôle du compositeur dans les luttes sociales. De ce fait, il devient indispensable de relativiser la réception exclusivement nationaliste de sa musique en la reconsidérant d’un point de vue politique et militant.

Résumé en anglais :

« Music, antifascism and authoritarianism: the work of Silvestre Revueltas in the context on the Spanish Civil War »

Violinist and composer Silvestre Revueltas (1899-1940) was one of the major players in post revolutionary Mexico musical development during the thirties. Close to avant-gardes Mexican artists, the reception of his music is defined by, both modernist and nationalist. Some of his works embody the national music model, and are at the heart of the symbolic politics of the post revolutionary authoritarian regime. Towards the end of 1935 Revueltas engaged himself in communist antifascism by being a member of the Liga de Escritores y Artistas Revolucionarios (LEAR), fighting against the rise of fascism in the world – especially during the Spanish Civil War – and supporting social progress championed by the Mexican Popular Front (FPM). The consequences of Revueltas’ antifascist engagement are considerable especially on the themes explored in his works, on his professional life and on the symbolic use of his music to legitimize the Mexican post revolutionary system. This research analyses, on the one hand, the impact of Revueltas’ antifascist militancy on his work, and on the other, the role of his work on the symbolic politics of the Mexican authoritarian regime during the Spanish Civil War. Results show that Revueltas’ political engagement alters the theme of most of his works after 1936, as well as the composer’s role in a social contest. It therefore appears to be essential to put into perspective the exclusively nationalist reception of his music reconsidering it from a political and militant point of view.

Contacter l’auteur : lvp@luisvelasco-pufleau.com