Publication: Anaïs Albert, “La vie à crédit. La consommation des classes populaires à Paris (années 1880-1920)”, Paris: Éditions de la Sorbonne, septembre 2021

Présentation par l’éditeur:

“Dans le Paris de la Belle Époque, de plus en plus d’ouvriers, d’employés et de petits fonctionnaires accèdent à la consommation. Les garde-robes se diversifient, les intérieurs populaires se peuplent peu à peu de meubles, comme la très convoitée armoire à glace, et la décoration envahit le logement. Les plus aisés des ouvriers et des employés arrivent même à acheter une bicyclette ou une machine à coudre. Cette nouvelle culture matérielle émerge grâce au développement du crédit qui donne accès financièrement à la consommation et de la publicité qui donne envie d’acheter des biens nouveaux. Georges Dufayel, en pionnier de cette révolution commerciale, a bâti un empire économique à la fin du siècle. Ses magasins grandioses, installés boulevard Barbès, deviennent les temples de la consommation populaire parisienne.
Ces objets et leurs usages témoignent également d’une culture populaire spécifique, encore marquée par la vulnérabilité économique et le recours à la débrouille. De la fréquentation du Mont-de-Piété à l’achat d’objets d’occasion chez les brocanteurs, en allant parfois jusqu’au vol, ces pratiques ressemblent bien souvent à des « consommations transitoires », non sans le risque, aussi, de la saisie des biens et de l’expulsion du logement. Touchant à l’histoire de la vie privée, des échanges économiques ordinaires et de la culture matérielle, cet ouvrage met en lumière à la fois les dominations multiples qui pèsent sur les classes populaires et les petits arrangements, les micro-résistances, qui traversent le peuple des choses et les choses du peuple.”

Plus d’infos: http://www.editionsdelasorbonne.fr

Lauréats 2021 du “Space Between Society Essay Prize” (thématique: “Race in the Space Between, 1914-1945”)

Le comité d’attribution du “Space Between Society Essay Prize”, récompensant la meilleure présentation à son congrès annuel, a décidé cette année de décerner son prix à Chris Dingwall, pour son article “On Being Practicable: Vernon Winslow and the Craft of the New Negro Renaissance”. De par la difficulté à départager ces deux articles, l’article de Tess Korobkin, “Making Lynching Modern: Isamu Noguchi’s Death (1934)”, reçoit une mention honorable. Pour rappel, la thématique du congrès de 2021 était: “Race in the Space Between, 1914-1945”.

Présentation des deux articles lauréats par le comité:

Chris Dingwall’s essay uses craft work to foreground instances of African-American innovation in the interwar period and position Black writers and artists of the New Negro Renaissance and beyond as makers of their own economies and vital contributors to American modernity. It makes significant interventions in African-American studies, modernist studies, and art/craft history as it moves from its point of focus—Vernon Winslow’s 1940 essay on “Making the Negro’s Art Practicable”—into interconnected explorations of economics, education, migration, modernism, and art/craft of the interwar period and today. The essay contributes to an ongoing expansion of scholarly understanding of the New Negro Renaissance beyond its northern iterations, casting New Orleans as a hub of interwar black cultural production, rather than simply a departure point for the Great Migration. Dingwall convincingly makes the case that craft work (he includes both craft practices and writings on craft) “performed a vital service in sustaining and growing African American economies” and in “renovating everyday black culture” by demonstrating how practices sustained by enslaved people could be revitalized as part of a “communal process” to contest the power structures that kept people enslaved into the early twentieth century. Craft was not just practicable but political, Dingwall demonstrates, as he uses Winslow’s work to identify practical means and modalities of black art, autonomy, and excellence.”


Tess Korobkin’s “Making Lynching Modern: Isamu Noguchi’s Death (1934)” earns an honorable mention by virtue of its compelling and thought-provoking positioning of lynching within the fabric of modernity and modernist art. Resisting narratives—present in the early 20th century and today—that relegate lynching to the periphery of American modernity, Korobkin demonstrates how Noguchi’s use of ultra-modern materials and inter-medial references in his sculpture of a hanged man forced viewers to confront the shared temporality and media ecology of modernist art and white supremacist violence. The committee was impressed with the paper’s interdisciplinary and inter-medial scope, particularly its attention to material culture and the circulation of images of violence and horror.”

Pour en savoir plus sur le travail de Chris Dingwall: https://chrisdingwall.com/

Pour en savoir plus sur le travail de Tess Korobkin: https://arthistory.umd.edu/directory/tess-korobkin

Pour en savoir plus sur The Space Between et ses activités: https://spacebetweensociety.com/

Bonne rentrée à tous et bonnes lectures!

Publication: Manu Van der Aa, “Bedelen bij Picasso : Paul Méral, genie & charlatan”, Uitgeverij Vrijdag, 2020, 190 pages.

Présentation de l’éditeur:

“De Belg Paul Méral was aan het einde van de Eerste Wereldoorlog tijdelijk wereldberoemd in Parijs. Befaamde kunstenaars als André Gide, Max Jacob, Arthur Honegger en Pablo Picasso behoorden tot zijn vriendenkring. Dat had allemaal te maken met de ophefmakende opvoeringen van zijn toneelstuk Le dit des jeux du monde, dat le tout-Paris gezien wilde hebben. Paul Méral was het pseudoniem van de Gentenaar Herman de Guchtenaere (1895-1946), zoon van een katholieke volksvertegenwoordiger en jeugdvriend van de latere Verdinaso-leider Joris van Severen. Na zijn moment de gloire probeerde Méral – die door vrijwel iedereen die hem kende als een genie werd beschouwd – zijn (literaire) carrière voort te zetten. Al zijn goede voornemens leidden door zijn eigen schuld – drank- en gokverslaving, mythomanie en oplichterij – naar de definitieve ondergang en de artistieke vergetelheid, zijn omgang met bekende schrijvers en kunstenaars als E. du Perron, Jan Greshoff, Sasha Stone en Franz Hellens, ten spijt.”

Traduction rapide par nos soins:

“A la fin de la Première guerre mondiale, le [poète] belge Paul Méral était très connu à Paris. Des artistes célèbres, tels qu’André Gide, Max Jacob, Arthur Honegger et Pablo Picasso, faisaient partie de son cercle d’amis. Il devait cette notoriété au succès de sa pièce de théâtre, Le dit des jeux du monde, connue du tout-Paris. Paul Méral était le pseudonyme d’Herman de Guchtenaere (1895-1946), Gantois, fils d’un député catholique à la chambre et ami d’enfance du futur leader du [parti national socialiste] Verdinaso, Joris van Severen. Après ce moment de gloire, Méral – qui était considéré par tous ceux qui le connaissaient comme un génie – tenta de poursuivre sa carrière littéraire. Toutes ses bonnes intentions furent sabordées par son propre comportement, dépendances à l’alcool et au jeu, mythomanie et escroquerie, et le conduirent définitivement vers l’oubli.  Cela ne l’empêcha pas, néanmoins, de fréquenter des écrivains et des artistes comme E. du Perron, Jan Greshoff, Sasha Stone et Franz Hellens.”

 

Plus d’informations sur le site de l’éditeur: https://www.uitgeverijvrijdag.be/product/2208742/bedelen-bij-picasso

Publication: Premier numéro des Cahiers Artaud aux éditions Les Cahiers, Paris, octobre 2013

ouverture
Jean-Luc NANCY, Alain JUGNON – Comparutions d’Antonin Artaud
Bernard NOËL – Artaud le lalie
Camille DUMOULIÉ – Sujet Artaud
critique
Olivier PENOT-LACASSAGNE – Nous qui avons le nom d’Artaud à la bouche
Aurélien DEUDON – Le démêlé des révoltés. Artaud surréaliste
Gérard MORDILLAT – Artaud mauvais sujet
Pascal GIBOURG – Un corps greffé sur rien
contexte
Camille DUMOULIÉ – Lacan avec Artaud. De « l’entre-deux-morts » à la « tropulsion de vie »
Stéphane NADAUD – Artaud/Kerouac. Vade-me(te)cum mexicain sous Peyotl
Aurélien LEMANT – Insémination Infra-Terrestre 1902. Est-ce qu’un ange est un état d’esprit ?
dialogue
Joëlle GAYOT – Il n’y a pas de preuves d’Artaud, il n’y a que des traces
Flore GARCIN-MARROU – Artaud et Deleuze : un désamour commun pour le théâtre ?
domaine étranger
Atsushi KUMAKI – Deux séries d’image dans L’Art et la Mort
création littéraire
Alain JUGNON – Artaud, que ton nom… que ton règne…
Charles PENNEQUIN – Le dernier des couillons suivi de Les poètes sont des prête-noms
Jérôme BERTIN – Légions Artaud vs. Envoûtements et conspirations du laboratoire social
Isabelle ROMAIN – Lettre d’une fille à naître
Cédric DEMANGEOT – Caisson dégondé
dire artaud
Jean-Luc NANCY – Corps sans or…
Christian PRIGENT – Martial poète de merde
Frédéric NEYRAT – Il n’y va pas par quatre chemins, Antonin Artaud…
Michel SURYA – Art aud / Haut art
Nathanaël FLAMANT – Artaud remercié
Pacôme THIELLEMENT – Le troisième théâtre
Véronique BERGEN – Ceci n’est pas une pré-glossolalie qui fait son Antonin
Virginie DI RICCI – Je t’ai mis mon coeur dans ton corps pour que tu te souviennes de ce que tu as oublié
photographies
Aurélien MICHAUD – Run !
Franck PRUJA – Voyage gastronomique pour treize convives
Ludovic SANCHEZ – Impossible envol
dessins
Jean-Marc MUSIAL – Un spectre moi, Dieu quoi ?, Chambre de Vincent, Le manque, Faux il n’y a partout que des cadavres
Nathalie REBA – Morceau choisi, La chute des corps
Anne VAN DER LINDEN – Amour, Viva la merda, Fête des morts, La part du diable I, Lions en croix

Présentation et bon de commande: Cahiers Artaud n°1

Plus d’infos: http://editionslescahiers.fr

Publication: Franz Roh, “Postexpressionnisme – Réalisme magique – Problèmes de la peinture européenne la plus récente”, traduit de l’allemand, introduit et annoté par Jean Reubrez, Paris, Les Presses du Réel, octobre 2013

Présentation par l’éditeur:

“Historien et théoricien de l’art mais aussi photographe d’avant-garde célèbre sous la République de Weimar et ultérieurement, Franz Roh (1890-1965) reste surtout connu pour avoir proposé l’expression ‘réalisme magique’, qui connaîtra un certain succès dans l’histoire des arts et des lettres au XXe siècle. Son ouvrage majeur Nach-Expressionismus, Magischer Realismus. Probleme der neuesten europäischen Malerei, paru en 1925 à Leipzig et traduit ici pour la première fois en français, constituait d’abord une analyse, effectuée à chaud mais d’une rare pénétration, d’un réalisme plastique des années 1920 si souvent vilipendé par la suite mais ayant retrouvé de nos jours une certaine actualité. L’auteur y étudie celui-ci, et particulièrement ce qui fut nommé ‘Nouvelle Objectivité (Neue Sachlichkeit)’, dans ses rapports à l’impressionnisme et surtout à l’expressionnisme. Ce faisant, il est amené à esquisser une interprétation globale de la peinture moderne, d’un point de vue allemand, tout en procédant à ce qui nous apparaît aujourd’hui comme une authentique réhabilitation de peintres offrant à ses yeux ‘le sentiment artistique fondamental de l’existence’. Élargissant finalement son propos à d’autres domaines, Franz Roh voit dans ce qu’il appelle postexpressionnisme, plus qu’une simple orientation artistique, voire un style, une authentique posture existentielle, caractéristique de l’Allemagne, et même de l’Europe, de 1925.”

postexpressionnisme_F

paru en octobre 2013

édition française

17 x 20 cm (relié)

240 pages (ill. n&b)

26.00 €

ISBN : 978-2-84066-548-9

EAN : 9782840665489

 Plus d’infos: www.lespressesdureel.com

Publication: “La plume contre le fascisme (1930-1935)”, n° 12 de la revue “Aden. Paul Nizan et les années trente”, Paris, octobre 2013

Articles sur…

L’écriture pour la jeunesse contre le nazisme

L’écrivain-journaliste José Rodrigues Miguéis

Le magazine Vu

Les Massacres de Paris, de Jean Cassou

Paul Nizan et le conflit italo-éthiopien

Des photos pour l’héritage de l’antifascisme des années 1930

Par Mathilde Lévêque, Georges Da Costa, Sophie Kurkdjian, Alexis Buffet, Anne Mathieu, Xavier Nerrière.

Textes et Témoignages retrouvés

s.d. Pierre-Frédéric Charpentier

Extraits de deux numéros des Feuille rouge de l’A.E.A.R., Paul Nizan, André Beucler, Anna Seghers, Victor Basch, Louis Dolivet, Paul Vaillant-Couturier, Pierre Gérôme

Du côté de Paul Nizan

Maurice Arpin : « Discours social, texte et paratexte : les aléas de la fortune d’Aden Arabie »

Comptes rendus de lecture

s.d. Fabrice Szabo (avec la collaboration avec Pierrick Lafleur)

Textes de Patrice Allain, Yves Ansel, Hélène Baty-Delalande, Philippe Baudorre, Michel Bertrand, Pierre-Frédéric Charpentier, Sophie Coeuré, Jacques Deguy, Félix Janvier, Pierrick Lafleur, Arnaud Laster, Michel Lefebvre, Mathilde Lévêque, Dominic Marion, Jean-Luc Martinet, Anne Mathieu, François Ouellet, Nicolas Planchais, Bernard Pudal, Renaud Quillet, Àngels Santa, Pere Solà, Fabrice Szabo, Gilles Vergnon

Illustrations

Jean-René Kerézéon

Bon de commande: Bulletin de commande Aden 12

Publication: “L’école des producteurs. Aux origines de l’enseignement technique en France (1800-1940)” par Stéphane Lembré, Presses universitaires de Rennes, 2013.

À partir du cas du nord de la France, Stéphane Lembré montre que les caractères principaux de l’enseignement technique agricole, commercial et industriel sont le résultat de multiples stratégies. En dépit du consensus qui s’établit sur l’importance de l’enseignement technique, les clivages ont été durables quant au rôle de l’État ou aux modalités de la formation et de sa certification. L’enquête menée à partir de documents nombreux montre que cet enseignement doit beaucoup à l’engagement d’enseignants, d’entrepreneurs et de fonctionnaires.

Avec une préface de Jean-François Chanet.

2013

Stéphane Lembré

filet

Domaines : Histoire contemporaine, Éducation

Collection : Carnot

filet

Format : 15,5 x 24 cm
Nombre de pages : 340 p.

Illustrations : N & B

ISBN : 978-2-7535-2733-1

Disponibilité : en librairie
Prix : 20,00 €

 Plus d’infos: www.pur-editions.fr

Publication: “DADA, Surrealism, and the Cinematic Effect”, par R. Bruce Elder, Wilfrid Laurier University Press, 2013.

Présentation par l’éditeur:

Wilfrid Laurier University Press is pleased to announce the release of DADA, Surrealism, and the Cinematic Effect by R. Bruce Elder. A a companion to the author’s award-winning book Harmony & Dissent, this new release examines the DADA and Surrealist movements as responses to the advent of the cinema.

Pre-publication Review:

“DADA, Surrealism, and the Cinematic Effect, Bruce Elder’s superb companion volume to his earlier Harmony and Dissent, convincingly demonstrates that for the early twentieth-century avant-garde movements, cinema was the model, the preeminent form that prompted a recasting of the other arts. This wide-ranging study shows that Dada artists created cinematic collages and transformative machines, whereas Surrealists developed the film script as a new literary genre. His brilliant analyses of Duchamp’s Anémic cinema, Man Ray’s Retour à la raison and Emak Bakia, and Buñuel’s Un chien andalou and Las Hurdes are only surpassed by his intricate explication of Ernst’s cinematic collage novels, which he relates as models for Lawrence Jordan’s surrealist films. This is that rare book that casts the early twentieth-century avant-garde in a very new light.” – Rudolf Kuenzli, director, International Dada Archive, University of Iowa

R. Bruce Elder is a filmmaker, critic, and teacher (and former Program Director) in the Graduate Program in Communication and Culture at Ryerson University. His film work has been screened at New York’s Museum of Modern Art and Millennium Film Workshop, Berlin’s Kino Arsenal, Paris’ Centre Pompidou, the San Francisco Cinematheque, Atlanta’s High Museum, Los Angeles’ Film Forum, Stadtfilmmuseum München, and Hamburg’s Kino Metropolis. Cinematheque Ontario has said this about him: “R. Bruce Elder is not only one of Canada’s foremost experimental filmmakers, he’s one of our greatest artists, thinkers, critics, and filmmakers, period.”

To order this book please visit your favourite local or online bookstore, or enjoy a 25% discount by ordering directly from our website: http://www.wlupress.wlu.ca/press/Catalog/elder-dada.shtml

To order an examination copy for course use, please email examcopy@press.wlu.ca and provide information about the course you are teaching, the anticipated enrolment, and start date. Please provide a full mailing address.

For media copies, please email clare@press.wlu.ca and provide information about your publication.

~~~~~~~~~~~~~~~~~

Web: http://www.wlupress.wlu.ca

Blog: http://nestor.wlu.ca/blog

~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Facebook: https://www.facebook.com/wlupress

Twitter: http://twitter.com/wlupress

Sign up for our e-newsletter at http://www.wlupress.wlu.ca/press/General/signupform.shtml

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

75 University Avenue West

Waterloo, ON N2L 3C5

Tel: (519) 884-0710 ext. 2665

Fax: (519) 725-1399

Publication: Anne Grynberg et Johanna Linsler (s.d.), “L’Irréparable. Itinéraires d’artistes et d’amateurs d’art juifs, réfugiés du ‘Troisième Reich’ en France / Irreparabel. Lebenswege jüdischer Künstlerinnen, Künstler und Kunstkenner auf der Flucht aus dem ‘Dritten Reich’ in Frankreich”, Veröffentlichungen der Koordinierungsstelle Magdeburg, Band 9, bearb. v. Andrea Baresel-Brand, Magdeburg, 2012

Présentation par l’éditeur:

“Es werden die Schicksale von sieben jüdischen Künstlerinnen, Künstlern und Sammlern geschildert, die in Frankreich Schutz vor dem Nazi-Regime suchten: Otto Freundlich, Leo Maillet, Jesekiel Kirszenbaum, Horst Rosenthal, Johanna Mandello [de Bauer], Willibald Duschnitz und Paul Westheim. Frankreich galt als Vaterland der Menschenrechte, doch wurden viele Immigranten desillusioniert: Das Land, geschwächt durch Wirtschaftskrise und Angst vor einem Militärschlag, wurde zunehmend fremdenfeindlich, verschärfte die Einwanderungspolitik und verstärkte die Repressalien gegenüber Flüchtlingen. Einigen der hier vorgestellten Künstler und Sammler blieb ein Platz in der Nachwelt beschert, ihre Werke finden sich in den Sammlungen von Museen. Andere jedoch gerieten als Opfer des Holocaust in Vergessenheit, ihr Oeuvre wurde zerstört, weswegen man sie zur Generation der ‘vergessenen Künstler’ zählt.”

Bilingual (Französisch-Deutsch) mit englischen u. hebräischen Zusammenfassungen

ISBN 978-3-9811367-6-0

34,90 €

Plus d’infos: www.lostart.de

Publication: Andrei Korliakov, “Culture russe en exil, Europe, 1917-1947”, Paris, YMCA Press, 2013.

Présentation par l’éditeur:

“Après plusieurs années de quête de documents visuels inédits, témoins vivants de l’exil russe, l’historien et iconographe Andrei Korliakov livre, dans son nouvel ouvrage Culture russe en exil, Europe 1917-1947, un récit émouvant, destiné à tous ceux qui s’intéressent à la culture et à l’émigration russes en Europe, mais aussi à ceux qui se passionnent pour l’art.

Ce recueil de documents visuels, pour la plupart rarissimes, paru aux éditions YMCA-PRESS le 12 mars 2013, est le cinquième et le plus gros volume de la série l’Émigration russe en photos, 1917-1947 ; 2 100 images de tous genres, évoquant ceux qui contribuèrent à conserver et à développer en exil leur culture d’origine, s’étalent sur les 720 pages de ce nouveau volume.

Des photographies professionnelles ou d’amateurs, des dessins, des cartes postales, mais encore des images publicitaires, des affiches, des coupures de presse et des négatifs sont mis au coeur de Culture russe en exil, Europe 1917-1947, composé autour de huit volets thématiques. Ce sont la photographie et le théâtre, le cinéma et les arts plastiques, la musique, le ballet et les danses populaires russes, la littérature, les maisons d’édition et la presse, les expositions et les journées de la culture russe.

Dans Culture russe en exil, Europe 1917-1947, Andrei Korliakov relate en détail le parcours des artistes slaves – des photographes, des metteurs en scène et des cinéastes, des hommes de lettres et des journalistes, des peintres et des architectes – depuis les premiers jours de leur émigration. De Gallipoli et Constantinople, en passant par les pays Baltes, la Serbie, la Croatie, la Tchécoslovaquie, la Bulgarie, la Hongrie, la Belgique, l’Allemagne, l’Espagne, jusqu’à, bien sûr, la France… Plus de 1 100 noms d’exilés sont cités. Ce faisant, l’auteur dévoile, avec beaucoup de précisions historiques dans les commentaires accompagnant chaque image, le quotidien des artistes, vedettes comme M. Doboujinsky, S. Lifar, I. Mosjoukine, I. Bounine et d’autres, mais aussi des amateurs, dont les noms, pour le lecteur d’aujourd’hui, sont ressuscités grâce à l’ouvrage.

Culture russe en exil, Europe 1917-1947 est un des rares livres à proposer une réflexion sur l’impact de la culture sur la vie en exil. Cet ouvrage constitue une nouvelle référence historique en matière de sauvegarde du patrimoine culturel russe à travers le monde.”

Culture russe en exil, Europe, 1917-1947, Paris, YMCA-PRESS, 2013, 2 100 photos (trichromie), 720 pages, ISBN : 978-2-85065-275-2

Télécharger la présentation complète de l’ouvrage: DP_CULTURE RUSSE EN EXIL

Publication: Journal of Surrealism and the Americas, Vol 6, No 1 (2012)

The Journal of Surrealism and the Americas has just published its latest, “U.S. issue,” at: http://jsa.asu.edu/index.php/jsa

Summary:

Notes for a Historiography of Surrealism in America, or the Reinterpretation of the Repressed (i-ix)

Samantha Kavky

What Makes a Collection Surrealist: Twentieth-Century Cabinets of Curiosities in Paris and Houston (1-23)

Katharine Conley

Dalí, Magritte and Surrealism’s Legacy, New York, c. 1965 (24-38)

Sandra R. Zalman

‘What Makes Indians Laugh’: Surrealism, Ritual and Return in Steven Yazzie and Joseph Beuys (39-60)

Claudia Mesch

Feature Review: Cracking Up an Alligator: Ethnography, Juan Downey’s Videos, and Irony (61-86)

Hjorleifur Jonsson

Book Review: Effie Rentzou, Littérature Malgré Elle: Le Surréalisme et la Transformation du Littéraire (87-90)

Pierre Simon Taminiaux

Exhibition Review: “In Wonderland: the Surrealist Adventures of Women Artists in Mexico and the United States” (91-94)

Susan L. Aberth

Source:H-ArtHist, Feb 3, 2013.

Parution: “Cahiers Laure”, n°1, Paris, éditions Les Cahiers, janvier 2013

« Insurgée de bonne heure contre une éducation bourgeoise et catholique, Laure avait, après un séjour prolongé en Russie, trouvé dans un dévouement entier au communisme d’opposition une issue au besoin de donner une signification à sa vie. Les faits l’ayant amenée à rejeter, comme dénuée de valeur, l’activité politique, il lui fallut se relever, selon son expression, “de ce grand tremblement de terre qu’est la perte d’une foi”. Sans cesser de connaître des moments de détresse – comme de bonheur ou de caprice – elle parvint à retrouver “un état de conscience plus total que jamais”, ambition la plus haute que pût réaliser quelqu’un pour qui l’intégrité de l’être a sans doute occupé, dans l’échelle des valeurs, le rang privilégié.

À travers toutes vicissitudes, la passion que Laure apportait à la recherche de sa vérité ne se démentit pas. Le proverbe de William Blake : “Passez votre charrue et votre soc sur les os des morts” est la dernière phrase qu’elle écrivit, peu de jours avant sa fin, pour indiquer le livre qu’elle voulait relire. Alors que perdue en elle-même elle se disait “au fond des mondes”, les mots de “corrida fleurie” sont ceux qu’elle employa pour désigner son agonie.

De certains de ces écrits, comme de l’ensemble des papiers, ses amis les plus proches connaissaient l’existence, mais à aucun d’entre eux elle n’avait estimé devoir les communiquer. Bien qu’une telle réserve puisse sembler suffisamment motivée par le caractère même de la plupart de ces textes et par la rigueur implacable dont Laure usait autant vis-à-vis d’elle-même que vis-à-vis des autres, encore convient-il d’y voir la marque du sens exceptionnellement grave – à proprement parler sacré – qu’elle attachait au fait même de la “communication”.

Est-il besoin d’ajouter qu’on ne saurait réduire à quelque image définie que ce soit l’une des existences les plus véhémentes, les plus traversées de conflits qui aient été vécues ? Avide de tendresse et avide de désastres, oscillant entre l’audace extrême et la plus affreuse angoisse, aussi inconcevable à la mesure des êtres réels qu’un être de légende, elle se déchirait aux ronces dont elle s’entourait jusqu’à n’être qu’une plaie, sans jamais se laisser enfermer par rien ni personne. »

Georges Bataille et Michel Leiris, Notes pour Le Sacré

 

SOMMAIRE

Anne ROCHE — Présentation
ouverture
Jean DURANÇON — Comment écrire ?
entretien
Jérôme PEIGNOT — Comme on met un pied devant l’autre on écrit, suivi de Laure est morte en beauté
critique
Patrick TILLARD — L’authenticité de l’expérience
Joaquim LEMASSON — L’expiration poétique
Rebecca FERREBOEUF — Les mots de Laure
Margot BRINK — Le motif du regard
Aldo MARRONI — Laure et l’esthétique
Jacqueline CHENIEUX-GENDRON — Leonora Carrington et Laure
Svetlana MINTCHEVA — Kathy Acker et Laure
contexte
Alain MARC — Journal d’une lecture
Julia HOUNTOU — Action Laure ou La sororité artistique
dossier : réception(s) de Laure
Jean FREMON — La passion de Laure
Anne VILLELAUR — Portrait d’une inconnue
Maurice NADEAU — Des mots qui brûlent
Hubert JUIN — Ecrits de Laure
Jacqueline CHENIEUX-GENDRON — Laure suivi de Laure après « Laure »
Alain POIRSON — Peut-il exister encore de « vraies jeunes filles » ?
France NESPO – L’éclatante et pudique force des Écrits de Laure
création littéraire
Frederika FENOLLABBATE — Le désir nu
théâtre
Anne MONFORT — Laure
musique
Jean-Marc FOUSSAT, Michèle MATTHIS — Laure – Extraits du silence

Cahier accompagné du CD-audio Laure – Extraits du silence. Huit textes de Laure lus par Michèle Matthis et mis en musique par Jean-Marc Foussat.

Bon de commande: Avis de parutionCLAURE1

Plus d’infos: http://editionslescahiers.fr

Parution: Michela Passini, “La fabrique de l’art national. Le nationalisme et les origines de l’histoire de l’art en France et en Allemagne (1870-1933)”, Paris, MSH, collection Passages-Passagen, 2013

A un moment où, depuis environ une décennie, l’histoire de l’art s’attèle, en France, à une révision critique de sa propre histoire, il importe d’étudier de manière globale l’élaboration d’un discours national sur l’art ancien, pour comprendre comment il a affecté les structures mêmes d’une discipline en formation.

Corrélativement, il faut s’interroger sur le rôle joué par l’histoire de l’art dans le processus de nationalisation de la culture, aux XIXe et XXe siècles – rôle qui, faute de recherches fondamentales, n’a guère retenu l’attention des historiens des nationalismes.

En reconstituant une large série de débats franco-allemands sur l’appartenance nationale de l’art gothique et de la Renaissance, ce travail se veut à la fois une contribution à l’histoire de la construction des identités esthétiques nationales et à une histoire croisée des sciences humaines.

Volume 43
Support Livre broché
Nb de pages 366 p. Index . Bibliographie .
ISBN-10 2-7351-1439-2
ISBN-13 978-2-7351-1439-9
GTIN13 (EAN13) 9782735114399

Plus d’infos: www.editions-msh.fr

 

Publication: Marcel Daloze, “Willy Anthoons – L’esprit de la matière”, Paris, Galerie Philippe Samuel, octobre 2012

Présentation par l’éditeur:

“De longues années de recherches consacrées à Willy Anthoons (1911-1982) ont débouché sur une publication qui paraît à l’occasion du centenaire de la naissance de l’artiste.
Cette première monographie complète sur l’oeuvre du sculpteur, écrite par Marcel Daloze, historien d’art, couvre tous les aspects de la production d’Anthoons, y compris sa contribution au renouveau de l’art sacré, jusqu’ici passée sous silence. On peut ainsi apprécier la multiplicité de ses recherches: modelage, taille directe, mobiles, papiers déchirés.
On (re)découvre une oeuvre abondante et variée (trois cents sculptures et un bon millier de dessins) d’un artiste quelque peu oublié, grâce à une étude documentée et précise.
Les nombreuses illustrations qui accompagnent l’ouvrage ajoutent à l’attrait et au plaisir que trouvera le lecteur à le consulter.”

Plus d’infos: Willy Anthoons Daloze

Télécharger le bon de commande: Bulletin de souscription fr