De la guerre dans l’art, de l’art dans la guerre : artistes, œuvres et pratiques artistiques face aux guerres du XXe siècle

De la guerre dans l’art, de l’art dans la guerre : artistes, œuvres et pratiques artistiques face aux guerres du XXe siècle

War in art, art in war: artists, artistic works and artistic processes in twentieth century’s warfare

Le colloque qui se tiendra à Agen (Lot-et-Garonne) les 29 et 30 janvier 2010 s’adresse principalement aux jeunes chercheurs. Il devrait permettre de faire un point sur les recherches universitaires actuelles (internationales) portant sur les liens qu’entretiennent les artistes et leur art (arts plastiques/musique) avec les « conflictualités »[1] guerrières du XXe siècle.

Les conflits du XXe siècle, particulièrement les deux guerres mondiales, ont longtemps été perçus comme des périodes marquées soit par une absence de création, soit par la mise en place d’une esthétique officielle imposée, soit par un retour à des « formes anciennes » ou bien encore comme un « point zéro » qui permettait ensuite d’élaborer de nouvelles formes. Avec le développement de l’« histoire culturelle », et l’intérêt croissant porté aux arts extra-occidentaux, des approches interdisciplinaires enrichissantes ont été réalisées, offrant une meilleure compréhension des ruptures apparentes, des continuités et des répétitions (de guerres en guerres) qui se sont opérées en matière de création, laissant place à une histoire des arts plus nuancée.

Face à la multiplication des études portant sur ce thème, il apparaît aujourd’hui possible de procéder à un croisement et à une confrontation des problématiques liant « art et guerre », non seulement concernant les deux guerres mondiales, mais aussi à partir d’études portant sur d’autres conflits du XXe siècle : guerres civiles, guerres coloniales ou de décolonisation, conflits ethniques, religieux. À travers cette confrontation, il s’agira d’élaborer une pensée transversale et diachronique permettant de décloisonner et d’enrichir les regards portés sur ce sujet. Les propositions de différentes disciplines seront les bienvenues (histoire de l’art, histoire, musicologie, anthropologie, sociologie, etc.) de même que des approches pluridisciplinaires.

Un des objectifs de ce colloque sera de développer une réflexion sur la/les manière(s) dont les conflits (selon leur durée, leurs modalités et leurs enjeux) marquent les créations platisques et musicales, et en parallèle de mettre en évidence les convergences et les divergences de comportements des artistes et des institutions artistiques en période de conflits armés.

Le titre de ce colloque laisse émerger l’idée selon laquelle les implications des artistes dans les conflits influencent fondamentalement la création artistique. Il s’agira de comprendre plus précisément ce que la distance/l’absence de distance, permettent/empêchent d’exprimer.

D’autres thèmes pourront être abordés, parmi lesquels :

  • Créer/ne pas créer au cœur des conflits (soldats, civils)
  • La création comme « nécessité » de dire/montrer/(re)présenter/évoquer ?
  • L’art comme engagement : approuver/dénoncer
  • Violences de guerre et processus de création
  • Quelle « esthétique de guerre », au service de quelle création ?
  • Les institutions et leur politique en période de guerre : salons, écoles, collections et musées
  • Vivre de son métier d’artiste en période de guerre
  • Conditions économiques de la création et de la diffusion en temps de guerre
  • La construction d’« imaginaires » de guerre dans la création, et leur diffusion
  • Véracité et/ou fabulation des œuvres relatives aux conflits

Comité scientifique (en cours de constitution) :

Michèle Alten (Maître de Conférences/HDR, Université Paris IV Sorbonne), Claire Aslangul (Maître de Conférences, Université Paris IV Sorbonne), Annette Becker (Professeur, Université Paris Ouest Nanterre la Défense/Historial de La Grande Guerre Péronne), Thierry Dufrêne (Professeur, Université Paris Ouest Nanterre la Défense/ INHA), Itzhak Goldberg (Maître de Conférences, Université Paris Ouest Nanterre la Défense), Philippe Gumplowicz (Directeur d’études, EHESS), Dominique Jarrassé (Professeur, Université Michel de Montaigne Bordeaux 3), Sophie-Anne Leterrier (Professeur, Université d’Artois), Ludovic Tournès (Maître de Conférences, Université de Rouen).

Comité d’organisation :

Marine Branland (Doctorante, Université Paris Ouest Nanterre la Défense), David Mastin (Doctorant, Université Paris Ouest Nanterre la Défense), Céline Piot (Doctorante, Université Michel de Montaigne Bordeaux 3).

Modalités pour proposer une communication :

Les propositions d’intervention (300 mots maximum) accompagnées d’une brève « bio/bibliographie » vous concernant, devront être envoyées avant le 30 septembre 2009 à l’adresse suivante : art-guerre.colloque-janvier2010@hotmail.fr . Les langues de communication sont le français et l’anglais. Les postulants seront avisés de la sélection de leur proposition fin octobre 2009.

*Pour les participants, les frais de déplacement et d’hébergement seront pris en charge en tout ou partie.

*Les communications (inédites) retenues par le comité scientifique seront publiées dans les Actes du colloque aux Éditions d’Albret.

Ce colloque reçoit le soutien de :

–          L’Association « Les Amis du Vieux Nérac / Éditions d’Albret »

–          Le Centre de Recherche HAR (Histoire, Arts, Représentations) et plus particulièrement le Centre Pierre Francastel (Université Paris Ouest Nanterre la Défense)

–          L’Ecole Doctorale (395) « Milieux, Cultures et Sociétés du Passé et du Présent » (Université Paris Ouest Nanterre la Défense)

–          L’Ecole Doctorale (480) « Montaigne-Humanités » (Université Michel de Montaigne Bordeaux 3)



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.