Patrimoine: Eglise du Saint-Esprit, architecte Paul Tournon, 1931, 186 avenue Daumesnil, Paris (12e)

Notice rédigée par la Ville de Paris (source: www.paris.fr) :

« Un peu d’histoire…

Un phare chrétien dans un quartier dépourvu d’églises

La population du quartier situé entre le bois de Vincennes, les quais de Bercy et la place de la Nation, connaît un fort accroissement après la Première Guerre mondiale. N’ayant à sa disposition que deux petites églises éloignées l’une de l’autre -l’Immaculée Conception et Notre-Dame de Bercy-, la construction d’un nouveau lieu de culte devient vite une nécessité. Dès l’achat du terrain en 1926, le diocèse confie le projet à Paul Tournon (1881-1964), membre de plusieurs associations d’artistes catholiques. La première pierre est posée par Monseigneur Crépin le 2 juin 1928, mais le manque d’argent reporte l’achèvement du gros œuvre en 1933.

L’implantation de l’église dans le tissu urbain en détermine largement le plan : construite entre des immeubles mitoyens sur deux parcelles de terrain situées l’une, rue Cannebière, l’autre légèrement en contrebas avenue Daumesnil, elle amène l’architecte à composer son plan suivant deux axes différents réunis par un narthex en forme de rotonde. Du côté de l’avenue Daumesnil l’étroitesse du terrain et un manque de visibilité dans ce quartier faiblement pourvu en repères monumentaux, conduisent Paul Tournon à concevoir un haut clocher, phare destiné à «appeler les âmes à la source de la lumière, de la fécondité et de l’ordre ». Son caractère imposant est renforcé par la verticalité du faisceau de contreforts encadrant la loggia de bénédiction. La façade de la rue Cannebière offre quant à elle un exemple remarquable d’intégration urbaine par son alignement sur les immeubles mitoyens. Elle est ornée de sculptures réalisées entre 1941 et 1942 qui représentent les Saisons (bas-reliefs) et les Métiers, ces derniers étant taillés dans le béton frais par Sarrabezolles ou moulés dans le ciment.

Une vitrine des Chantiers du Cardinal

Le cardinal Verdier, conscient de l’importance des besoins du diocèse de Paris en matière d’équipement religieux, lance en 1932 un emprunt destiné à financer un vaste programme de construction d’églises. L’église du Saint-Esprit est la septième et la plus importante des réalisations de ces Chantiers du Cardinal. Les objectifs de l’archevêché -apostolat social, lutte contre le chômage dans un contexte de crise économique- se doublent dans le cas du Saint-Esprit d’un «apostolat artistique», les différents arts et tout particulièrement l’art mural y trouvant un champ d’expression privilégié.

L’architecture

Une Sainte-Sophie de béton et de ciment

L’importance des volumes de l’édifice conditionne le choix de la structure et des matériaux. L’ossature est en béton armé revêtu de briques appareillées à l’extérieur et d’un remplissage en meulière pour les parties cachées. Le béton est en revanche laissé brut de décoffrage à l’intérieur où la partie centrale est séparée des bas-côtés par des arcades supportant une galerie de passage aux allures d’aqueducs romains. L’église est coiffée d’une grande coupole centrale en ciment encadrée de quatre demi-coupoles, chacune d’elles étant contrebutée par trois petites coupoles. Ce dispositif s’inspire de la basilique Sainte-Sophie de Constantinople, modèle de l’architecte qui évoque en ces termes la conception de son ouvrage : «Lorsqu’on me fit savoir que l’église projetée serait sous le vocable du Saint-Esprit, j’eus l’impression immédiate de la vaste coupole, image humaine de l’univers, avec l’Esprit-Saint au zénith».

Décors intérieurs et œuvres

Un décor comme manifeste du renouveau de l’art sacré

L’efficacité du message architectural est renforcée par le décor à la fois sobre et somptueux : le vide sous les coupoles laisse se développer les peintures pour lesquelles Paul Tournon établit un programme iconographique rigoureux. Il fait appel à quelques personnalités fortes et à divers groupements d’artistes catholiques parmi lesquels les Ateliers d’Art sacré. Les artistes ont pour consigne de peindre à fresque en donnant la même hauteur aux figures et d’employer les mêmes colorations pour les fonds (le rouge devant être la tonalité dominante).

Depuis le porche, le visiteur découvre successivement l’histoire de la Création, les figures allégoriques des Forces matérielles et spirituelles (fresques en camaïeu d’Hélène et Nicolas Untersteller, dans la rotonde), le Péché originel et son rachat par l’avènement du Christ (décor à la caséine par Elisabeth Branly, baptistère). La Pentecôte, exécutée par Maurice Denis et ses élèves dans la chapelle de la Vierge, est au cœur d’un ensemble décoratif conçu comme une « Bible du peuple » : une  trentaine de compositions à fresque relatent l’histoire de l’évangélisation du monde, du IIe au XXe siècles. Ces fresques sont ponctuées par les stations du Chemin de croix peintes à l’huile sur toile marouflée par Georges Desvallières, créateur avec Maurice Denis des Ateliers d’Art Sacré en 1919. Sur la coupole et ses pendentifs, un décor en mosaïque représente la Trinité et les quatre évangélistes.

Un projet inachevé

Le programme iconographique initial s’articulait autour de trois thèmes centraux: l’Eglise souffrante, l’Eglise militante et l’Eglise triomphante mais le décor est resté inachevé faute d’argent. Tournon avait prévu la réalisation de vitraux dans le bas-côté droit, de chapiteaux en béton symbolisant les grands ordres religieux, ainsi que la gravure de gisants sur les dalles de l’allée centrale. Il envisageait en outre de couvrir les piliers d’un revêtement de pierre et non de laisser le béton brut de décoffrage.

Malgré ce décalage avec le projet initial, la grande visibilité de la structure constructive mise au service du message théologique, le caractère didactique et unitaire du décor, l’association du respect des traditions formelles et techniques à l’emploi de matériaux et de procédés de construction modernes, font de cet édifice l’un des plus importants ensembles de l’art chrétien de l’entre-deux-guerres. »

Église du Saint-Esprit Paris 12e arrondissement

Peintures murales par une quarantaine d’artistes dont Maurice Denis, Georges Desvallières, Henri Marret, Jean Dupas, Pauline Peugniez.

[Cliché Daniel Lebée, SDIG.]



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.