Publication: Manu Van der Aa, “Bedelen bij Picasso : Paul Méral, genie & charlatan”, Uitgeverij Vrijdag, 2020, 190 pages.

Présentation de l’éditeur:

“De Belg Paul Méral was aan het einde van de Eerste Wereldoorlog tijdelijk wereldberoemd in Parijs. Befaamde kunstenaars als André Gide, Max Jacob, Arthur Honegger en Pablo Picasso behoorden tot zijn vriendenkring. Dat had allemaal te maken met de ophefmakende opvoeringen van zijn toneelstuk Le dit des jeux du monde, dat le tout-Paris gezien wilde hebben. Paul Méral was het pseudoniem van de Gentenaar Herman de Guchtenaere (1895-1946), zoon van een katholieke volksvertegenwoordiger en jeugdvriend van de latere Verdinaso-leider Joris van Severen. Na zijn moment de gloire probeerde Méral – die door vrijwel iedereen die hem kende als een genie werd beschouwd – zijn (literaire) carrière voort te zetten. Al zijn goede voornemens leidden door zijn eigen schuld – drank- en gokverslaving, mythomanie en oplichterij – naar de definitieve ondergang en de artistieke vergetelheid, zijn omgang met bekende schrijvers en kunstenaars als E. du Perron, Jan Greshoff, Sasha Stone en Franz Hellens, ten spijt.”

Traduction rapide par nos soins:

“A la fin de la Première guerre mondiale, le [poète] belge Paul Méral était très connu à Paris. Des artistes célèbres, tels qu’André Gide, Max Jacob, Arthur Honegger et Pablo Picasso, faisaient partie de son cercle d’amis. Il devait cette notoriété au succès de sa pièce de théâtre, Le dit des jeux du monde, connue du tout-Paris. Paul Méral était le pseudonyme d’Herman de Guchtenaere (1895-1946), Gantois, fils d’un député catholique à la chambre et ami d’enfance du futur leader du [parti national socialiste] Verdinaso, Joris van Severen. Après ce moment de gloire, Méral – qui était considéré par tous ceux qui le connaissaient comme un génie – tenta de poursuivre sa carrière littéraire. Toutes ses bonnes intentions furent sabordées par son propre comportement, dépendances à l’alcool et au jeu, mythomanie et escroquerie, et le conduirent définitivement vers l’oubli.  Cela ne l’empêcha pas, néanmoins, de fréquenter des écrivains et des artistes comme E. du Perron, Jan Greshoff, Sasha Stone et Franz Hellens.”

 

Plus d’informations sur le site de l’éditeur: https://www.uitgeverijvrijdag.be/product/2208742/bedelen-bij-picasso

Séminaire en ligne (direct) ce mardi 3 novembre à 18h – “La Commune des Lumières. Portugal 1917-18, une utopie libertaire” – avec Jean Lemaitre, Bruxelles, ULB, CHSG

En raison de l’aggravation de la situation sanitaire, le séminaire du 3 novembre sur « La Commune des Lumières. Portugal 1917-18, une utopie libertaire » avec Jean Lemaitre, aura lieu EN LIGNE, il sera diffusé EN DIRECT sur Facebook (pour le rejoindre, il suffit de cliquer sur la case « Rejoindre l’événement » ci-dessus ou copier dans la barre de recherche de votre navigateur l’adresse suivante : https://www.facebook.com/143293272817126/posts/983077805505331/« ) et sur Youtube (https://www.youtube.com/watch?v=ijkFYOBo8bg).Vous pourrez poster vos questions à notre invité dans les commentaires.Ce séminaire en ligne est l’occasion d’une collaboration avec Radio Campus (émission « Histoire de savoir ») . Invité : Jean Lemaitre – Animation : Francine Bolle (CHSG, ULB), Déborah Fabré (Radio Campus) et Nicolas Verschueren (CHSG, ULB).

 

Le mardi 3 novembre 2020, de 18h à 20h, en ligne (voir ci-dessus), nous accueillerons Jean Lemaître (enseignant retraité, journaliste et écrivain, administrateur au CArCoB) qui viendra nous parler de son dernier ouvrage paru en janvier 2020 (éditions Otium/envie De Lire) « La commune des Lumières » : La Commune des lumières au Portugal fut, en 1917, une expérience de réalisation d’un projet de vie communautaire se réclamant de l’anarcho-communisme. Malgré sa brièveté et le peu de traces écrites qu’elle a léguées, elle a durablement marqué les populations de l’Alentejo. La figure de celui qui en fut le principal instigateur, António Gonçalves Correia, pionner du naturisme et des pédagogies nouvelles, sa vie et ses combats demeurent une référence pour l’ensemble des composantes du mouvement révolutionnaire au Portugal, et ce bien au-delà de celles se réclamant de la tradition libertaire. Jean Lemaître explore cet héritage, entre reportage et fiction, sans négliger les rares archives disponibles. : une expérience de vie communautaire se réclamant de l’anarcho-communisme menée dans la région de l’Alentejo au Portugal, à partir de 1918, et à son instigateur A.G. Correia, pionnier du naturisme et des pédagogies nouvelles.

Lien vers le direct sur Youtube (https://www.youtube.com/watch?v=ijkFYOBo8bg). Pas de compte requis pour regarder, mais pour poster des questions dans les commentaires il faut se connecter (donc avoir/créer un compte gmail)

Lien vers l’événement Facebook : https://www.facebook.com/events/275625873512202/?acontext=%7B%22event_action_history%22%3A[%7B%22mechanism%22%3A%22surface%22%2C%22surface%22%3A%22create_dialog%22%7D]%2C%22source%22%3A5%7D