Recherche: le FeliXart Museum de Drogenbos rejoint le projet BRAIN-be 2.0, BeAM – Belgian Abstract Modernism in the Spotlight

Communiqué du FeliXart Museum:

“Nous sommes très fiers d’annoncer que nous faisons partie du prestigieux projet BRAIN-be 2.0, BeAM – Belgian Abstract Modernism in the Spotlight. Ce projet de recherche technique en histoire de l’art porte sur l’analyse des pigments pour permettre une meilleure datation et conservation des œuvres d’art. Le FeliXart Museum se positionne ainsi comme un centre d’expertise scientifique sur l’art abstrait. Grâce à cette subvention de la Politique scientifique fédérale (BELSPO), nous consacrerons les quatre prochaines années à une recherche approfondie concernant l’œuvre de Felix De Boeck, cette recherche servira de point de référence pour l’analyse pigmentaire de l’œuvre de [ses] contemporains.”

Ce projet, indispensable concernant le modernisme belge, devrait permettre d’offrir enfin une chronologie plus sûre de l’œuvre de certains artistes, et de ce fait une meilleur conservation de leurs œuvres.

Plus d’infos: https://felixart.org

Publication: Anaïs Albert, “La vie à crédit. La consommation des classes populaires à Paris (années 1880-1920)”, Paris: Éditions de la Sorbonne, septembre 2021

Présentation par l’éditeur:

“Dans le Paris de la Belle Époque, de plus en plus d’ouvriers, d’employés et de petits fonctionnaires accèdent à la consommation. Les garde-robes se diversifient, les intérieurs populaires se peuplent peu à peu de meubles, comme la très convoitée armoire à glace, et la décoration envahit le logement. Les plus aisés des ouvriers et des employés arrivent même à acheter une bicyclette ou une machine à coudre. Cette nouvelle culture matérielle émerge grâce au développement du crédit qui donne accès financièrement à la consommation et de la publicité qui donne envie d’acheter des biens nouveaux. Georges Dufayel, en pionnier de cette révolution commerciale, a bâti un empire économique à la fin du siècle. Ses magasins grandioses, installés boulevard Barbès, deviennent les temples de la consommation populaire parisienne.
Ces objets et leurs usages témoignent également d’une culture populaire spécifique, encore marquée par la vulnérabilité économique et le recours à la débrouille. De la fréquentation du Mont-de-Piété à l’achat d’objets d’occasion chez les brocanteurs, en allant parfois jusqu’au vol, ces pratiques ressemblent bien souvent à des « consommations transitoires », non sans le risque, aussi, de la saisie des biens et de l’expulsion du logement. Touchant à l’histoire de la vie privée, des échanges économiques ordinaires et de la culture matérielle, cet ouvrage met en lumière à la fois les dominations multiples qui pèsent sur les classes populaires et les petits arrangements, les micro-résistances, qui traversent le peuple des choses et les choses du peuple.”

Plus d’infos: http://www.editionsdelasorbonne.fr

Lauréats 2021 du “Space Between Society Essay Prize” (thématique: “Race in the Space Between, 1914-1945”)

Le comité d’attribution du “Space Between Society Essay Prize”, récompensant la meilleure présentation à son congrès annuel, a décidé cette année de décerner son prix à Chris Dingwall, pour son article “On Being Practicable: Vernon Winslow and the Craft of the New Negro Renaissance”. De par la difficulté à départager ces deux articles, l’article de Tess Korobkin, “Making Lynching Modern: Isamu Noguchi’s Death (1934)”, reçoit une mention honorable. Pour rappel, la thématique du congrès de 2021 était: “Race in the Space Between, 1914-1945”.

Présentation des deux articles lauréats par le comité:

Chris Dingwall’s essay uses craft work to foreground instances of African-American innovation in the interwar period and position Black writers and artists of the New Negro Renaissance and beyond as makers of their own economies and vital contributors to American modernity. It makes significant interventions in African-American studies, modernist studies, and art/craft history as it moves from its point of focus—Vernon Winslow’s 1940 essay on “Making the Negro’s Art Practicable”—into interconnected explorations of economics, education, migration, modernism, and art/craft of the interwar period and today. The essay contributes to an ongoing expansion of scholarly understanding of the New Negro Renaissance beyond its northern iterations, casting New Orleans as a hub of interwar black cultural production, rather than simply a departure point for the Great Migration. Dingwall convincingly makes the case that craft work (he includes both craft practices and writings on craft) “performed a vital service in sustaining and growing African American economies” and in “renovating everyday black culture” by demonstrating how practices sustained by enslaved people could be revitalized as part of a “communal process” to contest the power structures that kept people enslaved into the early twentieth century. Craft was not just practicable but political, Dingwall demonstrates, as he uses Winslow’s work to identify practical means and modalities of black art, autonomy, and excellence.”


Tess Korobkin’s “Making Lynching Modern: Isamu Noguchi’s Death (1934)” earns an honorable mention by virtue of its compelling and thought-provoking positioning of lynching within the fabric of modernity and modernist art. Resisting narratives—present in the early 20th century and today—that relegate lynching to the periphery of American modernity, Korobkin demonstrates how Noguchi’s use of ultra-modern materials and inter-medial references in his sculpture of a hanged man forced viewers to confront the shared temporality and media ecology of modernist art and white supremacist violence. The committee was impressed with the paper’s interdisciplinary and inter-medial scope, particularly its attention to material culture and the circulation of images of violence and horror.”

Pour en savoir plus sur le travail de Chris Dingwall: https://chrisdingwall.com/

Pour en savoir plus sur le travail de Tess Korobkin: https://arthistory.umd.edu/directory/tess-korobkin

Pour en savoir plus sur The Space Between et ses activités: https://spacebetweensociety.com/

Bonne rentrée à tous et bonnes lectures!

Soutenance de thèse : Jean-Michel Galland, « L’édition illustrée de l’entre-deux-guerres à travers l’œuvre de trois de ses acteurs, Clément Serveau, Jean-Gabriel Daragnès et Daniel-Henry Kahnweiler : une approche socio-esthétique », École nationale des chartes, 12 janvier 2021

 

Sous la direction de Christophe Gauthier, professeur d’histoire du livre et des médias contemporains à l’École nationale des chartes, et de Laurent Baridon, professeur d’histoire de l’art contemporain à l’université Lumière Lyon 2.

Le jury est également composé de Béatrice Joyeux-Prunel, professeur à l’université de Genève; Philippe Kaenel, professeur à l’université de Lausanne; Gérard Mauger, directeur de recherche émérite au CESSP; et Hélène Védrine, maître de conférences à Sorbonne université.

Résumé :

Cette thèse a pour ambition de comprendre et d’expliquer l’illustration littéraire, une pratique artistique majeure de l’entre-deux-guerres français. Les carrières et les publications de trois acteurs de l’édition illustrée de cette période, Daniel-Henry Kahnweiler, Jean-Gabriel Daragnès et Clément Serveau, font d’abord l’objet d’une étude détaillée menant à un premier niveau d’explication des corpus considérés, exprimée à ce stade en termes de personnalité et de contexte. Une approche socio-esthétique de l’activité dans son ensemble est ensuite développée sur la base des théories de Pierre Bourdieu. Les structures, pendant l’entre-deux-guerres, des champs de l’illustration, de l’art et de la littérature sont décrites. Un modèle, à la fois conceptuel et expérimental, de l’illustration littéraire est proposé. Cet outil, à même de rendre compte des caractéristiques des œuvres et du parcours de leurs auteurs, est utilisé pour revisiter l’interprétation des trois corpus éditoriaux étudiés.

Summary:

A socio-aesthetic approach to the illustrated edition between the world wars through the work of three of its actors: Clément Serveau, Jean-Gabriel Daragnès and Daniel-Henry Kahnweiler. The purpose of this thesis is to understand and explain the literary illustration, a major artistic practice in France between the world wars. The careers and the publications of three actors of the illustrated edition in that period, Daniel-Henry Kahnweiler, Jean-Gabriel Daragnès and Clément Serveau, are first closely examined in order to offer a first level of explanation of these bodies of works, viewed at this stage through the lenses of personality and context. A socio-aesthetic analysis of this activity as a whole is then developed, based on the theories of Pierre Bourdieu. The structures, during the period between the wars, of the fields of illustration, art and literature are described. A model, both conceptual and experimental, of the literary illustration is proposed. This tool, able to explain the characteristics of the works and the careers of the illustrators, is used to revisit the interpretation of the three studied corpora.

Pour en savoir plus :

http://www.chartes.psl.eu/fr/actualite/jean-michel-galland-soutient-sa-these-doctorat

Pour contacter l’auteur :

gallandjm@gmail.com

Soutenance HDR: Marie Gispert, “Pour une histoire ouverte et empirique de l’art et des médiations artistiques en Europe, 1900-1970”, Université Paris 1, 3 décembre 2020 (vidéoconférence)

Soutenance d’Habilitation à Diriger des Recherches

Marie Gispert
MCF, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, HiCSA

Pour une histoire ouverte et empirique de l’art et des médiations artistiques en Europe, 1900-1970

Le 3 décembre 2020 à 15h00 ( en visioconférence)

Le dossier comprend :
– Une synthèse du parcours scientifique.
– Un mémoire inédit intitulé Jean Cassou : une histoire du musée, du Front Populaire au Centre Pompidou.
– Un recueil de travaux composé d’une sélection de 25 articles scientifiques.

Le jury de cette habilitation est composé de :
Laurence Bertrand Dorléac, professeure d’histoire de l’art, Sciences Po Paris (garante); Philippe Dagen, professeur d’histoire de l’art, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne; Rossella Froissart, directrice d’études à l’EPHE; Emmanuel Pernoud, professeur d’histoire de l’art contemporain, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne; Gregor Wedekind, professeur d’histoire de l’art, Johannes Gutenberg-Universität Mainz; Bertrand Tillier, professeur d’histoire, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Informations :
Lien zoom sur inscription : marie.gispert@univ-paris1.fr

Publication: Manu Van der Aa, “Bedelen bij Picasso : Paul Méral, genie & charlatan”, Uitgeverij Vrijdag, 2020, 190 pages.

Présentation de l’éditeur:

“De Belg Paul Méral was aan het einde van de Eerste Wereldoorlog tijdelijk wereldberoemd in Parijs. Befaamde kunstenaars als André Gide, Max Jacob, Arthur Honegger en Pablo Picasso behoorden tot zijn vriendenkring. Dat had allemaal te maken met de ophefmakende opvoeringen van zijn toneelstuk Le dit des jeux du monde, dat le tout-Paris gezien wilde hebben. Paul Méral was het pseudoniem van de Gentenaar Herman de Guchtenaere (1895-1946), zoon van een katholieke volksvertegenwoordiger en jeugdvriend van de latere Verdinaso-leider Joris van Severen. Na zijn moment de gloire probeerde Méral – die door vrijwel iedereen die hem kende als een genie werd beschouwd – zijn (literaire) carrière voort te zetten. Al zijn goede voornemens leidden door zijn eigen schuld – drank- en gokverslaving, mythomanie en oplichterij – naar de definitieve ondergang en de artistieke vergetelheid, zijn omgang met bekende schrijvers en kunstenaars als E. du Perron, Jan Greshoff, Sasha Stone en Franz Hellens, ten spijt.”

Traduction rapide par nos soins:

“A la fin de la Première guerre mondiale, le [poète] belge Paul Méral était très connu à Paris. Des artistes célèbres, tels qu’André Gide, Max Jacob, Arthur Honegger et Pablo Picasso, faisaient partie de son cercle d’amis. Il devait cette notoriété au succès de sa pièce de théâtre, Le dit des jeux du monde, connue du tout-Paris. Paul Méral était le pseudonyme d’Herman de Guchtenaere (1895-1946), Gantois, fils d’un député catholique à la chambre et ami d’enfance du futur leader du [parti national socialiste] Verdinaso, Joris van Severen. Après ce moment de gloire, Méral – qui était considéré par tous ceux qui le connaissaient comme un génie – tenta de poursuivre sa carrière littéraire. Toutes ses bonnes intentions furent sabordées par son propre comportement, dépendances à l’alcool et au jeu, mythomanie et escroquerie, et le conduirent définitivement vers l’oubli.  Cela ne l’empêcha pas, néanmoins, de fréquenter des écrivains et des artistes comme E. du Perron, Jan Greshoff, Sasha Stone et Franz Hellens.”

 

Plus d’informations sur le site de l’éditeur: https://www.uitgeverijvrijdag.be/product/2208742/bedelen-bij-picasso

Séminaire en ligne (direct) ce mardi 3 novembre à 18h – “La Commune des Lumières. Portugal 1917-18, une utopie libertaire” – avec Jean Lemaitre, Bruxelles, ULB, CHSG

En raison de l’aggravation de la situation sanitaire, le séminaire du 3 novembre sur « La Commune des Lumières. Portugal 1917-18, une utopie libertaire » avec Jean Lemaitre, aura lieu EN LIGNE, il sera diffusé EN DIRECT sur Facebook (pour le rejoindre, il suffit de cliquer sur la case « Rejoindre l’événement » ci-dessus ou copier dans la barre de recherche de votre navigateur l’adresse suivante : https://www.facebook.com/143293272817126/posts/983077805505331/« ) et sur Youtube (https://www.youtube.com/watch?v=ijkFYOBo8bg).Vous pourrez poster vos questions à notre invité dans les commentaires.Ce séminaire en ligne est l’occasion d’une collaboration avec Radio Campus (émission « Histoire de savoir ») . Invité : Jean Lemaitre – Animation : Francine Bolle (CHSG, ULB), Déborah Fabré (Radio Campus) et Nicolas Verschueren (CHSG, ULB).

 

Le mardi 3 novembre 2020, de 18h à 20h, en ligne (voir ci-dessus), nous accueillerons Jean Lemaître (enseignant retraité, journaliste et écrivain, administrateur au CArCoB) qui viendra nous parler de son dernier ouvrage paru en janvier 2020 (éditions Otium/envie De Lire) « La commune des Lumières » : La Commune des lumières au Portugal fut, en 1917, une expérience de réalisation d’un projet de vie communautaire se réclamant de l’anarcho-communisme. Malgré sa brièveté et le peu de traces écrites qu’elle a léguées, elle a durablement marqué les populations de l’Alentejo. La figure de celui qui en fut le principal instigateur, António Gonçalves Correia, pionner du naturisme et des pédagogies nouvelles, sa vie et ses combats demeurent une référence pour l’ensemble des composantes du mouvement révolutionnaire au Portugal, et ce bien au-delà de celles se réclamant de la tradition libertaire. Jean Lemaître explore cet héritage, entre reportage et fiction, sans négliger les rares archives disponibles. : une expérience de vie communautaire se réclamant de l’anarcho-communisme menée dans la région de l’Alentejo au Portugal, à partir de 1918, et à son instigateur A.G. Correia, pionnier du naturisme et des pédagogies nouvelles.

Lien vers le direct sur Youtube (https://www.youtube.com/watch?v=ijkFYOBo8bg). Pas de compte requis pour regarder, mais pour poster des questions dans les commentaires il faut se connecter (donc avoir/créer un compte gmail)

Lien vers l’événement Facebook : https://www.facebook.com/events/275625873512202/?acontext=%7B%22event_action_history%22%3A[%7B%22mechanism%22%3A%22surface%22%2C%22surface%22%3A%22create_dialog%22%7D]%2C%22source%22%3A5%7D

AC/CFP: “Domestic Politics: Women’s Private Lives and Public Writing in the Mid-Century”, edited by Melissa Dinsman, Megan Faragher, and Ravenel Richardson. Deadline: November 1, 2020

The mid-twentieth century saw seismic shifts for British women, including those living under British rule in the colonies, in the public and private spheres. These years are often imagined as a wave of expansion and constriction, with the swelling of economic and political freedoms for women in the 1930s, the cresting of women in the public sphere during the Second World War, and the resulting break as employment and political opportunities for women dwindled in the 1950s when men returned home from the Front. But this narrative needs reexamining. This book aims to revivify studies of the female writers living or working in Britain, or under British rule, during the mid-century while also complicating extant narratives about the divisions between domesticity and politics.

We are looking for essays that explore how women represented the transformation of the quotidian, including the home, employment, family life, religious participation, etc. Specifically, we seek contributions that examine how women writers addressed political and wartime upheaval in the 1930s and 1940s along with the substantial shifts that occurred as war-torn countries attempted to adjust to a fraught peacetime in the 1950s, which also saw domesticity reconceptualized as a form of public duty.

We seek contributions to this volume that engage with a variety of fields including (but not limited to) journalism, photojournalism, fiction, archival discoveries, life writing, poetry, and film. We welcome abstracts that focus on single author or comparative, transnational approaches on the following topics:

  • How politics shaped, limited, and/or expanded women’s domestic experiences in the mid-century
  • The interactions between women and the public sphere, including industry, medicine, education, and politics
  • Transnational writing: travel writing, journalism, ex-patriate accounts
  • The intersectional politics of race, class, and gender in the domestic and public spheres
  • Reconceptualizing the public/private divide in the mid-century
  • Colonial and Commonwealth perspectives

If interested, please send a short bio and an abstract of 300 words to Melissa Dinsman (mdinsman@york.cuny.edu), Megan Faragher (megan.faragher@wright.edu), and Ravenel
Richardson (mrr82@case.edu) by November 1, 2020.

Final chapters of 6000-7500 words will be requested by August 15, 2021.

JE (online): “Perspectives et horizons de l’histoire des sciences humaines et sociales entre 1920 et 1940”, Bruxelles, ULB, mardi 15 septembre, 10h30-12h30

PROGRAMME
10h30
Connexion et accueil des participants

10h45
Marine DHERMY-MAIRAL (Université de Genève)
Construire la connaissance dans un monde incertain (1920-1950)

11h15
Frédéric AUDREN (Sciences Po Paris – ULB)
Les sciences sociales du droit dans l’entre-deux-guerres : des savoirs sans histoire ?

11h45
Ludovic TOURNES (Université de Genève)
Rockefeller fellows as heralds of globalization. The circulation of elites, knowledge and practices of modernization (1920s-1970s)

12h15
Discussion

INFORMATIONS PRATIQUES
QUAND ? mardi 15 septembre 2020, de 10h30 à 12h30
OU ? Sur JITSI (via un lien de connexion et un mot de passe communiqués par mail la veille)
COMMENT ? Inscription par mail
CONTACT
Marie LINOS
mlinos@ulb.ac.be
Doctorante ULB – Mondes modernes et contemporains
FNRS

AC/CFP: “Les arts russes en France aux XXe et XXIe siècles : exporter l’image de soi”, Besançon, Université de Franche-Comté, 11-12 juin 2020. Date limite de soumission: 17 février 2020

Ce colloque international est organisé par le pôle « Arts et littérature » du laboratoire ELLIADD (EA4661), programme 1: Archives littéraires, artistiques et culturelles. Il propose d’étudier la présence des arts russes et soviétiques en France au XXe et XXIe siècles : musique, cinéma, théâtre, ballet, opéra, arts plastiques, photographie et architecture. Y seront évoqués le rôle de l’État dans les mécanismes de diffusion de l’art à l’étranger, les motivations idéologiques, les critères de sélection, la notion d’art d’exportation, les retombées médiatiques, les acteurs de l’action culturelle russe et soviétique.

Les échanges artistiques russes et soviétiques orientés vers la France ont connu au XXe siècle des phases de ruptures ou de ralentissement du fait de relations politiques souvent antagonistes et, bien entendu, de la guerre froide. Ils ont néanmoins été conséquents, et les arts russes présents en France sur scène, dans les lieux d’expositions, au cinéma comme dans une multitude de contextes artistiques.

Malgré l’absence de transparence caractéristique du système institutionnel soviétique, il est possible de dégager une série de mécanismes et de synergies à l’œuvre dans l’action culturelle russe en direction de l’étranger au XXe siècle. Ainsi, une sorte de chaîne (inter)actionnelle se dessine a posteriori : détermination des objectifs par les institutions – organisation concrète des événements – sélection des œuvres – appropriation de la réception française.

Les motivations idéologiques des autorités culturelles soviétiques fluctueront, on le sait, en lien avec le contexte et les enjeux politiques en présence. Elles se trouvent également tout au long de la période soviétique fortement contrecarrées par des éléments d’ordre interne. Ainsi, alors que les rapports entre les différentes institutions chargées des échanges culturels avec l’étranger (rapports de hiérarchie, de collaboration ou de rivalité) s’avèrent complexes, des difficultés de fonctionnement (manque d’argent, manque d’effectifs, etc.) empêchent parfois d’organiser les événements à l’échelle escomptée. Les projets inaboutis restent noyés dans l’opacité du système d’organisation, et la question se pose de savoir dans quelle mesure l’absence de transparence et la « culture du secret » n’étaient pas en partie recherchées pour « couvrir » ce qui avait été mal fait, tout comme pour masquer les défaillances dans la gestion du domaine artistique.

Les critères de sélection des œuvres en direction de l’étranger, et de la France en particulier, dépendent quant à eux du type d’événement visé, de son envergure, de la qualité esthétique des œuvres, du niveau de reconnaissance des artistes et de leur capital symbolique à l’intérieur comme à l’extérieur du pays. Un critère important et omniprésent dans la sélection tient à la notion d’excellence (A. Gide, 1936) requise dans les œuvres montrées à l’étranger, dans le but d’informer à la fois du niveau de maîtrise artistique soviétique, et, par ricochet, de l’excellence de la vie socialiste. La notion d’ « art d’exportation » (“na èksport”) montre enfin une volonté de s’adapter au goût étranger, alors même que les œuvres en question ne sont pas au premier plan à l’intérieur du pays. Il s’agira de déterminer si cette idée de processus de création « pour l’étranger » est attestée par les faits – dans quelles disciplines observe-t-on par exemple des commandes spécifiques, et pour quelles raisons ?

L’analyse précise comme l’examen critique des retombées médiatiques des évènements organisés en France génèrent des effets-retours ou « effets-boomerang » (M. David-Fox ; J.-F. Fayet) sur les futurs choix d’action culturelle – ils structurent l’organisation de ces événements.

Concernant les acteurs de l’action culturelle soviétique, les liens personnels viennent régulièrement compenser la distanciation des liens artistiques officiels entre la France et l’URSS. Des acteurs non institutionnels prennent ponctuellement des rôles très importants dans le processus d’organisation des échanges vers la France. Certains d’entre eux deviennent de véritables « médiateurs » (S. Cœuré, R. Mazuy) dans les affaires artistiques. Nous tenterons d’analyser la nature des liens de ces acteurs privés avec les autorités des deux pays.

En France, l’enseignement des théories artistiques offre une part belle à de nombreux aspects de la culture russe et soviétique (théories de l’acteur, théories du montage, école de ballet, etc.). Quels éléments issus de la création esthétique soviétique elle-même (œuvres, courants, tendances…) ont exercé une influence sur les pratiques artistiques françaises ? Si l’idée d’une influence des arts soviétiques ne paraît pas flagrante, on ne peut ignorer néanmoins l’existence de courants directement inspirés des expériences soviétiques musicales ou théâtrales dans les milieux populaires et pro-communistes français, ou encore, plus largement, l’impact esthétique du constructivisme et des techniques spécifiques de l’art graphique soviétique.

La période suivant 1991 correspondra à celle d’une soudaine facilité de circulation à l’origine de transformations dans les mécanismes d’échanges. Elle pourrait constituer une entrée à part du colloque : comment se décident et s’organisent les événements culturels russes en France depuis 30 ans, quel est le poids relatif des contacts privés dans les initiatives d’échanges ? Peut-on, par ailleurs, parler d’un héritage, par glissements, même partiels, de certains usages soviétiques ? Quel rôle l’État a-t-il conservé dans les mécanismes de diffusion de l’art à l’étranger, avec quel degré d’interventionnisme ? Quels types d’aides sont allouées : fédérales, régionales, privées ? La notion d’excellence se retrouve-t-elle encore dans les critères de sélection ? Enfin, qu’est devenue la notion d’art d’exportation et perçoit-on encore la présence de messages dans les œuvres aujourd’hui sélectionnées ?

Chercheurs et chercheuses issus de toutes les disciplines des sciences humaines et sociales sont invités à nous adresser leurs propositions dans ces thématiques. La littérature a été, à regret et compte tenu de l’ampleur des questions abordées, écartée des disciplines intégrées à notre réflexion, tout comme la production esthétique des artistes de l’émigration. Les communications retenues concerneront : musique, cinéma, théâtre, ballet, opéra, arts plastiques, photographie et architecture, pour les périodes soviétique et post-soviétique.

Modalités de participation

Les propositions de communication, d’un volume maximal de deux pages, peuvent être soumises jusqu’au 17 février 2020,aux adresses suivantes :

  • tatiana.trankvillitskaia@univ-fcomte.fr
  • jasmine.jacq@univ-fcomte.fr

Comité scientifique

  • Marie-Christine Autant-Mathieu (Eur’ORBEM, CNRS Sorbonne Université)
  • Régis Gayraud (CELIS, Université Clermont Auvergne)
  • Jasmine Jacq (ELLIADD, Université de Franche-Comté)
  • Emilia Koustova (GEO, Université de Strasbourg)
  • Pascal Lecroart (ELLIADD, Université de Franche-Comté)
  • Pascale Mélani (CLARE, Université Bordeaux Montaigne)
  • François Robichon (IRHiS, Université de Lille)
  • Serge Rolet (Eur’ORBEM, Université de Lille)
  • Dany Savelli (LLA CREATIS, Université Toulouse – Jean Jaurès)
  • Irina Tcherneva (CERCEC-CNRS)
  • Tatiana Trankvillitskaïa (ELLIADD, Université de Franche-Comté)
  • Dany Savelli (LLA CREATIS, Université Toulouse – Jean Jaurès)

Comité d’organisation

  • Lilia Androsenko, 
  • Jasmine Jacq,
  • Tatiana Trankvillitskaïa

Les articles seront demandés à l’issue du colloque en vue de leur publication.

Lieu du colloque : Auditorium de la MSHE Claude-Nicolas Ledoux, 1 Rue Charles Nodier, 25000 Besançon.

Frais d’inscription à prévoir par participant : 30 euros. Cette contribution pourra être revue à la baisse en fonction des aides institutionnelles obtenues.

 

Colloque : “Nationalism and Cosmopolitanism in the Avant-Garde and Modernism: the Impact of WW1”, Prague, 27-28 novembre 2014

Prague, Institute of Art History of the Academy of Sciences of the Czech Republic, Husova 4, 110 00 Praha 1

November 27 – 28, 2014

This workshop follows up on discussions that were initiated at an international symposium in Stockholm: The European Artistic Avant–Garde c. 1910-1930: Formations, Networks and Transnational Strategies (11–13 September 2013). It focuses on one particular aspect of the avant-garde and modernism, namely, the clash therein of the national, the transnational and the cosmopolitan. In the countries of Central and Eastern Europe, but to some extent in Scandinavia too, the struggle for national independence, which in most cases began in the 19th century and culminated during and after World War I, had important cultural and artistic consequences. The symposium will track the changes in and compare the nationalist rhetorics in modern and avant garde art just before the outbreak of WWI, as well as during and after the war. After 1917 the map of Europe changed dramatically. A number of new, independent states were established, and these developments found expression in every genre of the visual arts and transformed the image of the continent. The papers presented in this workshop focus primarily, but not exclusively, on modernism and the avant-garde in Central and Eastern Europe, the Baltics and Scandinavia. There are also papers that describe the dissemination and translation of avant-garde language in régions and countries at the fringes of Europe. Some questions we would like to discuss are: How was the understanding of nationalism and the post-WWI avant-garde affected by historiography, especially that of the 1950s and later? To what extent were nationalism and cosmopolitanism part of avant garde and modern-art discourse before WWI and how did the understanding of them change during the war? What relationship did the avant-garde have to traditional and to official art in terms of their views on nationalism? What different kinds of nationalisms resulted from the national revival movements of Czechs, Croats, Slovenes and Poles in the late 19th century within the Austro Hungarian Empire, or of Poles and Lithuanians in Czarist Russia? And, on the other side, in what sense was the postwar avant-garde in the newly founded countries (Czechoslovakia, Poland, the Baltic States etc.) an expression of cosmopolitanism? The workshop will serve as a platform for rethinking the methodological tools we use to understand and explain the complexity and the multiplicity of avant-garde forms in these regions of Europe, a subject that is still under-researched.

PROGRAMME

Thursday 27 November 2014

9.00–9.30 Reception, coffee

9.30–9.45
Introduction: Lidia Głuchowska / Vojtěch Lahoda

Section 1
Moderator: Steven Mansbach

9.45–10.15
Nina Gourianova, Northwestern University, Chicago, Illinois, USA
War as Medium: The Great War in the Russian Avant-Garde

10.15–10.45
Benedikt Hjartarson, University of Iceland, Rijekjavík, Iceland
Abstract Constructivism: Universal Language – National Idioms

10.45–11.00 Coffee break

Section 2
Moderator: Steven Mansbach

11.00–11.30
Erwin Kessler, Institute of Philosophy, Romanian Academy, Bucharest,
Romania
The Use, Abuse and Misuse of Cubism in the Romanian Avant-Garde

11.30–12.00
Bela Tsipuria, Ilia State University, Tbilisi, Georgia
Georgian Modernists Rethinking Nationalism: The Impact of WWI and the Russian Revolutions

12.00–12.30
Irina Genova, New Bulgarian University, Sofia, Bulgaria
Modernism and the National Idea – Reflections of WWI: The Case of Bulgaria in the Context of South-Eastern Europe

12.30–14.00 Lunch break

Section 3
Moderator: Lidia Głuchowska

14.00–14.30
Harri Veivo, University of New Sorbonne, Paris, France / University of Helsinki, Finland
Centred and Decentred Cosmopolitanisms in Finland in the 1920s and Early 1930s

14.30–15.00
Heie Treier, Tallinn University, Estonia
Cubism and the Start of Avant-Garde in Estonia

15.00–15.30
Ginta Gerharde-Upeniece, Latvian National Museum of Art, Riga, Latvia
Art and the New Latvian State (1918–1920): Modernism as a Cosmopolitan Idea and a Substantive National Factor

15.30–15.45 Coffee break

Section 4
Moderator: Charlotte Bydler

15.45–16.15
Annika Gunnarsson, Moderna Museet, Stockholm, Sweden
‘Cosmonational’ – Neither National Nor Cosmopolitan – But a Tinge of Avant-Garde Modernism

16.15–16.45
Torben Jelsbak, Roskilde University, Denmark
Nationalist and Internationalist Discourses Surrounding the Modernist
 Breakthrough in Danish Art and Culture during WWI

Friday 28 November 2014

9.00–9.15 Coffee

Section 5
Moderator: Benedikt Hjartarson

9.15–9.45
Éva Forgács, Art Center College of Design, Pasadena, USA / IWM, Vienna
The Concept of ‘National Art’ and World War I in Hungary: Lajos Fülep and the Dynamics of ‘National’ and ‘International’

9.45–10.15
Lidia Głuchowska, Poland
The Great World and the ‘New Art’ in Poland: Between the Patriotic Ethos, the Nationalisation of Modernism and International Attempts in Aesthetics

10.15–10.45
Michal Wenderski, Adam Mickiewicz University in Poznan, Poland
‘Uncanonical’ Impulses to the ‘Canon’: Polish and Belgian Contribution to International Constructivism

10.45–11.00 Coffee break

Section 6
Moderator: Vojtěch Lahoda

11.00–11.30
Joana Cunha Leal, Art History Institute, New University of Lisbon, Portugal
‘A bridge too far?’: The War Effect in the Portuguese and Spanish Avant-Gardes

11.30–12.00
Emilio Quintana, Instituto Cervantes, Stockholm, Sweden
Languages of the Avant-Garde between Poland and Spain: Tadeusz Peiper and Spanish Modernism after WWI

12.00–14.00 Lunch break

Section 7
Moderator: Éva Forgács

14.00–14.30
Ljiljana Kolešnik, Institute of Art History, Zagreb, Croatia
Migrating Signifiers – Socialist Croatian Post-WWII Art History and Its Relation to the Inter-War Avant-Garde

14.30–15.00
Lenka Bydžovská, Institute of Art History, Academy of Sciences of the Czech Republic, Prague
The Trojan Horse in the Trade Fair Palace: The Slav Epic versus the Czech Avant-Garde

15.00–15.30
Vendula Hnídková, Institute of Art History, Academy of Sciences of the Czech Republic, Prague
Respect and Triumph: The Intentions and Meanings of Czech Architecture before and after WWI

15.30–15.45 Coffee break

Section 8
Moderator: Tomáš Winter

15.45–16.15
Naomi Hume, Seattle University, USA
Cut-and-Paste in Exile and War: Otto Gutfreund’s Parisian Collages

16.15–16.45
Vojtěch Lahoda, Czech Republic
Transnational or National Cubism? Vincenc Kramář on Cubism

16.45–17.15
Closing Remarks: Steven Mansbach

Organizers:
Professor Vojtěch Lahoda, Institute of Art History, Academy of Sciences of the Czech Republic, Prague
Dr. Lidia Głuchowska, Institute of Visual Arts, University of Zielona Góra, Poland / Humanities Faculty, University of Bamberg, Germany

Scientific Committee:
Charlotte Bydler, PhD., School of Culture and Education and the Centre for Baltic and East European Studies, Södertörn University, Stockholm, Sweden
PhDr. Lenka Bydžovská, CSc., Institute of Art History, Academy of Sciences of the Czech Republic, Prague
Dr. Lidia Głuchowska, Institute of Visual Art, University of Zielona Góra, Poland / Humanities Faculty, University of Bamberg, Germany
Professor Vojtěch Lahoda, Institute of Art History, Academy of Sciences of the Czech Republic, Prague
Professor Steven Mansbach, University of Maryland, College Park, USA
PhDr. Tomáš Winter, PhD., Institute of Art History, Academy of Sciences of the Czech Republic, Prague

Contact:
Vojtěch Lahoda: lahoda@udu.cas.cz
Lidia Głuchowska: ligl@wp.pl

Address:
Institute of Art History, Academy of Sciences of the Czech Republic
Husova 4, 110 00 Prague 1
Contact: Blanka Švédová: svedova@udu.cas.cz, +420 221 183 501

There is no conference registration fee.

Source: “CONF: Nationalism and Cosmopolitanism (Prague, 27-28 Nov 14). In:
H-ArtHist, Nov 21, 2014”.

Journée d’étude: “Les Musées du Nord Pas-de-Calais et la Grande Guerre”, Université de Lille 3, 14 novembre 2014

Journée organisée par François Robichon et Jérôme Fourmanoir

Université Lille 3
IRHiS
Domaine du Pont de Bois
59653 Villeneuve d’Ascq Cedex

Salle de l’équipe 1 (IRHiS A1-234)

JE Musées Nord GM1

Programme :

10 h00 : Présentation de la journée par François Robichon

Le musée des Beaux-Arts de Lille et son conservateur Émile Théodore
Michèle Clarebout-Adamczyk, étudiante en Master 2

Le musée de Douai et la préservation des collections
Anne Labourdette, conservateur du musée

12h00 – 14h00 : Pause

Le Musée de Boulogne-sur-Mer
Jérôme Fourmanoir, doctorant

Le Musée de Calais
Edith Marcq, doctorante

Le projet « Guerre et Paix » pour les musées de la région
Alexandre Hollin, chargé d’étude pour Musenor

 

AC/CFP: “Utopia and Dystopia in the French Landscapes and Cityscapes of the 1930s/Utopie et dystopie dans les paysages ruraux et urbains de la peinture française des années 1930”, Helsinki, 29-31 août 2014. Date limite de soumission : 30 janvier 2014

FOURTH INTERNATIONAL CONFERENCE of THE EAM (EUROPEAN AVANT-GARDE AND MODERNISM, ART AND LITERATURE CONFERENCE)

HELSINKI, Finland, August 29-31, 2014

(english version below)

Suivant le thème de la conférence de l’EAM cette année, nous cherchons des contributions écrites sur des thèmes utopiques, ou, au contraire, dystopique dans la peinture française de paysage  ruraux ou de paysage urbain des années 1930. Période troublée de l’histoire, les années 1930 sont marquées par un pessimisme accompagné d’une crise de confiance envers la Troisième République.  Dans le domaine esthétique, un sentiment de stagnation, ou une crise de critères est également notable.  Contrairement a l’expérimentation observationnelle que nous voyons dans les paysages d’artistes tels que Cézanne, dans le domaine de la peinture, nous voyons l’évolution d’une langue allégorique, des terrains vagues qui fonctionnent comme le site d’une projection psychologique, dont deux orientations temporales sont clairement marquées. La première est utopique, visant, un peu désespérément, et non sans un grand effort, des scènes idylliques, comme celles de Puvis de Chavannes ou Poussin. La seconde, au contraire, est plus dystopique, présentant des ruines, des terrains vides, ou des paysages apocalyptiques sur lesquels les récits pessimistes sur le présent ou l’avenir sont projetés.  Accueillant des papiers sur toutes les tendances artistiques (avant-garde ou non) de cette période, ce panneau interrogera la façon dont  les anxiétés ou fantasmes concernant les relations entre les classes, l’industrialisation du paysage, ou l’identité nationale ou impérialiste s’articulent dans la production artistique.

La quatrième conférence internationale de l’EAM,  Le Réseau européen de recherche sur l’avant-garde et le modernisme, se tient cette année à Helsinki, du 29 au 31 août  2014. Merci d’envoyer un extrait de 200 mots avant le 30 janvier 2014, en utilisant le formulaire de soumission en ligne. Les participants seront informés de leur sélection avant le 30 février 2014. Les papiers finaux doivent être en anglais.  Toutes les questions relatives à ce panneau peuvent être adressées à Emilie Anne-Yvonne Luse, étudiante doctorante à Duke University, à l’adresse email suivante: EAL35@Duke.edu.

Following the theme of this year’s EAM conference –“utopia ”– this panel seeks contributions on Utopian and Dystopian themes in landscape and cityscape painting of 1930s France. A troubled period of French history, the 1930s were marked by a political pessimism regarding the feasibility of the Third Republic, and in the aesthetic realm, a sense of crisis. In painting, this period saw a turn to the imagined or fictionalized landscape or cityscape.  In contrast to the observational experiments and simplifications which had marked the work of Cezanne, the landscapes of the 1930s operate in an allegorical language, functioning as the site of a psychological projection in which two parallel tendencies can be detected, each with their relationship to the past clearly stated. The first is Utopic, oriented somewhat desperately towards the idyllic canvases of Puvis de Chavannes and Poussin, while the second is dystopic, presenting a ruined, empty, or apocalyptic terrain onto which the pessimistic narratives about the present or future are projected.  Welcoming papers on all artistic tendencies, this panel seeks to relate these features to political sympathies and the cultural politics of this period, with special attention to the way in which these paintings articulate anxieties or fantasies regarding class relations, industrialization, or national and imperialistic identity.

Please send an abstract of 200 words by January 30th through the online submission form. Formatting guidelines for the abstract are here. Participants will be informed about the acceptance of the papers by February 30, 2014. Conference information and a list of open panels can be found here. Please send inquiries to panel chair, Emilie Anne-Yvonne Luse, PhD Student, Duke University, Eal35@Duke.edu.

 

Colloque: “Der Sturm – Literatur, Musik, Graphik und die Vernetzung in der Zeit des Expressionismus”, Düsseldorf, Haus der Universität in der Stadt, du 14 au 16 novembre 2013

Zum 100. Jubiläum der Eröffnung der Berliner Galerie Der Sturm von Herwarth Walden fand vom 13.3. bis 10.6.2012 im Von der Heydt-Museum, Wuppertal, die Ausstellung „Der Sturm – Zentrum der Avantgarde“ statt. Das Ausstellungsprojekt entstand in einer Kooperation des Museums mit dem Institut für Kunstgeschichte an der Heinrich-Heine-Universität Düsseldorf; im Zuge der langjährigen Vorbereitung traten viele neue Zusammenhänge zutage, die im Rahmen des wissenschaftlichen Katalogbandes nicht behandelt werden konnten und für die es noch ein erhebliches Forschungsdesiderat gibt. Diese Themen sollen nun auf der Basis der neuesten Forschungen auf einer Tagung im November 2013 an der Heinrich-Heine-Universität Düsseldorf zur Sprache kommen. Die frischen, oft radikalen Ideen der Jahrhundertwende fanden nicht nur in den bildenden Künsten ihren Niederschlag, sondern erfassten auch die Literatur, die Musik, den Film und die Druckgraphik. Hier spielen sowohl die Zeitschrift Der Sturm als auch die mit ihm verbundenen Künstler verschiedenster Gattungen eine Rolle. Konnte mit den jüngsten Forschungen zum Teil ein neues Licht auf die Beziehungen der Künstler und Künstlergruppen zu Herwarth Walden und ihren Einfluss auf den Sturm geworfen werden, so stehen diese Forschungen für die Dichter und Komponisten um den Sturm sowie für die Zeit nach dem Ersten Weltkrieg noch am Anfang. Die Tagung möchte gezielt diese Beziehungen und Verflechtungen untersuchen und die Bedeutung der Zeitschrift Der Sturm für Literatur, Kunsttheorie, Kunstkritik und Druckgraphik sowie die Rolle der Politik für den Sturm auf der Basis der jüngsten Forschungen diskutieren. Zu fragen wird sein, welche Rolle der Sturm für die Diskussion der  Kunsttheorien, für die Entwicklung der graphischen Künste spielte, oder ob die Zeitschrift Einfluss auf die Form der Kunstkritik seit den 1910er Jahren hatte? Die Wanderausstellungen der Galerie Der Sturm verhalfen von Beginn an zu einer wachsenden Prosperität; welche Künstler- und Kunstmarktnetzwerke lagen ihnen zugrunde? Inwieweit war der Sturm an der Entwicklung von expressionistischer Musik und Film beteiligt? Welchen Platz nahm die Zeitschrift Der Sturm in der Fülle der aufkommenden Kunstzeitschriften ein, beispielsweise im Verhältnis zur Aktion, zu den Weißen Blättern und zur Zeitschrift Pan? Wie unterscheidet sich Der Sturm in Aufbau, Struktur und Wirkung von ihnen? Welche Texte trugen die Dichter, Literaten und Publizisten, Else Lasker-Schüler, Alfred Döblin, Karl Kraus, René Schickele, Richard Dehmel, Paul Scheerbart, August Stramm, Kurt Heynicke, Lothar Schreyer, Kurt Schwitters, Hans Arp u.a., zum Sturm bei? Wie verhält sich ihre Präsenz im Sturm zu anderen publizistischen Organen? Gibt es ein Profil der literarischen Veröffentlichungen? Verändert es sich mit der Zeit, beispielsweise als Ablösung der Ausdruckskunst durch die Wort- und Klangkunst? Welche Rolle spielte der Sturm für die Literatur nach 1918? Hat die politische Orientierung Herwarth Waldens Einfluss auf das Programm der Galerie nach 1918, welche Beziehungen hat er zur Novembergruppe?

Die Tagung findet vom 14. bis 16. November 2013 im Haus der Universität in der Stadt, Schadowplatz 14, 40212 Düsseldorf statt und wird thematisch durch zwei Abendveranstaltungen – eine Diskussion mit Zeitzeugen im Goethe-Museum Düsseldorf, ein Abendvortrag zum expressionistischen Theater – eingerahmt.

Die Teilnahme ist kostenlos. Um eine Anmeldung über das Sekretariat der Kunstgeschichte der Heinrich-Heine-Universität wird dennoch gebeten:sekretariat.kuge@phil.hhu.de, Tel.: +49 (0)211 81-10790.
Die Veranstaltung wird gefördert durch die Ernst von Siemens Kunststiftung.

Organisation und Leitung:

Prof. Dr. Andrea von Hülsen-Esch (Institut für Kunstgeschichte)
huelsen-esch@phil.hhu.de
Prof. Dr. Henriette Herwig (Institut für Germanistik)
herwig@phil.hhu.de

Programm:

Donnerstag, den 14. November 2013

10.00–10.45 Uhr | Markus Ender / Ingrid Fürhapter (Innsbruck):
„Herr Walden ist leider anderer Meinung wie Sie“. Der Sturm und Der Brenner – ästhetisch-ideologische Annäherungen und Distanzierungen zwischen Berlin und Innsbruck

10.45–11.30 Uhr | Sören Steding (Iowa, USA):
„Durchbohrt von allen Geschossen der Welt“. Kriegslyrik in Die Aktion, Der Sturm und Die Weissen Blätter während des Ersten Weltkriegs

Kaffeepause

12.00–12.45 Uhr | Irene Chytraeus-Auerbach (Siena):

Richard Dehmel und Arno Holz als Autoren im Sturm (mit einigen Anmerkungen zu F.T. Marinetti)

12.45–13.30 Uhr | Ann-Kathrin Günzel (Köln):
Kunst + Leben = arte-azione. Von der futuristischen serata zur dadaistischen soirée über die Vermittlung Herwarth Waldens und des Sturm

Mittagspause

15.00 – 15.45 Uhr | Friederike Kitschen (Berlin):
„Einseitig sein“ – Herwarth Walden, die Kunstkritik und der Kunsthandel

15.45–16.30 Uhr | Petra Kunzelmann (Erlangen):
Der Sturm und die Kunstkritik. Von der Provokation zum Streit

Kaffeepause

17.00 – 17.45 Uhr | Martina King (Bern / München):
„Ein Ewiger“ oder die letzte Etappe auf dem Weg zur Wortkunst? Aage von Kohl und das Problem des Erzählens im Sturm

19.30 Uhr | STURM-Gespräch. Podiumsgespräch mit Zeitzeugen: Sina Walden
und Juan Allende-Blin, moderiert von PD Dr. Christof Wingertszahn, Goethe-Museum Düsseldorf

Freitag, den 15. November 2013

9.15 – 10.00 Uhr | Karla Bilang (Berlin):
Bühnenbild und Figurinen für Theater und Film in der Sturm-Zeitschrift der 1920er Jahre

10.00 – 10.45 Uhr | Volker Kalisch (Düsseldorf):
Das besondere Interesse an der Musik aus der Expressionslogik des Sturm

Kaffeepause

11.15 – 12.00 Uhr | Jenny Anger (Iowa, USA):
Alfred Döblins Gespräche über Kalypso. Über die Musik

12.00 – 12.45 Uhr | Ulrike Steierwald (Lüneburg):
Zur Ästhetik des Schaufensters. Abstraktion und Verdinglichung im Kontext der Zeitschrift Der Sturm

Mittagspause

14.15–15.00 Uhr | Maaike van Rijn (Karlsruhe):
„Die Liebe zur Ausarbeitung und die ungeheuer benervte Ausnutzung des Licht- und Schattenelements“ – Der Holzschnitt beim Sturm zwischen Orginalitätskriterium und druckgraphischem Massenmedium

15.00 – 15.45 Uhr | Sibylle Schönborn (Düsseldorf):
Travestien des Korrespondentenberichts in der Zeitschrift Der Sturm: Else Lasker-Schülers Briefe nach Norwegen

Kaffeepause

16.15 – 17.00 Uhr | Isabel Wünsche (Bremen):
Der Sturm und die Abstrakten

17.00 – 17.45 Uhr | Enno Stahl (Düsseldorf):
Wortkunst und Stramm. Die zweite Phase 1919–1925 (Schwitters, Nebel, Behrens)

17.45 – 18.30 Uhr | Kirsten Fitzke (Osnabrück):
Der ewige Kampf gegen die Konkurrenz. Herwarth Walden und der politische Aufbruch der Avantgarde nach dem Ersten Weltkrieg

19.30 Uhr | Peter Marx (Köln):
Entfesselung und Beharrung – Expressionistische Spielräume auf der Bühne

Samstag, den 16. November 2013

09.15 – 10.00 Uhr | Gertrude Cepl-Kaufmann / Jasmin Grande (Düsseldorf):
Rosenkränzchen, Gereonsclub, Buchhandlung Cohen, Sturmgalerie und mehr. Transferorte der Moderne

10.00 – 10.45 Uhr | András Zwickl (Budapest):
Ausstellungen der Galerie Der Sturm in Budapest

Kaffeepause

11.15 – 12.00 Uhr | Lidia Gluchowska (Zielona Gora, Polen / Bamberg):
„Das internationale Netzwerk von Zeitschriften ist im Aufkommen“. Henryk Berlewi – ein polnisch-jüdischer Sturm-Künstler als  Kulturvermittler europaweit

12.00 – 12.45 Uhr | Jessica Sjöholm Skrubbe (Stockholm):
Sturm in Scandinavia

Anschließend: Abschlussdiskussion

Während der gesamten Veranstaltung:
Postersektion der Doktorandinnen:
Franziska Lampe (Florenz): Das fotografische Werk Lyonel Feiningers als Konstrukt und Reflexion der Moderne
Johanna Kaus (Heidelberg): Das System Herwarth Walden

Source : H-ArtHist, Nov 7, 2013.

Publication: Premier numéro des Cahiers Artaud aux éditions Les Cahiers, Paris, octobre 2013

ouverture
Jean-Luc NANCY, Alain JUGNON – Comparutions d’Antonin Artaud
Bernard NOËL – Artaud le lalie
Camille DUMOULIÉ – Sujet Artaud
critique
Olivier PENOT-LACASSAGNE – Nous qui avons le nom d’Artaud à la bouche
Aurélien DEUDON – Le démêlé des révoltés. Artaud surréaliste
Gérard MORDILLAT – Artaud mauvais sujet
Pascal GIBOURG – Un corps greffé sur rien
contexte
Camille DUMOULIÉ – Lacan avec Artaud. De « l’entre-deux-morts » à la « tropulsion de vie »
Stéphane NADAUD – Artaud/Kerouac. Vade-me(te)cum mexicain sous Peyotl
Aurélien LEMANT – Insémination Infra-Terrestre 1902. Est-ce qu’un ange est un état d’esprit ?
dialogue
Joëlle GAYOT – Il n’y a pas de preuves d’Artaud, il n’y a que des traces
Flore GARCIN-MARROU – Artaud et Deleuze : un désamour commun pour le théâtre ?
domaine étranger
Atsushi KUMAKI – Deux séries d’image dans L’Art et la Mort
création littéraire
Alain JUGNON – Artaud, que ton nom… que ton règne…
Charles PENNEQUIN – Le dernier des couillons suivi de Les poètes sont des prête-noms
Jérôme BERTIN – Légions Artaud vs. Envoûtements et conspirations du laboratoire social
Isabelle ROMAIN – Lettre d’une fille à naître
Cédric DEMANGEOT – Caisson dégondé
dire artaud
Jean-Luc NANCY – Corps sans or…
Christian PRIGENT – Martial poète de merde
Frédéric NEYRAT – Il n’y va pas par quatre chemins, Antonin Artaud…
Michel SURYA – Art aud / Haut art
Nathanaël FLAMANT – Artaud remercié
Pacôme THIELLEMENT – Le troisième théâtre
Véronique BERGEN – Ceci n’est pas une pré-glossolalie qui fait son Antonin
Virginie DI RICCI – Je t’ai mis mon coeur dans ton corps pour que tu te souviennes de ce que tu as oublié
photographies
Aurélien MICHAUD – Run !
Franck PRUJA – Voyage gastronomique pour treize convives
Ludovic SANCHEZ – Impossible envol
dessins
Jean-Marc MUSIAL – Un spectre moi, Dieu quoi ?, Chambre de Vincent, Le manque, Faux il n’y a partout que des cadavres
Nathalie REBA – Morceau choisi, La chute des corps
Anne VAN DER LINDEN – Amour, Viva la merda, Fête des morts, La part du diable I, Lions en croix

Présentation et bon de commande: Cahiers Artaud n°1

Plus d’infos: http://editionslescahiers.fr